Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Philippe Vasseur évoque ses passions et ses projets artistiques !

9 Septembre 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

 

Bonjour Philippe,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, notamment comédien mais aussi décorateur. Comment vous décririez-vous ?

 

Je me décrierais comme un touche à tout. J'ai commencé comme décorateur chez AB, avant ensuite qu'ils me proposent la série, sans que je veuille, initialement, être acteur. Cela m'a boosté.

 

J'espère ne pas être trop mauvais en acteur, j'espère ne pas être trop mauvais en décoration. Je fais ce qui me plaît, tout simplement.

 

2/ Des liens et des parallèles existent-ils entre ces deux domaines ?

 

Le seul parallèle qu'il puisse y avoir est l'émotion entre le jeu et les tableaux que j'ai faits. J'ai eu des bons moments d'émotion dans la série mais je n'en ai pas assez. J'ai plus d'émotion dans les tableaux.

 

3/ La décoration est un peu le fil rouge de votre vie. Que dire sur cette belle passion ?

 

C'est compliqué ! J'ai commencé ces tableaux il y a quelques années, suite à une envie presque soudaine. En fait, j'ai rêvé des tableaux et, le lendemain, je suis allé acheter tout ce qu'il fallait pour commencer le premier. C'est juste incroyable !

 

Mais il s'avère que, commercialement parlant, c'est une galère sans nom. Comme me l'ont dit plusieurs professionnels, je suis un peu victime de l'originalité des tableaux. J'ai eu le cas de figure de plusieurs clients potentiels qui ont adoré le travail mais qui n'ont rien acheté, sinon ils auraient dû refaire leurs salons juste pour accrocher une œuvre.

 

Il me faut trouver la bonne clientèle, jeune ou moins jeune, mais qui est branchée industriel, loft et compagnie. Ce qui est plus difficile à trouver. Le plus simple serait de passer par une galerie mais je ne veux pas.

 

Je faisais des salons, j'ai arrêté car c'est un véritable marché. Je vais sûrement faire une exposition l'année prochaine à Bruxelles mais, si je ne vends pas, ce sera la dernière. Cependant, je continuerais à bricoler pour moi.

 

Vous créez même à partir de morceaux de murs, de façades, d'épaves. D'où vous vient cette inspiration ?

 

A la base, je suis décorateur et ce métier consiste aussi à faire des patines, à vieillir des choses sur les tournages. C'est vraiment mon truc, j'aime les choses qui ont vécu, qui ont une âme, les vieilles bâtisses et les épaves. J'ai toujours une grande émotion pour les bateaux au fond de l'eau, cela me fait quelque chose de terrible à l'intérieur.

 

4/ En parallèle, vous interprétez José depuis plus de vingt ans, en ce moment sur TMC, dans la série à succès « Les Mystères de l'Amour ». Peut-on parler d'un plaisir récréatif plus que d'un travail, entouré par des gens qui font un peu partis de votre famille après tant d'années ?

 

C'est sûrement un plaisir récréatif pour certains de mes collègues mais je peux vous affirmer que c'est un vrai boulot pour moi.

 

Travailler pour JLA Productions est une grande chance, j'y suis depuis 1989, plus de la moitié de ma vie. On nous offre des opportunités que l'on ne trouve certainement pas ailleurs. Mais ce sont des journées très hard, plus d'ailleurs pour la technique que pour nous. Comme je vis loin de Paris, mes jours sont groupés. Je suis parfois dans toutes les séquences. Cela me va très très bien, je ne me plains pas mais c'est un vrai boulot d'apprendre quinze scènes, surtout quand on veut bien le faire. Sinon on fait attendre tout le monde sur le plateau.

 

Venir à Paris est un peu une souffrance mais les gens avec lesquels je travaille sont tous supers, l'équipe technique est absolument incroyable, ce sont des potes depuis 25 ans, toutes ces années ont créé et renforcé des liens. Mais c'est un vrai travail, ce n'est pas uniquement du plaisir.

 

Chez moi, je lis plusieurs fois les textes, par intervalles, pour bien les intégrer et désapprendre ce que j'ai appris. Pour ne plus penser au texte quand je tourne. J'en ai besoin. Si je n'apprends pas mon texte comme un enfant qui apprend une récitation, ce n'est pas possible. J'apprends surtout l'esprit et je réécris toujours un petit peu, je mets le texte à ma sauce. C'est une grande chance que Jean-Luc Azoulay nous laisse faire. Le plus important est le fil rouge, le reste peut être adapté. Les grossièretés sont une petite touche personnelle:))

 

5/ Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

Que ça continue. De trouver aussi d'autres rôles, ça serait juste un rêve. Des programmes noirs ou des comédies, tout m'intéresse, je suis preneur.

 

Ce fut un plaisir, Philippe, de nous entretenir avec vous !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article