Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Articles avec #musique tag

Yohann Massa évoque son parcours et ses projets artistiques !

18 Juillet 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Musique

 

Bonjour Yohann,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog !

 

1/ Vous êtes un jeune artiste aux multiples casquettes, comme en témoigne votre parcours devant la caméra, en chanson ou dans l'écriture. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

J'aime être un magicien, tordre la réalité qui n'est pas toujours jolie, pour en faire quelque chose qui nous plaît mieux. Comme par exemple quelque chose de plus poétique, avec plus d'amitié, avec plus d'espoir lorsque l'on voit les choses un peu en noir, notamment en regardant le journal télévisé.

 

J'apprécie le fait que l'on puisse zapper et que, de cette chaîne là, on puisse tomber sur quelque chose, j'espère un jour moi, qui nous donne de l'espoir. Mais pas seulement quelqu'un qui nous demande quand est le bonheur ou ce qu'il est. Mais plutôt qui nous dit qu'il est possible, qu'il est là, qu'on peut le toucher. Même si ce sont de très jolies chansons dont j'ai parlées.

 

J'aime beaucoup l’optimisme réaliste, pour moi être un artiste c'est réussir à tordre la réalité de manière concrète. Et faire que quelqu'un qui a une journée noire ou un début de matinée pas terrible à cause des nouvelles dans le monde, puisse trouver une lumière, une chaleur, un espoir, une force dans un texte, une chanson ou une interprétation. Pas forcément en les donnant, au moins en les communiquant. Si les gens sont un peu poreux, ils pourront se dire « chiche, moi aussi ».

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Il y a quelque chose de vraiment similaire entre l'écriture d'une chanson et celle d'un livre. A savoir le fait de chanter. J'écris mon livre comme un slam pour qu'il soit poétique, qu'il rime de temps en temps, qu'il y ait une petite musique, quelque chose qui, dans le style, chaloupe un peu pour pouvoir lire les choses difficiles plus facilement. Le fait qu'il y ait une espèce de cadence fait que mon livre ressemble à une grande chanson, avec des pauses.

 

Le mannequinat et la comédie sont complètement différents. Parce que ce n'est pas moi qui choisis qui je suis, ce que je dis ou ce que je vends. Ce n'est même pas moi qui incarne le personnage, je prête simplement quelque chose. Il y a beaucoup moins de création dans le fait d'être mannequin ou comédien, que dans le fait d'écrire un livre ou une chanson. Même si un comédien peut, grâce à son talent ou sa palette d'émotions, transmettre plein de choses. Tant que l'on n'est pas à l'origine du texte, on devient interprète et un petit peu instrument.

 

3/ Êtes-vous davantage attiré par un domaine en particulier ? Ou est-ce la diversité qui vous plaît ?

 

J'aime beaucoup l'idée de continuer tout ce que je fais, ces quatre activités là. Le mannequinat permet certes d'avoir du temps de libre car c'est assez rapide, mais il fait surtout le lien avec les gens. C'est incitatif à porter certains vêtements par exemple. Vous allez avoir une émotion en parcourant un catalogue, en voyant quelqu'un qui se sent bien dans sa peau et vous aurez envie d'être aussi bien dans votre peau que le modèle dans la sienne. Lorsque l'on a acheté le produit, inconsciemment on a réalisé le rêve d'être aussi bien dans sa peau que celui qui a fait la publicité. C'est là que le mannequin fait bien son travail, il donne un peu de satisfaction. Même si le consommateur ne sera jamais le modèle, il se sent en lui presque aussi bien que s'il l'était. C'est une vraie mission positive chez les mannequins, qui l'oublient malheureusement souvent.

 

Ensuite, je resterai toujours comédien, chanteur et écrivain. Surtout d'ailleurs les deux derniers.

 

4/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration pour l'écriture ?

 

Les chansons que j'entends et les films que je vois. Aussi les livres que je lis. Je pense notamment aux biopics de certains acteurs ou chanteurs, qui me donnent beaucoup d'inspiration, beaucoup d'espoir et même l'envie de faire ce métier, de continuer, de ne pas abandonner lorsque les choses ne sont pas aussi rapides ou faciles qu'on le voudrait.

 

Mais aussi les gens, qui ont besoin de se sentir bien, qui ont besoin d'aide. Eux me donnent l'envie de continuer, toujours. Sans oublier mon papa et la personne que j'aime. Toutes les personnes que j'aime, qui croient en moi savent que je ne serai jamais bien si j'arrête de chanter, de créer de la musique et des mots. Voir que cela impacte quelques personnes m'aide, même si ce ne sont finalement que des proches ou des contacts qui me suivent.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos actualités et projets artistiques ?

 

Il est possible que je tourne à nouveau dans «   Les mystères de l'amour   », suite à quelques réactions du public, notamment sur la page Facebook LMA. Ma mort, qui était supposée encore à l'époque, avait suscité pas mal de commentaires, ce qui fait que la production ne serait pas contre mon retour, en tant que frère jumeau, fantôme, cauchemar ou flash back de l'époque lorsque mon personnage était encore marié avec ce regretté Doumé.

 

Une autre série française m'intéresserait pour faire quelque chose d'un peu plus long. Mais c'est une série dans laquelle on ne recommence pas beaucoup, comme sur TMC. Deux à trois au maximum, donc il faut aller vite. Un épisode y est tourné par jour, car la diffusion est proche du tournage. Cela laisse peu de place aux fous rires, aux ratés. Il faut à tout prix éviter que le téléspectateur sente que la prise a été gardée par manque de temps, alors qu'elle aurait pu être meilleure. J'aime cette notion d'urgence malgré tout.

 

J'apprécie beaucoup le milieu des séries télé, je le préfère à celui du cinéma. Ça me plaît aussi de toucher le public qui est chez lui, qui n'a pas le loisir d'aller au cinéma, qui n'a que la télévision. Je pense notamment aux malades dans les hôpitaux qui n'ont que cette petite lucarne pour s'évader.

 

Ce fut un plaisir, Yohann, d'échanger avec vous  !

Lire la suite

Sabrina Clamens évoque son parcours, ses passions et ses projets artistiques !

27 Mai 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Musique

Bonjour Sabrina,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, notamment comédienne et chanteuse. D'où vous vient cette passion pour l'exercice artistique ?

 

J'aime les trois disciplines que je pratique, le chant, la danse et le théâtre. J'ai commencé par le chant, en cours collectifs et particuliers, dans un petit village du sud de la France. Avant d'enchaîner avec 7 ans de danse et 2 ans de rock.

 

Monter sur scène, faire un peu le show me plaît. C'est pour cela que j'aime les comédies musicales et que je suis rentrée dans une école. Cela permet de pratiquer ces trois disciplines ensemble, sur un même spectacle.

 

Ma maman était déjà chanteuse, pour le plaisir, alors que j'étais encore toute petite. J'ai vraiment été bercée dans la musique. Je fais des concours de chants depuis que j'ai 15 ans et je n'ai pas arrêté depuis.

 

2/ Retrouvez-vous une certaine complémentarité d'une thématique à une autre ?

 

Oui! Quand on est chanteuse, on est aussi comédienne parce qu'il faut faire passer des émotions. En danse, c'est pareil, le corps fait passer des messages.

 

3/ Êtes-vous davantage attirée par un domaine  ? Ou est-ce leur diversité qui vous séduit ?

 

Un peu des deux. C'est vrai que j'aime beaucoup les trois registres, comme je vous le disais. Mais je suis plus à l'aise en chant, puisque j'ai pratiqué cet exercice depuis un petit moment.

 

Je dois avouer que je suis attirée par le cinéma. Ma première expérience récente devant une caméra m'a vraiment plu. Du coup, l'année prochaine, je ferai une école de cinéma pour vraiment apprendre. Je n'ai pas fait énormément de théâtre, donc je veux approfondir ce domaine.

 

4/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration musicales ?

 

J'aime la variété française, mais j'aime aussi Whitney Houston, j'aime la pop, le rock. J'aime un peu tout. Comme je suis actuellement dans une école de comédie musicale, je chante principalement ce répertoire en ce moment.

 

5/ Face au rythme soutenu d'un plateau de tournage, comment vous préparez-vous en amont ?

 

D'abord j'apprends mon texte et, dans le cadre d'une série, je regarde les épisodes précédents. Pour voir avec qui je vais tourner et découvrir leur caractère et leur place. Je m'imagine ensuite mon personnage.

 

L'entraînement est très utile avant d'arriver sur le plateau.

 

6/ Quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

 

J'aimerais vraiment me tourner vers le cinéma. Je cherche plein de castings pour des courts et des longs métrages. J'essaie vraiment, mais ce n'est pas forcément évident. Mon but est d'avoir des expériences devant la caméra. Mon professeur dans l'école de comédie musicale me pousse d'ailleurs dans ce sens.

 

J'aime bien les comédies romantiques, mais aussi les films un peu psychopathes. J'adorerais jouer une personne qui est à l'inverse de moi, plutôt une personne méchante ou quelque chose d'un peu fou, comme une tueuse.

 

Merci Sabrina pour votre gentillesse et votre disponibilité  !

 

 

Lire la suite

Hanna Castera : parcours, actualités, projets - elle nous dit tout !

26 Mars 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Musique

Bonjour Hanna,

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, notamment chanteuse, comédienne et réalisatrice. Qu’est-ce qui vous plait tant dans votre quotidien ?

C’est vrai, j’ai plusieurs casquettes mais je dirais même que je suis assez autodidacte. Cela gêne un peu en France. Je suis surtout très passionnée, j’aime mon métier, j’aime chanter, j’aime faire la comédie, j’aime créer des choses et j’aime faire ça pour le partager avec les gens car c’est un métier de partage avant tout.

2/Quelle suite logique retrouvez-vous dans votre parcours pour ces différentes casquettes?

J’ai débuté très jeune, avec la chanson. Ensuite est arrivé le cinéma, j’ai fait de la comédie car j’aime cela. A force de ne pas avoir en fait des rôles que j’aurais aimé jouer, j’ai créé afin de faire des choses que j’avais envie de faire.

3/ Quelles sont vos sources d’inspiration musicales ?

Je n’ai pas spécialement de source, je chante ce que j’aime. Je ne peux pas chanter une chanson si je ne la ressens pas. Il faut que cela me fasse vibrer, c’est très important.

En qualité d’appréciation de chanteurs qui existent, j’ai plusieurs personnes. C’est vrai que les gens ont tendance à me qualifier de Johnny féminine. Je ne le fais pas exprès, j’ai une voix dans le style mais c’est mon chanteur préféré en France.

J’aime aussi d’autres voix, Florent Pagny, Céline Dion, Whitney Houston ou bien encore Mariah Carey. Ce sont des styles différents. Je n’aime pas toutes leurs chansons mais j’apprécie quand l’émotion passe. Faire passer ces émotions est très important pour moi.

On me considère un peu comme une révolutionnaire, je suis très provocante dans les textes. Il y a 4 ans de cela, un ami malheureusement décédé aujourd’hui m’avait écrit « Le droit des hommes ». C’est un appel à la révolution mais je l’ai interprétée. Je ne suis jamais rentrée dans les cases, je n’y arrive pas, ce n’est pas dans mon style et je suis plutôt partisane d’être libre tant que l’on reste bien sûr dans le respect des autres.

Quel souvenir retenez-vous dans votre carrière de chanteuse ?

Cela n’a pas toujours été facile, je me suis battue toute seule mais j’ai fait de belles rencontres et de belles scènes. J’ai quand même chanté devant 18 000 personnes. Mais, que je chante devant 10 personnes ou devant 18 000 personnes, c’est pareil pour moi car je chante avec passion.

C’est un partage avec les gens, j’ai besoin du contact avec le public. Le rapport de proximité est différent bien sûr selon la taille de la salle.

4/ Selon vous, quelles sont les clés pour bien réaliser un film ?

Je dirai qu’il n’y a pas de bien ou de pas bien. C’est très typique français de faire des choses comme les autres. Je ne veux pas faire comme tout le monde, je n’ai pas envie de ressembler à qui que ce soit, je veux que lorsque l’on regarde mes films on puisse dire que c’est du Hanna Castera.

Je ne dis pas que le travail des autres est mauvais, je dis juste que je n’ai pas envie de faire comme tout le monde, je n’ai jamais vécu comme tout le monde, je ne suis même pas née comme tout le monde. J’ai mes idées et je suis quelqu’un qui aime faire un film pour montrer la vérité, la réalité, qu’elles soient dures ou pas. Je vaux que les gens soient devant un fait accompli lorsqu’ils regardent mon film.

Toutes les personnes à qui j’ai montré mon film « Ames sœurs » ont pleuré, que ce soient les hommes ou les femmes. Ils m’ont dit que c’est violent psychologiquement, que c’est dur mais que c’est vrai. On sent la vérité.

Quand je fais travailler des comédiens qui tournent dans mes projets, je les amène à vivre la situation, pas à la jouer. Je ne veux pas que les gens jouent parce que, quand on joue, ca sonne faux. Le film est touchant, il sonne vrai car les gens vivaient le moment présent, ce qui est vraiment important.

5/ Devant la caméra, quel genre vous attire le plus ?

J’aime tout jouer, j’ai fait des styles différents, j’ai fait pas mal de choses assez violentes, que ce soit d’un point de vue psychologique ou physique. Mais j’aime tout jouer. Par exemple, dans « Ames sœurs », je fais le rôle de la malade, c’est vraiment très dramatique, cela m’a énormément touché quand j’ai tourné.

Mais je peux passer d’une veuve noire à une tueuse, en passant par une femme malade. J’aime faire tous les rôles, je trouve que l’on ne doit pas être limité dans un style. Ce qui est un souci en France. Il faut pouvoir avoir un éventail de rôles à faire.

6/ Plus généralement, quels sont vos actualités, projets et envies artistiques actuels ?

Je suis en finalisation du film « Ames sœurs » dont je vous parlais. J’ai un deuxième long métrage que j’avais déjà commencé mais qui prend plus de temps car il y a beaucoup d’action dedans. Les combats d’arts martiaux me prennent du temps. C’est un film sur le monde de la prostitution, de la drogue et de la mondanité. Il y a une belle histoire d’amour. Il me reste encore un jour ou deux à tourner dessus. On peut citer Pierre Santini, Didier Roustan, Jean-Pierre Bernard, ils ont joué le jeu et ont apprécié.

Je suis en train d’essayer d’organiser un concert et je souhaite m’inscrire dans des festivals. La scène me manque, j’ai fait un concert il y a peu de temps à « L’étage » et ce besoin de scène, ce rapport de proximité avec les gens me manquent.

Merci Hanna pour votre disponibilité !

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>