Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

musique

Maria Kotrotsou nous présente son nouvel album !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Maria,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

 

1/ Vous venez de sortir votre troisième album, « Silence ». Tout d'abord, comment le présenteriez-vous ? Quelles sont notamment ses sonorités musicales ?

 

Il y a une variété dans l'album. On y retrouve de la musique contemporaine, du chant, de la musique moderne classique aussi cinématographique. Mais également un style « instelect », à savoir instrumental et électro.

 

Quand je m'assoies devant le piano ou quand je m'installe au calme pour écrire et composer, je n'ai pas dans la tête ce que je veux donner. Cela vient tout seul en fait.  J’ai une histoire dans ma tête et je la raconte comme je la ressens.

 

Au total, j'ai eu besoin de huit mois environ pour composer cet album, avec quelques petites pauses au milieu afin de me consacrer à d'autres projets.

 

2/ Selon vous, qu'est-ce qui va plaire aux gens qui écouteront votre album ? Quelles sont les clés de sa réussite ?

 

C'est quelque chose de différent car le style est peu joué. On y retrouve des mélanges de voix, soprano et baryton, ainsi que des sons électros mélangés avec du violon, violoncelle, flûte, clarinette basse. C'est original, ça ne s'entend pas beaucoup.

 

 

La mélodie provoque des images et une histoire que chacun peut ressentir. C’est pourquoi j’évite de répondre quand quelqu’un me pose la question « de quoi tu t’es inspirée pour composer un tel morceau ? ». J’aimerais laisser chacun ressentir sa propre histoire, ses émotions, ses souvenirs.

 

3/ Où cet album est-il disponible ?

 

On peut l'écouter sur tous les magasins numériques. On peut aussi le commander en format physique sur le site.

 

4/ Samedi 26 mai dernier, vous avez donné un très beau concert à Paris, à la Cité Internationale des Arts.  Quels souvenirs gardez-vous de cette soirée ?

 

 

J'ai un très bon souvenir du monde venu et de leur présence vraiment très chaleureuse. C'est réellement ce que j'ai ressenti, cela m'a beaucoup ému, ce fut un très bon moment.

 

La musique a énormément plu et je retiens aussi le contact avec le public, que j'ai particulièrement aimé. Jusqu’à aujourd’hui, je reçois des messages, des mails des personnes qui y sont assistées en me disant comme ils ont aimé la musique originale, l’ambiance.. mais c’est moi qui les remercie, car c’était un public formidable et j’ai apprécié chaque seconde à leurs cotés.

 

J'aimerais refaire prochainement d'autres concerts. Si je pouvais en faire un chaque jour, je le ferai, croyez-moi. Ce serait un grand plaisir. Des discussions sont en cours pour une date en janvier, au théâtre de Trévise.

 

 

 

J'adorerais aussi que cet album prenne un bon chemin, qu'il voyage partout. Qu'il me donne également de belles inspirations pour la suite.

 

Cet échange fut un plaisir Maria !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Ophélie Legris nous présente sa belle et riche actualité !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo: Emmanuelle Boileau

 

Bonjour Ophélie,

 

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

 

1/ Vous serez sur scène, à Montreuil, le samedi 9 juin prochain, en concert. Comment présenteriez-vous cet événement ? Quel en sera le contenu ?

 

Je ne chante pas sous mon nom, mais sous celui de « Madame de ». Le 9 juin, je chanterai dans le cadre d'une soirée qui s'appelle « Le grand bal », organisée par Diptyque Théâtre, une compagnie de théâtre avec laquelle je travaille en tant que comédienne mais qui sait que je fais de la musique. Ce sera une sorte de grande fête gratuite, c'est un peu un prétexte pour réunir les gens qui travaillent dans la compagnie et les spectateurs qui s'intéressent au travail de cette compagnie, sans oublier les acteurs culturels de la ville de Montreuil. Le lieu s'appelle « Comme vous émoi » : https://www.facebook.com/events/186311435338234/

 

J'ai commencé la musique en 2015 et la première date avait déjà été faite par le biais de cette compagnie. C'est comme cela que j'avais pu avoir une série de concerts. Mais je ne suis plus montée sur scène depuis deux ans, ce sera un peu ma reprise en chansons. Je compte bien avoir d'autres dates.

 

Je serai accompagnée d'un musicien, Samuel Lachaud, au clavier/ MAO. J'aurai un looper duquel je ferai partir des batteries. On est en formation légère, j'ai entendu dire que je serai le seul live de la soirée, pour le reste ce sera un DJ set.

 

Mes textes sont en français et pour la musique, je suis très influencée par le rap et le hip hop. Je viens de la banlieue parisienne, d'une cité HLM et j'ai vraiment grandi avec des références musicales très axées rap. J'y ajoute beaucoup d'humour, c'est parfois un peu trash, un peu violent, ça parle beaucoup de sexe, ce n'est pas tout public. Il y a un côté un peu électro au clavier, sans oublier les batteries qui font que ça groove vraiment.

 

Mes textes ne sont pas des prétextes, même si ils font danser les gens, ça raconte vraiment quelque chose sur ce qui nous entoure. Les chagrins d'amour, l'amour, le sexe, la déchéance, bref la vie.

Voici le lien vers GROS, mon dernier titre, que j’ai commencé à élaborer dans le cadre d’une résidence au Carreau du Temple :  https://www.youtube.com/watch?v=wr0MDfdCtfY&t=50s.

 

2/ En parallèle, sans doute également en juin, on pourra vous retrouver dans un court métrage que vous venez de tourner. Que dire sur cette autre aventure, dans un autre registre qu'est le jeu ?

 

C'est un film qui s'appelle « Fin de service », réalisé par Hélène François, avec Noam Morgensztern de la Comédie Française et Fatou N'Diaye. Ce court métrage a été fait avec peu de moyens mais j'avoue que ça a été une chance incroyable de jouer avec ces deux acteurs qui ont beaucoup plus d'expérience que moi, l'un au théâtre, l'autre sur les plateaux de tournage. J'ai été ravie d'être sur ce projet, l'équipe était formidable. C'est la première réalisation pour Hélène, qui était principalement metteur en scène de théâtre. Les personnages de Fatou et Noam sont en couple, je suis serveuse et c'est un peu le choc social. Le couple a beaucoup d'argent, tout va bien pour eux, ils viennent boire du champagne à 15 heures. A l'inverse de mon personnage qui galère énormément.

 

J'aime beaucoup cette histoire car je crois énormément au déterminisme social. Je pense que je suis moi-même un exemple de la goutte d'eau qui a réussi à changer un peu de milieu social. Mais je n'ai aucun mérite, j'ai surtout eu de la chance. Le personnage que j’interprète me touche car il a l'impression d'avoir un peu raté quelque chose mais, en fait, on ne rate jamais rien, on fait ce que l’on peut.

Il y avait une super équipe et le sujet m'intéresse beaucoup, il y a aura prochainement une projection. J'imagine en juin ou juillet avant, ensuite, d'aller en festivals.

 

Crédits photo: Emmanuelle Boileau

 

3/ Dans un autre art, le théâtre cette fois-ci, un projet devrait revoir le jour la saison prochaine. Pouvez-vous déjà nous en dire davantage ?

 

Nous l'avions déjà joué, cela s'appelle « Glissement de terrain» et c’est aussi Hélène François, qui a réalisé le film dont je vous parlais, qui met en scène. Les acteurs qui sont sur scène avec moi sont Andréa Brusque et Ivan Cori. Nous avions joué au théâtre de la Reine Blanche, à Paris, un lieu formidable, tant pour son accueil que pour ses conditions. Il devrait y avoir une reprise de ce spectacle la saison prochaine.

 

C’est une sorte de constat d'échec pour mon personnage mais c'est très drôle car Hélène a beaucoup d'humour. C'est un constat d'échec mais, finalement, cela aurait été difficile de faire autrement, cela n'aurait pu être qu'un constat d'échec. C'est une fille, en couple, qui veut construire une maison et cette maison se révèle être la cristallisation de plein de choses. Mais cette maison ne va jamais se construire donc mon personnage va finir seul, dans une maison en pierres sans chauffage, à moitié clochard. Ça se suit sur plusieurs années pour aboutir à ce résultat. Andréa joue le rôle de l'architecte et Ivan celui de mon compagnon.

 

4/ Avec tous ces projets, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

Crédits photo: Emmanuelle Boileau

 

Beaucoup de choses ! Des concerts, des projets de cinéma et de théâtre ! Chaque rôle est un travail passionnant, un exercice et une expérience. J'apprends à chaque fois, quelques soient les conditions de tournage. Je rencontre toujours des gens passionnants et drôles.

 

Merci Ophélie pour ce bel échange !

Publié dans Musique, Télévision, Théâtre

Partager cet article
Repost0

Elsa Esnoult et Richard Pigois évoquent leur concert à Ris-Orangis samedi 14 avril prochain !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Elsa, bonjour Richard,

 

Quel plaisir d'effectuer cette interview avec vous deux !

 

1/ Ce samedi 14 avril à 20h, vous serez sur la scène du Plan de Ris-Orangis, pour le « Gala Greyson Show ». Comment vous est venue l'envie de vous retrouver ensemble pour ce concert ?

 

Richard  : C'est une espèce de logique, ça fait un moment que l'on y pensait. On en avait parlé et, finalement, c'est le producteur qui a tranché et pris la décision. Il nous a lui-même fait la proposition et je trouve que c'est une très bonne idée.

 

2/ Quel sera le contenu de ce concert ? Que pourront y retrouver les nombreux spectateurs qui viendront vous voir ?

 

Elsa  : Il va y avoir deux univers. Celui de Richard qui, pour le coup, a plus l'habitude que moi de se représenter sur scène et qui a déjà son univers rock. Et le mien, au travers notamment de ce que les gens connaissent de moi de part la série. Vous y retrouverez les chansons que vous connaissez de mes deux premiers albums. Pas encore le troisième parce qu'il n'est pas encore sorti mais j'espère, par contre, que je pourrai par la suite vous le faire découvrir sur scène également.

 

3/ Elsa, vous serez accompagnée sur scène des musiciens de Richard. Comment se passe cette nouvelle collaboration ?

 

Elsa  : Très bien ! Ils sont extra. Ils ont appris en un rien de temps mes musiques, on les a bossées ensemble, ils sont hyper sympas, ils travaillent bien, c'est génial. Ils m'ont donné confiance et l'entente s'est faite à merveille, il n'y a aucun soucis, je suis très contente. Richard a de supers bons musiciens que je suis contente qu'il me prête pour cette soirée.

 

4/ A quelques jours de ce show, comment vous sentez-vous ? Plutôt excités de proposer ce spectacle au public qui vous attend avec impatience ?

 

Richard  : Je suis très très heureux. Il y aura probablement un peu de stress avant de monter sur scène mais je suis tellement content d'être au cœur des musiciens. On sera une dizaine sur scène, il y aura vraiment une très grosse énergie et je suis impatient de vivre cela. J'attends ce moment avec excitation donc.

 

Elsa  : Pareil, je suis très heureuse.  Surtout que ce sera presque ma première vraie fois. Je suis stressée aussi mais c'est un très bon stress, une super bonne adrénaline.  J'ai hâte.

 

5/ A moyen terme, auriez-vous déjà l'envie de renouveler l'expérience ensemble sur scène ?

 

 

Elsa  : Tant que ça marche et que ça fonctionne, on est partants.

 

Richard  : Nous sommes d'accord pour que ça continue.  Après, c'est une question de production. On va déjà voir comment cela va marcher pour la première. Puis, si ça peut continuer, je serais ravi, ce serait un grand plaisir.

 

Elsa  : Pareil !

 

6/ Pour terminer, un petit mot Elsa sur votre troisième album, « 3 », qui sort le 27 avril prochain ?

 

Elsa  : Je suis très heureuse de cet album. J'ai réussi à imposer, c'est le cas de le dire, les musiques que j'avais envie de mettre dessus. J'en ai écrites et composées sept et, je peux le dire, j'en suis fière. Car je peux faire passer les messages que j'ai envie de faire passer, ce qui est important pour moi.  Je suis fière du style, c'est lui que j'avais envie de faire. En cela je suis contente et je remercie aussi Jean-Luc Azoulay qui me laisse également un peu apporter ma touche personnelle. Comme il l'avait déjà fait sur le précédent album. Il n'y avait que sur le premier où j'en avais eues très peu car c'était justement le premier. Sur le deuxième, j'avais neuf chansons déjà, j'étais très contente aussi. Sur celui-là, je le disais, j'en ai sept, je suis heureuse qu'il me laisse toujours en faire.  C'est très important pour moi, en plus avec ce côté « from Nashville », ce côté américain, ce côté country pop que j'aime, un petit peu rock par certains moments. Je suis très contente de cet album, vraiment.

 

Merci à tous les deux pour votre gentillesse et votre disponibilité !

Publié dans Télévision, Musique

Partager cet article
Repost0

Sandy Lewis Godefroy revient sur son parcours et évoque ses actualités !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : @Iris Parvec

 

Bonjour Sandy,

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes et cordes artistiques. Vous êtes notamment comédienne et chanteuse. Très simplement, qu'est-ce qui vous attire dans ces différents domaines ?

Je suis attirée par la partie émotionnelle, que ce soit en chant, au cinéma ou au théâtre. J'ai été moi-même bouleversée par des chanteurs, par des comédiens, par des films, c'est ce qui m'a donné envie de faire ce métier et de chercher à le comprendre. Le fait d'avoir été autant touchée par certains artistes m'a donné envie moi aussi de trouver ce moyen d'aller chercher les gens, de remuer quelque chose chez eux, de leur donner envie de rêver, de pleurer, de rire.

Le rire est quelque chose de plus compliqué, il faut un talent incroyable.  J'ai des amis qui sont dans l'humour, je les trouve extraordinaires. Ce n'est pas mon premier job mais, en tout cas, c'est quelque chose que j'admire chez les autres. C'est cette admiration pour certaines artistes qui m'a donnée l'envie en premier lieu de faire ce métier.

L'artistique est le seul moment où je suis vraiment dans l'instant présent. Que je sois sur un plateau de tournage, que je sois en train de chanter, que je sois en train de jouer, je suis obligée d'être là, d'être concentrée, d'être avec les gens qui sont autours de moi, d'être véritablement à l'écoute. Le fait d'être à l'écoute des autres, nous permet d'être là avec et pour l’autre, d’être dans l’oubli de soi le temps d’être dans le don …

Sur un plateau, je suis tellement à fond, je suis tellement dans le moment présent que rien ne compte plus que ce que je suis en train de faire. Il y a une forme de magie que je ne saurais expliquer. Cela me met un peu dans un état second, qui me procure énormément de bien. Chercher à répondre à une exigence artistique me met dans un état de zen et de plénitude, même dans des conditions difficiles. Quand je rentre, j'ai l'impression d'avoir rempli ma mission. Être dans la créativité me met en joie.

2/ Entre ces deux domaines, même s'il semble distincts, retrouvez-vous certaines complémentarités et certains parallélismes ?

L'émotion et le partage sont les liens entre ces domaines. Même si au cinéma ou en télé, le partage n'arrive pas de suite mais il existe. Dans le but de susciter une émotion chez les autres, de leur faire découvrir un moment de vie d'un personnage. Il y a une forme de réalité dans tout ça car les gens peuvent se reconnaître dans certaines situations. Ces moments ne m'appartiennent pas, ils sont juste une retranscription mais ils permettent un partage, même à distance.

Finalement, ce sont des moments où l'on arrive à se rassembler.

3/ Êtes-vous davantage attirée par un domaine en particulier ? Ou leur complémentarité vous plaît-elle davantage ?

C'est un tout. Pour moi, ils sont tous liés.  J'ai démarré dans la musique, malgré la réticence de mes parents, grâce à une rencontre avec un agent musical. Avant ensuite de faire de l’assistance à la mise en scène mais aussi du jeu. De fil en aiguilles, j'ai découvert tous les aspects du métier et je les aime tous. J'ai même été assistante de casting. Cela m'a permis de mieux comprendre le métier, de le dédramatiser et de mieux appréhender cette phase des castings.

4/ De façon plus générale, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

Je viens de développer un projet qui me tient à cœur, une web-série qui parle d'amour. « Stella se fait des films » met en avant un personnage fan de films romantiques, qui est persuadé que, dans la vie, ça se passe comme dans les films. Du coup, Stella fait tout dans ce sens, choisissant ses meilleurs films pour provoquer la rencontre de l'amour de sa vie. Elle fait en sorte que la rencontre ait lieu comme dans des films tels que « Pretty Woman » ou « Bodyguard ».

 

Crédits photo : @charlyreux & @matt

 

Sans parodier, nous reprenons ces moments de rencontre pour provoquer l'amour. Quatorze épisodes ont été écrits. Le premier a été mis en ligne le 14 février dernier.  Au travers de ce projet, j'écris des choses qui me plaisent et que j'ai envie de montrer. Je suis entourée d’une super équipe (Fraterciné) ce qui m'aide énormément, sinon ce projet n’aurait pu exister. Cette comédie girly et romancée est un vrai bonheur. Vous pouvez la retrouver sur ma chaîne Youtube: STELLA SE FAIT DES FILMS ( https://www.youtube.com/channel/UCqldLRxkbTAAiIor-59tHOg )

 

Crédits photo : @charlyreux & @matt

 

5/ Vous développez également un single. Que dire sur cette autre aventure ?

La musique est une vraie passion. Cet art me touche énormément et me parle depuis que je suis petite. Dès ma scolarité où j'ai eu la chance de faire ma première scène, je me souviens avoir chanté HEAL THE WORLD de Michael Jackson. Et depuis, je rêve un jour de faire un morceau avec une chorale de Gospel ou une chorale d'enfants.

 

Crédits photo : @Bobox / Labo des Arts

 

Je suis accompagnée d'une production (Parîs Production) où chacune des chanteuses met son talent au service des autres. Typiquement, les filles font les chœurs de leurs camarades. Ma propre direction artistique, que j'ai longtemps cherchée, commence petit à petit à se dessiner. Je rejoins mes camarades tous les dimanches, nous sommes une vraie famille, à laquelle une chanteuse qui a déjà bien écumé les scènes pro, Irma appartient. Nous faisons un vrai travail de fond sur nous-même, c'est une sorte de laboratoire. Cela ramène un peu d'humilité sur ce métier.

Merci, Sandy, pour cet échange !

Publié dans Théâtre, Musique

Partager cet article
Repost0

Charlotte Bermond évoque son actualité et ses envies artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Charlotte,

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous êtes actuellement en tournée, un peu partout en France, jusqu'au 8 avril, avec le spectacle musical à succès « Dirty Dancing ». Tout d'abord, comment présenter son contenu ?

C'est un spectacle qui met en scène le film « Dirty Dancing », dont nous fêtons les 30 ans cette année. Ce film est à voir, il est culte et perdure dans le temps et, malgré le côté un peu à l'eau de rose que l'on peut voir de prime abord, il véhicule des messages. Beaucoup de thèmes y sont abordés, notamment le féminisme, l’avortement, ou encore le racisme.

Des sujets encore d'actualité aujourd'hui, ils perdurent.

2/ Comment décririez-vous votre rôle et votre participation dans ce spectacle ?

Je joue le rôle de Penny Johnson, l'un des personnages principaux de l'histoire. Elle est la meilleure amie de Johnny Castle, le personnage principal. Tous deux sont danseurs dans un centre de vacances pour gens aisés.

Elle tombe enceinte d'un serveur qui, finalement n'en a rien à faire d'elle, il ne fait pas parti de la même classe sociale et va la laisser dans son coin.

Mais elle ne peut pas assumer cet enfant toute seule, elle n'a pas d'argent. Le seul moyen dont elle dispose pour s'en sortir est d'avorter. Cependant, à l'époque, dans les années 60, c'est interdit. Elle se retrouve au pied du mur et, du coup, elle tombe dans le désarroi, pensant que sa vie est gâchée.

Elle doit trouver de l'argent pour pratiquer une intervention alors interdite. Pour cela, elle va rencontrer Bébé, une jeune femme, qui fait partie d'une classe sociale plus aisée et qui lui propose de l'argent. Penny accepte son aide. Bébé va même aller jusqu'à la remplacer, c'est là l'origine de sa rencontre avec Johnny. C'est vraiment la confrontation entre deux classes sociales.

Ce rôle, pour moi, a une grande importance dans l'histoire et véhicule un message très fort pour l'époque. Même si cela se passe dans les années 60, le film a été tourné fin des années 80. A cette période, on était encore dans les polémiques par rapport à l'avortement, l'Amérique étant très en opposition avec ce principe.

3/ D'un point de vue plus personnel, ce rôle est aussi l'occasion de développer une autre corde artistique, au travers de la comédie. Comment avez-vous appréhendé ce nouvel exercice, qui se mélange à la danse, votre domaine de prédilection ?

Au départ, cela a été beaucoup d'appréhension mais, en même temps, une envie folle de me lancer dans cette aventure. Quand j'ai passé le casting, je n'avais aucune prétention d'avoir un rôle, je cherchais avant tout à intégrer l'équipe en tant que danseuse, pour faire partie de l'ensemble. Il se trouve que l'on m'a proposé alors de passer un texte, que j'ai réussi à concrétiser.

Cela me permet de découvrir une autre forme d'expression scénique. Je suis danseuse professionnelle depuis dix ans et ajouter la parole à mon expression corporelle était une envie importante. J'ai mis beaucoup de temps pendant les répétitions avant de me sentir légitime en tant que comédienne. Je ne réalise d'ailleurs toujours pas ce qui m'est arrivé.

C'est une expérience incroyable pour moi qui, je l'espère, pourra m'en amener d'autres car j'adore vraiment jouer la comédie sur scène. Ce sont des moments incroyables.

4/ Plus généralement, quelles sont vos envies artistiques ?

La danse est ma première passion, j'ai donc toujours envie de danser. L'âge faisant, même si je suis encore jeune à 32 ans, je commence à me poser des questions sur ma potentielle reconversion. Il est vrai que le théâtre me plairait énormément. J'aimerais, pourquoi pas, avoir d'autres projets dans ce domaine, même s'il n'y a pas de danse dans le spectacle.

En plus de cela, avant de commencer le show actuel, j'ai eu l’opportunité de présenter une petite émission sur « Paris Première ». Cette corde artistique m'attire beaucoup aussi.

5/ Revenons un peu sur votre parcours. Certaines expériences vous ont elles encore plus marquée que toutes les autres ?

Spontanément, je vais parler avec le cœur, ce serait ce par quoi j'ai commencé, le travail dans la compagnie « Ballet Jazz Art », sous la direction artistique de M. Raza Hammadi, l'un des plus grands chorégraphes de jazz contemporaine. J'ai dansé pendant dix ans dans cette compagnie, d'abord en tant que stagiaire, puis titulaire. Cela a été, pour moi, l'une de mes plus belles expériences de cœur en danse.

Je pense aussi à une autre incroyable expérience, le tournage d'une scène d'un film dans laquelle j'ai eu la chance d'avoir comme partenaire M. Pierce Brosnan. C'est quelque chose que l'on n'oublie pas et qui reste gravé à jamais dans sa mémoire. Au delà de sa filmographie, j'ai découvert un être incroyable, attentif, très professionnel. Participer à ce genre de projets dépasse de loin mes rêves de petite fille.

6/ Justement, comment vous est venue l'envie d'être artiste et danseuse ?

C'est marrant, je ne me suis jamais posée la question. J'ai commencé la danse à l'âge de trois ans et demi. Ma maman, passionnée de cet art, m'avait inscrite à un cours et, depuis ce jour là, je n'ai jamais arrêté. Cela fait partie intégrante de ma jeunesse et de ma vie. Je ne me serais jamais vue sans cette partie-là de ma vie. A partie du jour où la danse est arrivée dans mon quotidien, c'était une évidence et jamais je ne me suis posée la question de mon avenir. J'ajouterais que j'ai toujours été intéressée par l'aspect scénique et non pas par la lumière qui peut éventuellement en découler.

Merci Charlotte pour cet agréable échange !

Publié dans Théâtre, Musique

Partager cet article
Repost0

Bénédicte Allard évoque sa belle actualité artistique !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Bénédicte,

 

C'est un véritable plaisir de vous retrouver pour cette nouvelle interview.

 

1/ Vous serez en tournée en Italie, de fin février à début mai, avec la comédie musicale « Saint Germain des Prés ». Comment présenter ce spectacle ?

 

"Saint Germain des Prés" est une comédie musicale France Théâtre Production et Materlingua mise en scène par Frédéric Lachkar. C'est un spectacle, en langue française, à destination des scolaires et étudiants italiens apprenant le français. Il retraduit la France et tout particulièrement le Saint Germain des Prés d'après-guerre des années 40.

 

Nous partons en Italie fin février pour la création et répétitions avant de tourner le spectacle dès mars, et ce, jusqu'au 5 mai.

 

2/ En termes d'inspiration musicales, quels styles peut-on y retrouver ?

 

Plusieurs styles se combinent, c'est justement ce qui fait, à mon sens, la force et l'originalité de cette création. Chansons à texte, jazz, style plus actuel et même... rap ! Comme dit mon personnage à un moment : « A Saint Germain des Prés, chacun fait ce qui lui plaît. » Tout est donc possible !

 

 

3/ Le spectacle étant déjà à l'affiche depuis quatre mois avec une première équipe, vous inspirez-vous de leur interprétation ?

 

Bien sûr que nous sommes sensibles à la couleur et la sensibilité de la première équipe. Et puis comme dans tout casting, je pense qu'il y a une couleur pour chaque personnage que le metteur en scène doit vouloir retrouver. Après, nous sommes d'autres artistes donc je pense aussi que même si les rôles sont très clairement définis, on va aussi faire avec nos propres personnalités. On amène toujours sa touche personnelle à un personnage donc ça va bien évidemment être le même spectacle mais, de fait, dans une autre version. Ce qui est chouette.

 

4/ Le fait de s'adresser à un jeune public d'étrangers implique-t-il des adaptations particulières ?

 

C'est vrai que c'est un sacré challenge. Après, que je joue pour un public jeune ou un public adulte, je ne fais jamais de différence. J'estime que les enfants sont à même de comprendre de la même manière, voire mieux, ce que l'on essaie de faire ressentir à des adultes.

 

Le vrai challenge pour moi réside dans le fait que ce sont des étrangers. En l'occurrence des italiens qui apprennent le français. Ils ont déjà une accoutumance avec la langue mais le défi sera de bien faire passer le sens du texte. Pour ça, il faut vraiment être à fond dans ce que l'on joue, à 100% et sans bridage. Et puis ce qui pourrait ne pas passer par les mots passera autrement. La musique et les chansons sont là pour ça et génèrent des émotions qui ne connaissent pas la barrière de la langue.

 

5/ Les réservations fonctionnent très bien. Selon vous, quelles sont les raisons de ce succès ?

 

La qualité ! Je pense que si France Théâtre connaît depuis plusieurs créations un certain succès, c'est bien évidemment qu'il y a une rigueur et une qualité indiscutables.

 

Et pour "Saint Germain des Prés", je suis entourée de quatre personnes fantastiques sur scène. Et d'ailleurs il faut les nommer ! C'est très important ! On n'est jamais seul dans une aventure ! Il y a donc Vinicius Timmerman, Anthony Fabien, Gaëlle Renaud et Christopher Delarue. 

 

6/ Au delà des dates déjà connues en Italie, quelle suite aimeriez-vous pouvoir donner à ce spectacle ?

 

Avant de penser à la suite et à un potentiel futur, je préfère me concentrer sur le présent et sur cette belle aventure que je m'apprête à vivre !  C'est trop beau pour vouloir déjà penser à autre chose.

 

 

7/ En parallèle, vous serez sur la scène de « La dame de Canton » samedi 24 février avec votre groupe "On the Rocks". Que dire sur cette autre aventure ?

 

C'est une aventure que je poursuis depuis maintenant 3 ans avec ce groupe dont je suis très fière. Nous jouons des reprises Rock comme Janis Joplin, Led Zeppelin, Les Rolling Stones, Les Beatles,  ACDC etc... On s'est produit sur plusieurs scènes parisiennes et le 24 Février, ce sera donc à "La Dame de Canton", une magnifique péniche quai de la Gare.

 

Là aussi, j'ai envie de vous parler des musiciens qui m'entourent parce qu'ils sont vraiment fantastiques. Il y a Marie à la basse, oui une nana ! Olivier et Philippe aux guitares et Phil à la Batterie. On est une vraie bande, un vrai gang... et j'ai bien hâte d'être au 24 ! Ça va être un super live, il faut venir  !

 

Merci Bénédicte pour votre disponibilité !

 

Merci à vous !

 

 

Bénédicte Allard site internet : www.benedicteallard.book.fr

Publié dans Théâtre, Musique

Partager cet article
Repost0

Cyril Morin évoque ses deux actualités musicales !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : Albane Navizet

 

Bonjour Cyril,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

 

1/ Depuis le 15 décembre est disponible en 4 CD la BO originale de la saison 1 de Borgia, série à succès de Canal +. Pour commencer, comment présenter cette œuvre ?

 

Avec le travail que l'on a fait, à savoir les 4 CD, il est très intéressant, en comparaison avec la BO qui était sortie à l'époque, d'avoir mis tous les morceaux dans l’ordre d'apparition de chaque épisode. Nous les avons aussi un peu regroupés pour les mettre pratiquement bout à bout dans toute la compilation.

 

La complémentarité entre la BO et la Cue-sheet est intéressante, cette dernière étant la liste où l'on met tous les morceaux avec le minutage dans l'ordre d'apparition dans l'épisode. C'est ce qui passe à la télévision. Alors que la BO est quelque chose de spécialement retravaillé. On prend les morceaux souvent les plus longs, on met un générique plus long, peut être que l'on met un morceau plus long et c'est une successions de morceaux qui ne sont pas forcément représentatifs du déroulement de la série. A l'inverse d'un long métrage où l'on a tout enregistré, et où on met presque tout dans la BO.

 

Le travail qui vient d'être fait est, je pense, une première. C’est d’avoir pratiquement l'intégralité de tous les morceaux dans l'ordre et de voir toute l'évolution entre le début du premier CD et la fin de quatrième, l'enrichissement des personnages, et le travail de développement autours de certains thèmes. D'ailleurs, on s'apercevra que Borgia n'est pas si thématique que cela, il s’agit beaucoup d’atmosphères qui évolue, où des thèmes qui changent.

 

2/ Quelles ont été vos principales sources d'inspiration pour le développement de ces 4 CD ?

 

En réécoutant les morceaux sous forme de Cue-Sheet, à la suite, je me suis aperçu qu'il y avait beaucoup plus de variation que dans un long thème de la BO originelle. On a quelque chose de plus proche de l'opéra, avec des accélérations, des ralentis, des atmosphères étranges ou du lyrisme. On reflète beaucoup plus le travail fait pour la série.

 

Quand j'ai écouté cela, je me suis rappelé plein de thèmes au travers de ces six heures de musique. Cela m'a donné l'envie d'essayer et d'aller plus loin. J'ai eu la chance d'être suivi par Arnaud Gauthier et Denis Furne, qui éditent le CD. Grâce à ce soutien et cette collaboration que nous avons depuis longtemps, nous partons sur des projets comme cela, qui ont l'air d'être un peu fous mais qui, finalement, comblent des attentes. Le fait d'être complet dans la présentation d'une musique de série intéresse beaucoup les fans de musique de séries. Cette fois, le travail est assez énorme, on ne parle pas d'un travail de sound design sur quelques chansons. On parle de pratiquement une demi heure de musique par épisode, avec de l'orchestre, avec des instruments de l'époque renaissance, avec des voix, parfois des cœurs, parfois des solos, des avancées vers un mélange d'utilisation d'instruments anciens et d'instruments modernes. Donc c'est une BO très riche, qui a demandé un travail assez colossal.

 

3/ Si l'on revient un peu en arrière, à la genèse de ces musiques-là, qu'est ce qui vous a inspiré ?

 

Il y avait une règle, celle de ne pas faire de la musique d'église, avec notamment des chœurs. Les choeurs sont utilisés en situation, dans une messe par exemple.

 

Il faut quand même parler des personnages. Césare Borgia vit une espèce de combat intérieur entre la spiritualité et la violence. Il faut alors amener des éléments plus spirituels pour refléter son sentiment et ajouter de la violence. Dans certains morceaux, on comprend très bien ces deux mondes, qui se rejoignent pour mieux s'opposer.

 

Je suis parti sur une image très lyrique des Borgia, très grande, très grandiose et puis, en fait, quand j'ai vu les images, je me suis aperçu que c'était plus intimiste. Il a fallu que je change du tout au tout, pour partir des grands espaces à une pièce où Césare Borgia parle de son avenir avec sa mère. Ce sont vraiment des passages qui sont montrés avec la musique, où l'on parle de jeunes hommes et femmes, qui ont sans doute quinze ou seize ans. Au fur et à mesure, on arrive à des personnages qui passent dans le monde adulte, qui prennent le pouvoir sur l'extérieur mais aussi sur eux-mêmes. La musique montre cela.

 

Il n'y a pas de source d'inspiration, il y a des sentiments, qui sont ceux que l'on retrouve exactement dans «  Le parrain  » par exemple. La manière de traiter l’histoire est très proche. Il faut aussi profiter des codes actuels et de l'ouverture d'esprit du public pour faire évoluer les musiques.

 

Une règle avait aussi été donnée par Tom Fontana, celle d'être extrêmement cru dans la musique. C'est-à-dire très rugueux et ne pas partir dans une espèce de lyrisme mélodique. J'ai plutôt réduit la partie mélodique et la partie orchestration qui pourrait elle aussi être mélodique. J'ai surtout travaillé des mélodies « vers l'intérieur », pour être sur du feeling, sur des impressions, un mélange d'ancien et de moderne. Bizarrement, ce côté très rugueux peut être très bien mis en avant par des instruments modernes.

 

On sait déjà, depuis les pré-commandes, que l'album suscite beaucoup d'intérêts. Pour que cela fonctionne, il est important que les musiques passent aussi le temps. En réécoutant récemment, avec modestie je me suis dit que nous étions quand même en avance, en termes de sons notamment.

 

4/ En parallèle est sorti en septembre dernier un autre album, plus personnel, « New dawn ». Que dire sur cette autre belle actualité ?

 

Ce n'est pas du tout le même univers. Il se trouve que, depuis une vingtaine d'années maintenant, j'ai fait des albums en dehors des films. Pour moi, c'est très important de se régénérer ailleurs et d'aller explorer d'autres choses que ce que l’on ne fait pas dans les films. J'ai fait une dizaine d'albums solo. J’ai toujours eu des envies que je suis allées explorer, ce qui m'a permis, à chaque fois, de mieux revenir dans la musique de film.

 

Récemment, j’ai fait une musique de film avec du jazz. Mon dernier album solo a donc influencé mon travail dans ce sens.

 

J'avais en tête depuis longtemps de faire cet album, en lien avec mon passé de guitariste. Cela a mis deux ans à peu près, parce que je travaillais beaucoup par ailleurs. J'ai commencé à rejouer de la guitare, à faire des des maquettes en amenant, petit à petit, les musiciens, qui sont tous excellents. L'inspiration de cet album vient vraiment de mon adolescence et de la musique que j'écoutais à la fin des années 70, pas mal de jazz rock en l’occurrence. J'ai donc fait l'album que j'entendais à 16 ans. Cela vivait toujours en moi, des années après.

 

Ce fut un plaisir, Cyril, de nous entretenir avec vous  !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Philippe de Pommereau évoque son parcours, ses projets et ses envies artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Philippe,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps.

 

1/ Vous êtes un jeune artiste passionné. Qu'est-ce qui vous attire dans votre quotidien artistique ?

 

C'est un métier qui fait rêver, qui donne du bonheur aux gens. Être sur scène, donner son énergie, donner ce que l'on a de positif en soi pour divertir les gens, pour les sortir de leur quotidien me rend heureux.

 

Notre interprétation, ce que l'on présente, par rapport à la musique, à la danse, permet d'exprimer nos émotions du moment. Si l'on est fatigué, on se sert de cela pour le retranscrire positivement face au public.

 

2/ Retenez-vous une expérience plus que toutes les autres ?

 

J'avais fait un spectacle pour enfants, où je jouais Arthur dans « Merlin l'enchanteur ». C'était vraiment cool, c'était la première fois que je jouais sur Paris. J'avais un rôle assez important et j'interprétais même une chanson. 

 

Une autre expérience m'a permis de chanter dans un café bar. Ce fut une première, un vrai défi pour moi de chanter deux titres en live. Jamais je ne me croyais capable de faire cela mais, au final, c'était génial.

3/ Êtes-vous intéressé par un domaine artistique plus particulièrement ? Ou, à l'inverse, la polyvalence vous séduit-elle davantage ?

 

C'est le théâtre que je travaille le plus. J'ai encore plein de choses à apprendre. Comme dans les autres arts que je pratique d'ailleurs, notamment la musique (piano et chant) et la danse. Les rencontres me font progresser, les gens m'aident à aller de l'avant.

 

Les planches sont une énergie différente, il n'y a pas plusieurs prises à faire. Il faut se servir de son trac comme d'une énergie. Je me lance et j'y vais. J'adore être sur scène, c'est une sensation qui ne s'explique pas, celle ci nous fait oublier tous nos soucis et totalement qui on est vraiment, à part bien sûr notre personne du moment ! Mais la vie est un grand jeu et sans aucune prétention, je pense être né pour jouer. 

 

4/ Plus généralement, quels sont vos projets artistiques ?

 

Je continue de prendre des cours de théâtre trois fois par semaine avec un passionné, Christian Laurent. Qui a consacré toute sa vie au spectacle, il a tenu un cirque et un théâtre, il a fait beaucoup de choses, a connu Brel, Brassens, Piaf et a travaillé avec de nombreux acteurs. C'est un formateur hors pair pour lancer des comédiens de télé au théâtre.

 

Christian va écrire prochainement une pièce sur Rimbaud, dans laquelle je vais interpréter le rôle principal.

 

Je participerai aussi à un hommage à Maurice Fanon, un chanteur un peu à l'ancienne, au Connétable, un bar cabaret dans le Marais. C'est un lieu habité, plein d'âmes, où il s'est passé beaucoup de choses. Isabelle Aubret, Simone Langlois, Francesca Solleville, Hervé Villard, Gauvain seront présents en février prochain. Je chanterai une chanson et je lierai des poèmes.

 

Pour la suite, j'adorerais jouer dans une comédie musicale, avec de la danse, du théâtre et du chant, dans le style "cabaret". Un rôle qui m'intéresserait vraiment serait de jouer le maître de cérémonie dans la comédie musicale "cabaret". J'adore aussi le cinéma, ça me plairait d'être pris pour un rôle prenant et intéressant.

 

Ce fut un plaisir, Philippe, de nous entretenir avec vous !

Publié dans Télévision, Musique, Théâtre

Partager cet article
Repost0

David Saura : parcours, passion, projets - il évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour David,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

 

 

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, notamment comédien, producteur, réalisateur ou bien encore compositeur. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

C'est comme quelqu'un qui est facteur ou qui travaille dans l'informatique, ça s'est fait tout seul depuis que je suis petit. C'est là dedans que j'ai voulu évoluer et c'est dans ce milieu artistique, entre télé, cinéma et musique, que j'ai toujours voulu être.

 

Je ne sais pas d'où cela vient, je ne sais pas pourquoi mais quand je suis en train de composer sur mon piano, quand je suis devant une caméra, quand je joue une pièce, je me sens vraiment moi-même, en vie, je kiffe. Rien d'autre ne me fait vibrer autant. Depuis que je suis petit, je sais que c'est cette voie-là qu'il faut que j'emprunte.

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Oui, parce que, pour moi, c'est la créativité qui régit l'ensemble de tout ce milieu artistique. Elle relit tous ces aspects de sens artistique. Sans prétention aucune, je pense être assez inventif et créatif, je n'arrête pas. C'est comme une source impérissable.

 

Cela peut en devenir frustrant ou inquiétant car, si je n'arrive pas à faire ce que je veux faire, au niveau que je veux atteindre, je pourrais être déçu. C'est donc une passion dévorante.

 

3/ Êtes-vous davantage attiré par une corde en particulier ? Ou est-ce la diversité qui vous plaît davantage ?

 

Un peu les deux. Même si je préfère les aspects télévisuels et cinématographiques. Parce que la musique est un peu plus intime, je peux la faire chez moi. C'est une sorte d’exutoire vital pour moi. Alors que la télé et le cinéma sont diffusés. Je m'y reconnais d'ailleurs plus.

 

4/ Spontanément, retenez-vous une expérience plus que toutes les autres ?

 

J'en ai pas mal. Mais je dirais la production de mon premier long métrage que j'ai tourné l'année dernière. Cet événement m'a particulièrement plus et touché. C'est mon bébé, je l'ai écrit, je l'ai produit et réalisé, en étant accompagné de mon associé.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

 

Mon film « 350 mètres par seconde » réalisé avec Mickaël Petiot vient de sortir, avec SD6 Production et notamment Serge Papagalli. J'ai produit cette année le court métrage « Le vœu de trop », avec Rémi Notta, un candidat de télé réalité qui se reconvertit dans le cinéma.

 

Je joue actuellement sur TMC dans « Les Mystères de l'Amour », produit par JLA Productions. J'ai sorti un titre de musique il y a deux ans, je souhaite en tourner le clip et j'ai comme projet de reprendre la musique d'ici fin d'année. Enfin, j'aimerais aussi être chroniqueur dans des émissions de télé.

 

6/ Vous êtes aussi gérant d'une boite de nuit sur Grenoble. Comment parvenez-vous à agencer toutes ces activités ?

 

C'est vrai, le rythme est chargé. Je me consacre pour le moment à mon travail. Mais j'aime mon métier, j'aime ce que je fais.

 

Cet échange fut un réel plaisir, David !

Publié dans Télévision, Musique

Partager cet article
Repost0

Jean-Luc Guizonne : parcours, passions, projets - il évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Jean-Luc,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

 

1/ Vous êtes un chanteur aux déjà multiples et riches expériences artistiques. Que retenez-vous de votre parcours jusqu'à ce jour ?

 

Ça va peut-être vous paraître un peu bizarre mais, pour l'instant, je n'ai pas envie de retenir grand chose en réalité. Car il y a tant de projets et de rêves qu'il me reste à accomplir, à toucher, à vivre. Je ne prends pas, du coup, réellement conscience de ce qui m'est arrivé jusque là.

 

2/ Un moment, un instant de votre carrière vous a-t-il plus marqué que tous les autres ?

 

Il y en a eu. Des rencontres ont été très fortes par exemple. Lorsque Disney me propose de doubler un personnage principal dans un dessin animé, «  Vaiana, la légende du bout du monde  », cela a été un instant fort. Car j'ai des enfants et on a tous été bercés par l'univers Disney. C'est beau et je trouve assez impressionnant que son travail de chanteur et de comédien soit enregistré définitivement sur un Disney. Pas n'importe lequel, c'est celui qui a le plus fonctionné au box office.

 

3/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration ?

 

C'est assez éclectique, j'écoute vraiment de tout. De la soul, du rap, de la trap music, de l'urbain, de la pop et de la variété française aussi. C'est une réalité, je ne suis pas axé sur un seul registre musical.

 

L'album pour lequel je travaille actuellement est clairement orienté soul, motown, pop music. Dans un registre acoustique.

 

4/ Vous êtes monté souvent sur scène avec une troupe. Quelles principales différentes ressentez-vous comparativement à un solo ?

 

Ça va être nouveau pour moi puisque ce projet d'album me permettra d'aller sur scène, en tournée, à la rencontre des gens. Pour le coup, cela va me permettre d'être encore plus vrai et plus sincère dans le sens où les gens verront Jean-Luc et non pas un personnage de comédie musicale. Je viendrai, sur scène, me livrer à nu et raconter un peu tout ce qui me passera par la tête.

 

Donc je pense que la grosse différence est dans la sincérité.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos projets musicaux actuels ?

 

L'album « Sourire » sur lequel je travaille depuis un an, qui va comporter une dizaine de titres. Dont la plupart seront enregistrés dans les conditions du live. Clairement, c'est un clin d’œil à l’univers motown, pop live.

 

Je vous tiendrai au courant dès que possible pour la date de sortie dans les bacs et sur les plate formes de téléchargement.

 

Il est clairement dans le four, il est tout chaud, prêt à être livré. Il reste la phase marketing, qui n'est pas toujours simple à coordonner.

 

Je suis auteur, compositeur sur certains et j'ai même envie de dire co producteur. J'ai été au bout de ce projet, je l'ai pensé et je l'ai réalisé. Mais pas seul, clairement, parce que tout seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin. J'ai vraiment eu la chance d'être très bien entouré, notamment dans la composition avec Seysey, un jeune qui fonctionne très bien ou Jon Norris, sans oublier Marc Létan. J'espère vraiment que les gens répondront présents. Pour remercier l'équipe qui m’entoure, une équipe d'acharnés et de passionnés.

 

6/ En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

J'ai la chance et le luxe de vivre de ma passion, d'être heureux et je crois que c'est l'essentiel dans la vie. Donc on peut tout simplement me souhaiter d'avoir la santé car c'est la base.

 

 

Ce fut un plaisir, Jean-Luc, d'échanger avec vous !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>