Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

musique

Plus Belle La Vie, album solo, tournages : David Ban évoque sa belle et riche actualité artistique !

Publié le par Julian STOCKY

@ Monsieur Roni

 

Bonjour David,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Ce lundi soir, vous avez effectué votre retour dans la série à succès de France 3 « Plus Belle La Vie », où vous y interprétez le rôle de Valentin. On imagine votre joie et votre plaisir d’avoir retrouvé l’équipe et les studios ?

Oui ! On a tendance à le dire facilement, c’est une vraie famille, il y a une très belle énergie positive, on est très bien accueillis. Que ce soient par les autres comédiens, les coachs, les techniciens ou les réalisateurs notamment. On est entourés d’une équipe pour être dans les meilleures conditions, c’est vraiment top ! Ma petite cerise sur le gâteau est que, à la base, mon rôle ne devait apparaitre que sur une première intrigue, en formant un duo avec le personnage de Laetitia Belesta, joué par Caroline Riou, dans une intrigue un peu à la « Pretty woman » où le riche milliardaire rencontre une femme de ménage, qui devient un peu Cendrillon. C’était une petite bouffée d’air pour le personnage de Laetitia qui a traversé beaucoup d’épreuves. Cela a fait rêver un peu les téléspectateurs qui, sur les réseaux, ont fait savoir leur plaisir de revoir Valentin Carrier. Avec beaucoup de bonheur, la production m’a rappelé et les auteurs ont décidé de le réintégrer dans les intrigues, c’est super !

On image que les retours très positifs et très nombreux du public ont dû vous faire chaud au cœur ?

C’est sûr que, quand on arrive sur une quotidienne comme cela, c’est un peu quitte ou double. Soit le personnage plait, soit il ne plait pas et on imagine bien la suite…Maintenant, ce personnage est tellement singulier, c’est un électron libre, il est particulier, même de par sa condition. C’est un riche milliardaire un peu aristo, avec une manière de parler un peu précieuse, il est vraiment très très singulier. Cela aurait pu ne pas plaire. Mais ce n’est pas du tout l’idée du riche qui peut prendre les gens de haut, il est hyper simple et, surtout, il est tombé très amoureux de Laetitia, c’est le conte de fée. Encore une fois, je pense que c’est cela qui a fait rêver. Par les temps qui courent, ça a fait du bien, ça a apporté du positif dans un contexte un peu morose.

 

@ Monsieur Roni

 

Sans dévoiler de grand secret, dans quel contexte revient votre personnage ?

La fin de la première intrigue marquait la fin de l’histoire d’amour entre Laetitia et Valentin. Elle avait déjà quelqu’un dans sa vie, Sébastien, sans que ça soit tout à fait confirmé, quelqu’un du même niveau social qu’elle. Laetitia l’avait choisi lui, plutôt que la richesse dans laquelle elle ne se sentait pas forcément à l’aise. Valentin avait alors décidé de s’éclipser.

Cette fois-ci, ils se retrouvent dans une maison domotique. Il s’avère que, justement, Laetitia et Sébastien ont été installés par la mairie de Marseille dans une maison domotique, suite à l’effondrement du gymnase, dans lequel elle avait perdu son mari. Leur maison est hyper moderne, complètement connectée, avec une voix, celle de l’intelligence artificielle. C’est d’ailleurs très drôle, cette voix est celle de l’actrice qui double Julia Roberts.

C’est assez cocasse. Laetitia comme Sébastien ne sont pas du tout habitués à toute cette modernité, ça crée des situations rocambolesques. En contrepartie d’être dans cette maison, ils doivent faire des visites à des investisseurs. En fait, il s’avère que l’un des promoteurs qui fait visiter est Valentin. Il est aussi un investisseur qui se lance dans différents secteurs et il s’intéresse notamment à la domotique. Il tombe nez-à-nez, par hasard, avec Laetitia, le jour où il vient faire visiter la maison. A partir de là, ça recrée une espèce de triangle amoureux entre Valentin, Laetitia et Sébastien. Mon personnage revient mettre le bazar dans l’histoire.

A l’image de ce que l’on a vu dès les premières scènes, on imagine que cette nouvelle intrigue sera marquée par un ton un peu léger, un peu décalé ?

On est clairement dans le registre de la comédie, comme on l’était déjà dans la première intrigue. Pour autant, il y a certes des touches de romance mais aussi de belles touches d’émotion. Il y aura de la jalousie entre ces deux coqs qui se retrouvent à convoiter la même femme. Laetitia ayant perdu son mari, elle est très très fragile par rapport à cela, tous ces sentiments l’a remuent aussi. Ce qui est assez drôle, c’est que tous les personnages se retrouvent dans cette situation presque malgré eux. Valentin, quand il vient faire visiter la maison, ne sait clairement pas qu’il va retrouver Laetitia. Elle ne sait pas du tout non plus qu’elle va retomber sur lui. Sébastien ne sait pas du tout non plus que Valentin va arriver et, à nouveau, semer la zizanie dans l’histoire. Il y a vraiment cette volonté d’être très léger. On peut penser que, dans la maison, les choses ne vont pas se passer comme ils le voudraient, avec tout le système connecté. Ce sera très drôle, en tout cas on a énormément ri à tourner certaines scènes et j’espère que le public prendra autant de plaisir.

 

@ Monsieur Roni

 

En parallèle, dans un autre registre, vous sortez fin avril votre album « 3,2,1,… ». Comment le présenteriez-vous ?

C’est mon deuxième album solo. Il a, je pense, muri. Le premier album était sorti en 2017 et j’ai écrit ces nouvelles chansons, entre temps, au fur et à mesure. « Encore plus fort », une première chanson, était déjà sortie et avait commencé à faire son petit chemin. Je travaille avec Pierre Baslé, en tant que réalisateur son. Je l’avais rencontré sur un des mes précédents spectacles. Par rapport au premier album, les sons sont beaucoup plus modernes. Mes textes sont toujours aussi sincères. Je pense à « Ce qu’on laissera », où je parle de l’inquiétude du temps qui passe et de ce qu’on laissera aux générations à venir. Il y a des chansons purement d’amour aussi. Certaines chansons, comme « Encore plus fort » sont hyper festives. Je m’adresse à toutes les générations et, surtout, je m’amuse aussi dans les styles. On a vraiment une même couleur au niveau des arrangements, il y a même des sons un peu électro mais il y a quand même toujours une base solide d’éléments organiques, comme des guitares ou des batteries.

Il y a 15 titres dont un titre piano voix car j’aime cette notion d’acoustique. J’y fais aussi un duo avec Emji, la gagnante de « La nouvelle star », qui avait travaillé avec moi sur « Les trois mousquetaires ». Elle a une voix incroyable, sur un de mes titres très rock. Il y a aussi un duo avec Sarah Caillibot, qui jouait ma femme dans « Bernadette de Lourdes ». Et la grosse surprise est que, de cette aventure de « Plus Belle La Vie » et de ce lien d’amitié que j’ai avec Caroline Riou, est née une invitation sur une des chansons. Elle n’est pas chanteuse mais je l’ai coachée sur « On se dit vous, on se dit tu ». Dont un clip sort mi-avril, tourné à Marseille. Cette chanson est une belle surprise que je vais faire découvrir aux fans prochainement. C’est assez drôle, j’avais écrit ce texte il y a quelques années, il y a plus de 10 ans même et il colle complètement à l’histoire de ces deux personnages dans la série. C’est une chanson un peu jouée, un peu théâtrale, c’est pour cela que c’était intéressant d’avoir une actrice qui soit en duo dessus.

Mon album "3,2,1..." sera disponible en physique en commande sur mon site officiel www.davidban.com puis par la suite sur toutes les plateformes de téléchargement.

 

 

Notons, entre autres, la chanson « Elle », sur les violences faites aux femmes, mais interprétée par un homme….

Oui, c’est vrai que c’est une chanson qui me tient à cœur. Dans un contexte où l’on parle beaucoup des violences faites aux femmes, je trouvais cela important de les dénoncer. Comme les violences en général. Mais c’est vrai que j’ai été interpellé aussi parce que j’ai rencontré, via des associations, des femmes qui sont passées par ce calvaire. Cela m’a donné envie d’en parler. On voit beaucoup de femmes chanter ce thème, je trouvais intéressant de donner un texte avec des mots d’homme pour montrer aussi que nous sommes touchés également.

Ce qui m’a vraiment d’autant plus touché, c’est que j’ai déjà eu beaucoup de messages, suite au clip sur internet, notamment de femmes passées par cette situation. Elles m’ont vraiment dit à quel point elles s’étaient reconnues dans cette chanson. J’ai voulu mettre l’accent sur le fait qu’une femme ne doit jamais oublier qu’elle est belle. C’est vrai que les hommes qui font subir ces violences ont tendance à vouloir rabaisser la condition des femmes pour qu’elles s’oublient complètement. Dans le refrain, je dis « elle oublie qu’elle est belle, elle oublie qu’elle est reine ». J’essaie de leur redonner cette place pour qu’elles se sentent simplement aimées.

En complément, quels sont vos autres projets du moment ?

J’ai tourné notamment dans « Clem », « Candice Renoir » et « Luther ». Dans celui-ci, je joue le rôle du commandant de la BRI. Actuellement, je tourne dans un gros film avec de grosses stars françaises que je ne peux malheureusement pas dévoiler, ça va arriver prochainement et j’aurai l’occasion d’en reparler.

Merci, David, pour toutes vos réponses !

Publié dans Musique, Télévision

Partager cet article
Repost0

N'Oubliez Pas Les Paroles : Elodie, maestro, évoque la sortie de son troisième single !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Elodie,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel entretien !

Depuis peu, votre troisième single, « Je veux que tu sortes », est disponible sur toutes les plateformes musicales. Comment le caractériser facilement ?

D’un point de vue musical, il s’agit davantage d’une balade, d’une chanson à émotions. Elle a été également écrite et composée par Dorian Bedel, comme les deux premiers titres. Mais on est dans un registre complètement différent. C’est ce qui me plait en fait, depuis ces trois premiers titres. Il n’y en a pas un seul dans le même style musical. Je me retrouve bien dans ces différents contrastes parce que j’aime chanter de tout. J’aime beaucoup bouger sur scène, j’aime sauter dans tous les sens, j’aime le rock et, là, avec « Je veux que tu sortes », on arrive dans un autre domaine que j’aime beaucoup, les chansons à émotions. On est plus sur une balade émotive.

Au niveau du contenu, je suis aussi heureuse du chemin de cette chanson. Les premières, surtout « Cliché de fille », parlaient de moi et, là, même si « Je veux que tu sortes » est écrite à la première personne, il ne s’agit pas de mon histoire particulièrement. Je me suis mise dans la peau d’une autre personne et j’ai raconté ce que pouvait ressentir n’importe qui après un amour vécu à sens unique. Puisque, comme l’indique le titre, il s’agit d’une personne qui souhaite que son amour passé quitte sa mémoire parce qu’elle n’arrive pas à se tourner vers l’avenir. Je pense que beaucoup de gens ont déjà vécu ce genre de situations. Là, en l’occurrence, c’est moi qui incarne cette femme qui souffre à cause de son ex mais ça peut très bien être un homme qui ressent cela. Il ne s’agit donc pas d’une histoire personnelle mais d’une narration de ce que peuvent ressentir plein de gens dans cette situation.

Quels premiers retours avez-vous pu avoir sur les trois chansons proposées ces derniers temps ?

D’un point de vue statistique, les retours ont été beaucoup plus importants sur « Cliché de fille » que sur « Singer » et « Je veux que tu sortes ». Je pense qu’il y a plusieurs facteurs qui jouent. Le fait que ce soit la première chanson aide à connaitre un succès beaucoup plus important que sur les autres. Il faut aussi se rappeler le contexte favorable dans lequel était sortie « Cliché de fille ». Les Masters 2019 avaient été rediffusés pendant le confinement et mon parcours durant ceux-ci avait été très positif, j’étais allée jusqu’en finale. En plus contre Kevin, qui est très très très apprécié. Donc il y a eu une grosse audience à ce moment-là sur cette rediffusion. Juste avant, il y avait eu la diffusion des tournois pour les associations. Dans cette équipe, je jouais avec Margaux, qui est aussi une maestro très très médiatisée. Toutes ces diffusions de « N’oubliez pas les paroles » assez enchainées ont fait que le nombre de personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux avait triplé en peu de temps. J’avais sorti « Cliché de fille » en même temps donc cela avait été un énorme bénéfice de pouvoir le faire à cette période. J’ai conscience que je dois beaucoup à l’émission et je ne le nie absolument pas.

« Singer », la deuxième, a connu beaucoup moins de vues parce qu’elle est sortie à la rentrée, il n’y avait pas forcément de visibilité à la télé à ce moment-là. Enfin, « Je veux que tu sortes » a connu un bon succès dès sa sortie puis, après, a stagné. Là, avec la diffusion de mon passage en 1/16è des Masters 2020, cela a fait un petit rebond. On vient de passer récemment les 10 000 vues, « Singer » est à peu près au même stade, alors que « Cliché de fille » a dépassé les 90 000 vues. On se dirige vers les 100 000 vues et ce serait un sacré pallier de franchi.

 

 

En termes d’avis des gens qui me suivent, les retours en général sont toujours très positifs. J’ai très peu de commentaires négatifs et, finalement, même quand ils le sont, j’aime beaucoup réagir sur les gens qui ne comprennent pas mes chansons ou qui désapprouvent le message que je passe. J’aime en discuter avec eux parce que je trouve ça constructif. Mais, dans l’ensemble, les commentaires sont extrêmement positifs. Ce qui est drôle, c’est que, comme on est sur des univers complètement différents selon les trois titres, en fait, naturellement, les gens souhaitent se positionner. Ils aiment souligner leur préférence. En général, le dilemme est très serré entre « Cliché de fille » et « Je veux que tu sortes ». Ils ont ce besoin d’extérioriser une préférence dans les titres.

En tout cas, ce qui marche dans ces chansons et particulièrement dans « Cliché de fille » et dans « Je veux que tu sortes », c’est que les gens qui les écoutent se retrouvent à travers elles. « Cliché de fille » avait été écrit pour moi, pour mon portrait et beaucoup de gens ont vécu un peu ce que je ressens dans cette chanson. Même si « Je veux que tu sortes » ne raconte pas une histoire qui m’est personnelle, beaucoup de gens se sont retrouvés émus. J’ai reçu des dizaines de messages de gens qui m’ont dit que ça leur a fait remonter tellement de choses en eux et que ça les avait émus aux larmes. Ils disent être touchés par toute l’émotion et la nostalgie qui se dégagent de ce morceau. Je me dis que, en touchant le cœur des gens, finalement j’ai tout gagné. Ces chansons m’ont touchée mais, si elles touchent les autres, c’est encore mieux.

Ce troisième single en appelle-t-il d’autres ?

Oui, tout à fait, c’est en projet. J’ai souhaité continuer mon travail avec Dorian Bedel, il y en a une qui est écrite et une deuxième est en cours de travail. Pour l’instant, c’est surtout lui qui est en train de laisser aller son inspiration. Par la suite, c’est moi qui travaillerais ces deux chansons et qui me dirigerais vers les studios. J’aimerais avoir cinq chansons à mon répertoire pour le moment, on verra après pour la suite. Donc il y a effectivement le projet de proposer deux nouvelles chansons dans les mois qui viendront.

Entre les deux vagues de confinement, vous avez eu la joie de retrouver sur scène une partie de vos camarades de « N’oubliez pas les paroles ». Quels principaux souvenirs en gardez-vous ?

Oh là là ! La scène est vraiment l’objectif final de mes projets personnels. La partager avec mes amis maestros est une sensation très difficilement descriptible. Elle est différente que celle ressentie en montant sur le plateau de NOPLP. Sur le plateau, on a toujours cette pression de vouloir réussir, cette pression de concentration et d’appel à la mémoire, on délaisse un peu plus le côté artistique, même si on fait de notre mieux pour chanter. Ce n’est pas la priorité. Sur scène, on va chercher en premier lieu l’émotion, la communication avec le public et le partage avec les amis maestros. Donc tout ce que l’on a parfois tendance à trop délaisser pour la compétition et la connaissance des paroles est mis au-devant sur scène. C’est une sensation complètement différente du plateau télé, j’aime les deux mais celle sur scène me procure une joie immense. Sur scène, ce n’est que du bonheur. On ne met que le positif de la chanson au-devant, ce qui me plait beaucoup.

Je sais que le monde attend impatiemment la fin de l’année 2020 mais quand je regarde mon année, effectivement il y a eu deux confinements et des épreuves assez atroces à traverser mais, en parallèle, cette année m’a apportée tellement, avec ces scènes, entourée des copains, avec la sortie de mes trois premiers titres, avec les Masters. Il y a eu beaucoup de belles choses aussi en fait et la scène fait partie vraiment de mes meilleurs souvenirs de 2020.

 

 

Plus récemment, on a pu vous voir, sur France 2, dans une nouvelle édition des Masters, aux côtés de Nagui. On imagine votre étonnement et sans doute votre grande joie d’avoir pu y retourner, grâce à une version élargie, vous qui pensiez devoir tourner la page ?

Oui, tout à fait ! Effectivement, ça fait deux ans que je fais un peu mes adieux au public de « N’oubliez pas les paroles ». Il y a deux ans, j’étais, il me semble, treizième du classement et, à l’époque, on allait à coup de quatre à cinq maestros qui entraient chaque année dans le classement. Il s’est avéré qu’il y en a eu beaucoup moins l’année suivante, j’avais donc pu retourner aux Masters 2019, alors que je pensais que c’était déjà terminé pour moi en 2018.

J’y suis retournée en 2019, alors que j’avais la place de dernière au classement, les seize premiers maestros seulement étant retenus. Il y a eu la finale avec Kevin. Je m’étais dit que c’étaient mes derniers et qu’il me fallait tout donner. J’avais vraiment donné tout ce que je pouvais parce que je savais que c’était la fin. J’avais, à nouveau, pu dire au revoir à cette occasion au public qui m’avait beaucoup soutenue.

Voici que le tournoi pour les associations change de formule également, passant de seize à dix-huit. A ce moment-là, beaucoup de maestros m’étaient passés devant, j’étais devenue vingtième, je pensais y aller au mieux en tant que remplaçante mais il y a eu deux absents, ce qui m’avait permis d’y aller en place de dernière à nouveau. A l’issue de ce tournoi, Nagui annonce que la formule des Masters s’élargit et, quelques semaines plus tard, on apprend que c’est une formule à trente-deux. Voilà, c’était reparti. J’arrête maintenant de dire au revoir aux gens parce que je vais perdre toute crédibilité J.

C’est vraiment une chance incroyable parce que je n’imaginais pas que cette aventure durerait aussi longtemps. Je n’imaginais pas qu’elle m’apporterait autant artistiquement et, surtout, qu’elle m’apporterait autant humainement, dans toutes les rencontres que j’ai faites. Donc c’est une chance et on verra si cette formule est conservée pour l’année prochaine. On ne le sait pas, personne ne le sait pour le moment, ça a l’air de fonctionner en tout cas puisque l’on a battu des records d’audience chaque soir. Cette formule a l’air de plaire, c’est super, après on n’est pas décisionnaires de la formule. Je prie de tout mon cœur pour être encore présente l’année prochaine et si ce n’est pas le cas, tant pis, j’aurais eu au moins la chance de vivre cela pendant quatre années, en pensant chaque fois que c’était ma dernière. C’est déjà super.

On l’a vu, vous avez été éliminée bien plus tôt que d’habitude. Avec le recul, sans vous remémorer trop de mauvais souvenirs, que s’est-il passé ?

Je suis assez mitigée dans cette émission. Les points positifs de tout cela, c’est que, encore une fois, je n’étais même pas censée être là cette année donc comment ne pas être heureuse de pouvoir revenir sur ce plateau, de pouvoir ressentir toutes ces ondes, de pouvoir rechanter avec les Zikos, d’être aux côtés de Nagui ? Quelle chance d’avoir pu revivre encore toutes ces choses que l’on ressent sur le plateau. J’étais vraiment ravie d’y retourner. L’autre point qui est totalement positif aussi est que je fais partie de ceux qui ont eu la chance de repartir avec de l’argent, je suis repartie avec 20 000 €, une somme énorme. J’ai conscience de cette chance et je ne la nie absolument pas.

 

 

Mais c’est vrai que, à chaque fois que je vais sur le plateau, je me donne toujours un objectif. C’est marrant parce que, depuis quatre ans, l’objectif n’avait pas changé. Chaque année, je me disais « allez, tu as bossée comme une folle donc ta récompense serait que tu gagnes une finale à 20 000 € ». Ce qui serait une belle récompense pour mon travail. Cette année, l’objectif n’était absolument pas financier. J’avais comme une sorte de défi personnel à relever, peut-être lié au regard des autres qui avait changé sur moi. J’ai senti un certain changement, où les gens me craignaient davantage par rapport à ce que j’avais fait l’année dernière. Ils me disaient que je faisais partie des plus fortes, alors que je n’étais pas d’accord avec cela. Je savais mes points faibles, c’est juste que mes amis maestros n’en avaient pas forcément conscience. J’avais cette pression que je me suis mise naturellement parce que je pense que j’étais attendue. Quand je voyais sur certains sondages faits sur les réseaux sociaux que beaucoup de gens me voyaient aller en finale des Masters, je m’étais dit que de nombreux téléspectateurs s’attendaient à ce que je fasse une certaine performance. Je me suis naturellement mise cette pression de « Il faut que je réussisse, je n’ai pas le droit à l’erreur ». J’ai eu aussi moins de temps pour réviser, d’habitude les tournages avaient lieu en août, là ils ont débuté avant les vacances de la Toussaint donc ça a été très court pour moi de réviser, pendant que j’étais instit, pendant que je m’occupais de ma fille, pendant que j’avais des projets musicaux en cours. Mais je me suis donnée vraiment le maximum de moyens, à ne faire que ça de mes week-ends et de mes soirées. Voilà, quand on fait beaucoup de travail, on espère atteindre son objectif, pour moi c’était de gagner un match, peu importe l’argent, quitte à revenir les poches vides, cela m’était égal. Je voulais juste gagner un match et l’objectif n’a pas été atteint. Donc cela a été un peu ma déception parce que c’est la première fois des Masters que je n’atteins pas mon objectif. Mais, encore une fois, j’insiste, je ne voudrais pas que l’on pense que je n’ai pas conscience de la chance que j’ai d’avoir gagné 20 000 €, je suis très contente de cela, vraiment.

La deuxième déception, en plus de ne pas avoir atteint mon objectif, est d’avoir perdu contre moi-même en fait. Ça a été très décevant. J’ai fait une erreur, une seule erreur, qui m’a été fatale dans mon parcours. Sur la première manche, Mickael allait dans le fauteuil parce qu’il lui manquait des points, sur la deuxième manche, Mickael allait dans le fauteuil parce qu’il n’avait pas eu non plus la totalité de ses points. Donc j’avais mes premières manches, les connaissances étaient là, c’est juste le stress que j’ai très mal géré sur la première même chanson. Sur le match aller, je suis tombée sur « C’est dit » de Calogero, que j’avais récitée par cœur quelques semaines avant à mon mari, sans aucun soucis. Elle était passée naturellement. Là, j’ai vu les trois petits points apparaitre, ça y est, les paroles n’étaient plus là et rien ne me revenait, j’essayais de balancer des mots un peu dans le désordre mais je savais que ce n’était pas ça. Rien n’est venu, ça a été le trou noir.

Je trouve que, cette année, on s’est tous mis une pression beaucoup plus importante. Pourtant, l’année dernière, j’en avais déjà une sacrée mais celle de cette année m’a vraiment fait perdre mes moyens. Quand on voit l’état dans lequel était Mickael, on remarque que, finalement, on était tous assez mal, on se mettait une pression qui n’était pas forcément bénéfique. En tout cas, cette pression a été très négative pour moi, elle m’a vraiment ensevelie. Mais, voilà, en tout cas, c’est ma déception de m’être trompée sur quelque chose que je connais. C’est la crainte de tous les maestros. Quand on ne connait pas le texte, on ne regrette pas mais quand on le sait, c’est dur de se pardonner une erreur sur une chanson que l’on connait par cœur. Mais bon, c’est ainsi, cette année je suis tombée, l’année dernière j’étais debout et puis on verra l’année prochaine.

Merci, Elodie, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision, Musique

Partager cet article
Repost0

Kareen Antonn évoque son actualité et ses projets pour la suite de son parcours !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Kareen,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

En parallèle de votre parcours dans la musique et le chant, vous avez lancé récemment un autre projet, « Psy.K.Ose ». Comment le présenter ? De quoi s’agit-il ?

C’est simplement le fait de désacraliser les métiers psychologiques. Beaucoup de gens ont encore de nombreux préjugés et hésitent à aller parler à quelqu’un, à aller voir un professionnel lorsqu’ils se sentent mal ou lorsqu’ils ont des doutes. En ce moment, il y a beaucoup de gens qui dépriment et qui se posent des questions sur eux-mêmes, qui ne savent pas à qui s’adresser, qui n’osent pas aller voir des psychologues. J’ai un certificat de psycho-praticienne que j’ai obtenu il y a deux ans maintenant. J’ai vraiment l’envie, en parlant avec les gens, d’expliquer des notions de psychologie de manière simple, de manière drôle, pour leur montrer qu’un psy, ce n’est pas que quelqu’un de très sérieux, qui fait peur ou qui va juste opiner la tête en disant « oui, oui, d’accord, je vous comprends ». C’est aussi une personne avec une vraie vie, qui a les mêmes problématiques et qui peut être à l’écoute et accessible.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de développer ce projet ?

Ça fait longtemps que j’avais envie de développer des projets comme celui-ci. La psychologie a toujours fait partie de mes passions. Toute petite, je voulais être psychologue scolaire. Après, la musique a pris le dessus. Très vite, j’ai fait des études pour être technicienne de la voix et je me suis rendue compte du lien direct qu’il y avait entre la voix et l’état psychique. Donc j’ai commencé par intégrer des notions de psycho via le chant. Mais au lieu de passer systématiquement par la voix (beaucoup de gens me disaient ne pas savoir chanter), je voulais aussi leur permettre d’accéder à cette même méthodologie, juste en parlant, avec des méthodes peut-être un peu différentes de la plupart des psys parce que je suis aussi différente moi-même de par mon activité première.

Donc, voilà, c’est peut-être un peu plus rock’n roll, un peu plus marrant, un peu plus ludique, mais, en tout cas, ça a le bénéfice de fonctionner et d’éviter de trop intellectualiser les choses.

Ça peut être en direct avec les gens en Visio, au travers de consultations. J’ai aussi un cabinet, ouvert le jeudi, dans le Sud-Ouest, où je pourrai recevoir les gens pour des consultations « normales » dès que l’état me l’autorisera.

 

 

Selon vous, qu’est-ce qui pourra plaire aux, on l’espère, nombreuses personnes qui vous suivront ?

Justement le fait d’instaurer un rapport humain simple. J’ai eu l’occasion de rencontrer pas mal de gens de la profession : des psychiatres, des psychologues etc… C’est vrai qu’il y a souvent un côté très officiel, très procédurier, très sérieux, qui peut faire peur et qui peut démotiver des gens qui ont surtout besoin d’un ami virtuel à ce moment-là. On a du mal à trouver quelqu’un qui ne soit pas trop infantilisant et qui, au contraire, soit plus dans la motivation.

J’aime aussi m’occuper d’adolescents. Je pense qu’ils ont besoin d’avoir quelqu’un qui ait à peu près leur langage, qui ait à peu près leur culture, qui soit à peu près au courant de ce qu’ils regardent, de ce qu’ils écoutent et de leurs problématiques. Evidemment, à 40 ans, je suis vieille pour eux! Rires

Mais je pense être quand même encore un tout petit peu dans le coup et ne pas être moralisatrice ni leur donner cette image de professeur.

A l’aube de cette nouvelle aventure, que peut-on vous souhaiter avec celle-ci ?

On peut me souhaiter déjà que les réseaux fonctionnent, que les gens soient curieux, qu’ils aient envie de venir vers moi. S’ils n’osent pas encore tenter le rendez-vous par Visio parce que je sais que c’est un peu particulier, qu’ils n’hésitent pas à prendre rendez-vous dès maintenant.

A côté de cela, dans le contexte actuel, quels sont vos projets musicaux du moment ? Et vos envies pour la suite ?

Les projets que j’avais ont été légèrement avortés par tous les évènements. Je travaille avec Tendances & Cie, nous devions faire de nombreuses dates l’été dernier. On travaille en ce moment sur la conception d’un nouvel album. L’avantage, c’est que nous prenons le temps de faire les choses bien! Tout a été reculé et recule sans arrêt. Mais on continue, on avance, même s’il nous est impossible de mettre une date de sortie pour l’instant.

 

 

Plus généralement, quelles complémentarités éventuelles retrouvez-vous entre ces deux domaines ?

Moi chanteuse et moi psy ? Le vrai point commun que je pourrais trouver à mes trois activités (je suis prof de chant aussi) est que j’essaie de faire prendre du plaisir aux gens et de leur faire oublier un quotidien extrêmement compliqué et pesant. Quand je chante, j’espère les faire sortir de leurs galères le temps d’une chanson ou d’un concert. Quand je donne des cours, c’est pareil. Quand je fais des consultations, le but est aussi qu’ils repartent allégés de pas mal de choses. C’est un partage d’énergie. S’il n’y a pas ce partage-là, ça ne m’intéresse pas. Il y a des chanteurs qui chantent chez eux, juste pour eux. Si je n’ai personne en face, ça ne m’amuse pas de chanter.

Si l’on revient sur votre parcours musical riche et varié, quels en sont vos plus beaux souvenirs ?

J’en ai vraiment beaucoup ! J’ai des souvenirs qui vont dans tous les sens. Evidemment que j’ai des souvenirs incroyables avec Bonnie Tyler lors du duo que j’ai pu faire. J’ai des souvenirs aussi complètement fous lors de plus petits évènements, de gens qui n’ont pas trop de moyens et qui nous reçoivent avec une générosité incroyable, où l’on se retrouve avec des publics tellement heureux que l’on prend une dose d’amour fantastique.

J’ai des souvenirs dingues aussi au cabaret où je travaillais avant parce que c’était la vieille école et parce que l’on était une équipe. J’ai des souvenirs fous de voyages magnifiques que j’ai pu faire un peu partout dans le monde. Ce métier m’a permis d’aller dans 52 pays, c’est un privilège incroyable.

J’ai encore des souvenirs récents de petits établissements. Cet été, j’ai décidé de reprendre un peu mes vieilles habitudes. Comme on ne pouvait plus trop travailler, je suis allée à la rencontre des gens dans des petits lieux, du coup j’ai retrouvé ce contact que je n’avais pas eu depuis une éternité et c’était top. C’était super aussi d’avoir cette proximité en petit comité. C’est complètement différent mais j’arrive à prendre plaisir dans toutes les circonstances, tant que le partage est là et que les gens viennent pour avoir un peu de plaisir aussi.

Quelles sont vos principales inspirations musicales ?

Elles remontent à quand j’étais petite, elles sont très anglaises, très pop rock. Je pourrais citer Sting, U2 par exemple… Ma maman écoutait beaucoup cela à l’époque. Paradoxalement, j’aime aussi la chanson française avec des chansons à texte que j’ai découvertes un peu plus tard, quand je suis rentrée en cabaret. J’ai eu vraiment un coup de foudre pour le métier d’interprète.

J’aime beaucoup tout ce qui est acoustique, j’aime beaucoup les balades. Je pense aussi au groupe allemand Scorpions, avec ces titres incroyables qui m’ont beaucoup inspirée. Ma maman écoutait beaucoup cela aussi. Je crois, en fait, que ce sont les longs voyages en voiture avec ma mère qui m’ont le plus travaillée au niveau des influences musicales que je peux avoir aujourd’hui.

 

 

Dans les derniers instants juste avant de monter sur scène et d’aller rencontrer le public, quelle est votre méthodologie de préparation et de concentration ?

Ça dépend des contextes. Si ce sont des contextes comme j’ai fait cet été, en plus petite formation, avec des plus petits comités, je n’ai aucune méthodologie, si ce n’est que je vais rester avec les gens. Je vais manger au milieu d’eux, je ne vais pas m’isoler du tout, je vais m’imprégner pour que l’on partage déjà quelque chose. Des « coucou », des « bonjour ». Comme cela, quand je monte sur scène, j’ai l’impression de chanter devant des gens que je connais. Et eux-mêmes ont déjà cassé cette barrière, ce qui va leur permettre de participer et d’avoir plus d’interactivité.

Si c’est une grosse scène et quelque chose d’un peu plus officiel, je retrouve le même trac que quand j’ai commencé. Dans ce cas-là, j’essaie de faire abstraction mais, oui, j’ai peur, comme au début. Ça ne me lâche pas, c’est toujours pareil. Donc je vais me concentrer, je vais respirer. Comme maintenant je commence à avoir pas mal d’années d’expérience, j’essaie de me dire que je peux simplement me faire confiance parce que, normalement, je sais le faire. J’essaie surtout d’être la plus vraie possible. Si j’ai peur, on ne me verra pas faire « wouhou », on verra que j’ai un peu peur et je vais le dire.

En prenant un peu de hauteur sur tout cela, qu’est-ce qui vous plait tant dans votre quotidien artistique ?

C’est que, justement, il n’y a pas de quotidien. Je n’ai aucune barrière, ça fait partie aussi de l’insécurité de ce métier mais c’est également ce qui crée sa richesse et sa magie. Il peut y avoir un coup de fil qui nous annonce que la semaine d’après sera unique et différente des précédentes et de toutes les années d’avant. Ce métier est plein de surprises, tout le temps, plein de rencontres nouvelles, plein de nouvelles expériences et il n’y a aucune limite à ce qu’il y ait de la nouveauté sans arrêt.

Merci, Kareen, pour toutes vos réponses !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Charlotte Adrien nous parle de sa belle et riche actualité artistique !

Publié le par Julian STOCKY

Bonjour Charlotte,

Quel plaisir d’effectuer ce nouvel entretien avec vous !

Vous avez récemment eu l’agréable surprise d’être confirmée pour deux séries de 6x52 minutes, « Une si longue nuit » et « Plan B » que pouvez-vous nous en dire ?

Oui j’suis ravie, les 2 séries sont vraiment dingues en plus ! Dans « Une si longue nuit » réalisée par Jérémy Minui, je jouerai la petite sœur de Mathilde Seigner. Et l’histoire c’est un étudiant Franco-maghrébin qui fête son diplôme, et rencontre une nana avec qui il passe la nuit. Le lendemain, il retrouve cette femme assassinée dans leur lit. Tout l’accuse, et lui ne se souvient de rien….Personne ne sait ce qui s’est passé cette nuit-là. Et c’est Mathilde Seigner qui va le défendre. C’est une avocate un peu provoc, assez trash, qui défend les « putes et les arabes », qui a plusieurs amants, elle est libre, décomplexée, en dépit des conventions que déploie sa famille, très classique et conventionnelle. Personne ne comprend qu’elle défende ce "jeune maghrébin » que tout accuse, et même sa famille va se mettre contre elle. Moi je jouerai le rôle de Jeanne, sa petite soeur, qui a tout réussi dans la vie, dont l’image est absolument « parfaite » et qui, malgré leur antinomie, adore sa sœur. J’ai une très belle scène avec Mathilde Seigner, que j’ai passée au casting, et quand j’ai su que j’avais été prise, j’ai hurlé de joie !! C’est l’adaptation d’une série anglaise qui s’appelle « Criminal Justice », qui a aussi été adaptée aux Etats Unis sous le nom de « The Night Of ».

Et « Plan B » est l’adaptation d’une série Québécoise, qui sera réalisée par Christophe Campos. C’est l’histoire de Florence, animatrice-star de radio complètement hyper-active (jouée par Julie De Bona), qui ne voit pas que Lou, sa fille de 16 ans, ne va pas bien du tout. Lou finit par se suicider, et Florence s’écroule… quand elle est mise en contact avec l’agence Plan B, une entreprise qui permet de voyager dans le temps, ce qui lui permettra peut-être d’empêcher le suicide de sa fille… Dans cette série, je jouerai le rôle de Suzanne, la psy qui va tenter d’aider Florence et Lou à retrouver une relation mère-fille saine mais évidemment rien ne se passe comme prévu… Ca me fait rire de jouer un rôle de psy, étant donné que j’ai 2 parents psy…! J’ai hâte !

Dans un autre registre, la musique en l’occurrence, vous êtes en préparation d’un EP.

Absolument !

Notre 1er EP : Cardinale, sortira le 16 Octobre 2020 sur toutes les plateformes, on est complètement heureux… enfin la sortie sur Terre !! Enfin le partage de ce qu’on a fabriqué à 4 dans l’ombre… tout en poésie… tout en rock… tout en délicatesse et puissance à la fois… C’est juste un échauffement avant l’album mais c’est déjà une sacrée exposition…!

 

 

Notre 1er morceau, Une Sortie sur la Lune, est sorti en juillet, et on a eu de supers retours, alors ça revigore bien après cette période toute particulière, toute confinée ! C’est un morceau assez psyché, je livre un texte de poésie sur le fait de déborder de désirs grâce auxquels nous pouvons rendre possible l’impossible ! Comme ces hommes qui sont allés sur la lune devant les yeux écarquillés du monde entier qui n’y croyait pas…! Il me semblait juste de sortir ce morceau à une période où, plus que jamais, nous devons croire en nos imaginaires, et les rendre débordants d’inventivité pour créer un monde plus cohérent, et plus juste à tous les niveaux. J’ai monté le clip avec Nicolas Devienne, et je suis très très heureuse de ce travail que je trouve très beau.

Le Concert de sortie d’EP aura lieu le 14 Novembre 2020 au Petit Duc à Aix en Provence, en co-plateau avec Yann Cleary, qui lui sort son 2ème album. La jauge étant évidemment très limitée, le concert sera filmé par 6 caméras et retransmis en live streaming !! Un des rares concerts maintenus du coup, grâce à la mise en place de la captation vidéo par le Petit Duc qui a fait un super boulot !

 

 

Plus généralement, quels sont vos autres projets du moment ?

Alors je suis en train de développer un projet assez passionnant avec Sébastien Benedetto et Renaud Fossard, à propos des conséquences de la publicité sur la population, sur l’écologie et tout ce qui s’y rattache… (en gros l’influence psychologique qu’induit la publicité sur la population, (notamment les enfants), la réquisition des espaces publiques et privés par la publicité, le blanchiment d’image des grandes enseignes, etc). Ce projet découle d’une recherche de 4 années menée par Renaud, mon frère, dont le rapport final est sorti au mois de juin dernier. Il a été relayé dans de nombreux journaux et il est parti à l’Assemblée Nationale, afin d’ouvrir la réflexion sur une façon d’encadrer la publicité, pour pouvoir légiférer. On est donc en écriture sur ce triptyque qui va se déployer sur trois ans. C’est une production du Collectif Animale, en collaboration avec Mozaïc production et avec le Théâtre des Carmes, fidèle poétique et politique compagnon…!

Et sinon, je fais partie des commissions de réflexion des Etats généraux du Festival d’Avignon, pour proposer une nouvelle façon d’appréhender le festival…. L’heure est au changement, profitons-en !!

Merci, Charlotte, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision, Musique

Partager cet article
Repost0

Sophie Gemin évoque son personnage dans Les Mystères de l'Amour sur TMC !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sophie,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

On peut vous retrouver, depuis quelques épisodes, dans la série à succès de TMC « Les Mystères de l’Amour ». On imagine le plaisir que ce doit être, pour vous, de retrouver régulièrement cette belle bande historique de la télévision ?

Oui ! Avant de la retrouver à intervalles réguliers, j’ai même eu l’impression, la première fois que j’y suis allée, de la retrouver tout court puisque je suivais la série assidûment quand j’étais petite. Bien sûr, maintenant que j’y suis, je commence à créer des liens un peu plus approfondis avec les comédiens. Tout cela est très progressif parce que l’on se voit peu finalement. Les tournages se passent super vite et les moments que l’on a pour faire connaissance à titre personnel sont souvent un peu rares et rapides. Mais je suis toujours super contente de les retrouver, il y a une super équipe, une super ambiance. J’ai été très bien accueillie, comme tous les nouveaux je crois. Donc c’est toujours un plaisir de monter à Paris et de venir tourner.

Avec vos mots, comment caractérisez-vous votre personnage ?

Clémence est l’infirmière qui s’est occupée de Nicolas quand il a eu sa crise cardiaque. Un lien s’est créé entre eux, dans un premier temps pas très charnel, plutôt très affectueux. Je pense que Nicolas s’était retrouvé dans une situation de faiblesse et que quelque chose s’est créé entre eux. Par la suite, les choses vont-elles évoluer ou pas, on verra bien…

Pour l’instant, vous verrez Clémence surtout à l’hôpital, et seulement très très ponctuellement dans un autre décor.

A titre personnel, avez-vous des sources particulières d’inspiration, en complément du scénario et des indications sur le plateau ?

Non, pas spécialement. Je me suis basée sur les descriptions que l’on m’en a faites, sur les textes en eux-mêmes et, bien sûr, sur la direction du réalisateur. Mais pas spécialement sur une personne ou un personnage que j’avais en tête.

On le sait, le rythme de tournage est soutenu sur ce programme. Affinez-vous votre méthodologie au fur et à mesure ?

C’est un bon challenge. C’est un peu angoissant, c’est vrai, quand on n’y est pas encore. On se pose plein de questions : comment ça va se passer ? est-ce que je vais me souvenir de mon texte ? est-ce que je vais avoir suffisamment de propositions pour que le réalisateur puisse y trouver son compte, en trois prises ? De toute façon, on n’a pas le choix, il faut s’y mettre et, évidemment, il y a des moments où l’on aimerait refaire, peaufiner. Ce n’est jamais parfait dès le départ et, à chaque fois, on essaie de s’améliorer pour être plus réactif, pour avoir plus de force de proposition, pour faire passer peut-être mieux ce que l’on avait envie de faire passer et qui n’est passé comme on l’aurait aimé.

En général, une semaine avant, je lis plusieurs fois les textes, je me mets en tête le pitch, le contexte. Tous les jours, je les relis un petit peu et, quatre à cinq jours avant, je commence à les apprendre par cœur. Après, ça dépend du nombre de scènes que j’ai à tourner sur place. Si je n’en ai que deux, je peux m’y mettre trois jours avant seulement. Mais je le fais un peu tous les jours, j’en ai besoin, car je n’ai pas leur entrainement. Ils font cela depuis presque trente ans. Même quand je chantais, comme je faisais beaucoup de télés en direct, avec beaucoup de changements, il était impossible d’apprendre tout par cœur, tellement on nous demandait trop de modifications à la dernière minute. Donc j’ai été mal habituée, j’ai eu des prompteurs. Je n’ai pas travaillé ma mémoire, j’ai du boulot à ce niveau-là mais ça commence à bien venir.

C’est une très bonne école, on n’a pas le  temps de s’apitoyer sur soi-même. On ne peut qu’être dans des conditions plus faciles dans d’autres circonstances. Ce n’est pas facile ici mais, en même temps, je pense que ça laisse aussi une place à la spontanéité. A force de travailler une scène, on rentre dans des mécanismes qui, parfois, peuvent être un peu moins naturels. Ici, ça laisse la place à plus de naturel.

Vous avez différentes cordes à votre arc artistique, l’image et la chanson notamment. Considérez-vous ces deux domaines comme autant de métiers différents ?

Je pense que, pour l’instant, comme le côté comédien est encore un peu neuf pour moi, je considère cela comme très différent. J’ai plein de choses à apprendre. Quand j’aurais développé des automatismes, je n’aurais pas forcément le même discours. Certainement, je me dirais que c’est pareil, que, quand on est sur scène et que l’on chante, on joue finalement un rôle aussi, on est en représentation. J’ai joué également la comédie mais sur scène. Actuellement, je trouve que c’est complètement différent. Dans quelques temps, je me dirais que ce n’est peut-être qu’un tiroir à ouvrir, qu’une clé à tourner et que, au final, j’y prends autant de plaisir, j’y ai autant de lâché-prise. Pour l’instant, je suis encore très dans la réflexion, dans la technique.

 

 

En tout cas, que ce soit sur LMA ou sur d’autres projets, j’aimerais continuer en ce sens. Chaque contrat que l’on a est une étape supplémentaire et permet de se sentir légitime. Avant, je me considérais uniquement comme chanteuse et pas du tout légitime à la comédie, même si j’avais fait une école pluridisciplinaire et que j’avais joué dans des comédies musicales. Comme je faisais beaucoup de studio en tant que chanteuse, je me suis mise à faire de la voix off. Le fait d’être à l’aise derrière un micro pour chanter m’a donné une légitimité pour me sentir à l’aise derrière un micro en tant que comédienne en voix off. Ce qui m’a permis de me sentir légitime à être comédienne tout court. Maintenant que j’ai ce pied là-dedans, ça m’aide et ça m’ouvre des portes, à l’intérieur de moi-même, vers, effectivement, d’autres possibilités, d’autres perspectives, auxquelles je ne pensais pas forcément il y a un an.

Pour terminer, que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre parcours artistique ?

De continuer comme je l’ai fait jusqu’à présent. Cela m’a très bien convenu, je suis très contente de mon parcours. Je n’avais pas de prétention extraordinaire mais j’ai plutôt fait des choses sympas. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir. J’espère que ça continuera comme cela, sur scène et à l’image.

Merci, Sophie, pour toutes vos réponses !

Publié dans Musique, Télévision

Partager cet article
Repost0

Crys Nammour évoque son nouveau clip sur la chanson Une à Une !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Crys,

Quelle joie d’effectuer cette interview avec vous !

Vous venez de sortir votre nouveau titre, « Une à Une ». Comment le présenteriez-vous ?

C’est une chanson qui parle de l’emprise amoureuse. A première vue, elle a l’air d’être une chanson d’amour mais, en réalité, elle ne l’est pas. Parce que, justement, j’ai fait un clip qui en révèle le vrai sens, en l’occurrence l’état dans lequel j’étais au moment où j’ai écrit cette chanson, manipulée, sous emprise.

Quelles ambiances musicales et sonorités peut-on y retrouver ?

Ce sont des sonorités plutôt urbaines mais colorées. C’est ce que j’écoute et je voulais que ce titre me ressemble. J’ai eu la chance de grandir en Côte d’Ivoire, les sonorités Afro Beat me touchent de très près, leurs énergies me ressemblent et j’avais envie de les mettre dans ce titre.

Vous avez commencé à en parler, quelles ont été vos principales sources d’inspiration pour le développement de cette chanson ?

J’ai écrit cette chanson alors je vivais une histoire d’amour avec un garçon. A la base, j’avais fait une chanson d’amour, pour lui.

Mais avec un petit indice qui aurait dû me mettre la puce à l’oreille à ce moment-là, à savoir que, lorsque l’on est amoureux, on ne se retrouve pas sans défense. On se retrouve plus fort en principe. Avec cet homme-là, je me retrouvais démuni, sans défense face à lui. Donc c’est bien plus tard que j’ai compris que, en réalité, j’avais écrit cette chanson dans un état qui n’était pas mon état normal mais celui d’une femme manipulée. Je voulais vraiment que le clip révèle le vrai sens de la chanson.

Dans ce titre, une femme invite un homme à rester proche d’elle, en réalité elle est complètement obsédée par lui. Petit à petit, elle lui ouvre son cœur et son être, barrière après barrière. Jusqu’à se retrouver mise à nue devant lui mais démunie, ne pouvant plus agir, sous son emprise totale.

 

 

Quels sont les principaux retours que vous avez pu avoir jusqu’à présent ?

C’est assez intéressant parce que, effectivement, lorsque j’ai posté la chanson avant le clip, tout le monde pensait que c’était un titre d’été, une chanson d’amour. Face au clip, les gens ont été, au début, surpris parce qu’ils s’attendaient à quelque chose au bord d’une plage, où tout va bien, en mode « big love ». Au final, après y avoir découvert le vrai sens de la chanson, les gens m’ont fait des retours extrêmement positifs. Beaucoup de personnes étaient vraiment touchées du fait que l’on parle de ce thème-là. Parce qu’elles l’ont vécu ou parce qu’elles connaissent des gens qui ont connu cette situation.

Tout le monde trouve le clip aussi très beau, très artistique. C’était d’ailleurs un vrai défi pour nous, nous l’avions tourné sans boite de production, j’ai un peu tout géré, c’est pour moi un beau succès, je suis ravie.

Vous avez aussi eu l’occasion de faire des plateaux télé, on peut notamment penser à votre live sur France 5 dans « C à Vous ». Cela montre que ce thème fait parler et que les médias ont envie de l’évoquer.

C’est un thème vraiment très important parce qu’il y a tellement de femmes qui sont dans cette situation mais qui ne le savent pas. Le problème est que, lorsque l’on est en couple avec un pervers narcissique ou sous l’emprise d’un homme, on a l’impression de n’avoir aucune porte de sortie. On croit que l’on va y rester toute notre vie ou que l’on va y rester tout court.

C’est aussi pour cela que j’ai voulu tourner le clip dans une prison circulaire, avec toutes ses portes qui emmènent en réalité vers des cellules et non pas vers l’extérieur. Le clip a été pensé dans les moindres détails pour essayer de faire ressortir la sensation d’emprise à l’intérieur de l’esprit d’une femme.

Vous évoquiez le tournage du clip, combien de temps a été nécessaire pour y parvenir ?

Nous avons travaillé très vite. Nous avons commencé à planifier le clip un mois environ avant le tournage, il a fallu ensuite réunir les équipes, trouver le danseur, Kefton. J’avais rencontré le réalisateur sur la comédie musicale « Jésus », c’est donc quelqu’un qui me suit et avec qui je vais certainement continuer à travailler très longtemps. Il nous a fallu aussi trouver la styliste, la maquilleuse, les costumes,… Ce fut beaucoup de travail.

Le tournage a eu lieu à Autun, une ville à quatre heures de Paris. La logistique a été encore un autre casse-tête. Nous sommes partis à 4h du matin pour ne revenir que le lendemain à 10h, sans s’arrêter. C’était assez éprouvant, d’autant plus que les conditions dans la prison étaient particulières. C’est une prison de meurtriers, il y a donc une ambiance un peu glauque. Mais, en même temps, le lieu est magnifique et c’est l’ambiance qu’il me fallait pour ma thématique. Tout le monde a donné en tout cas le meilleur de lui-même pour faire aboutir ce projet.

Nous avions aussi beaucoup répété avec Kefton car je ne suis vraiment pas une bonne danseuse. Il a été à l’écoute, il a créé aussi la chorégraphie. Je voulais quelque chose qui ne soit pas uniquement de la danse mais qui montre un rapport de force et de passion, un « Je t’aime, moi non plus » entre l’homme et la femme.

 

 

Quelle suite aimeriez-vous pouvoir donner à ce projet ?

Ce titre est le deuxième extrait de mon projet, après « On reprend là », une chanson très lumineuse, qui parle de la force de se relever suite aux épreuves. Elle a vocation à transmettre du courage à ceux qui l’écoutent. Quand j’écris, au final je m’écris souvent à moi-même, comme si je me parlais, un peu en mode thérapie. A travers mes chansons, je me dis ce que j’aurais aimé entendre autours de moi et que je ne trouve pas assez.

Ce projet est toujours dans cette même optique, ce sera un projet très positif, très lumineux, qui a pour but de communiquer un maximum d’amour à ceux qui l’écouteront. Il parlera aussi de sujets sensibles, il y a celui de « Une à Une », il y en a d’autres qui viendront sur les prochains singles, qui sont tout aussi sensibles. J’ai un titre qui s’appelle « Duck Face », qui va parler de la course à la perfection physique et de la réalité virtuelle sur les réseaux sociaux, de toute cette image que l’on construit de soi pour être aimé et récolter des followers mais qui, au final, nous rend tous malheureux.

Un autre titre, « Paradise », parle d’une autre forme de course, celle au succès dans la vie d’artiste. Quand on est sur scène, les gens ne voient souvent que les paillettes et le bonheur vrai d’être face à eux, mais ils oublient toute la souffrance qui accompagne la vie d’artiste. Notamment les moments de doute, les insomnies, tout cela est très dur. C’est un monde vraiment compliqué.

Dans « Mirage », mon projet, je voulais vraiment montrer que, derrière la lumière, il y a toujours une part d’ombre. C’est aussi d’elle que vient l’inspiration. C’est souvent dans la souffrance que l’on trouve les mots, en tout cas c’est elle qui me donne envie de m’exprimer et de me réconforter.

On enregistre pour le moment un EP de cinq chansons et j’espère que l’album en aura quatorze. Il est quasiment près mais je m’ouvre encore à d’autres collaborations en ce moment. Une sortie est espérée pour 2020. D’ici là, un showcase sera organisé. Je suis prête à casser la baraque, j’adore être sur scène et j’espère vous retrouver à la rentrée sur Paris et ailleurs ! J’ai hâte de pouvoir en faire plus encore.

Merci, Crys, pour toutes vos réponses !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Philippine et Théo nous présentent leur premier album !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : Khortege

 

 

Bonjour Philippine, bonjour Théo,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions.

 

Vous sortez l’album « Vinyle », de douze titres. Très simplement, comment le présenteriez-vous ?

Philippine : C’est un album de reprises de titres des années 70. On est tous les deux sur cet album, d’où un choix assez simple, « Philippine et Théo, Vinyle ».

Théo : Oui, c’est bien de le définir simplement, sans folie artistique.

Philippine : Tout en simplicité. Le but étant, à la base, de retranscrire des chansons un peu oubliées de cette période. Il y a peu de titres très connus, il n’y en a que quelques-uns, la plupart sont des titres qui ont pris un peu la poussière. On les a dépoussiérés, justement, pour les remettre au goût du jour, en 2.0

 

L’ambiance musicale est ainsi différente de la version originale…

Théo : Oui, c’était l’objectif.

Philippine : On utilise les techniques de 2019 pour rendre les titres plus modernes.

Théo : C’est le cas sur l’album que nous avons pu enregistrer. En première partie de Patrick Fiori, nous sommes en acoustique, guitare et voix, et nous proposons encore une autre couleur. Pour le coup, les textes ressortent, on a des nuances différentes. Au final, on peut donc dire qu’il y a deux couleurs différentes dans ce projet.

 

Si l’on revient à l’origine de cet album, comment se sont faits les choix des chansons ?

Théo : Pour une partie, ce sont des titres que l’on connaissait. Notamment « La maladie d’amour » de Michel Sardou.

Philippine : Même Joe Dassin. En tout cas, je connaissais un peu « Salut les amoureux ». Après, le plus gros travail a été de redécouvrir ou de découvrir les titres. Par exemple, j’ai redécouvert ce titre en fouillant. Je l’avais complètement oublié et ça a été le cas pour plusieurs chansons de l’album. Il y en a aussi beaucoup que l’on a découvertes.

Théo : Peut-être que c’est ça aussi qui nous a amusés. C’est aussi pour cela que nous sommes partis sur cette idée. Pour aller s’enrichir de cela. C’est un challenge. C’est aussi une forme de respect de nos pères musicaux de la variété française.

 

On peut imaginer qu’en faire une sélection n’a pas été simple. Vous auriez sans doute pu aller au-delà de 12 chansons ?

Théo : Oui et, d’ailleurs, on ne va pas se limiter à 12.

Philippine : Il nous est arrivé de reprendre des titres qui ne sont pas sur l’album. Par exemple ceux de Michel Delpech, que l’on aime bien. Il y avait déjà eu un album autour de ses chansons, nous n’avons donc pas voulu les reprendre sur « Vinyle », le but étant vraiment de laisser la place aux chansons qui n’ont pas été beaucoup reprises, voire pas du tout. Je pense notamment à « Je pars » de Nicolas Peyrac ou encore « Quelque chose et moi » de Gérard Lenorman. Je ne crois pas les avoir réentendues. Sans oublier « Le premier pas » de Claude Michel Schonberg. Même « Il a neigé sur yesterday », de Marie Laforet, qui est quand même l’une des chansons les plus connues de l’album, en tout cas pour les retours que l’on en a.

A part des reprises sur les plateaux télé, il n’y a pas eu, pour ces titres, de travail de réédition, de réarrangement. Nous avons vraiment essayé de proposer une toute nouvelle version de chacune des chansons, tout en respectant la structure, l’âme et l’artiste.

Théo : Autant que possible, effectivement. C’était dur, par exemple, pour Serge Gainsbourg. Y est-on arrivés ? J’ai envie de dire que c’est au public de juger.

 

 

 

Vous évoquiez les retours que vous avez pu avoir. Justement, quels sont-ils ?

Théo : Beaucoup de souvenirs reviennent chez les personnes qui ont déjà entendu ces titres et qui ont vécu avec.

Philippine : Globalement, on a un public assez large. Avec beaucoup de gens de plus de 40 ans car ce sont ceux qui ont grandi et qui ont vieilli même avec ces chansons-là. Mais il y a aussi des enfants de 12 ans qui en connaissent. Parce que les parents ou les grands-parents les écoutaient à fond. C’est, du coup, assez drôle.

Certaines chansons de l’album vont plus parler à un public qu’à un autre et inversement. « Pour la fin du monde » a touché beaucoup de petits de moins de 10 ans. « Je pars » aussi. « La maladie d’amour » parle à tout le monde, sans exception. « L’anamour » est un peu élitiste on va dire, très peu de gens s’en souviennent. Il y a vraiment de tout, autant sur l’album que sur les chansons entre elles, ce qui est cool.

 

Vous l’avez dit, vous avez fait la première partie de Patrick Fiori. Quand pourrons-nous à nouveau vous retrouver sur scène ?

Théo : Nous étions à Narbonne il y a quelques jours et ça s’est super bien passé.

Philippine : Nous ferons la première partie de Patrick Bruel le 25 juillet au Festival de Sollies Pont. On aura surement d’autres petites scènes sur des plateaux radio ou lors de premières parties. Des confirmations sont en cours. En novembre, nous reprendrons, sans doute, pour quelques dates, les premières parties de Patrick Fiori. D’ici là, peut être que d’autres choses vont s’enclencher, l’album étant sorti il y a peu de temps.

 

Quels souvenirs gardez-vous d’ailleurs de ces premières parties ?

Philippine : C’était bien !

Théo : C’est à l’image de l’artiste, je dirais, et de la personne.

Philippine : C’est vraiment quelqu’un de généreux et son public aussi d’ailleurs. Les gens se sont également fidélisés à nous, ce qui nous fait plaisir. A chaque fois, c’est une joie, une surprise, du trac, les sensations sont énormes.

Théo : Même si, pour nous, il y a certaine redondance, chaque scène nous a apporté son lot de nouveautés.

Philippine : Les gens nous surprennent, nous font rire, parfois nous émeuvent aussi. On va toujours à la rencontre du public et c’est touchant. Ce sont, pour le coup, des expériences inoubliables de premiers pas sur scène.

Théo : Patrick est vraiment bienveillant. Il nous fait même rentrer dans son spectacle sur « Salut les amoureux ». Il nous a intégré dans le show, il nous fait faire le salut avec lui, c’est dingue.

Philippine : Il nous présente au micro, avant que l’on monte sur scène. On a beaucoup de chance, on est bien entourés.

 

En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre parcours ?

Philippine : Une longue vie à la musique française !

Théo : Nous venons d’avoir une belle satisfaction, Nicolas Peyrac vient de partager « Je pars ». Ce serait une bonne nouvelle que les artistes que l’on a repris soient agréablement surpris.

Philippine : Que les gens qui ont connu cette période s’y retrouvent, que toutes les nouvelles générations découvrent ce que leurs ainés ont connu. Le but est celui-ci, de faire découvrir des titres importants, qui sont des piliers sur lesquels il faut se baser. Plus tard, en tant qu’auteurs artistes interprètes, nous aimerions nous en inspirer. Donc démarrer là-dessus est une base importante que l’on voudrait transmettre ou retransmettre.

 

Ce fut un plaisir d’échanger avec vous deux !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Delphine Elbé nous présente son actualité et ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : Barbara Nicoli Dahan

 

Bonjour Delphine,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions.

 

Vous êtes actuellement en tournée jusqu'en 2020, aux côtés de Jean-Baptiste Guéguan, dans le spectacle « La voie de Johnny ». Comment présenteriez-vous ce show ?

 

Jean-Baptiste, qui a gagné « La France a un incroyable talent » en décembre, est parti en tournée en reprenant, dans un premier temps, les chansons de Johnny, son idole. Il n'est pas dans l’imitation, il a vraiment un timbre vocal très proche de celui de l'artiste, ce qui est assez bluffant. Même dans sa voix parlée.

 

Nous sommes une super équipe. J'ai retrouvé des gens avec lesquels j'avais travaillé lors de la tournée de Michel Sardou. C'est vraiment une équipe de cœur, l'ambiance est top, les musiciens ont beaucoup de talent, de goût et de style. Nous aimons tous ce style un peu rock, un peu country, un peu blues. C'est porteur, nous avons la même envie de faire le plus beau spectacle possible et d'accompagner Jean-Baptiste au mieux, un bel artiste en devenir.

 

Il a commencé, comme je le disais, avec uniquement des chansons de Johnny. A présent, un album plus personnel est en finalisation, j'ai d'ailleurs eu la chance de participer aux chœurs. On y retrouve uniquement des chansons écrites et composées par Michel Mallory. Certaines, à la base, avaient d'ailleurs été spécifiquement faites pour Johnny mais ce dernier ne les a jamais chantées, d'autres titres ont été écrits spécifiquement pour Jean-Baptiste. En tout cas, certaines chansons de l’album devraient se rajouter au spectacle, c’est la suite logique !

 

A titre plus personnel, sur scène, êtes-vous présente tout au long du spectacle ? Ou intervenez-vous sur des morceaux bien spécifiques ?

 

Je participe aux chœurs tout au long du concert, nous avons également travaillé des chorégraphies avec mes collègues Audrey Letac et Isabelle Staron. Il y a quelques chansons sur lesquelles nous ne sommes pas présentes car cela ne s'y prête pas, artistiquement parlant. On a globalement respecté ce qui existait déjà sur les chansons de Johnny, pour ne pas dénaturer.

 

Crédits photo : Jocelyn Morel

 

Quelles sont les personnes qui viennent au concert ? Des fans de Johnny ? Des admirateurs de Jean-Baptiste ? Des curieux ?

 

Un mélange de tout ça. Il y a vraiment les fans qui sont en manque de Johnny, il y a ceux qui ont découvert Jean-Baptiste sur M6. Il y a les curieux, et ceux qui ont loupé Johnny sur scène. Mais aussi ceux qui souhaitent découvrir le répertoire de ce dernier.

 

En parallèle, vous sortez de quelques dates avec votre trio féminin « Norma Djinn ». Vous rentrez dans une phase de réalisation de clips avec vos nouvelles chansons. Comment décririez-vous ce trio ?

 

Ce sont des amies, de longue date. Je connais Sophie Almanza depuis 20 ans et Florence Trinca depuis 6 ans. D'ailleurs, c'est moi qui ai fait la connexion entre les deux, avant que Florence nous suggère l'idée du trio. Nous aimons beaucoup rire ensemble, nous sommes donc restées sur ce registre-ci, avec des chansons françaises décalées, sur des sujets qui nous touchent, de notre quotidien, de notre vécu. Nous avons envie de passer un bon moment et de faire rire les gens. C'est drôle, décalé, barré, déjanté.

 

Nous étions sur scène au Montmartre Galabru depuis septembre; notre spectacle est mis en scène par la talentueuse et généreuse Corinne Puget d’ailleurs; et ce printemps/été nous nous concentrons sur les deux clips de nos deux nouvelles chansons. Avant de reprendre les théâtres à la rentrée.

 

Les gens aiment les trois personnalités bien différentes, le contenu, qui fait beaucoup rire. Ce n’est pas un spectacle uniquement réservé aux femmes. Les hommes qui viennent sont surpris et touchés car nous sommes beaucoup dans l’autodérision. On se moque des garçons, de ce qu'ils nous font subir mais aussi de nous, de notre comportement féminin. On a aussi deux chansons engagées, notamment sur les droits des femmes.

Crédits photo : Florence Trinca

 

Vous êtes également en formation avec Richard Cross pour devenir formatrice vocale. Comment se sont passés ces premiers mois ?

 

Très bien ! C'est très intense, le contenu est très intéressant, très complet, la formation est très riche, on aborde tout un tas de paramètres. Le côté musical/technique vocale, le côté physiologique, le côté psychologique, c'est vraiment un tout. J'associe théorie et pratique, je vois déjà des résultats alors que je n'en suis qu'à un petit niveau en tant qu'élève. Cela m'apporte beaucoup, c'est une satisfaction. Transmettre, enseigner, c’est un vrai bonheur.

 

Cette nouvelle casquette sera complémentaire de mes activités actuelles, je vais combiner le tout. Cette formation me permet aussi de me reconnecter avec moi-même. Elle m'aide énormément à progresser encore en tant que chanteuse.

 

Ce fut un plaisir, Delphine, d'échanger avec vous !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Mathilde Sternat revient sur son parcours et évoque ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Mathilde,

 

Nous vous remercions pour ces instants en votre compagnie.

 

Vous êtes une violencelliste de talent. Qu’est-ce qui vous a donné envie de choisir cet instrument et de devenir musicienne ?

 

Une histoire familiale avant tout. Mes parents sont des passionnés, mon père est un grand amateur, mon frère est aussi musicien. Nous avons baigné dans la musique très tôt. Au début, j’étais plus intéressée par la danse, comme toutes les petites filles je crois.

 

Puis, j’ai fait la rencontre de cet instrument : le violoncelle. J’ai commencé par le piano, mais je n’ai pas cette relation fusionnelle que j’ai avec le violoncelle. Il paraît qu’il y a aussi des personnalités qui sont davantage attirées par certains instruments, à se demander qui choisit l’autre du musicien et de l’instrument. Si je n’avais pas découvert le violoncelle, je n’aurais peut-être pas choisi ce métier. Il me correspond bien parce qu’il est très terrien de par sa tessiture, et de par l’engagement dans le sol. Mais il est aussi vertical, il y a une vraie spiritualité dans le son. Il y a quelque chose de très charnel aussi.

 

Dans votre quotidien, d’où vient le plaisir ? Dans le fait de jouer ou dans la rencontre avec le public ?

 

Les deux. Avec l’expérience, on apprend à gérer le trac etc. Nous devenons ainsi plus disponibles au partage, qui a toujours été très important pour moi : j’ai fait beaucoup de musique de chambre. D’ailleurs, je le dis à mes élèves : il ne faut pas jouer que dans sa chambre, la musique, ça se partage ! C’est de la joie, du plaisir et de l’émotion de toute façon. Il y a aussi une quête de mieux faire, de trouver le sens de la phrase, des choses.

 

A titre plus personnel, avez-vous un thème ou un registre qui vous attire davantage ?

 

C’est difficile de répondre car j’ai une formation classique : je suis donc très attachée à ce répertoire. Mais il m’a aussi été donné de rencontrer d’autres milieux : la variété (avec, entre autres, Michel Sardou, qui fut une rencontre très forte, Patrick Bruel ou encore Elodie Frege), l’accompagnement en spectacle vivant de danse ou de théâtre.


 

 

Je ne suis pas sûre d’avoir une préférence. Je suis toutefois très attachée au texte : je peux donc être très émue par la poésie, le théâtre. Peu importe ce que je fais, ce qui m’intéresse c’est ce qui se passe avec les partenaires de scène et le public.

 

En terme de préparation pour un nouveau morceau, combien de temps consacrez-vous aux projets?

 

Ça dépend de ce que je vais jouer. Si c’est du classique, ça demande en général beaucoup de préparation. Mais il arrive qu’on ne vous appelle que trois jours avant, on s’adapte à la contrainte.

Nous avons en général des répétitions. Ce qui est certain, c’est que je ne passe jamais une journée sans jouer.

 

A court, moyen terme, quels sont vos projets ?

Je viens de terminer la dernière partie de la tournée de Julien Clerc. Je reprends en juin, puis en Septembre au Canada.

 

J’ai commencé un spectacle sur Brel avec Sébastien Lemoine. C’est un très beau projet qui s’appelle « Regarde bien petit ». Les arrangements de Didier Benetti sont magnifiques.

 

Je travaille aussi avec une chanteuse qui fait de la musique du monde : Yara Lapidus. Nous avons joué à Londres et à Paris. Je participe également à des enregistrements de musiques de films, notamment pour Christophe Julien (compositeur entre autre d'Albert Dupontel).

 

Je joue aussi pour " Le Printemps des poètes", avec Brigitte Deruy, comédienne et poétesse. En mars, au "Passage du Nord Ouest", j'y improviserai. Enfin, je vais collaborer avec une entreprise d’audiovisuel : Medialat, sur l'adaptation d'un conte musical

 

 

Avez-vous des projets plus personnels ?

 

Au fur et à mesure, oui. J’écris de plus en plus, des musiques pour les poètes ou pour des pièces de théâtre. Je fais aussi des arrangements pour cordes. Ça me donne envie d’écrire pour moi, des choses qui me tiennent à coeur. J’ai un projet de spectacle personnel. J’en suis à l’écriture. Ça me passionne.

 

Je crois que c’est une expérience importante, au stade auquel je suis actuellement.

 

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

C’est une vaste question ! J’aimerais avoir la chance de pouvoir mener mes projets jusqu'à la scène.

 

Je souhaiterais aussi continuer de faire de magnifiques rencontres, comme il m’a été donné jusqu’ici. Ce métier a ceci d’extraordinaire que nous sommes amenés à découvrir des personnes de talents, qui partagent leurs richesses et nous font avancer, grandir.

 

 

Merci de nous avoir consacré ce moment de partage.

 

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Magali Ripoll évoque son actualité et ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

 

Bonjour Magali,

 

Vous sortez de nombreuses représentations couronnées de succès de votre spectacle "Radio Active". Comment le présenteriez-vous ?

 

Il s’agit de quelqu’un, coincé dans une gare, qui invente sa vie en se servant des chansons qu’elle a entendues.

 

Sans tout en dévoiler, quels sont les thèmes abordés ?

 

Les sujets d’une vie ! Des sujets loufoques, des rencontres qu’elle s’invente, des accès de mauvaises foi de cette femme. Il y a également le thème de l’abandon, parce qu’elle pense que son père l’a abandonnée dans cette gare. Comme thèmes, il y a l’amour, la remise en question des devoirs de la femme… Ce spectacle est riche de plein d’anecdotes, de rencontres, comme une vie bien remplie.

 

Pourquoi avoir choisi ces thèmes ?

 

Ces sujets ont été provoqués par le choix des chansons. Au lieu de choisir les chansons en fonction de l’histoire, c’est à l’inverse que cela s’est créé. Je suis seule sur scène mais j’ai toute une petite équipe derrière moi et c’est le choix des personnes de l’équipe qui a déterminé les choses. Nous avons eu envie de nous laisser inspirer.

 

Le socle, le fond de départ a été inspiré par l’histoire de ma famille et de Zoé et Gérard Pullicino qui ont écrit le spectacle.

 

A titre personnel, comment parvenez-vous à basculer d’un personnage à un autre ?

 

Il y a eu des soucis, des accidents ! Le rendu qui peut paraître détendu est le fait de mon travail. Si la chanson est instinctive chez moi, la comédie m’a demandé plus d’efforts. Nous avons mis près de deux ans à mettre le spectacle en place, entre l’écriture, la mise en scène.

 

Qu’est-ce qui plaît dans "Radio Active" d’après les retours des spectateurs ?

 

Le côté chanté et parlé, qui s’entremêlent. Les gens sont touchés par les chansons qui sont combinées les unes aux autres de façon parfois surprenante, mais qui touchent toutes les générations.

 

La possibilité de ce spectacle d’offrir une pièce de théâtre et de l’improvisation : ce n’est pas un stand up, mais les gens sont touchés par les interpellations que je peux faire ou lorsque je rebondis sur des événements dans la salle, comme un téléphone qui sonne par exemple. Cela les surprend de façon agréable, ils aiment l’équilibre.

 

J’ai aussi reçu des critiques, entendu des frustrations. Certains spectateurs souhaiteraient davantage de chansons, que le spectacle soit plus long etc. J’en tiens compte, j’essaye de le faire évoluer en prenant par exemple plus de temps à la fin, que les gens trouvent touchante et dont ils aimeraient davantage profiter.

 

Quelles suites s’offrent à ce spectacle ?

 

L’une des plus belles perspectives serait d’occuper un créneau pendant le festival d’Avignon. Toutes les compagnies, tous les artistes qui font de la chanson ou de l’humour veulent passer par là.

 

C’est la première fois que je vais défendre un spectacle personnel au festival d’Avignon. C’est très important à mes yeux. Il s’agit d’une plaque tournante fondamentale, c’est très effervescent. Nous pourrons peut-être partir en province. J’aimerais retrouver ce public.

 

 

Ce festival a lieu dans un peu moins de 6 mois, avez-vous déjà quelques appréhensions ? Comment comptez-vous vous démarquer et assumer ce rythme très soutenu ?

 

Je n’angoisse pas. Nous sommes dans une position très confortable car nous pouvons roder le spectacle en amont. Nous sommes surtout dans une position de partage et de plaisir, sans peur, dans l’idée d’une séduction.

 

Le rythme ne me fait pas peur : la vie est un sport. A partir du moment où on fait de l’entertainement, il faut assumer. Nous allons faire valoir ce spectacle et sans dévaloriser les autres, au contraire, l’idée est de profiter aussi de la solidarité entre les compagnies présentes sur le site. C’est une hygiène de vie, mais je vais le faire à fond.

 

En parallèle, quels sont les autres projets en cours ?

 

J’ai des choses en cours effectivement mais ma priorité est "Radio Active". Je veux laisser la place à ce spectacle. Je ne veux pas faire trop de choses en même temps, pour ne rien bâcler.

 

Je me concentre aussi sur l'émission « N’oubliez pas les paroles ». Je travaille à sortir de ma zone de confort, travailler les détails, tenter l’insolite. Il ne faut jamais s’installer dans l’acquis, ce n’est jamais gagné d’avance. Mon objectif est que le public soit conquis. Je cherche à ne jamais m’ennuyer. C’est exactement ce qu’à fait Nagui, il a sans cesse cherché de nouvelles équipes, changé les costumes, les décors, trouvé de nouvelles idées… pour tenir le public en haleine et le remercier en le faisant pétiller devant son écran.

 

C’est comme mon album, j’ai envie de le faire connaître. Je veux aller jusqu’au bout avant de passer à autre chose.

 

Comment inciter les spectateurs à venir voir ce spectacle prochainement ?

 

Je vais souvent voir le public à la sortie du spectacle, et ils me disent qu’ils vivent une parenthèse de rigolade, de musique, d’émotion. Nous passerons un bon moment ensemble !

 

Merci Magali pour ce bel échange !

Publié dans Musique, Télévision, Théâtre

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>