Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Articles récents

Didier Mérigou : parcours, projets, envies, actualités, il nous dit tout !

17 Mai 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre, #Télévision

Didier Mérigou : parcours, projets, envies, actualités, il nous dit tout !

Bonjour Didier,

Quel plaisir d’effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous avez récemment mené un stage théâtral sur Vittel avec le projet fou de monter un spectacle en cinq jours. Pouvez-vous nous raconter cette aventure ?

En fait, j’ai eu la chance de monter trois spectacles en trois semaines, à chaque fois en cinq jours. C’est un pari un peu fou car, en général, il faut un mois et demi à deux mois de travail pour essayer de présenter quelque chose de cohérent. Mais j’aime bien ce genre de paris qui visent à faire les choses un peu dans l’urgence.

Les stages amènent une énergie qui n’existe pas forcément dans les cours. Même si j’enseigne depuis des années. J’ai toujours apprécié cela. Je le fais en milieu carcéral, mais aussi avec des enfants et des adolescents.

C’est une histoire particulière, qui se déroule à Vittel, dans l’hôtel des bons vivants, qui a été repris par une cinquantaine de personnes, scénaristes, réalisateurs ou comédiens. Amener des gens permet de faire vivre l’hôtel pour qu’il y ait toujours quelque chose qui s’y passe. Il y a même une salle de spectacle.

Ce fut aussi l’occasion de faire découvrir la région. Nous travaillions quatre heures par jour, avant de donner la représentation le samedi soir, devant les clients de l’hôtel ainsi que des invités de la ville. Cela a très bien marché, malgré une fatigue importante. Je préfère jouer que de mettre en scène. Quand j’interprète, j’ai le trac pour moi, mais quand j’effectue la mise en scène, j’ai le trac pour les autres aussi.

2/ Quelles sont vos principales sources d’inspiration pour mener à bien une troupe dans pareille situation ?

Je travaille beaucoup par rapport à l’individu. Très vite, je cerne la personne qui est avec moi. Je trouve que le théâtre, à l’image de la caméra, nécessite de travailler le plus proche possible de ce que l’on est. J’essaie de faire, aux comédiens, des propositions de scène qui vont rapidement leur apporter quelque chose.

Ensuite, le gros du travail est de faire un coaching permanent pour donner confiance à la personne. Je crois que chacun peut arriver à faire du théâtre, à partir du moment où il se donne les moyens de travailler et de croire en lui. Ma principale tâche, dans ce genre de stage, est de donner confiance aux gens.

Je fais de la mise en scène pratiquement en direct car le temps ne permet pas de faire beaucoup de choix. Je n’ai donc pas trop le droit à l’erreur.

Quelles complémentarités y retrouvez-vous avec votre métier de comédien ?

Aujourd’hui, en télévision, nous travaillons de plus en plus rapidement. Il faut donc y faire des propositions de suite. Il y a beaucoup de téléfilms, et de films, qui se font en une à deux prises. Je crois que cela apporte beaucoup aussi dans le travail à la caméra. En général, le théâtre aide énormément les comédiens dans la construction.

La caméra est également complémentaire au théâtre en termes d’immédiateté. C’est pour cela que l’intérêt de ce métier est de faire de tout. Ce qui est mon cas et j’en suis très content.

J’ai eu la chance de tourner mon premier téléfilm avec Michel Serrault, qui m’avait dit qu’il faut dire oui à tout mais qu’il ne faut en tout cas jamais refuser le théâtre.

3/ En parallèle, quels sont vos projets et envies artistiques du moment ?

Je fais en ce moment beaucoup de court-métrages. Trois viennent de sortir, dont un que j’ai écris et qui passe sur TV5 Monde. Pour lequel nous avons reçu beaucoup de prix.

J’adore cet exercice, qui laisse la possibilité de faire plein de propositions. J’y retrouve le travail du théâtre, dans la profondeur et la façon de suggérer. J’ai la chance d’avoir des premiers rôles et j’y prends beaucoup de plaisir.

Cette forme d’art a de nouveau des beaux jours grâce à internet, qui permet très rapidement de postuler partout. Comme ce fut le cas pour un autre de mes courts-métrages, diffusé au Mexique.

En parallèle, une reprise d’une pièce de théâtre, sur Paris l’année prochaine, est en cours de discussion. Je viens aussi d’intégrer une grosse agence, donc la suite se présente plutôt bien.

J’ai fait cette année des enregistrements de pièces de radio à France Culture, ce qui fut une expérience géniale que j’adorerais renouveler.

4/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, notamment la télévision, le cinéma et le théâtre. Etes-vous davantage attiré par un art en particulier ? Si oui, pour quelles raisons ?

J’ai toujours eu un faible pour le cinéma et j’aimerais beaucoup avoir un jour le casting de ma vie. De nombreuses expériences sur grand écran et en télévision viennent de mes passages précédents au théâtre. Ce qui est, je ne le cache pas, une petite frustration.

Je me bats donc pour avoir, sur grand écran, des rôles similaires à ceux que j’ai pu interpréter sur les courts-métrages.

Toutes les expériences sont intéressantes. Chacune est différente, ce qui permet à chaque fois un nouveau challenge pour interpréter un rôle non encore abordé.

D’un point de vue artistique, comment passez-vous facilement d’un exercice au suivant ?

J’ai toujours voulu faire les deux. Et je ne suis jamais aussi content que quand je pratique.

Donner des cours me permet d’apprendre énormément aussi. Je me cultive et m’enrichis au contact de mes élèves. Je répète mes gammes avec eux.

5/ Comment vous est venue l’envie d’exercer ce métier ? Quel regard portez-vous sur votre parcours jusqu’à ce jour ?

L’envie m’est venue tard car je ne suis pas du tout d’un milieu artistique. J’ai d’ailleurs commencé par des études en mathématiques. Mais en terminale, une camarade m’a suggéré de devenir comédien car je faisais beaucoup rire les filles. Ce fut un déclic.

Avant de partir sur Nice, où j’ai commencé ma formation. Ce qui m’a permis de multiplier les expériences sur place.

Lors de mon retour dans la capitale, j’étudiais le soir mais travaillais dans la journée. Avant d’avoir l’opportunité de faire de la comédie mon métier permanent.

Le temps passe vite et il faut avoir la chance de faire des rencontres importantes. J’ai l’impression d’avoir vécu plein de vies différentes, ce qui est génial. C’est un sentiment de vie permanente et j’aime cela. Je n’aurais pas pu faire autre chose. Il n’y a pas de routine, ce qui me correspond très bien.

J’en retiens des rencontres et des moments de partage. Grâce à ce métier, j’ai pleuré des dizaines de fois, mais j’ai rit autant.

6/ En conclusion, que souhaiteriez-vous dire aux lecteurs de cet entretien pour les encourager à continuer de s’intéresser à l’art ?

L’art permet dans ce monde difficile de voir et de vivre des choses simples et touchantes. C’est un moment de vie très important.

Il est aussi l’opportunité de se retrouver soi-même. C’est encore plus important aujourd’hui de s’intéresser à l’art, avec la situation actuelle de notre société. Il est une échappatoire, qui permet de revenir aux valeurs naturelles et essentielles.

Ce fut une joie, Didier, de nous entretenir avec vous !

Lire la suite

Anais Delwaulle : son parcours, ses projets, ses envies, elle nous raconte tout !

9 Mai 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Radio

Anais Delwaulle : son parcours, ses projets, ses envies, elle nous raconte tout !

Bonjour Anaïs,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, comme en témoignent vos expériences en mannequinat, comédie et animation notamment. D’où vous vient cette passion pour l’art ? Qu’est-ce qui vous y plait tant ?

J’ai effectué un parcours scolaire dans la communication. Ce qui m’aide au quotidien, où je travaille mon image et partage des informations et liens sur mes activités.

Entrer dans un personnage, au travers de photos ou sur un plateau, me plait car cela me permet d’exprimer ce que je ressens ou ce que le personnage peut ressentir à travers moi. Je trouve cela très intéressant.

J’ai la chance de faire de la comédie depuis un an environ, même si j’avais déjà eu des propositions précédemment. N’ayant jamais fait de théâtre, j’avais toujours l’appréhension de ne pas être à la hauteur. Mais je me suis décidée à franchir le pas.

Le mannequinat, quant à lui, est un rêve d’enfant, je me suis toujours intéressée, de près ou de loin, aux défilés de mode et aux parutions.

2/ Quelles complémentarités retrouvez-vous entre les différents exercices évoqués ?

J’ai commencé par les défilés de mode puis je me suis très vite orientée vers la photographie. J’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette activité. A force d’apprendre à poser et à être expressive, je me suis améliorée dans l’interprétation d’un personnage.

Car une photo, bien que figée, nécessite de rentrer dans un rôle. Ce qui m’a permis d’être plus à l’aise ensuite pour jouer en plateau. Car, au final, le cinéma est l’image en mouvement de la photo.

3/ Quelles sont, selon vous, les principales clés d’un cliché réussi ?

Je pense que tout se fait dans la complicité entre le photographe et le mannequin. J’ai déjà travaillé pour des personnes avec lesquelles le courant est mal passé et cela s’est ressenti sur les clichés.

La photographie est un travail d’équipe et grâce un feeling, au petit plus entre le photographe et le mannequin, les choses se font toutes seules. Il n’est pas nécessaire alors au modèle de savoir poser, ni d’être grand ni d’avoir un corps de mannequin, tout est dans ce que la personne ressent et ce que vous ressentez à l’image.

4/ Face au rythme généralement soutenu des plateaux de tournage, quelle est votre méthodologie de travail en amont pour ensuite être efficace sur le plateau ?

J’apprends mes textes par cœur, ce qui est très important. Du moins si je reçois les documents suffisants tôt pour avoir le temps de le faire. Ce qui ne fut pas le cas dernièrement. J’essaie aussi de bien comprendre le contexte et de me mettre dans la situation. En imaginant que je vis vraiment la scène.

J’aime bien, pour le moment, me laisser guider en plateau par l’équipe technique, car je n’ai qu’une année d’expérience.

A l’image de mes débuts en photographie, où je m’imprégnais alors de l’ambiance et des conseils que l’on me donnait. A présent, je m’exprime beaucoup plus et je m’affirme davantage. Cette évolution viendra, je pense, avec le temps et la pratique en comédie également.

5/ Vous avez récemment participé au tournage vidéo de la campagne 2016/17 de True Color. Pourriez-vous nous raconter cette belle aventure ?

En fait, une personne que je ne connais pas m’a envoyé sur Facebook le lien du casting. Ce qui m’arrive assez souvent. J’ai ensuite eu la chance de voir ma candidature retenue.

Tout s’est très bien passé, le tournage a eu lieu il y a quelques jours. J’ai présenté des maquillages et je suis rentrée dans un personnage glamour partant en soirée.

6/ De façon plus générale, quels sont vos projets et envies artistiques du moment ?

Concernant le mannequinat et la beauté, j’ai eu la chance, en 2014, de participer à Miss Monde, ce qui fut une expérience inattendue dans ma vie. Je ne pensais pas en avoir l’étoffe mais après avoir gagné un concours local, j’ai été l’ambassadrice de mon île, la Martinique. Ce qui fut un énorme boost dans ma vie, car je me suis alors dit que tout était possible.

Mon but ultime dans le mannequinat serait de passer le casting de Victoria’s Secret. Sinon de devenir l’égérie d’une marque.

En parallèle, j’espère avoir de plus en plus l’opportunité de tourner. J’adorerais être repérée par Luc Besson.

7/ En conclusion, que dire aux lecteurs pour les inciter à continuer de s’intéresser à l’art, quelle qu’en soit la forme retenue ?

Il faut l’avouer, une grande partie des petites filles s’intéresse au mannequinat et au cinéma. Suivre les gens qui en font développe en nous une certaine motivation et l’envie d’atteindre nos rêves.

Les personnes qui réussissent nous motivent à réussir.

Ce fut une joie, Anaïs, d’effectuer cette interview avec vous !

Lire la suite

Antoine Michel nous présente son actualité et ses projets artistiques !

8 Mai 2016 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Crédit photo : Céline Nieszawer
Crédit photo : Céline Nieszawer

Bonjour Antoine,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, comme en témoignent vos expériences notamment en télévision, au cinéma, en courts-métrages et au théâtre. Quel regard portez-vous sur votre parcours jusqu’à ce jour ?

J’aime explorer, j’ai un caractère d’aventurier, j’aime aller là où je ne suis pas encore allé. Ma carrière s’est dessinée au fur et à mesure des rencontres et de mes envies.

2/ Quelles complémentarités retrouvez-vous entre les différents exercices artistiques précédemment évoqués ?

Le travail reste exactement le même. Si la technique entre le théâtre et l’image est différente, le jeu reste pareil, il s’agit à chaque fois de retrouver le plaisir de jouer et d’explorer à partir de ce plaisir des gammes émotionnelles. C’est lui qui est à l’origine de la dynamique.

J’aime alterner la scène et l’image. Ce que j’aime le plus sur scène, c’est sentir le public, avoir un échange direct avec lui, me sentir porté par lui, c’est l’énergie qui circule entre la scène et la salle. Ce que j’aime à l’image c’est l’introspection, c’est me laisser dévoiler.

3/ Vous faites de petites apparitions dans quelques épisodes de la saison 2 du « Bureau des légendes » sur Canal +. Pourriez-vous nous raconter plus en détails cette aventure ?

Ce sont vraiment de toutes petites apparitions. En fait, j’étais très fan de la saison 1 et j’ai tout fait pour essayer d’être dans la deuxième.

J’espère qu’il y aura une saison 3, pour que le réalisateur puisse développer mon rôle. Je suis en fait technicien à la DGSE, et je m’occupe de l’informatique. Je suis en charge de retrouver les gens en Afghanistan, en Irak et partout ailleurs.

4/ En parallèle, vous avez participé récemment à deux courts-métrages, notamment « Le principe premier », de Leticia Bellicini. Quelle en est la thématique ?

Leticia est une amie que j’aime beaucoup. C’est un projet un peu « barré » à la fois thriller et film fantastique. Il y a donc des choses très fortes à jouer, ce qui est génial en tant qu’acteur. Le montage est actuellement en cours à Los Angeles, le film sera sans doute prêt en septembre.

L’autre court-métrage s’appelle « Un silence » c’est un film de Lancelot Mingau, sur une chef d’orchestre que mon personnage, qui lui est flutiste, va croiser.

5/ De façon plus générale, quels sont vos projets et envies artistiques actuel ?

J’ai un projet théâtral pour 2017, une comédie policière qui se déroule dans les années 60. Nous commencerons certainement par une tournée en province avant de jouer sur Paris.

En attendant, je fais régulièrement des lectures avec le collectif « Entre nous c’est JUSTE TEXTUEL » , un collectif qui réunit des comédiens et des auteurs contemporains tels Eugène Durif, Michel Simonot ou nôtre regretté Emmanuel Darley.

Concernant mes envies, je trouve que la télévision française s’est énormément enrichit ces dernières années, à la fois sur les chaines historiques et sur le câble. Quand au cinéma, il y a plein de réalisateurs avec qui j’aimerai collaborer. Je ne désire pas me fermer à quoi que ce soit, c’est à chaque fois une opportunité d’explorer de nouveaux univers.

J’ai aussi un projet de long-métrage en Italie, qui doit se tourner à Milan. J’y interpréterai un psychiatre. Je ne sais pas encore quand le film sera tourné, il est en cours de financement mais j’ai hâte !

En parallèle, j’écris, j’ai travaillé récemment en collaboration sur un film pour France Télévisions. Et là je commence le scénario d’un thriller. C’est le genre qui m’attire le plus, que ce soit d’ailleurs en tant qu’acteur, auteur ou spectateur, j’aime les mécanismes de la peur, du danger, de la folie.

Ce fut un plaisir, Antoine, d’effectuer cette interview en votre compagnie !

Lire la suite