Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Articles récents

Rémi Rosello évoque sa riche actualité !

21 Août 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre, #Musique

 

Bonjour Rémi,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

 

1/ Vous allez tourner en octobre et novembre prochains une série au format court, pour la télévision. Comment présenter le projet ? Quelles thématiques y seront abordées ?

 

C'est une série pour la télévision, au format court effectivement, mais je réserve un peu la surprise pour le contenu.  En gros, cela met en avant un homme dans l'esprit de la famille des Tuches qui a une vie assez monotone, une fille de 18 ans qui rêve d'être star peu importe le domaine, un fils qui rêve d'être Ronaldo mais qui joue en troisième division, dans un club de province. Il travaille dans le social, il s'ennuie dans la platitude de sa vie.

 

Il a une particularité, celle d'être un grand rêveur. Dans chaque épisode, on va le voir dans sa vie normale et, d'un seul coup, il se transformera dans le personnage de Steven, qui a une Ferrari, une villa magnifique dans les Caraïbes et les plus jolies filles. On est entre le départ du film « Les Tuches » et « Le magnifique » de Belmondo. On peut aussi le rapprocher de Jean Dujardin dans « OSS 117 ».

 

Je suis co producteur avec la plus grosse société de production des Caraïbes, c'est une première pour moi. Cette société fait notamment «  Meurtres au Paradis  » depuis cinq ans avec la BBC. J'ai la chance d'incarner le personnage principal et d'être le co auteur avec Rudy Sarabus, mon associé qui vient du groupe JLA.

 

On est vraiment dans l'humour, tout en essayant d'apporter du rêve aux gens avec les beaux paysages des îles et la mer bleue turquoise.

 

Le pilote sera tourné en octobre sur Paris puis en Guadeloupe et à Saint Martin en novembre. La production prend le relais auprès des diffuseurs, des négociations sont d'ailleurs déjà en cours avec certaines chaînes.

 

2/ En parallèle, vous enregistrez actuellement en studio un titre musical. Que dire de cet autre projet ?

 

C'est une petite folie que je m'autorise, une parenthèse. Je suis fan de musique, j'adore tout ce qui est musique dance latino, comme Enrique Iglesias ou Despacito. Il y a trois ans, j'ai goûté à cette expérience, j'ai écrit les paroles, je me suis mis en tant qu'interprète dedans et, à ma plus grande surprise, je suis rentré dans le hit des 300 titres les plus écoutés en France, à la 174è puis à la 72è place, juste derrière Jermaine Jackson. J'ai trouvé cela hallucinant.

 

J'ai eu l'envie de renouveler l'expérience plus professionnellement même si le premier titre avait été diffusé dans 90 discothèques. Nous avons trouvé des partenaires, nous allons faire un gros titre, nous sommes en studio actuellement, j'ai écrit les paroles de la chanson, il y a un compositeur de plusieurs tubes qui a fait une musique très dance latino que j'adore. Il y aura un featuring d'une jeune demoiselle, qui fait des titres à 3 millions de vues. Le clip sera tourné à Saint Martin, en ambiance été, avec de beaux bateaux. Le montage sera fait en décembre et le titre sera lancé en janvier.

 

3/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes et plusieurs projets de théâtre sont dans les tuyaux. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

 

Le théâtre est aussi toute ma vie. Il y a deux ans, ma pièce s'est jouée au Palace, «  Welcome à Saint Tropez  », avec 45 000 entrées. J'ai l'envie de la reprendre.

 

J'ai terminé aussi en mai l'écriture de ma nouvelle comédie et je vais essayer de faire en sorte qu'elle soit sur Paris dans l'année 2018.

 

4/ Récemment, vous allez lancé votre propre société de production. Quels projets sont déjà en cours ?

 

Pour la première fois de ma vie, je me suis retrouvé producteur de théâtre il y a deux ans, via une société que j'avais créée avec Pascal Bataille. Nos chemins se sont ensuite séparés et l'on m'a proposé de monter une autre société dans l'audiovisuelle cette fois ci. J'ai accepté, avec un partenaire et associé. Avant qu'une autre personne ne vienne s'intégrer dedans.

 

C'est un métier assez compliqué pour être seul, c'est pourquoi nous avons la chance d'être associés à une grosse maison de production qui adore nos projets. Le but est d'avoir cette association de talents pour réussir à monter de belles choses.

 

Merci Rémi de nous avoir accordé un peu de votre temps !

Lire la suite

Ana Piévic évoque son actualité et ses projets artistiques !

21 Août 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

 

Bonjour Ana,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Vous êtes actuellement sur la scène de la Gaïté Montparnasse dans la pièce «Ça coule de source». Quelle histoire y est racontée ?

 

Suite au décès de Charles Moreau, se retrouvent dans l'appartement de Charles, sa compagne juive avec laquelle il n'était pas marié, un blanc ayant vécu en Afrique et qui a l'accent togolais, un noir, une arabe, une asiatique, tous présentant un lien avec le propriétaire décédé. Prétexte pour rassembler différentes croyances et cultures au même endroit avec tous les clichés qui s'ensuivent sur chacune, à prendre au énième degré ;).

 

On y dénonce également une loi absolument injuste et incroyablement débile si je puis dire : lorsque vous quittez votre appartement pour un motif quelconque (vacances, etc...) et qu'à votre retour des squatteurs ont pris possession du lieu depuis plus de 48 heures, vous ne pouvez pas, au yeux de la loi, réintégrer votre propre appartement. Peut s'en suivre alors un combat judiciaire qui dure souvent des années.

 

2/ Comment présenteriez vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques  ?

 

C'est une fille plutôt gentille, qui sait ce qu'elle veut. Elle a arrêté ses études car elle avait besoin d'argent. Par "facilité", elle tient compagnie à des messieurs fortunés...

 

Elle est en quelque sorte une occasionnelle et elle l'était en l'occurrence pour Charles Moreau, la personne décédée.

 

N'ayant plus de ses nouvelles depuis quelques temps, elle se rend dans l'appartement pour savoir ce qu'il est devenu car elle a besoin d'aide pour payer sa chambre d'hôtel. Elle se présente alors comme sa nièce, comme ils avaient l'habitude de faire à chacune de leurs sorties.

 

Cette pièce comporte différents malentendus puisqu'un neveu ou une nièce héritier légitime de Charles est attendu.

 

3/ Selon vous, quelles sont les clés du succès de cette pièce ?

 

Les retours sont très positifs, un texte amusant, une très belle énergie entre les comédiens et dans la mise en scène qui est un peu loufoque.

 

4/ Plus généralement, quels sont vos autres projets et envies artistiques actuels ?

 

Je fais également du doublage, soit de la voice-over sur des documentaires, soit du doublage de téléfilms ou de séries. Pas encore de doublage cinéma mais j'espère que cela viendra un jour. C'est plus ou moins régulier.

 

Je prépare un spectacle qui me tient beaucoup à coeur. C'est un spectacle poétique et musical avec uniquement des chants étrangers traditionnels, notamment des pays de l'Est, et des poèmes en prose ou vers que j'ai écrits. Mon père est serbe, j'ai baigné dans cet univers-là et c'est une musique qui m'émeut vraiment. Cela raconte le voyage initiatique d'un tzigane à travers toutes sortes de rencontres. Tout le monde comprendra la signification des chansons car la traduction sera incluse, d'une façon ou d'une autre, dans la mise en scène. Il y aura deux musiciens sur scène, dont un multi instrumentiste. Egalement de la vidéo et des photos. J'ai écrit le déroulement et toute la mise en scène. Nous aimerions le jouer d'abord dans un lieu qui s'appelle «Les rendez-vous d'ailleurs», ce qui tombe très bien,  un cabaret qui comporte 40 à 50 places.

 

J'adorerais évidemment continuer le théâtre, j'aime le classique, il me plairait de rejouer par exemple un Marivaux. Ce genre de textes me touche particulièrement.

 

5/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, comme nous avons pu le voir. Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Oui, cela aide beaucoup. Le théâtre m'aide pour le doublage et inversement. Le chant m'aide aussi pour le théâtre. Il y a une interaction.

 

Si l'on me demandait de choisir, j'aurais beaucoup de mal. J'adore le théâtre, trouver, retrouver l'énergie chaque soir, le contact avec le public, l'échange avec ses partenaires, avoir la possibilité de varier son jeu tout en restant dans le personnage. J'ai autant de plaisir à faire du doublage, même lorsqu'il s'agit de petites choses. Cela demande d'être efficace de suite et, en ambiance, on peut essayer différentes voix, c'est amusant. Je ne me considère pas comme chanteuse car je n'aime interpréter qu'une sorte de répertoire et je ne serais d'ailleurs pas capable de chanter de la variété, du rock, de la soul, du jazz ou de la pop ! J'ai eu l'occasion de faire du chant classique ou baroque, d'interpréter des chansons coquines de 1900, mais maintenant j'ai vraiment envie de me spécialiser dans les chants slaves.

 

6/ Pour terminer, que peut on vous souhaiter pour la suite ?

 

C'est un milieu, on le sait dès le départ, qui est très aléatoire. Bien sûr, on peut me souhaiter que je puisse continuer à vivre de mon métier, à travers des projet attirants et avec lesquels je puisse m'exprimer artistiquement. Monter un spectacle demande beaucoup de temps, de volonté, d'investissement physique, psychique ;) et financier, cela peut être frustrant sans les moyens et connexions nécessaires. J'espère toujours garder mon énergie et mon optimisme afin de braver les aléas du métier.

 

Merci Ana pour votre disponibilité !

Lire la suite

Indhira Luna évoque son parcours et son actualité artistique !

20 Août 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Musique

 

Bonjour Indhira,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, auteur, compositeur, interprète, chanteuse notamment. De façon générale, qu'est ce qui vous plaît tant dans votre quotidien artistique ?

 

A chaque fois que j'écris une chanson, je vis de ma passion et cela n'a pas de prix. J'ai toujours aimé chanter, écrire, danser, c'est ma vie depuis toute petite. A l'école déjà, je faisais partie du groupe de musique et on reprenait plein de chansons connues en espagnol avec notre propre interprétation.

 

Tout me plaît !

 

2/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration, notamment pour l'écriture ?

 

A la base, je viens de la Pop. Je suis une chanteuse éclectique, j'aime tout ce qui est bien, même dans le Rap, qui n'est pas ma musique première. Je me nourris un peu de tout, de la musique en général, même la salsa. Sans oublier la saoul. Je fais même de l'électronique.

 

J'ai fait beaucoup de collaborations avec de nombreuses personnes et, à chaque fois, je l'ai fait avec ma façon de chanter, avec ma voix, avec ma façon de placer ma voix. Que je chante une chanson d'Edith Piaf dans un cabaret parisien à Montmartre ou une salsa dans un club latino, je reste la même.

 

Mes influences sont donc vraiment très mélangées. Mais je dirais que le latino l'emporte, avec la pop. Je travaille actuellement sur d'autres rythmes plus latino, j'espère que cela va être bien accueilli. En tout cas, vous avez été nombreux à me le demander.

 

3/ Dans votre parcours, rentez-vous un moment plus que tous les autres ?

 

Je suis restée en France grâce à un grand monsieur que j'ai rencontré par hasard dans la rue, qui m'a beaucoup aidé, beaucoup conseillé. Il s'agit d'Alain Chamfort. Il m'a donné beaucoup d’adresses, m'a présenté des gens alors que je ne connaissais personne. Mon parcours a ensuite évolué.

 

Ce moment a vraiment marqué le début de ma carrière en France.

 

4/ Plus généralement, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

 

Je prépare un single, l'enregistrement a été fini. Le mix, le mastering aussi. Nous tournerons bientôt le clip. J'ai tout composé moi même, paroles et musique, tout est à moi.

 

Je suis tous les mardis au Cubana Café, 47 rue Vavin, du côté de Montparnasse, un quartier que j'adore. A partir de 21h , cela reprend à la rentrée.

 

De nouvelles dates vont aussi se rajouter sur scène, il faut suivre ma page Facebook pour en savoir davantage.

 

5/ Pour terminer, très simplement, que peut on vous souhaiter pour la suite de votre parcours ?

 

J'aimerais bien que mon single soit diffusé à la radio, ce qui serait un accomplissement pour moi. Et pourquoi pas, un jour, à la télévision. Ce serait le sommet du bonheur pour moi, artistiquement parlant.

 

Vous pouvez me retrouver sur :

http://www.indhiraluna.com/

https://www.facebook.com/Indhira.LUNA.fans/

https://www.instagram.com/indhiraluna/

 

Ce fut un plaisir, Indhira, d'échanger avec vous !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>