Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Articles récents

Marine Voyeux : passions, expériences, projets - elle évoque tous les sujets !

13 Juin 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bonjour Marine,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, comme en témoignent vos expériences notamment au théâtre et devant la caméra. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

J'ai toujours vécu là-dedans. La danse est ma passion première, j'ai commencé à mes 3 ans. J'ai toujours été sur scène, en danse, en musique, avec d'autres artistes et surtout avec le public.

 

J'ai fait un Bas S, donc dans un tout autre registre. Mais je me suis vite rendue compte que la scène me manquait et que j'en avais besoin, tout simplement. Du coup, j'ai fait les cours Florent en théâtre et en comédie musicale. J'y ai découvert le jeu, le chant, la danse, tout est très complémentaire.

 

2/ Ponctuellement, retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces deux domaines ?

 

La danse aide, dans le jeu, pour le corps. Le chant permet, au théâtre, de ne pas abîmer les cordes vocales et de contrôler sa voix. Le théâtre aide dans l'interprétation des chorégraphies et des chansons. Tout est donc lié.

 

3/ Une expérience vous a-t-elle spontanément plus marquée que les autres ? Pour quelles raisons ?

 

Toutes les expériences sont différentes. Donc je ne sais pas s'il y en a une qui m'a plus marquée. Je dirais tout bêtement les spectacles au cours Florent, surtout le dernier, « Chicago », en troisième année.

 

Cela a marqué la fin de l'école et le début d'autre chose, ça a été vraiment très fort.

 

4/ Face au rythme soutenu d'un plateau de tournage, quelle est votre méthodologie de préparation en amont  ?

 

J'apprends mes textes, il faut les savoir sur le bout des doigts, sinon c'est une perte de temps importante. Une fois que l'on a le texte vraiment ancré, on peut se concentrer davantage sur le jeu et la mise en scène. Comme le texte ne va pas « partir », on peut alors plus facilement faire quelques petits changements scéniques.

 

5/ Juste avant de rentrer sur scène, quels sentiments et quelles sensations prédominent en vous ?

 

C'est le moment où le stress est au maximum. Il y a des gens qui aiment parler, à l'inverse je préfère me mettre dans ma bulle pour rester concentrée.

 

Je fais un peu de sophrologie aussi, pour justement rester centrée et ne pas céder à la panique. Une fois que le rideau s'ouvre, les deux premières secondes sont difficiles puis c'est le lâché prise, le meilleur moment.

 

6/ Plus généralement, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

 

Je travaille actuellement dans un cabaret « Le Moulin Bleu » près de Clermont-Ferrand, en tant que danseuse. Je suis aussi dans une troupe de théâtre, où j'interprète un garçon manqué dans « ADN » de Dennis Kelly. J'ai aussi une comédie musicale acrobatique, «Au Chœur des étoiles » que ma maman a montée. Nous l'avons déjà jouée en janvier. Il y a du chant, du jeu, de la danse, vraiment c'est très complet. Nous aimerions beaucoup rejouer si nous trouvons un producteur.

 

Beaucoup de castings également pour essayer de toucher un maximum de choses différentes.

 

7/ Pour conclure, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

J'ai un rêve, celui de faire parti d’une comédie musicale à Mogador. Je travaille à fond, je prends des cours à côté pour ne pas rester sur mes acquis et toujours continuer à apprendre.

 

Dans ce milieu, on ne cesse d'apprendre, des rencontres que l'on fait ou du travail effectué.

 

Merci Marine pour votre disponibilité !

Lire la suite

Elza Pontonnier évoque ses spectacles sur Paris et pour Avignon !

13 Juin 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

Bonjour Elza,

Merci de nous accorder un peu de votre temps.

1/ Vous êtes metteure en scène de trois spectacles actuellement sur Paris, qui seront présents aussi au Festival d'Avignon en juillet prochain. Quelles sensations cela vous procure-t-il ?

C'est un mélange d'émotions. A la fois de la fierté, de la joie et de l’excitation, mais aussi une pression d'enfer, sans pour autant réaliser ce qui m’arrive. Je suis une boulimique de travail, c’est mon entourage qui me fait me rendre compte de la charge de travail que représentent les trois spectacles pour Avignon.

Il y a plus d’une vingtaine de personnes qui travaillent autour des trois spectacles, en comptant les comédiens, les artistes qui s’occupent des décors, des costumes, des accessoires, des musiques, les producteurs et les régisseurs. Je suis responsable d’une magnifique grande équipe que j’ai formée sur plusieurs années et plusieurs spectacles. Et j'ai une chance énorme de participer à cet immense festival.

2/ Comment présenter simplement les trois spectacles ?

« Camille et les maisons magiques » est le plus ancien, il existe depuis quatre ans. Il est né d'une rencontre avec Michel et Marylise Conus qui sont mes producteurs. Cette dernière a écrit les musiques du spectacle avec le compositeur Nicolas Luciani. C'est une histoire poétique, magique et pleine d'humour, autour du rêve, du voyage, et des maisons. Une véritable aventure culturelle pour les 3-8 ans.

« Jardins secrets » est une comédie tout public, écrite par Béatrice Collas. Sur ce projet, je coproduis avec Béatrice, je mets en scène et je joue en alternance le personnage de Sandra. C'est l'histoire de trois mamans qui se rencontrent sur les bancs de l'école grâce à leurs enfants qui sont dans la même classe. Du coup, elles vont se lier d'amitié alors que tout les oppose, elles n'ont rien en commun.

Enfin, « Où es-tu cacahuète ? » est ma première création, née en mai 2016. C'est donc un spectacle que j'ai totalement imaginé, créé et produit. Il s'agit d'un livre géant magique animé pour les tout-petits. J’aborde le thème du livre à travers ce spectacle, et toujours l’imaginaire et les voyages. C'est l'histoire de Capucine, une petite fille qui cherche son chaton qui a mystérieusement disparu. Il est en fait entré dans le livre des merveilles et elle part à sa recherche avec l'aide des enfants. Elle traverse pour cela différents mondes tous aussi drôles que farfelus.

3/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration pour ce travail ?

Je suis encore une enfant, je crois que j’ai oublié de grandir. J'ai toujours été au contact d'enfants, nous sommes cinq frères et sœur, je fais du baby-sitting depuis l’âge de douze ans. Ma vie a toujours évolué au contact des petits, qui sont ma première source d’inspiration.

Ensuite, je lis beaucoup, je regarde énormément de dessins animés, de vidéos et je sors régulièrement au théâtre. J'aime bien flâner dans les magasins de jouets et dans les bibliothèques. J'ai aussi une petite fille de trois ans et une filleule de neuf ans qui sont mes petites muses depuis que j’ai commencé le jeune public, et dès que je peux passer un moment avec elles, j’ai mon carnet de notes caché dans ma poche. Elles me font travailler et évoluer.

S'adresser à un jeune public implique-t-il des adaptations particulières ?

Non, je dirai que ma direction d'acteurs et ma manière de travailler restent les mêmes. Parce que, justement, ce lien que je créé avec mes comédiens, peu importe la pièce, est très fusionnel. Je tiens à garder une distance de travail nécessaire et jouer la transparence dans nos rapports. Donc seule la partition change. Savoir jouer un enfant de six ans ou un animal qui n’a pas d’âge ni de sexe relève d’un sacré défi et donc beaucoup de sérieux dans le travail pour être le plus sincère auprès des enfants. N’oublions pas que les enfants ne vous passent rien, c’est le public le plus exigeant !

En quoi votre casquette de comédienne vous aide-t-elle ?

Je suis avant tout comédienne, c'est mon premier métier. Cela m'aide dans la direction d'acteurs parce que je ne fais jamais faire à un comédien ce que je ne suis pas capable de faire. Je me mets tout le temps à leur place. D'ailleurs, quand je les dirige, je joue, je leur montre comment jouer. J'essaie d'être complètement à leur niveau, je créé des familles à travers mes spectacles, je ne veux pas que mes comédiens sentent qu'il y a une hiérarchie, sentent qu'il y a un chef en fait. Nous sommes dans la même barque. Ils savent dès le début que je suis comédienne donc, du coup, nous parlons le même langage. Je pense que c'est pour cela aussi que j'arrive à obtenir le meilleur d'eux-mêmes. Il me semble que c’est un atout pour un metteur en scène d’avoir été ou d’être comédien.

4/ Vous combinez de multiples casquettes artistiques. Mais êtes-vous davantage intéressée, à présent, par un domaine en particulier? Ou est-ce leur diversité et leur complémentarité qui vous plaît ?

Je suis mon chemin depuis toujours, je suis en quête du bonheur, c'est à dire d'être heureuse et de rendre les gens heureux, du coup je fais toujours confiance à mon instinct, je vais là où mon cœur me guide.

Lorsque j’étais juste comédienne, j’avais la casquette d’animatrice et chroniqueuse dans le milieu des humoristes. Un jour, une rencontre, une opportunité et on m’a proposé de mettre en scène un humoriste. Je ne savais pas du tout si j'étais capable de faire ce genre de choses, j'ai tenté, cela m'a énormément plu et les opportunités se sont ensuite déclenchées. Cela fait cinq ans que je fais de la mise en scène et que je joue dans mes spectacles. Même si j’adore être sur scène, je prends de plus en plus de plaisir à diriger des acteurs.

5/ Plus généralement, quels sont vos autres projets et envies artistiques actuels ?

J'ai écrit un court métrage avec l'aide d'Emmanuel Mouret, que j'aimerai beaucoup réaliser cette année, et pourquoi pas me donner le premier rôle féminin. J'ai déjà réalisé plusieurs courts-métrages et quelques clips par le passé.

L'année dernière, j'ai fait la mise en scène du spectacle « Les Gourmands disent... Hugo - La fontaine - Rostand » de Mickael Delin. C'est un humoriste qui travaille autours de textes littéraires, c'est magnifique. Normalement, nous reprenons le travail à la rentrée.

J'ai deux à trois autres projets dont je ne peux pas parler parce que c'est encore un peu confidentiel. Ensuite, j'écris actuellement ma nouvelle comédie sur les hommes et je vais commencer l'écriture de mon prochain spectacle pour enfants, qui sera plus pour la tranche sept à douze ans.

Concernant mes envies, je souhaite continuer de produire, d'écrire et de mettre en scène des spectacles jeune public. J'ai beaucoup d'idées dans les tiroirs et je me suis aperçue, grâce à ces deux spectacles là, que j'avais vraiment envie de voir briller les yeux des enfants le plus longtemps possible… Je souhaiterais que les enfants regardent de moins en moins la télé, aillent de plus en plus au théâtre, qu'ils arrivent à se créer et à s'imaginer leur propre univers et pas que nous leur imposions avec les médias. C'est pourquoi, vraiment, j'ai choisi de travailler dans l'univers du jeune public car c'est à nous, artistes, de les éveiller dès leur plus jeune âge. Je trouve cela primordial et j'aimerais d'autant plus aller dans les hôpitaux et les services sociaux donner un peu de bonheur à tous ces enfants en difficulté. Ils ont le droit de rêver et nous nous devons de les y aider. L'adulte de demain, c'est l'enfant d'aujourd'hui et c'est à nous de les aider à se construire. Je suis très proche des enfants pour cela parce que ça me touche vraiment.

Un jour, deux enfants non-voyants sont venus avec leurs parents assister à l'un de mes spectacles. Quand ils sont sortis de la salle, les parents avaient les larmes aux yeux et m'ont dit qu'ils ne les avaient jamais vus aussi heureux. Ces retours me font penser que je suis à ma place.

J'adore aussi faire le clown depuis que je suis petite. Avoir mille vies différentes, me transformer, composer, inventer …. Jouer a toujours été une passion, bien plus qu’un métier, alors si je peux m'éclater dans des projets théâtre, cinéma, télé, je continuerai à être la plus heureuse du monde. J'ai tourné il y a peu un guest dans « Scènes de ménage », j'ai fait une publicité avec Omar Sy et une parodie de la pub Yop avec Bagel.

Ma formule magique à moi pour être épanouie c’est jongler avec ce côté sérieux où je me sens investie d'une mission pour et avec les enfants et, en même temps, prendre du plaisir en jouant.

6/ En conclusion, que dire pour inciter nos lecteurs, si ce n'est pas déjà fait, à venir voir l'un des trois spectacles au moins ?

Si vous avez des enfants, pour toutes les raisons que je viens de citer, emmenez-les au théâtre. Parce que vous allez être étonnés de voir qu’ils tiennent une heure de spectacle sans aucun problème. Vous serez très surpris de les voir captivés et d’écouter les retours qu'ils vous feront car un enfant s'accroche à peu de choses. Rien que pour leur ouvrir l'esprit et le cœur, n'hésitez pas.

« Jardins secrets » est une pièce avec un vrai fond. Je voulais mettre en avant le pouvoir des femmes, le combat de leur liberté et l’évolution dans l’amitié. Et puis aussi montrer que aujourd’hui on a le droit de rire d’un sujet lourd, car tout prend du sens, à partir du moment où on a de l’humour.

Donc vous pouvez rire d'un spectacle intelligent et vous pouvez regarder vos enfants émerveillés tout en prenant du plaisir avec eux.

Ce fut une joie, Elza, d'échanger avec vous !

Lire la suite

Marie Hennerez : parcours, passions, actualités, projets - elle évoque tous les sujets !

12 Juin 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bonjour Marie,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, comme en témoigne votre parcours notamment en télévision, au théâtre ou notamment encore en web-séries. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

La rencontre avec les gens me plaît. J'aime devoir m'adapter à chaque fois à un autre univers, que ce soit celui du réalisateur, du metteur en scène ou de mes partenaires.

Mais avant toute chose, le plaisir de jouer est un plaisir très enfantin. Peu importe le support, ce qui compte, c’est de s’amuser!

 

2/ Retrouvez-vous ponctuellement des complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Oui, bien sûr ! Tout est lié en art, même avec la peinture, la photographie, on voit toujours des correspondances partout et c'est pour cela que la multiplication est intéressante. Même en danse, en musique, le rythme et l'harmonie aident pour le jeu, ça apporte beaucoup.

 

C'est très clairement complémentaire. Petite déjà, j'avais plein d'activités et c'est comme cela que je me suis construite. Aujourd'hui, c'est très naturel et l'un ne va pas sans l'autre.

 

3/ Spontanément, une expérience vous a-t-elle plus marquée que les autres ? Pour quelles raisons ?

 

Oui, celle avec ma compagnie. Je fais partie, depuis 5 ans, de la compagnie du Libre acteur, nous en sommes à notre troisième spectacle. C'est une aventure humaine géniale, très familiale et forte. Avec énormément de plaisir. On travaille dans la joie! Nous grandissons tous ensemble, progressivement, c'est très beau et il s'agit vraiment du lieu où je peux m'épanouir artistiquement, où je peux expérimenter toute ma puissance.

 

Cette rencontre avec Sébastien Bonnabel qui est le metteur en scène, en 2012, a été un vrai événement marquant, un tournant dans ma vie.

 

4/ Face au rythme soutenu d'un plateau de tournage, quelle est votre méthodologie de préparation ?

 

Je fais beaucoup de yoga, de la méditation aussi. Je travaille énormément sur la présence, la pleine conscience. Etre présent à soi pour pouvoir l’être à l'autre. Ensuite, par rapport au rythme, plus c'est soutenu, plus j'aime cela. L'attente et la lenteur me tuent. C’est plus difficile de s’accrocher. Je suis d'une nature plutôt hyper-active alors je me retrouve dans ce rythme et je me libère dans cette dynamique.

 

5/ Vous interprétez actuellement le personnage de Léa Leroux dans la série à succès de France 3 « Plus belle la vie ». Que dire sur cette belle aventure  ?

 

De part la récurrence des jours de tournage, qui est quand même assez intense, c'est très facile de tomber dans une mécanique. Cette expérience m'apprend l'inverse, à être vigilante, à être toujours dans la fraîcheur et dans un état de semi improvisation.

 

Je suis très heureuse de vivre entre Paris et Marseille. L'ambiance est très bonne, j'apprends beaucoup, je me sens au cœur de mon métier et c'est très agréable. J’adore mon personnage, mes partenaires, je prends beaucoup de plaisir, je m'amuse beaucoup.

 

6/ Comment aimeriez-vous voir évoluer votre rôle ?

 

Je trouve très intéressant, dans « Plus belle la vie », d'évoquer des sujets de société qui font réagir. Notamment mon personnage de lesbienne. Je trouve super que les gens qui ne sont pas forcément tolérants vis à vis de cela se prennent d'affection pour Léa et que, du coup, ils changent leur perception sur l’homosexualité. Actuellement, Léa n'a plus d'histoire amoureuse, elle ne pense qu'au boulot, donc j'aimerais bien qu'il y ait un nouveau chemin sentimental.

 

En tant que médecin, je pense qu'elle va plutôt bien évoluer. Même si elle en bave, elle s'accroche et j'imagine qu'elle va devenir un très bon médecin. Donc je souhaite continuer l'exploration de ces univers hospitaliers auxquels je n'ai jamais été confrontée de ma vie. Tout le jargon médical m'amuse aussi beaucoup.

 

7/ Pour finir, quels sont vos autres actualités, projets et envies artistiques actuels ?

 

Je reprends à la rentrée un spectacle avec ma compagnie, « The Smoke Rings Experience ». Nous allons jouer au moins de Septembre à Décembre 2017, au Ciné 13, à Montmartre. C'est du théâtre immersif, le spectateur suit les comédiens. Nous travaillons sur l'intimité et le couple. Nous utilisons tout l'espace du théâtre, les coulisses, les loges, les petits salons. Tout un travail est fait sur les lumières, les ambiances, les odeurs, les sons. Nous avons hâte !

 

Un peu plus loin, en 2018, nous serons au Festival d'Avignon avec notre premier spectacle « Autours de ma pierre il ne fera pas nuit » au Pandora.

 

En parallèle, j’ai un trio de musique qui s’appelle « Ginger et Roger », nous jouons du jazz swing. Je joue du ukulélé et je chante, mon ami Marie Combeau fait de la contrebasse et chante aussi. Et nous sommes accompagnées par un musicien, Renaud Rudloft qui joue également du ukulélé. Nous auditionnons prochainement pour un lieu, dans le but de jouer à la rentrée.

 

J'écris aussi, mais cela prend plus de temps. En ce moment, j'ai très envie d'écriture collective. Je pense mettre cela en place à partir de la rentrée, pour travailler en impro avant de réécrire des choses. J'ai envie aussi d'écrire des chansons, jusqu'à présent je ne fais que des reprises de chansons américaines des années 20 et 30 de jazz swing et aussi quelques chansons françaises. Je souhaite  me mettre enfin à la composition, je vais suivre des ateliers pour cela.

 

Bien sûr, j'ai envie de faire d'autres choses encore en télévision, d'autres séries, des téléfilms, des films mais chaque chose en son temps!

 

Merci Marie pour votre disponibilité   !

Lire la suite