Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

David Saura : parcours, passion, projets - il évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour David,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

 

 

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, notamment comédien, producteur, réalisateur ou bien encore compositeur. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

C'est comme quelqu'un qui est facteur ou qui travaille dans l'informatique, ça s'est fait tout seul depuis que je suis petit. C'est là dedans que j'ai voulu évoluer et c'est dans ce milieu artistique, entre télé, cinéma et musique, que j'ai toujours voulu être.

 

Je ne sais pas d'où cela vient, je ne sais pas pourquoi mais quand je suis en train de composer sur mon piano, quand je suis devant une caméra, quand je joue une pièce, je me sens vraiment moi-même, en vie, je kiffe. Rien d'autre ne me fait vibrer autant. Depuis que je suis petit, je sais que c'est cette voie-là qu'il faut que j'emprunte.

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Oui, parce que, pour moi, c'est la créativité qui régit l'ensemble de tout ce milieu artistique. Elle relit tous ces aspects de sens artistique. Sans prétention aucune, je pense être assez inventif et créatif, je n'arrête pas. C'est comme une source impérissable.

 

Cela peut en devenir frustrant ou inquiétant car, si je n'arrive pas à faire ce que je veux faire, au niveau que je veux atteindre, je pourrais être déçu. C'est donc une passion dévorante.

 

3/ Êtes-vous davantage attiré par une corde en particulier ? Ou est-ce la diversité qui vous plaît davantage ?

 

Un peu les deux. Même si je préfère les aspects télévisuels et cinématographiques. Parce que la musique est un peu plus intime, je peux la faire chez moi. C'est une sorte d’exutoire vital pour moi. Alors que la télé et le cinéma sont diffusés. Je m'y reconnais d'ailleurs plus.

 

4/ Spontanément, retenez-vous une expérience plus que toutes les autres ?

 

J'en ai pas mal. Mais je dirais la production de mon premier long métrage que j'ai tourné l'année dernière. Cet événement m'a particulièrement plus et touché. C'est mon bébé, je l'ai écrit, je l'ai produit et réalisé, en étant accompagné de mon associé.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

 

Mon film « 350 mètres par seconde » réalisé avec Mickaël Petiot vient de sortir, avec SD6 Production et notamment Serge Papagalli. J'ai produit cette année le court métrage « Le vœu de trop », avec Rémi Notta, un candidat de télé réalité qui se reconvertit dans le cinéma.

 

Je joue actuellement sur TMC dans « Les Mystères de l'Amour », produit par JLA Productions. J'ai sorti un titre de musique il y a deux ans, je souhaite en tourner le clip et j'ai comme projet de reprendre la musique d'ici fin d'année. Enfin, j'aimerais aussi être chroniqueur dans des émissions de télé.

 

6/ Vous êtes aussi gérant d'une boite de nuit sur Grenoble. Comment parvenez-vous à agencer toutes ces activités ?

 

C'est vrai, le rythme est chargé. Je me consacre pour le moment à mon travail. Mais j'aime mon métier, j'aime ce que je fais.

 

Cet échange fut un réel plaisir, David !

Publié dans Télévision, Musique

Partager cet article
Repost0

Léa Malassenet présente sa nouvelle pièce de théâtre !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Léa,

 

Quel plaisir d'effectuer ce nouvel entretien en votre compagnie !

 

1/ A partir d'octobre prochain, vous serez de retour sur scène, avec une nouvelle pièce « Un cœur sauvage ». Quelle histoire y sera racontée ? Quels en seront les thèmes ?

 

« Un coeur sauvage », c’est tout d’abord l’Adolescence, que tout le monde connaît, les amitiés, les amours et les désirs qui nous traversent. Dans cette pièce, nous suivons Mathan, un adolescent de 17 ans, qui se cherche et qui se perd entre aimer une fille ou un garçon. C’est une pièce écrite par Christophe Botti et mise en scène par Frédéric Maugey. Ugo Savary jouera Mathan (mon meilleur ami) et Thomas Violleau jouera François (mon petit copain).

 

2/ Comment présenter votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 

J’interpréterai Virginie, une jeune fille de 17 ans et meilleure amie de Mathan. C’est vraiment un plaisir de jouer avec ce personnage, je l’adore, elle est pleine de vie, très taquine et un caractère de feu. Elle peut exploser, en un tour de seconde. Cette fille, c’est le pilier de Mathan.

 

3/ Selon vous, quels seront les facteurs de réussite de cette pièce ? Pourquoi va-t-elle plaire aux spectateurs qui viendront vous voir sur scène ?

 

C’est une pièce dans l’air du temps, où l’homosexualité fait maintenant partie intégrante de cette société. Quand certaines personnes n’acceptent pas l’homosexualité d’autres, qui le sont, la rejette, par peur du jugement. Cette pièce c’est tout un simplement un message d'acceptation de l'autre ou de soi même.

 

Cette comédie dramatique reste tout de même fraîche malgré le message important qu’elle délivre, les personnages sont jeunes et découvrent les petites joies ou les petites déceptions de la vie quand on a 17 ans, mais qui leur parait être une montagne à gravir du haut de leur jeune âge. Au delà des dates à La Jonquière en octobre, nous aimerions ensuite jouer dans un autre théâtre, courant 2018. Le projet également du metteur en scène, Frédéric Maugey, serait de faire venir des écoles, des groupes scolaires pour qu'ils découvrent cette pièce et que l’on puisse, pourquoi pas, ouvrir leur conscience sur la non-gravité d’être homosexuel. Pour ça, nous serons aidés de SOS homophobie, qui animera un débat en fin de représentation pour les groupes scolaires.

 

Une tournée nous plairait aussi, l'homosexualité est un sujet encore fermé en province.

 

4/ A quelques semaines de la première, comment sentez-vous ?

 

Nous sommes à fond sur le projet, en répétition toutes les semaines, l'équipe est très soudée et il y a une vraie complicité entre nous.

 

A titre personnel, comparativement à mes dernières pièces où nous étions bien plus nombreux, celle ci est davantage centrée sur les personnages. Avant, il y avait plein de petites histoires autours de pleins de petits personnages, c'était très intéressant aussi. Là, tout se passe autours d'une même personne, nous ne sommes que 3, donc forcément le travail est différent, l’intensité est plus prononcée, le travail personnel aussi.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos autres projets actuels ?

 

Deux autres projets de théâtre arrivent, en mai et juin.Toujours avec ma troupe « La compagnie des Hommes papillons » de Christophe Botti. Et avec une autre troupe également, mais pour le moment, secret !

 

6/ Pour finir, si ce n'est pas déjà fait, comment inciter les lecteurs à venir vous voir sur scène ?

 

Il y a un vrai message d’amour autour de cette pièce et sur l’acceptation de notre prochain, tout simplement. A tout ceux qui ont vécu, qui doute, qui ont peur, ou qui rejette l’homosexualité, venez nous voir.

 

Merci Léa pour votre disponibilité !

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Johanna Berrebi nous présente ses deux pièces de théâtre !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Johanna,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

 

1/ Vous êtes actuellement à l'affiche, au théâtre Le Passage vers les Étoiles, de la pièce à succès « Mariage à ranger ». Quelle histoire y est racontée ? Quelles thématiques y sont abordées ?

 

C'est une comédie très drôle, sur un mariage à ranger. Il s'agit d'une pièce à quatre personnages dans laquelle j'interprète le rôle de Vanessa, une bourgeoise française. Elle est là vraiment pour couper l'herbe sous les pieds de ses partenaires.

 

Dans l'histoire, Karim est un fêtard, sort sur Paris, boit de l'alcool alors qu'il est de confession musulmane. Il fait tout ce que sa religion lui interdit. Sa grand-mère, qui est sur le point malheureusement de mourir, l'incite à trouver une compagne et lui en déniche une sur un catalogue. Dans la description, la fille est sublime, brune, merveilleuse. Du coup, Karim n'a qu'une hâte, la rencontrer. Mais il va alors s'apercevoir que ce n'est pas tout à fait ça.

 

2/ Comment décririez-vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 

Vanessa est une nana en couple avec un homme qu'elle aime mais qui est bête à manger du foin. C'est elle qui dirige tout. Elle ne comprend pas la religion, elle est très cassante, très emmerdante, je dirais même très bourgeoise dans son attitude.

 

Le duo que je forme avec Pedro est très drôle car c'est un imbécile notoire, mais gentil.

 

3/ La pièce fonctionne très bien, les rires sont nombreux. Selon vous, quelles sont les clés de ce succès ?

 

L'auteur, Samir Talhaoui, est très talentueux. Il a trouvé toutes les clés de la drôlerie de la pièce, il nous a aussi dirigé dans ce sens là. On forme un quatuor assez intéressant.

 

Son talent est mis au service de notre jeu.

 

4/ Dans les derniers instants juste avant de rentrer sur scène, quelles sensations et quels sentiments prédominent en vous ?

 

On sent déjà tout de suite si cela va être, ou non, une bonne soirée. Vient ensuite, évidemment, notre jeu et notre dynamique. Mais on se trompe rarement, on sent dès les premiers murmures l'état de la salle.

 

Il y a du trac, de l'adrénaline, on a envie d'y aller, de tout donner, on a envie d'attraper les spectateurs au passage.

 

5/ En parallèle, vous serez prochainement, dans le même lieu, pour une nouvelle pièce, « L'amour éternel dure six mois ». Que dire sur cet autre projet  ?

 

Il s'agit de la nouvelle comédie de Patrick Hernandez, un auteur à succès. Je joue Odile, une femme qui s'est faite larguée et qui ne peut plus supporter les hommes. Elle ne comprend même pas pourquoi elle s'est faite larguée tant les hommes sont justement des toquards.

 

Elle s'est faite très amie avec la nouvelle compagne de Thomas, son ex. Sandy est une ravissante jeune femme, mais bête, de haute volée. Cependant, elle fascine Odile par sa capacité à garder les hommes.

 

Sandy lui suggère, pour y arriver, de tout changer, notamment son look et sa façon de parler. Pour ensuite s'inscrire sur un site de rencontres. S'en suit une suite de sketchs où elle rencontre des hommes. Ce personnage me plaît beaucoup, il est très intéressant à jouer. J'ai hâte. Je serai en alternance sur les deux pièces.

 

C'est très tendance, on est en plein dans l'air du temps.

 

6/ Comment passerez-vous facilement d'une pièce à l'autre, d'un personnage à un autre ?

 

C'est tout notre métier ! Ce sont deux comédies où il faut cultiver le rire. Mais ce sont quand même des personnages qui ne sont pas si éloignés de moi. Bien que je ne sois pas ni bourgeoise comme Vanessa ni austère comme Odile. Mais le mix fait qu'il y a quand même un peu de moi dans chacune d'elle.

 

7/ Pour terminer, que retenir pour nous inciter à venir vous voir ?

 

Si vous avez envie de rire, de vous divertir, au travers de sujets modernes et contemporains, venez nous voir  ! Je ne saurais pas vous orienter sur une pièce plus que l'autre car les deux sont modernes. J'espère en tout cas que cette interview vous aura donné l'envie de venir nous voir.

 

Merci Johanna de votre disponibilité !

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Sandra Luce évoque son actualité et ses projets artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sandra,

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour le blog.

1/ Vous êtes à l'affiche, au Théâtre du Marais, de la pièce « Les fêlés ». Quelle histoire y est racontée ? Quelles en sont les principales thématiques ?

C'est une pièce contemporaine, écrite par Philippe Sohier, un auteur contemporain, engagé et subversif. On y aborde la solitude, le couple, l'amour. En fait, c'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui sont dans leur propre solitude, qui ont des blessures intérieures, l'une psychologique et l'autre psychiatrique. Ils vont se rencontrer et cela va (ou pas) les réconcilier avec l'amour.  A vous de nous dire… 

Le côté original est lié au fait que l'on plonge directement dans le quotidien d'un couple et on remonte ensuite sept ans plus tôt. Pour découvrir leur rencontre et le lendemain de leur première nuit passée ensemble. Donc la naissance de leur amour.                                                                                                                                                                                                                                                                                 
2/ Comment présenteriez-vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

C'est un personnage un peu coincé, une sorte de Marie-Chantal, elle a des pudeurs, des principes, des valeurs qui la rendent ainsi. Mais elle voudrait avoir une vie sexuelle un peu plus pimentée. 

3/ Selon vous, quelles sont les clés de réussite de cette pièce ? Pourquoi plaît-elle aux spectateurs qui viennent vous voir ?

On joue dans une vérité, dans une sincérité. C'est interprété de façon cinématographique, c'est un parti pris assez réel, assez réaliste. Comme si on regardait le couple à travers le trou d'une serrure donc on rentre dans leur intimité. Je pense que les gens se reconnaissent dans ce couple là, du coup ça plaît, ça intéresse, ça interpelle. 

4/ Juste avant de rentrer sur scène, quelles sensations prédominent en vous ?

Je dirais un mélange d'adrénaline, d'excitation, de peur, d'angoisse et d'envie. C'est ce qui me fait vibrer. Ce métier est une passion, c'est toute ma vie. Quand le rideau s'ouvre, on n'est plus nous-même, on se transforme, on devient, on est, on incarne des gens, des personnages. C'est magique, la scène est magique, comme un moment atypique, hors du temps, de fiction où l'on est en voyage. Ça me fait vibrer, j'en ai besoin. 

5/ Plus généralement, quels sont vos autres projets artistiques actuels ?

Je tourne de temps en temps des guests pour M6 dans « Scènes de ménages », couple José/Liliane. 

Fais partie d'une web série, « C.O.Q.P. », arrivée en saison 2, j’y interprète une assistante de direction complètement fofolle et un peu adolescente sur les bords qui ne pense qu’à faire la fête. Saison 3 en préparation.

Comédienne-chanteuse, je prépare également un album pop rock, avec Steven Productions.  

Mais j’ai aussi un projet de court métrage, co écrit avec Guillaume Block, un ami scénariste. A la réalisation Géraldine Fréry, que je connais très bien puisque j’ai tourné avec elle plusieurs fictions, on se complète parfaitement et travailler sous sa direction c’est que du bonheur.  « Circulez ! » est un court métrage, un projet personnel qui me tient à coeur. Nous sommes en prépa actuellement, on cherche des financements alors j’enchaîne les rencontres avec les producteurs. Un crowdfunding va être mis en ligne d’ici un mois. 

En gros je n’ai pas le temps de m’ennuyer, 24h dans une journée c’est trop peu…

6/ Pour terminer, que peut on vous souhaiter pour la suite ?

Que ça continue ! Encore et encore et toujours ! Vous divertir, vous faire rêver, vous faire voyager ! La réussite mais surtout les rencontres, le partage, l’échange, bref l’aventure humaine! Seul, on ne fait rien !

Ce fut un plaisir, Sandra, d'échanger avec vous  !

Merci pour cet interview, ravie également de cette rencontre. Si vos lecteurs ont envie de me découvrir un peu plus, ils peuvent aller sur mon site professionnel que voici: https://sandraluce02.wixsite.com/comedienne-chanteuse

Au plaisir!

Publié dans Théâtre, Télévision

Partager cet article
Repost0

Benjamin Cotte revient sur son parcours et évoque ses projets artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Benjamin,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog.

 

 

1/ Vous êtes un jeune artiste aux multiples casquettes. Comédien, réalisateur notamment. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans l'exercice artistique ?

 

J'aime faire passer des émotions, des messages, j'aime m'engager sur des sujets qui me tiennent à cœur ou, à l'inverse, avec lesquels je suis en désaccord. C'est aussi une manière de fuir une certaine inacceptation de la réalité que j'ai depuis que je suis très jeune.

 

Ce sont vraiment les deux points les plus importants qui m'amènent à exercer ce métier avec beaucoup de plaisir.

 

2/ Spontanément, une expérience vous a-t-elle plus marqué que toutes les autres ?

 

Oui ! Le premier court métrage que j'ai réalisé. Au final, ce n'est peut-être pas une réussite dans sa globalité mais cela m'a beaucoup marqué dans le travail que j'ai dû apporter.

 

Cela faisait seulement un mois que j'étais à Paris, je ne connaissais vraiment personne, je ne connaissais pas grand chose au cinéma et je me suis rendu compte que, même dans ces conditions, j'ai réussi à réunir une équipe, à mettre en place toute la production, à m'organiser pour aboutir à une fin plutôt professionnelle.

 

Ce n'était vraiment pas simple mais vraiment intéressant. Ce fut l'occasion de rencontrer plein de gens très différents, c'était une vraie aventure très intense et très enrichissante. J'ai pu prouver aussi à mes parents que j'étais capable de le faire, eux qui m'ont vu galérer depuis des années à cause de mon handicap. J'ai vu aussi que c'était possible et ça m'a donné l'envie de continuer.

 

3/ Êtes-vous davantage attiré par un domaine en particulier ? Ou est-ce la diversité qui vous tente ?

 

La globalité me plaît, même si le but ultime de ma vie serait de pouvoir être scénariste et réalisateur. Pour être à la base des messages que j'ai envie de faire passer et de le faire à ma manière. Pour faire sortir toute cette imagination que j'ai en tête et ainsi la rendre concrète.

 

C'est aussi pour cela que j'ai voulu commencer par le métier de comédien. Il n'y a rien de mieux en effet pour un réalisateur d'avoir été justement comédien. On se rend compte en fait de ce qui nous aide vraiment quand on est dirigé et inversement. On se rend compte aussi de ce que l'on peut dire ou non à un comédien.

 

J'en parle peu, mais j'ai aussi occupé différents postes techniques sur des tournages de courts métrages ou de web séries, comme chef électro ou chef opérateur. Pour toucher à tous les milieux du cinéma et comprendre chaque métier.

 

4/ Plus généralement, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

 

Ce sont beaucoup de courts métrages sur des sujets très engagés comme la condition de la femme et également le harcèlement scolaire. J'y travaille beaucoup, c'est quelque chose qui me touche énormément et que j'ai vécu. Pour le premier sujet, l'écriture est finalisée, il reste à présent le tournage à financer et à organiser.

 

On pourra me retrouver prochainement sur TMC dans la série « Les Mystères de l'Amour ». Sans doute avant la fin de cette année.

 

5/ Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

De ne jamais arrêter de travailler et de toujours garder bien en tête mes objectifs. Pour ce qui est du travail et de la détermination, je ne m'inquiète pas trop. Pour le reste, on verra. C'est un métier où l'on ne peut pas tout contrôler mais je reste persuadé que, si l'on croit à ce que l'on veut faire et qu'on le fait à fond, on peut y arriver.

 

 

Ce fut un plaisir, Benjamin, de nous entretenir avec vous !

Publié dans Télévision

Partager cet article
Repost0

Carole Dechantre : parcours, actualités, projets - elle évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Carole,

 

Quelle joie d'effectuer cette interview en votre compagnie !

 

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, notamment comédienne, présentatrice de documentaires ou bien encore gérante d'une boite de production. Qu'est-ce qui vous attire tant dans votre quotidien artistique ?

 

J'aime et je produis principalement des documentaires d'aventure pour emmener les gens dans notre univers. Nature, aventure humaine, aventure personnelle et paysages magnifiques, c'est un partage qui me tient à cœur.

 

Cette liberté de pouvoir gérer son travail de cette façon, en assouvissant ses envies, est plaisante, elle permet de faire ce que l'on veut quand on veut. D'autant plus que nous allons toujours assez vite, lorsque l'envie est là on réalise assez rapidement le documentaire.

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Certes, je ne réalise pas mais je suis très très investie dans la réalisation. Avec mon mari, nous travaillons en binôme depuis plus de vingt ans. Nous sommes très complémentaires .Je m'occupe davantage de la production pure, à savoir notamment de trouver les financements et de gérer l'organisation. Mais je participe aussi au mixage du film et à la finalisation de la réalisation. A deux, on fait tout, on pense le film et, au final, on l'édite et on le distribue.

 

Évidemment, oui, mettre les mains dans le cambouis de chaque poste fait que l'on connaît tout. Cela aide pour le reste. J'ai un autre regard que quelqu'un qui ne sait pas comment se passent la production, la réalisation, le montage d'un film et sa distribution.

 

3/ Êtes-vous davantage attirée par un domaine en particulier ? Ou est-ce la diversité qui vous convient plus ?

 

Je n'aime pas chercher des sous, et pourtant c’est le nerf de la guerre….J’aime toutes les étapes, la diffusion est la récompense. Mais d'être en studio de mixage est passionnant, finaliser un montage est un vrai travail d'artisan qui me plaît aussi. Même le moment où on rêve le film en amont…

 

4/ « Vertiges Prod », votre société, fête déjà ses vingt ans. Que dire sur cette chouette aventure ?

 

Pourvu que ça dure encore ! J'ai envie que l'on continue à faire pleins de films où l'on partage notre passion pour les aventures.

 

Quels sont les projets en cours ?

 

Plusieurs sont bien avancés. Prochainement, nous devons faire le dixième épisode de la série d'alpinisme «Montagnes de rêve», où je dois grimper au sommet de la Dent Blanche, à 4357 mètres. Tout est fonction de la météo pour les dates de tournage.

 

Nous avons aussi un projet avec un navigateur. Un autre avec Derib, qui dessine les Yakari, où ce ne sera pas de l'aventure mais plutôt un portrait d'un artiste, l'intimité des ateliers étant aussi proposée dans notre société. Sans oublier une fiction.

 

5/ En parallèle, vous interprétez le personnage d'Ingrid sur TMC dans « Les Mystères de l'Amour ». Un personnage aux multiples facettes. Justement, quelles sont les clés de son interprétation ?

 

Elle est mono facette méchante mais multiples facettes effectivement dans les degrés de méchanceté! C’est un personnage très intéressant à jouer, elle est ambiguë dans tous les sens, avec tout le monde. Je crois que j'ai avec chaque personnage une façon d'être différente, c'est un cadeau de pouvoir interpréter cela.

 

Ingrid ne parle pas comme moi dans la vie, moi je cherche mes mots, j’hésite, elle est sûre d'elle, elle tient le regard, n’hésite pas, ne sourcille pas. J'essaie d'avoir un ton de voix un peu plus bas, j'ai aussi un port de tête un peu différent de moi.

 

Avec Nicolas, elle est sincère car il est vraiment sa corde sensible, elle l'aime profondément. Comme cet amour est sans doute la seule chose que l'on sent sincère chez elle, cela la rend fragile et son cœur s'accélère un peu plus. Avec Hélène, elle est gentille hypocrite car, évidemment, elle l'a déteste. Avec les personnes qu'elle domine, il y a vraiment tout un autre jeu aussi. C'est donc vraiment intéressant à jouer.

 

6/ Pour finir, très simplement, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

D’avoir les moyens de développer un concept qui me tient à coeur depuis des années, de documentaires sur des voyages aventures en famille. Je veux faire le tour du monde avec cette série là!

 

 

Merci Carole pour votre disponibilité !

Publié dans Télévision

Partager cet article
Repost0

Marinelly Vaslon évoque sa nouvelle pièce de théâtre et ses futurs projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Marinelly,

 

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

 

1/ Vous êtes à l'affiche, au Mélo d'Amélie, de la pièce « Boire ou séduire...». Quelle histoire y est racontée ? Quelles thématiques y sont abordées ?

 

C'est une comédie, l'histoire de Jean-Régis, joué par Régis Van Houtte, un aristo qui profite de gérer ses locations d'appartements à Paris pour rendre visite à sa maîtresse, que j'interprète. Sauf que, ce jour-là, évidemment, cela ne se passe pas tout à fait comme prévu.

 

Il se retrouve avec un potentiel locataire d'appartement, Bébert (Sébastien Bonnet), un petit protégé de sa femme. C'est alors que les ennuis commencent.

 

2/ Comment présenter votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 

Gwenaëlle, avec qui je partage mes racines bretonnes, est une trentenaire parisienne maintenant, un peu bobo, habituée à un certain confort de vie. Et qui va se retrouver dans une situation pour le moins inconfortable. S'ensuit un huis clos à trois personnages.

 

3/ Selon vous, quelles sont les clés du succès de cette pièce ? Pourquoi plaît-elle aux spectateurs qui viennent vous voir sur scène ?

 

Parce qu'elle est géniale :) C'est très drôle, bien écrit, c'est d’ailleurs un plaisir, actuellement en répétitions, de la jouer. Les auteurs de la pièce sont également comédiens et cela se ressent dans l'écriture. Il y a un vrai sens de la répartie, du rythme. 
C'est une sorte de “Dîner de cons”, on retrouve ce côté comédie qui peut paraître légère mais où les personnages sont riches et les situations moins anecdotiques qu'elles peuvent en avoir l'air. Bref, une comédie avec du fond  !

 

4/ A quelques jours de la première, comment vous sentez-vous ?

 

Je suis très impatiente ! Ça fait deux ans que j'étais en tournée avec une autre pièce comique « La guerre des garces » de Fabrice Blind. Ce fut une expérience incroyable mais je suis très contente de retrouver les planches parisiennes.

 

Impatiente et confiante aussi. Je pense que c'est une pièce qui va vraiment beaucoup plaire.

 

5/ Dans les derniers instants avant de rentrer sur scène, quels sentiments dominent alors ?

 

Il y a toujours la petite montée d'adrénaline qui fait que l'on aime tellement ce métier. De la curiosité aussi parce que chaque soir est différent. Donc de l'impatience, de l'excitation et aussi du plaisir. Un sacré cocktail !

 

6/ Plus généralement, quels sont vos autres projets actuels ?

 

En ce moment, j'ai un projet de co-écriture d'une série humoristique. C'est un peu tôt pour en parler mais ça avance. J'ai aussi des projets de longs métrages en tant qu’actrice, en préparation pour le printemps prochain.

 

7/ En conclusion, que dire aux lecteurs pour les inciter un peu plus encore à venir voir la pièce ?

 

Y a des femmes à moitié nues… et des hommes aussi ! ;)
 Et c’est le genre de pièce qui vous fait ressortir avec le sourire. Pour combattre la morosité de la rentrée, c'est absolument parfait!

 

Merci Marinelly pour votre disponibilité !

Publié dans Télévision, Théâtre

Partager cet article
Repost0

Mélanie Belamy évoque son actualité et ses projets artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Mélanie,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

1/ Vous serez à l'affiche, à partir de fin septembre, au théâtre BO Saint-Martin de la pièce « Mars et Vénus ». Quelle histoire y est racontée ? Quelles en sont les thématiques ?

 

Ce n'est pas vraiment une histoire, c'est surtout une thématique, l'homme et la femme au sein du couple. C'est présenté sous forme d’émission de télé où le troisième personnage est le public. Je n'en dévoilerai pas plus, pour ne pas casser le mystère.

 

On y parle des clichés, ce qu'est la vie en couple, de la rencontre jusqu'à l'installation. Donc des choses à faire, à ne pas faire. Le tout illustré par des mises en situation, des sortes de mini sketchs avec la participation du public.

 

2/ Comment décrire votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 

Au départ chauffeuse de salle, mon personnage devient progressivement animatrice de l'émission puis personnage dans les démonstrations, donc qui illustre la femme dans le couple. Il ne faut pas s'étonner qu'il y ait des clichés, qui sont là pour que les gens s'y retrouvent. Il y a aussi une grosse part d'improvisation sur le spectacle donc tantôt nous sommes comédien tantôt nous sommes nous-même car, avec le partenaire de jeu, on s'envoie des pics, on se renvoie la balle.

 

C'est surtout sur le ton de la dérision et de l'humour pour que les spectateurs s'y retrouvent mais aussi qu'ils puissent se poser des questions. Sur eux ou sur leurs amis.

 

Comment appréhendez-vous cet exercice de l'improvisation ?

 

L'improvisation dont je vous parlais me faisait vraiment très peur au début, car je ne viens pas, en premier lieu, du registre de la comédie. En fait, c'est à force d'être sur scène, d'avoir les retours du public, d'avoir une pièce rodée et d'avoir le soutien de mon partenaire que l'improvisation est arrivée. Comme une porte qui s'est ouverte en moi et je suis très heureuse d'avoir trouvé la clé. Ce n'est pas un exercice évident, ce n'est pas donné à tout le monde mais je dois bien reconnaître que cela aide aussi pour d'autres projets.

 

3/ Selon vous, quelles sont les clés de succès de la pièce ? Pourquoi va-t-elle plaire aux spectateurs qui vous venir vous voir sur scène ?

 

C'est un sujet à la fois vaste mais aussi universel. Il existe depuis la nuit des temps. Les gens vont s'y retrouver et vont passer un bon moment.

 

Faire participer le public marche aussi très bien. Les gens interviennent pour que nous puissions savoir ce qui se passe dans leurs couples.

 

En plus des dates parisiennes, et après un Festival d'Avignon réussi cet été, nous serons aussi en tournée à partir du 30 septembre prochain.

 

4/ En parallèle, on pourra aussi vous retrouver, à partir de novembre, au théâtre Darius Milhaud, en alternance, sur la pièce « Seuls au monde ». Que dire sur cette autre aventure théâtrale ?

 

Je suis au stade des répétitions pour reprendre le rôle et afficher une alternance. Ça n'a rien à voir avec l'autre pièce. C'est vraiment intéressant car je vais revenir pour le coup à un théâtre avec une véritable histoire, une problématique, un personnage, il y a une vraie construction.

 

C'est post apocalyptique et on y parle de la cohabitation après la fin du monde. Cela s'applique tout à fait à ce qui se passe dans le monde actuel, au vue des sujets abordés comme la politique, la religion, l’acceptation de l’autre etc… C'est pour ça que c'est à la fois drôle et intéressant.

 

Je pourrai facilement passer d'une pièce à l'autre car il y a deux jours entre chaque représentation. Mais cela va me faire beaucoup de bien aussi. Je vais pouvoir m'amuser dans un autre personnage également. C'est bien de changer de vision, de cadre et de partenaires. Ce sera aussi l'occasion de rencontrer un autre public et j'espère envoyer les publics d'une pièce à l'autre.

 

5/ En parallèle, quels sont vos autres projets artistiques ?

 

En juin, j'ai joué dans une création, «  Sentir le vent  », écrite et mise en scène par Hugo Meignant, un jeune auteur et metteur en scène. Nous avons joué une représentation unique au Théâtre de la Commune, à Aubervilliers. Il a décidé de reprendre ce projet sous forme de court métrage et il est à la construction du scénario. Le tournage est prévu pour la fin d'année.

 

A titre personnel, je suis actuellement en train de monter ma structure théâtrale afin d'héberger une prochaine création. Je vais commencer les répétitions courant septembre, avec mon équipe artistique. Pour une fois, je me retire complètement du plateau, je vais écrire et mettre en scène. Il y aura une part d'improvisation et d'écriture de plateau, ainsi que des textes que j'aurais préalablement écrit.

 

6/ Pour conclure, comment inciter un peu plus encore les lecteurs à venir voir l'une des deux pièces au moins ?

 

Pour « Mars et Vénus », si vous avez des problèmes de couple, venez nous voir. Si vous n'en n'avez pas, venez aussi, on pourra vous en trouver:)) Plus simplement, si vous avez envie de passer un bon moment avec nous, nous passerons un bon moment avec vous.

 

Concernant « Seuls au monde », si vous voulez voir comment se passe la fin du monde près de Melun, c'est l'occasion.

 

« Mars et Venus » se jouera tous les mardis du 26/09 au 26/12 à 20h au Bô St Martin. La reprise de rôle pour « Seuls au monde » aura lieu courant novembre et c’est tous les vendredis à 19h15 au Darius Milhaud.

 

Ce fut un plaisir, Mélanie, de nous entretenir avec vous !

 

 

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Jean-Luc Guizonne : parcours, passions, projets - il évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Jean-Luc,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

 

1/ Vous êtes un chanteur aux déjà multiples et riches expériences artistiques. Que retenez-vous de votre parcours jusqu'à ce jour ?

 

Ça va peut-être vous paraître un peu bizarre mais, pour l'instant, je n'ai pas envie de retenir grand chose en réalité. Car il y a tant de projets et de rêves qu'il me reste à accomplir, à toucher, à vivre. Je ne prends pas, du coup, réellement conscience de ce qui m'est arrivé jusque là.

 

2/ Un moment, un instant de votre carrière vous a-t-il plus marqué que tous les autres ?

 

Il y en a eu. Des rencontres ont été très fortes par exemple. Lorsque Disney me propose de doubler un personnage principal dans un dessin animé, «  Vaiana, la légende du bout du monde  », cela a été un instant fort. Car j'ai des enfants et on a tous été bercés par l'univers Disney. C'est beau et je trouve assez impressionnant que son travail de chanteur et de comédien soit enregistré définitivement sur un Disney. Pas n'importe lequel, c'est celui qui a le plus fonctionné au box office.

 

3/ Quelles sont vos principales sources d'inspiration ?

 

C'est assez éclectique, j'écoute vraiment de tout. De la soul, du rap, de la trap music, de l'urbain, de la pop et de la variété française aussi. C'est une réalité, je ne suis pas axé sur un seul registre musical.

 

L'album pour lequel je travaille actuellement est clairement orienté soul, motown, pop music. Dans un registre acoustique.

 

4/ Vous êtes monté souvent sur scène avec une troupe. Quelles principales différentes ressentez-vous comparativement à un solo ?

 

Ça va être nouveau pour moi puisque ce projet d'album me permettra d'aller sur scène, en tournée, à la rencontre des gens. Pour le coup, cela va me permettre d'être encore plus vrai et plus sincère dans le sens où les gens verront Jean-Luc et non pas un personnage de comédie musicale. Je viendrai, sur scène, me livrer à nu et raconter un peu tout ce qui me passera par la tête.

 

Donc je pense que la grosse différence est dans la sincérité.

 

5/ Plus généralement, quels sont vos projets musicaux actuels ?

 

L'album « Sourire » sur lequel je travaille depuis un an, qui va comporter une dizaine de titres. Dont la plupart seront enregistrés dans les conditions du live. Clairement, c'est un clin d’œil à l’univers motown, pop live.

 

Je vous tiendrai au courant dès que possible pour la date de sortie dans les bacs et sur les plate formes de téléchargement.

 

Il est clairement dans le four, il est tout chaud, prêt à être livré. Il reste la phase marketing, qui n'est pas toujours simple à coordonner.

 

Je suis auteur, compositeur sur certains et j'ai même envie de dire co producteur. J'ai été au bout de ce projet, je l'ai pensé et je l'ai réalisé. Mais pas seul, clairement, parce que tout seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin. J'ai vraiment eu la chance d'être très bien entouré, notamment dans la composition avec Seysey, un jeune qui fonctionne très bien ou Jon Norris, sans oublier Marc Létan. J'espère vraiment que les gens répondront présents. Pour remercier l'équipe qui m’entoure, une équipe d'acharnés et de passionnés.

 

6/ En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

J'ai la chance et le luxe de vivre de ma passion, d'être heureux et je crois que c'est l'essentiel dans la vie. Donc on peut tout simplement me souhaiter d'avoir la santé car c'est la base.

 

 

Ce fut un plaisir, Jean-Luc, d'échanger avec vous !

Publié dans Musique

Partager cet article
Repost0

Philippe Vasseur évoque ses passions et ses projets artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Philippe,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps !

 

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, notamment comédien mais aussi décorateur. Comment vous décririez-vous ?

 

Je me décrierais comme un touche à tout. J'ai commencé comme décorateur chez AB, avant ensuite qu'ils me proposent la série, sans que je veuille, initialement, être acteur. Cela m'a boosté.

 

J'espère ne pas être trop mauvais en acteur, j'espère ne pas être trop mauvais en décoration. Je fais ce qui me plaît, tout simplement.

 

2/ Des liens et des parallèles existent-ils entre ces deux domaines ?

 

Le seul parallèle qu'il puisse y avoir est l'émotion entre le jeu et les tableaux que j'ai faits. J'ai eu des bons moments d'émotion dans la série mais je n'en ai pas assez. J'ai plus d'émotion dans les tableaux.

 

3/ La décoration est un peu le fil rouge de votre vie. Que dire sur cette belle passion ?

 

C'est compliqué ! J'ai commencé ces tableaux il y a quelques années, suite à une envie presque soudaine. En fait, j'ai rêvé des tableaux et, le lendemain, je suis allé acheter tout ce qu'il fallait pour commencer le premier. C'est juste incroyable !

 

Mais il s'avère que, commercialement parlant, c'est une galère sans nom. Comme me l'ont dit plusieurs professionnels, je suis un peu victime de l'originalité des tableaux. J'ai eu le cas de figure de plusieurs clients potentiels qui ont adoré le travail mais qui n'ont rien acheté, sinon ils auraient dû refaire leurs salons juste pour accrocher une œuvre.

 

Il me faut trouver la bonne clientèle, jeune ou moins jeune, mais qui est branchée industriel, loft et compagnie. Ce qui est plus difficile à trouver. Le plus simple serait de passer par une galerie mais je ne veux pas.

 

Je faisais des salons, j'ai arrêté car c'est un véritable marché. Je vais sûrement faire une exposition l'année prochaine à Bruxelles mais, si je ne vends pas, ce sera la dernière. Cependant, je continuerais à bricoler pour moi.

 

Vous créez même à partir de morceaux de murs, de façades, d'épaves. D'où vous vient cette inspiration ?

 

A la base, je suis décorateur et ce métier consiste aussi à faire des patines, à vieillir des choses sur les tournages. C'est vraiment mon truc, j'aime les choses qui ont vécu, qui ont une âme, les vieilles bâtisses et les épaves. J'ai toujours une grande émotion pour les bateaux au fond de l'eau, cela me fait quelque chose de terrible à l'intérieur.

 

4/ En parallèle, vous interprétez José depuis plus de vingt ans, en ce moment sur TMC, dans la série à succès « Les Mystères de l'Amour ». Peut-on parler d'un plaisir récréatif plus que d'un travail, entouré par des gens qui font un peu partis de votre famille après tant d'années ?

 

C'est sûrement un plaisir récréatif pour certains de mes collègues mais je peux vous affirmer que c'est un vrai boulot pour moi.

 

Travailler pour JLA Productions est une grande chance, j'y suis depuis 1989, plus de la moitié de ma vie. On nous offre des opportunités que l'on ne trouve certainement pas ailleurs. Mais ce sont des journées très hard, plus d'ailleurs pour la technique que pour nous. Comme je vis loin de Paris, mes jours sont groupés. Je suis parfois dans toutes les séquences. Cela me va très très bien, je ne me plains pas mais c'est un vrai boulot d'apprendre quinze scènes, surtout quand on veut bien le faire. Sinon on fait attendre tout le monde sur le plateau.

 

Venir à Paris est un peu une souffrance mais les gens avec lesquels je travaille sont tous supers, l'équipe technique est absolument incroyable, ce sont des potes depuis 25 ans, toutes ces années ont créé et renforcé des liens. Mais c'est un vrai travail, ce n'est pas uniquement du plaisir.

 

Chez moi, je lis plusieurs fois les textes, par intervalles, pour bien les intégrer et désapprendre ce que j'ai appris. Pour ne plus penser au texte quand je tourne. J'en ai besoin. Si je n'apprends pas mon texte comme un enfant qui apprend une récitation, ce n'est pas possible. J'apprends surtout l'esprit et je réécris toujours un petit peu, je mets le texte à ma sauce. C'est une grande chance que Jean-Luc Azoulay nous laisse faire. Le plus important est le fil rouge, le reste peut être adapté. Les grossièretés sont une petite touche personnelle:))

 

5/ Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

Que ça continue. De trouver aussi d'autres rôles, ça serait juste un rêve. Des programmes noirs ou des comédies, tout m'intéresse, je suis preneur.

 

Ce fut un plaisir, Philippe, de nous entretenir avec vous !

Publié dans Télévision

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>