Fort Boyard, Top 14 de rugby, équipe de France : Vincent Clerc évoque tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Vincent,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à nos questions !

Le Top 14 de rugby vient de reprendre ses droits il y a quelques jours. En tant qu’ancien international français toujours passionné de ce sport, on imagine sans doute le plaisir et la joie que cela doit être pour vous ?

Effectivement ! J’ai eu ma vie rythmée pendant longtemps, notamment 17 ans d’activité professionnelle, tous les week-ends, avec du rugby. Donc c’est vrai, même si je ne regarde pas tout, j’aime bien savoir qu’il y a du rugby à la télé le week-end, même si je ne peux regarder que 10 minutes ou un quart-d’heure, ou que je dois regarder les résumés le lundi. Oui, c’est un petit moment de plaisir, il y a quelque chose de très addictif, ça fait partie de ma vie de me dire qu’il y a du rugby le week-end.

Quel regard portez-vous sur cette nouvelle édition qui démarre ? Quels sont vos favoris ?

Il y en a beaucoup, entre ceux qui ont gagné l’année dernière, on pense à La Rochelle, à Lyon, à ceux qui ont échoué de peu comme le Stade Toulousain, Bordeaux, Toulon sur la fin de saison, à ceux qui n’ont pas été à leur place et qui ont de grandes ambitions comme Clermont-Ferrand par exemple ou Montpellier qui a été champion. C’est vrai que ça fait beaucoup de prétendants potentiels qui ont réellement le potentiel, ce n’est pas de la langue de bois. Je crois que, malheureusement, un des facteurs clé est le facteur équipe de France, qui pénalise beaucoup certaines équipes. Dans des sprints finaux, ça compte,…les points en moins, la fatigue des joueurs, …Voilà, il y a un peu tout cela mêlé. En tout cas, il y a quand même beaucoup d’équipes qui peuvent prétendre à ce titre. Il y a une grosse bataille, qui sera aussi de l’autre côté, vers le bas parce que ce n’est pas fait non plus. On ne se dit pas que ceux qui sont montés vont obligatoirement redescendre de suite.

A quasiment un an jour pour jour de la coupe du Monde, sans doute que, de près ou de loin, cela aura un impact sur la saison qui démarre, avec des joueurs qui auront à cœur de montrer à leur sélectionneur qu’ils ont leur place en équipe nationale…

Il y en a une bonne partie qui sont déjà partants, il ne faut pas se faire d’illusions. Cette équipe tourne bien depuis plusieurs mois, plusieurs années, avec une ossature que l’on connait et qui est stable depuis le début. Donc, disons qu’à 90%, on connait l’équipe qui va partir au mondial. Après, effectivement, l’état de forme est important, il y a des joueurs qui sont plus en balance et c’est vrai que ça fait quelques joueurs qui vont avoir des choses à prouver au sélectionneur. Il peut y avoir des blessures aussi, ça fait partie des risques du rugby et du sport en général. Du coup, il faut toujours rester prêt à être appelé en cas de blessure. Oui, il y a en arrière-pensée cette coupe du monde pour tous les joueurs, ceux qui sont quasiment sûrs et ceux qui sont à la limite de l’équipe de France.

A titre plus personnel, sur quelles prochaines échéances pourra-t-on vous retrouver à l’antenne ?

Sur tous les matchs de l’équipe de France, donc ça va être la tournée de novembre, le tournoi des 6 nations mais aussi la finale du Top 14.

En amont d’une prise d’antenne et donc d’une rencontre, avez-vous une méthodologie spécifique de préparation ?

Non, parce que je suis assez passionné. Je vous avoue que je suis l’actualité du rugby, j’ai la chance d’avoir beaucoup de mes anciens coéquipiers qui sont maintenant à des postes clé du rugby français et des grands clubs, ça me permet d’échanger régulièrement avec eux. Donc je construis au jour le jour par ce que j’aime. Après, s’il y a des choses que je ne connais pas, sur des joueurs, je me renseigne, je me documente, j’appelle pour savoir, pour connaitre la stratégie de l’équipe et savoir pourquoi ils ont fait ces choix-là. Voilà, c’est plus une préparation, je dirais, d’homme de passion, il n’y a pas de méthodologie, c’est plus être au courant de tout. Parce que, contrairement à Dimitri Yachvili qui commente le match, j’analyse plus, en amont ce qui a été fait par l’équipe, à la mi-temps et à la fin du match en fonction de ce qui s’est passé. Donc c’est aussi réagir à ce qui se passe en direct sur le terrain, beaucoup.

Justement, vos nombreuses années au haut niveau et votre riche palmarès vous permettent un œil aiguisé sur le jeu…

Le but est de voir ce que quelqu’un qui n’a pas joué au rugby pendant longtemps ne peut pas voir en fait. C’est d’essayer d’aller chercher justement les petites subtilités que nous ressentons ou voyons parce que l’on a baigné dans le milieu pendant de nombreuses années. Donc, effectivement, mon rôle, j’essaie d’aller le chercher-là, dans les choses qui ne sautent pas aux yeux forcément.

 

 

En complément, cet été, on a pu vous voir pour la première fois dans « Fort Boyard ». On imagine sans doute le bonheur que cela a dû être pour vous de participer à cette émission emblématique et de partir à l’assaut de ce lieu mythique ?

Complètement ! Pour plusieurs raisons. Effectivement, c’est une émission emblématique. J’adore jouer et, en plus, étant jeune, avec mes amis d’enfance, on allait camper en face du « Fort Boyard ». C’est toujours quelque chose qui me faisait un peu rêver. Donc d’avoir réalisé le rêve, d’avoir traversé et d’être entré dans le fort, c’était absolument extraordinaire. J’ai aimé l’émission, j’ai aimé participer à l’émission parce que c’est justement un vrai jeu, qui n’est pas du tout scénarisé. On fait les épreuves, on les enchaine, il n’y a rien de monté, cela m’a beaucoup plu.

Vous avez représenté l’association « Premier de cordée ». Ce devait être une source supplémentaire de motivation ?

On joue pour les autres, c’est sûr. On essaie de faire beaucoup de choses pour les enfants, les assos. On sait combien en plus la période est très difficile pour les associations pour aller chercher des fonds parce que la période est difficile pour tout le monde. D’être allé chercher de l’oxygène pour cette association, on était ravis. Ca a bien fonctionné, on était fiers et on sait que ça a beaucoup compté pour eux.

 

 

L’émission n’a pas été de tout repos, avec cette année la carte atout du Père Fouras, dévoilée au début de l’émission, celle de l’aventurier solitaire. Imposant à Alex Goude de rentrer tout seul dans le fort. D’entrée de jeu, cela a placé la barre encore plus haute…

Franchement, c’est énormément de stress « Fort Boyard ». Quand on arrive, tant que l’on n’a pas fait sa première épreuve, on est stressé. Donc, là, il nous tardait qu’Alex réussisse. Ça lui a mis beaucoup de pression sur les épaules, il savait que c’était à lui de débloquer la situation pour que le jeu commence. Donc c’est vrai que c’est beaucoup beaucoup de pression, notamment sur les premières épreuves. Oui, ça nous a rajouté une montée de stress, notamment pour Alex, qui a quand même été très bon.

C’est vrai qu’il vous libère en premier, avec Perrine. Vous démarrez par le métro, une cellule pas facile, comme le montrent les statistiques. Là, pour le coup, ça vous a donné le bon élan et la bonne dynamique en apportant une deuxième clé à l’équipe…

Oui ! On est tous comme cela. C’est vrai que je me compare à ce que j’ai vécu avant, c’est vrai qu’il y a une envie de bien faire, une envie de réussir donc on y met beaucoup d’énergie et on est soulagé quand ça marche. C’est vrai que l’on ressent, en plus, tout le soutien de l’équipe. Il y a vraiment quelque chose qui se crée très rapidement, avec des gens que l’on ne connait pas forcément. Moi, j’en connaissais quelques-uns mais pas tous. C’est vrai qu’il y a cette espèce d’alchimie qui se fait rapidement, où on sent le soutien, on n’a pas envie de décevoir ses collègues donc on y met toute l’intensité que l’on peut pour réussir. On était contents, j’étais très content que ça paie d’entrée.

 

 

Parmi les autres sensations fortes, après la cellule infernale, vous avez eu le droit, lors des indices, à la catapulte infernale. Ce doit être également un grand moment d’adrénaline ?

Oui ! Alors, c’est d’abord beaucoup de plaisir au début parce qu’on a une vue qui est absolument splendide autour de nous, on est au calme le temps que tout le monde arrive. Après, la pression monte quand on doit appuyer soi-même sur le siège éjectable. C’est vrai que ça part très fort, c’est très surprenant donc on prend un gros gros shoot d’adrénaline au moment de l’expulsion. Il y a quand même une recherche d’adrénaline…ce que j’ai vécu pendant des années au rugby, cette pression, cette envie de réussir, se mettre un peu en danger, c’est vrai que, dans la vie de tous les jours, on a moins l’occasion de le faire. Là, « Fort Boyard », ça redonne ces sensations-là un peu, c’est génial.

 

 

Vous évoquiez la vue sur le haut du fort, sans doute que le tournage de nuit pour « Fort Boyard, toujours plus fort ! » est un autre moment qui remplit les yeux de jolis souvenirs…

On n’a plus envie de repartir en fait. C’est vrai qu’on le découvre à toute heure de la journée, on est arrivés tôt le matin, on a eu droit au coucher du soleil, avant de repartir de nuit. C’est vrai qu’on y est bien, je comprends ceux qui le font plusieurs fois, on sent une parenthèse assez extraordinaire au milieu de l’eau, loin de tout, les téléphones coupés. C’est chouette de vivre cela, ce fort est quand même quelque chose d’assez incroyable, avec cette construction au milieu de l’eau. Donc, oui, on n’a plus envie de repartir, on reste contemplatifs sur le haut du fort de longues minutes et c’est vrai que l’on a fait jusqu’à la nuit, jusqu’à repartir. C’est un endroit qui est assez exceptionnel.

Pour ne rien gâcher au plaisir, vous étiez une équipe de sportifs émérites et on a vu un vrai élan de solidarité, en plus d’une très bonne ambiance entre vous…

Oui, c’est vrai, on s’est très bien entendus rapidement, chacun avec ses qualités. C’est vrai qu’il y a quelque chose qui se passe de suite. Et c’est souvent ça qui marche. On a beau avoir tous plus ou moins des talents individuels, c’est l’envie aussi de réussir en équipe. On l’a de suite eue, du coup je pense que c’est ça qui a fait que l’on a plutôt bien performé sur l’ensemble de l’émission.

 

 

Selon vous, quelles sont les principales clés, sans mauvais jeu de mots, pour être un bon aventurier sur le fort ?

Jouer pour les autres, c’est vraiment de se dire que, même s’il y a des peurs ou du stress, à partir du moment où on met le pied dans le fort, on est là pour réussir pour les autres, notamment pour des associations. Oui, il faut partir du principe que l’on va aller dans le dépassement de soi, que l’on n’est pas là pour être dans une zone de confort, que, de fait, on va être en difficulté, dans un stress que l’on n’a pas l’habitude d’avoir. Donc je pense que c’est surtout de se dire que l’on est là pour se dépasser mais d’avoir envie de le faire pour les autres, je crois que c’est quand même les clés de la réussite.

Cette première expérience vous donne-t-elle l’envie d’y retourner, si l’opportunité venait à se présenter à nouveau ?

Complètement ! J’avoue que je n’hésiterais pas à y repartir, je trouve que c’est vraiment un moment exceptionnel, j’ai vraiment été un privilégié de pouvoir y participer. Donc si de nouveau ça se présente, je pense que je n’hésiterais pas.

 

 

En conclusion, cette journée reste donc un merveilleux souvenir pour vous ?

Complètement ! C’était extraordinaire. D’ailleurs, on sent, quand on sort du jeu, à quel point ça fait rêver les gens parce qu’on m’en a énormément parlé. On sent que les gens sont curieux, qu’il y en a une grande partie pour qui ça représente beaucoup de souvenirs, de souvenirs familiaux devant la télé, on sent que les gens aimeraient bien y participer aussi. On mesure donc encore plus toute la chance que l’on a.

Ce fut un plaisir, Vincent, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article