Festival de la fiction TV 2022 à La Rochelle : David Baiot évoque son rôle en tant que jury !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour David,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à nos questions !

On se retrouve au Festival 2022 de la Fiction TV à La Rochelle. Sans doute que ce doit être une réelle joie et un vrai plaisir pour vous d’être présent ici ?

Oui, c’est un très très grand honneur, je l’ai appris il y a une dizaine de jours et même moi, je n’arrivais pas à y croire. C’est comme si on m’annonçait que j’avais été pris sur un super rôle que j’attendais depuis longtemps. Donc non, non, je suis très content de participer à cette édition et d’avoir pu rencontrer le jury aussi hier. Du coup, d’être confronté à toutes ces personnalités assez détonantes, ça fait plaisir !

Justement, être membre du jury est aussi probablement l’occasion de rencontrer d’autres personnes d’autres corps de métiers…

Oui, tout à fait ! Notamment ce qui est assez marrant, c’est un prix que l’on a à décerner pour la musique, quelque chose auquel je ne prête pas forcément attention mais qui a besoin d’être en harmonie avec un film. Là, j’ai un peu plus aiguisé mon oreille pour voir comment y être un peu plus sensible.

Etre membre du jury, c’est aussi un enrichissement personnel, on découvre des œuvres que l’on n’aurait pas forcément regardées et on a aussi un œil peut-être différent de celui du téléspectateur lambda ?

Tout à fait, c’est vrai. Rien qu’en cette période de Festival, en cinq jours, je pense que l’on va voir à peu près une quarantaine de films, ce qui est beaucoup. Je n’ai pas l’habitude d’en voir autant en si peu de temps mais je pense qu’avec chacun notre personnalité, notre background, avec le fait que l’on soit comédien, réalisateur ou scénariste, chacun arrive avec son point de vue personnel. Moi, par exemple, ce sera surtout l’interprétation qui va peut-être un peu plus m’interpeller que, parfois, certaines mises en scène. Mais, du coup, c’est bien de pouvoir donner son avis et l’affirmer aussi parce que, dès fois, ce n’est pas facile quand on aime une œuvre et que, peut-être, les autres n’ont pas ressenti la même chose. Il faut essayer peut-être d’en débattre et d’en discuter. Après, il y a des avis qui sont plutôt assez communs, ce qui nous réconforte, on se dit qu’au moins on va un peu dans la même direction. Voilà, c’est vraiment un plaisir, c’est très dur, ça prend beaucoup beaucoup beaucoup de temps, beaucoup d’énergie mais c’est très plaisant. Et, effectivement, dans ce cadre du Festival où, cette fois, on n’est pas là pour présenter quelque chose, on est là pour juger, même si on ne juge personne, c’est juste notre cœur qui va parler, avec nos émotions pour faire ressortir un très joli palmarès je l’espère.

Plus personnellement, en termes de méthodologie, en amont d’un visionnage ou d’une projection, vous êtes-vous renseigné sur le programme ? Ou, à l’inverse, ne l’avez-vous pas fait pour rester le plus neutre au moment de le recevoir pour la première fois ?

Je préfère rester neutre et être surpris par ce que je vais pouvoir voir. Mais c’est vrai que quand il y a une œuvre qui m’interpelle, après je fais mes petites recherches, je vais regarder le réalisateur, certains comédiens, le chef opérateur pour voir aussi la lumière. Ce que j’aime également particulièrement dans cette programmation, c’est qu’il y a beaucoup d’œuvres francophones mais qu’il y a aussi des œuvres étrangères. C’est assez plaisant justement pour voir un peu comment nous, français, nous situons par rapport à ce que l’international nous propose et, franchement, on n’est pas mal du tout.

 

 

C’est vrai qu’avec cette diversité de l’offre, les échanges entre vous vont sans doute être certes constructifs mais intenses….

Ça, c’est sûr ! Parce que l’on ne va pas remettre non plus 50 prix donc, forcément, je pense qu’il y a peut-être certains films qui auront plu et qui vont peut-être passer à la trappe. Mais je m’empresserai d’aller voir les personnes qui l’ont fait pour les féliciter. Ce que je fais déjà en sortant de chaque projection, d’aller féliciter parce que c’est quand même difficile d’arriver dans un Festival, de se faire juger, de ramener toute son équipe, de s’être battu bec et ongle, d’avoir sué, trimé pour le monter. C’est quelque chose qui est très respectueux donc je respecte l’œuvre de chacun.

De toute façon, choisir, c’est renoncer et on le voit chaque année, la qualité des œuvres est excellente, ce qui est très plaisant.

Complètement ! De toute manière, je sais très bien que même ceux qui ne seront pas récompensés, quoi qu’il arrive, vu qu’ils ont été sélectionnés dans ce Festival, seront diffusés, je pense. Donc tant mieux, ils trouveront des gens qui aimeront peut-être autant que moi et autant que certains membres du jury. C’est vraiment très plaisant d’avoir cette place, parfois ça peut être un peu compliqué parce que quand on a des copains qui sont dans certains films, ils nous demandent « alors, alors ? » et je leur dis « alors rien…pour l’instant ! »J. C’est assez rigolo.

Pour terminer, en complément, quels sont vos autres projets et actualités du moment ?

Là, à l’image, vous allez pouvoir me retrouver dans le dernier prime de « Plus Belle La Vie ». Après 5 ans, le personnage est revenu pour une petite intrigue, celle des évadés. Je pense que ça va faire plaisir un peu aux téléspectateurs. Sinon, on pourra me retrouver aussi dans un épisode de « La stagiaire », avec Michèle Bernier, qui est adorable, c’était vraiment un plaisir de travailler avec elle. Aussi dans « L’art du crime » avec Nicolas Gob, avec qui j’avais pu travailler sur « Les crevettes pailletées » (1 et 2) donc c’était un plaisir aussi de travailler dessus.

Ce fut un plaisir, David, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article