Sandrine Guisier évoque Les Supers, son nouveau projet artistique !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sandrine,

Quelle joie de vous retrouver pour ce nouvel entretien !

Vous avez récemment écrit et réalisé « Les Supers », on aura l’occasion d’y revenir un peu plus tard. On imagine, dans le contexte du moment, que de pouvoir proposer au public ce projet a été une source de joie et de fierté pour vous ?

Oui, tout à fait ! En plus, la chance que l’on a eue est qu’il a été diffusé au Max Linder mi-janvier 2022. C’était impressionnant mais c’est agréable aussi de voir son bébé être projeté. Je l’ai écrit, je l’ai coréalisé et je l’ai porté. Au moment de la diffusion, c’était génial de voir les gens qui appréciaient, pas tout le monde honnêtement mais il y a eu de jolis retours, dans tous les sens. Tant mieux finalement qu’il y ait eu aussi des retours négatifs, c’est toujours constructif. On a fait une deuxième diffusion un peu moins officielle, sur le bateau El Alamein. C’était plus le grand public, qui était, on va dire, moins tatillon sur tout ce qui était technique, c’était vraiment génial. Donc ça remotive, effectivement, après tout ce que l’on vient de vivre.

Avec vos mots, comment décririez-vous ce projet ?

Ce sont des supers héros. Il y a Rapido, il y a Schizomorphe, qui peut se transformer en n’importe quoi ou n’importe qui, il y a Zenman qui peut calmer les méchants juste en les regardant, il y a aussi Transparent, Fortiche et Super Géniale. Quand ce groupe de super héros est arrivé sur terre pour sauver les humains, ils ont commencé à gouter aux plaisirs terrestres, à toute notre variété culinaire, ils ont commencé à boire, à faire la fête, ils ont un peu abusé et ils se sont fâchés. Là, on les retrouve des années après, ils ont pris un peu cher, ils sont devenus l’ombre d’eux-mêmes voire complètement tarés. Rapido leur propose de se reformer et la super méchante Magnifique les espionne… que va t’il se passer ? Enorme suspense, non ?

 

 

Pour revenir à la genèse de ce projet, qu’est-ce qui vous en a donné l’envie et l’idée ?

L’idée est venue il y a fort longtemps. Je suis une fan absolue des supers héros, de cet univers geek, forcément de Wonder Woman, que je trouve gentiment lisse. Avec un ami, Alexis Robert, on s’est imaginé ce qu’était la vie des supers héros quand ils rentraient chez eux. Je pense qu’ils ont des vies complètement normales, finalement, qu’ils ont les mêmes problèmes que nous. On a commencé à écrire là-dessus. Pendant le premier confinement, j’ai retrouvé ce projet et, comme j’avais le temps, je me suis dit « autant aller jusqu’au bout ». L’écriture a été faite. Un ami, Boris Antona, a produit une partie des SUPERS. En ce moment, avec Sacha Danino, Adrien Santus et Farid Rezgui, on écrit la suite.

A titre plus personnel, quel retour d’expérience en faites-vous ?

Ce que je n’arrête pas de dire, c’est que, pour moi, la place de comédienne est vraiment beaucoup plus facile. En tant que réalisateur ou scénariste, c’est quand même ton idée qui doit être diffusée. Je suis impressionnée par les réals et les scénaristes qui proposent un projet, le portent jusqu’au bout et assument l’échec ou la réussite. Nous les comédiens, je pense que l’on a ce luxe de pouvoir être dirigés, on n’a pas la responsabilité d’une équipe.

Ce que j’ai adoré, c’est vraiment le travail d’équipe, de souder, de faire un casting de techniciens, un casting de comédiens. C’est génial. J’adore ce métier pour que l’on soit tous ensemble, je ne pense pas que les comédiens soient au-dessus, je pense que tout le monde est important sur un projet, j’ai retrouvé cet esprit de groupe, colonie de vacances mais professionnel. C’était le bonheur de se retrouver entre amis et que ça se passe bien.

 

 

Vous l’avez rapidement évoqué précédemment, quels principaux retours avez-vous pu avoir à l’issue des projections ?

Surtout, les gens se sont marrés, ça a été un peu le bonheur de voir pendant dix minutes des gens rire. Je ne prétends pas révolutionner l’humour ou quoi que ce soit mais c’est simple, ça parle aux gens. Les gens ont trouvé ça drôle mais ont aussi été touchés par le côté loose. Je ne voulais pas trop pousser là-dessus car je suis très empathique mais c’est génial que ça soit quand même ressorti, malgré moi. Rien n’est tout blanc ni tout noir, même un super héros peut être un super looser…Que les gens aient réussi à être touché, ça me faisait plaisir. Clairement, ils m’ont poussé à écrire la suite.

Les gens ont tendance à me voir un peu plus mignonne que ça, là ça m’a fait plaisir de leur montrer mon aspect un peu plus dingue.

Pour rebondir sur les rires du public que vous évoquiez, avez-vous été parfois surprise des moments où ils sont arrivés ?

J’avais choisi une équipe de comédiens hyper doués et drôles, et j’étais à peu près sûre de mon coup dans ce que l’on avait choisi au montage. C’était plutôt de me rendre compte que, à des moments où tu attends des rires, les gens ne peuvent plus rire tellement ils ont déjà ri. On ne les entend pas s’esclaffer, c’est juste que, ça y est, on leur a donné la dose et ils sont juste en train de sourire, se demandant quelle sera la prochaine connerie. Donc la surprise était plus celle de ces moments de silence, qui correspondaient en fait davantage à un besoin de respiration du public, pour que ça reparte encore mieux. Mais c’est toujours plaisant de faire rire les gens, ce qui est le plus dur.

Pour la suite de ce projet, pourrons-nous revoir le programme ailleurs ? Plus généralement, jusqu’où avez-vous envie d’aller avec ?

J’espère qu’il sera rediffusé mais je ne sais pas encore ni où ni quand. J’attendais que l’on n’ait plus l’obligation de porter les masques pour qu’il y ait quelque chose de plus humain. Pour être dans quelque chose de plus serein, de plus tranquille et aussi pour revoir les sourires des gens dans la salle. Vu qu’il n’y a pas d’urgence, autant attendre un peu…

Je ne suis vraiment pas réalisatrice ou productrice, c’est un monde que je découvre, qui m’a pris beaucoup d’énergie. Le jeu m’a manqué, j’ai envie de redevenir vraiment comédienne. Pour la suite, ce serait plutôt un format web-série, j’ai l’impression que c’est ce qui marche le plus auprès des gens. Après, si Canal ou Netflix veulent l’acheter, je suis complètement pourJ. L’objectif, au final, est que ça existe. C’est dans ce sens-là que l’écriture que nous avons en ce moment a été pensée. Je le redis, j’ai vraiment une super équipe d’auteurs ! Ils m’apportent beaucoup d’énergie, on se pousse les uns les autres, on s’apporte mutuellement de l’énergie, c’est plutôt positif !

Merci, Sandrine, pour toutes vos réponses !

Comédiens : Oldelaf, Arnaud Cosson, Arnaud Maillard, Farid Rezgui, Sébastien Almar, Sandrine Guisier et la participation de Lorraine Houpert, Antoine de Maximi et  Arnaud Joyet

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article