Face à face : Constance Gay évoque la nouvelle série judiciaire de France 3 !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Constance,

Merci de nous accorder quelques instants pour répondre à nos questions !

A partir du 15 mars prochain, nous pourrons vous retrouver dans la nouvelle série judiciaire de France 3 « Face à face ». A titre personnel, on imagine que, dans le contexte que l’on a tous connu ces derniers temps, proposer aux téléspectateurs un programme inédit doit être une source de joie et de fierté ?

D’abord, il faut souligner que c’est une nouvelle série France Télés et non une autre saison d’une autre série qui a déjà été tournée. C’est toujours très chouette ! On a été le premier tournage, en fait, à recommencer juste après le confinement, on était ravis de pouvoir travailler et de mettre le nez dehors. Pour tous les comédiens, comme pour tout le monde, j’en suis bien consciente, il y avait eu en effet quelques angoisses quant au travail. Le fait que cette série sorte maintenant est chouette, elle est fraiche, comparé à d’autres séries plus noires de polar. On a essayé d’apporter cette petite touche de fraicheur dont on a tellement besoin en ce moment. On espère que ça plaira aux gens !

Avec vos mots, comment pitcheriez-vous cette nouvelle série de 12 épisodes ?

C’est l’histoire de deux sœurs, dont l’une ne sait pas qu’elle a une sœur, alors que l’autre le sait depuis toujours. La petite court en fait derrière la grande, elle rêve d’exister à ses yeux. La grande a une vie plutôt très structurée, très construite, elle n’a absolument pas envie que sa petite sœur s’intègre dans cette famille si structurée. Au-delà de ça, elles vont, en plus, devoir travailler ensemble. L’une est juge d’instruction, l’autre est commandante. Donc, en fait, la frontière entre le travail et la famille est fine, on ne sait plus très bien et on verra leur relation au travers de ces deux axes.

 

 

Vous y interprétez la commandante de police Vanessa Tancelin. Qui est-elle ? Elle a parcours professionnel mais aussi personnel qui est très fort….

Je pense que Vanessa est tout l’inverse de sa sœur. Si on remonte à la source, son père avait sa propre famille et elle a été élevée par une mère très libre. Elle n’a pas du tout les mêmes fondements que sa sœur, évidemment ça a des répercussions sur la suite. Aujourd’hui, Vanessa est quand même très très rock pour une commandante.

Elle s’est construite sur de la déconstruction, là où Justine va à présent se déconstruire alors qu’elle avait des bases très solides. Ce personnage est vraiment un bonheur à jouer pour une comédienne, elle est rock, elle est libre mais, en même temps, elle est quand même très centrée, elle n’est pas juste folle dingue à faire ce qu’elle veut. Je pense qu’elle tuerait pour une bonne vanne ou pour une connerie, elle est constamment en train de tester des choses, si elle voit par exemple un stylo, il faut qu’elle fasse quelque chose avec qui l’a fait marrer. Ces moments-là sont assez légers, c’est super à jouer, en complément de scènes beaucoup plus sérieuses et profondes. Vraiment, créer ce personnage a été un délice !

Au moment de l’interpréter, avez-vous eu une méthodologie particulière de préparation ? Ou du moins certaines sources d’inspiration ?

Je ne travaille pas de la même façon selon les tournages. Sur la série, j’avais 8 minutes de texte à apprendre par jour, on a eu le scénario assez tard, il a fallu se laisser surprendre. En tout cas, pour la création d’un personnage, je lis beaucoup et des choses me viennent comme ça, que je ne vais pas chercher. Puis je relis et, au fur et à mesure, je vois. Mais ça vient à moi…Je voyais dans ce personnage quelqu’un qui s’amuse, qui joue avec un peu tout et je voulais jouer de jouer en fait. En plus, c’est assez universel, elle a tellement de masques, tellement de protections, du fait de sa jeunesse, qu’elle a une très forte personnalité. C’est un personnage également assez fin et assez attachant, elle n’est pas juste barge.

J’ai passé le casting pendant le confinement, c’était au moment où je regardais une série qui s’appelle « Killing Eve ». Où une psychopathe rencontre une flic. Les actrices sont exceptionnelles et je me suis dit qu’il fallait que je chope des choses de cette psychopathe, du moins de sa liberté. En annexe, il y a eu « Euphoria » aussi, avec le personnage incarné par Zendaya, elle a des façons de regarder ou de s’amuser des choses que j’ai essayé de capter.

 

 

En tant que comédienne, ce doit sans doute être chouette d’avoir une palette artistique aussi large à jouer, entre le cadre professionnel d’un côté et les relations plus personnelles de l’autre ?

Oui, la palette, du coup, est très très large. Avec le réalisateur, on a fait attention à contenir tout cela, il ne fallait pas que ça parte dans tous les sens. Mais bon, quand elle veut quelque chose, elle fait tout pour l’avoir. Elle n’a rien à faire des chemins qu’elle emprunte. C’est génial à jouer, j’ai pu inventer plein de choses. On a eu la chance aussi de tourner avec des réalisateurs qui nous laissaient assez libres, avec qui on a pu proposer. C’était assez génial, on avait l’impression de jouer avec des Playmobil et des Lego, de tirer sur une corde, d’en enlever une autre pour dessiner les personnages, c’était super !

En plus d’explorer la collaboration entre justice et police, cette série aborde des thèmes forts de société…

Totalement ! Ce qui se dénote un peu dans cette série comparativement aux autres, c’est que ce n’est pas juste quelqu’un qui a tué quelqu’un d’autre… le coupable est vite trouvé et la question n’est pas là, c’est surtout comment le faire incarcérer, comment le juger, comment le mettre sous les verrous. Ça pose beaucoup de questions de droit. En fait, les enquêtes ne sont absolument sur qui a fait quoi, on se concentre surtout sur les questions de droit qui sont soulevées, ce que je trouve très intéressant. On a appris des choses pendant la lecture du scénario, je pense notamment à l’épisode du viol.

Du coup, c’est aussi en cela que cette série pourra plaire au public, elle parlera au plus grand nombre au travers de la diversité du contenu…

J’espère bien ! Je pense que c’est assez frais pour que les plus jeunes regardent. On verra bien…J’adore me faire surprendre. C’est la première série française dans laquelle j’ai le rôle principal, je suis un peu curieuse des retours. Ils étaient bons à Luchon…C’est une série qui n’est pas prétentieuse, qui remplit les codes attendus par certains téléspectateurs et, en même temps, elle a ce petit truc en plus…C’est frais, c’est chouette, on ne se prend pas la tête…Si les gens ont autant de plaisir à regarder la série qu’on en a eu à la tourner, on aura rempli le contrat.

 

 

A noter également que la série a reçu, au dernier Festival de Luchon, le prix 2022 de l’excellence pyrénéenne de la série de 52 minutes. Cela a dû vous faire chaud au cœur ?

En fait, on ne s’y attendait pas du tout du tout….un polar qui se retrouve prix de la meilleure série, on a halluciné ! On était prêtes à partir, d’ailleurs, pour l’anecdote, Claire s’était absentée à ce moment-là, ce qui a généré pas mal de fous rires entre nous. C’est toute une équipe que l’on récompense avec ce genre de prix, c’est génial d’avoir cette reconnaissance-là du milieu professionnel. Ça fait plaisir et ça reconnait le travail de tout le monde…une série, c’est quand même un gros bazar, chaque poste est tellement important. On me parle toujours de mes costumes et de mes coiffures mais, pour moi, ce personnage n’existerait pas sans tout le travail fait par les maquilleurs et les costumiers. De suite, ça aide à camper un personnage. Idem pour la déco.

Cela s’explique aussi par un très chouette casting, tant sur les récurrents que pour les guests…

Oui, c’est super ! Il y avait notamment Lionel Abelanski, que j’adore, ou encore Jina Djemba …Tous nous ont appris des choses, j’ai pris énormément d’eux. J’étais un peu comme une petite fille qui apprenait des grands, c’était trop génial d’avoir tous ces super talents avec nous ! Le tout avec bienveillance.

 

 

Après 12 premiers épisodes bientôt à l’image, si le succès d’audiences se confirme, ce pourra être l’occasion de retrouver toute l’équipe pour une suite…

On espère une saison 2, c’est sûr ! Après, ça dépendra des téléspectateurs, même si je pense que ça sent bon…

En parallèle, quels sont vos autres projets et actualités en ce moment ?

Je suis actuellement en tournage, sur un film d’époque pour Canal+. Je suis en train de vivre un peu le rêve d’une vie, je fais de l’escrime, du cheval….C’est vraiment super ! Pour le reste, ce sont surtout des projets personnels en réalisation, des documentaires, des courts métrages de fiction, j’ai un peu consacré mon année dernière à cela.

Pour terminer en bouclant la boucle, que peut-on souhaiter à toute l’équipe de « Face à face », à quelques jours de la première diffusion ?

Franchement, ce que l’on peut nous souhaiter, c’est que le public s’amuse comme on s’est amusés à la faire et qu’il soit investi comme nous l’avons été.

Merci, Constance, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article