Audrey Ferin nous partage sa belle actualité et ses nombreux projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Audrey,

Quelle joie de vous retrouver pour ce nouvel entretien !

Dans le cadre du Festival Nikon 2022, vous avez participé au court-métrage « Trauma ». Comment le présenteriez-vous ?

Cette année, le Festival Nikon est présidé par Gilles Lellouche, c’est un grand honneur. C’est sur le thème du rêve, d’un songe et nous reprenons l’histoire de Batman, avec la journaliste Vicki Vale, que j’interprète. Sur la base du traumatisme de Batman d’être devenu orphelin enfant. J’ai pris énormément de plaisir sur ce tournage, avec une super équipe. C’était une équipe incroyable et c’était très intéressant. Nous avons tourné dans un très beau cadre, celui d’un château. Avec le Covid, le temps était plus réduit, on n’a pas pu faire autant de répétitions que l’on aurait aimé. C’était un challenge, c’était plus intense. Mais j’étais ravie de participer à ce projet et j’espère que l’on va gagnerJ.

Voici, d’ailleurs, le lien de visionnage : https://www.festivalnikon.fr/video/2021/1192

Batman est certes un personnage de fiction mais un personnage connu du grand public. Du coup, en amont du tournage, vous êtes-vous replongée dans son histoire ?

J’avais eu la chance, il y a quelques années, de tourner aussi pour un « Batman », en tant qu’Harley Quinn. Déjà à l’époque, j’avais regardé beaucoup beaucoup de « Batman », je m’étais beaucoup intéressée aux personnages, aux différentes BDs. Du coup, j’avais déjà toute cette culture de Batman, qui est absolument fabuleuse et passionnante. Cela m’a beaucoup aidée pour ce nouveau rôle. J’ai regardé aussi Kim Basinger, que j’admire énormément, et qui avait joué ce rôle. C’était un grand honneur pour moi d’interpréter ce personnage du coup. J’avais regardé son interprétation non pour la copier mais pour voir comment elle avait abordé les choses. J’ai choisi un parti pris ensuite.

 

 

Vous-même, comment avez-vous réagi en découvrant le rendu final ?

Je trouve que ça fonctionne bien. Le lieu est très beau, ça donne une vraie atmosphère, ça apporte vraiment quelque chose au jeu. Je suis très contente du résultat.

En parallèle, le long-métrage « Le Caroussel » est à présent terminé. Avec vos mots, comment pitcher son contenu ?

C’est un polar noir qui va sortir fin mai 2022 au Festival de Monaco. Il va être présenté à cette occasion. Je suis très fière de ce film, il reprend la fable du « Petit chaperon rouge ». On y parle beaucoup de manipulations. Je joue une espionne avec une personnalité complexe. Il pourrait y avoir une suite qui permettra à mon personnage de s’étoffer et de prendre beaucoup plus d’ampleur. On croise les doigts pour que tout se passe bien.

 

 

En amont, comment avez-vous préparé votre interprétation ?

J’ai travaillé surtout le mensonge, la manipulation, le fait de faire croire aux autres que l’on est quelqu’un alors que l’on ne l’est pas, le côté machiavélique.

Je n’ai pas encore eu la chance de voir le rendu final, je suis très impatiente, j’ai hâte de voir le montage.

Début 2022, vous avez tourné pour TFX un docu-fiction. Dans quel cadre s’est-il inscrit ?

C’est sur un fait divers qui avait beaucoup marqué la France. Je joue une jeune femme qui a été violée, laissée pour morte. C’est assez fort, c’est une reconstitution où les scènes sont prenantes. En tant que femme, c’est toujours bien et intéressant de montrer ce qui s’est passé, c’est une façon de faire avancer les choses pour nous, les femmes, face aux violences que l’on peut subir de la part de certains hommes.

En amont, j’ai lu beaucoup de choses, j’ai regardé beaucoup de photos, je me suis vraiment imprégnée, j’ai essayé de comprendre qui était cette personne, ce qui c’était vraiment passé, quels étaient les détails. J’ai essayé de comprendre aussi la psychologie du violeur. Ce travail en amont était extrêmement important.

 

 

Pour finir, dans un autre registre, en complément de ce que vous faites déjà sur Instagram, vous avez le projet de développer une chaine Youtube.

Mon métier de comédienne est le cœur de mes activités professionnelles, comme vous le savez et j’ai aussi une autre passion, pour tout ce qui est mode, beauté et lifestyle, via mon métier d’influenceuse sur Instagram. J’avais très envie, depuis un moment, de développer ma chaine Youtube sur le sujet, plus particulièrement sur la mode. C’est en cours de préparation, c’est un vrai bonheur pour moi, c’est dans la suite logique de mon compte Instagram. J’espère qu’elle plaira, qu’elle rencontrera beaucoup de succès, qu’elle apportera du divertissement dans ces temps compliqués, assez noirs, assez sombres. Je pense que l’on a besoin de gaieté et de légèreté, si je peux en apporter, j’en serais très heureuse.

Pour chaque vidéo, il y aura un thème précis. Ce qui est important pour moi, c’est que la mode soit accessible, je vais parfois parler de la haute couture parce que j’adore ça mais il n’y a pas que la haute couture, il y a aussi le prêt à porter. J’ai envie de créer un lien avec ma communauté et de créer un contenu unique.

On s’habille tous les jours, la mode fait partie d’un quotidien et de tous les aspects de notre vie. On s’habille différemment quand on va au travail, quand on a un rendez-vous sentimental, quand on va voir une amie, quand on est fatigué, quand on est en forme… L’habit est présent dans toutes les activités de notre vie et j’aimerais parler de la mode dans cet aspect quotidien ou exceptionnel. J’aimerais bien proposer les premières vidéos dès ce mois de février.

Merci, Audrey, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article