Koh Lanta : Loïc nous raconte sa participation à l'édition anniversaire, en Polynésie !

Publié le par Julian STOCKY

A.ISSOCK/ALP/TF1

 

Bonjour Loïc,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel échange !

Vous participez à la saison anniversaire de « Koh Lanta » actuellement sur TF1. La diffusion des images chaque mardi soir ravive-t-elle certains souvenirs et émotions de ce que vous avez vécu en Polynésie il y a quelques mois ?

C’est vrai que, le mardi soir devant notre télé, quand on voit l’épisode, ça nous replonge automatiquement dans l’aventure. Que ce soit au niveau des joies ou des pleurs, je dirais que l’on vit, à travers l’écran, une deuxième fois l’aventure. C’était déjà ce qui s’était passé lors de ma première aventure, « Les 4 terres ». Ça n’a pas changé pour cette édition des légendes, on revit l’aventure à travers la télé mais d’une façon différente car on peut manger quand mêmeJ.

Quelles principales raisons et motivations vous avaient incité à repartir à l’aventure, peu de temps après votre première participation ?

Ce qui m’a poussé à repartir à l’aventure, c’est tout simplement que j’avais adoré ma première participation, c’était une aventure de malade, complètement dingue. J’avais la chance que l’on me propose cette nouvelle aventure, du coup j’avais accepté avec grand plaisir pour vivre de nouvelles choses, partir faire un nouveau voyage, découvrir de nouvelles choses, refaire cette grande aventure.

Fort de votre première expérience, comment vous étiez-vous préparé pour cette édition « All stars » ?

Sur « Les 4 terres », je ne m’étais pas vraiment entrainé. Sur cette saison, c’était encore pire car, un mois avant d’avoir la réponse, on m’avait décelé un petit problème médical au cœur, du coup j’étais parti pour un mois d’examen médicaux à Grenoble, où je n’avais absolument pas le droit de faire de sport. Donc c’est vrai que j’arrive sur l’aventure avec beaucoup de surpoids et pas du tout entrainé. C’était quelque chose que j’appréhendais beaucoup, surtout sur une édition comme cela où il n’y a que des machines surentrainées.

On imagine aussi sans doute la fierté et la joie que ça a dû être de faire partie de ce casting anniversaire pour les 20 ans du jeu ?

C’était un honneur de pouvoir être présent sur une édition qui retrace les 20 ans de « Koh Lanta ». J’avais 20 ans la première fois, c’est un truc de ouf de pouvoir faire deux « Koh Lanta » en si peu de temps, avec justement une édition qui retrace les 20 ans.

Vous étiez réserviste, comment avez-vous appréhendé votre arrivée dans le jeu ?

Je n’étais pas sûr, en arrivant, que j’allais intégrer le jeu donc c’était une aventure en plus, une pression en plus. Au moment où j’intègre l’aventure, j’étais quand même un peu stressé, je ne savais pas trop comment ça allait se passer, si ça allait me porter préjudice d’arriver un jour après les autres. Finalement, j’arrive à gagner la première épreuve d’immunité, ce qui me permet de me sentir plus en confiance et qui m’assure un peu plus ma place. Après, j’ai commencé à me faire des potes sur le camp, c’était parti, le stress était parti aussi.

Quelle a été votre réaction à la découverte des autres noms d’aventuriers participant à cette saison anniversaire ?

C’est vrai que, quand je suis arrivé sur l’ile et que j’ai vu toutes les petites têtes qui me regardaient, c’était impressionnant à voir. On les regardait à la télé, maintenant on les a en vrai et on va être en concurrence avec eux. L’adrénaline coule à flot dans le sang et hâte d’être sur les épreuves pour voir ce que l’on peut valoir face à tous ces personnages.

Globalement, quels resteront vos plus beaux souvenirs de cette édition anniversaire ?

Déjà, un peu comme tous les « Koh Lanta » je pense, les paysages magnifiques et les couchers de soleil sont juste oufissimes. Je me rappelle, le soir, du coucher de soleil sur Bora Bora, voilà c’était une vue paradisiaque en enfer. Après, la découverte aussi de nouveaux aventuriers, Sam, Laurent et j’en passe encore, avec qui on se tapait pas mal de barres de rigolade. On allait à la pêche, on rigolait. Et tout simplement le bonheur d’avoir fait l’édition « Koh Lanta, les légendes ».

Avec le recul, la jugez-vous plus compliquée encore que votre première saison ? En termes de dureté de la vie sur le camp ? En termes de gestion de la stratégie ?

C’est vrai que c’était encore pire que la première édition, que ce soit au niveau stratégie, au niveau de la vie sur le camp. Au niveau stratégie, tout le monde savait ce qu’il faisait et on sait que je ne suis pas le plus fort à ça. C’était la cour des grands et même les grands disaient que c’était compliqué. C’était une aventure très très dure là-dessus.

Au quotidien, sur le camp, quelles étaient vos activités et occupations favorites ?

On aimait bien, avec Sam, notre petit tour du matin, on allait pêcher le poulpe. A la levée du jour, on prenait notre petit bâton et on faisait le tour de l’ile pour en pêcher. C’était un peu notre petite rando matinale. Après, on allait chercher du bois, j’aimais bien aller chercher des gros troncs d’arbres. Ensuite, j’essayais de créer des petits trucs, de bricoler avant de se reposer quand on peut pour pouvoir économiser de l’énergie pour les épreuves.

Que vous a-t-il manqué et lors de l’épreuve de confort qui vous a été fatale et dans l’arène au moment de l’épreuve qui scelle définitivement votre départ ?

Avec le recul, je dirais de l’entrainement sur ce genre d’épreuves. Comme je le disais un peu humoristiquement en story, j’ai recrée le jeu en plus petit, avec des planches en bois, en faisant trois trous. J’ai réussi à m’entrainer avec des billes et ça l’a fait…Peut-être aussi un peu de concentration liée à la surprise car, quand on est arrivés sur le jeu de confort, on ne s’attendait pas à avoir une épreuve éliminatoire, du coup ça a été un stress supplémentaire quand Denis nous l’a annoncé.

On vous a senti à chaque fois très ému….

C’est sûr, surtout sur la première épreuve où je suis parti, celle du jeu de confort. C’était tellement fatal que je ne m’y attendais pas. Je n’avais absolument pas envie de partir maintenant, je pense que personne n’a envie de partir à ce stade-là, il y avait toute mon aventure qui revenait en tête et tout ce que j’avais fait pour venir là s’envolait. C’était un mélange de toutes sortes d’émotions qui m’ont fait, après, m’effondrer en larmes, comme on a pu le voir à l’écran.

Comment avez-vous vécu le fait de ne pas être éliminé lors d’un conseil traditionnel ?

C’est vrai que ça n’a rien à voir avec un départ au conseil. Là-bas, ce sont les personnes qui votent contre quelqu’un donc je pense que ça m’aurait fait beaucoup plus mal au cœur de partir sur un conseil que sur une épreuve éliminatoire, où c’est de notre faute, où on est maitre de notre destin.  

Pour terminer, votre sac est-il déjà prêt pour une 3è aventure ?

Bien évidemment, si on me propose une troisième participation, je continuerais sur ma lancée et, cette fois, j’irais vraiment m’entrainer pour être paré à toute éventualité. Je repartirais avec grand plaisir !

Merci, Loïc, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article