Emmanuelle Boidron évoque sa nouvelle pièce de théâtre, à l'affiche au théâtre Edgar !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Emmanuelle,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel échange !

A partir du mardi 28 septembre, vous serez à l’affiche, au théâtre Edgar, de la pièce « Le switch », aux côtés de Capucine Anav et d’Alexandre Pesle. On imagine sans doute le plaisir et la joie que ce doit être de retrouver les planches et le public ?

J’en ai presque les larmes aux yeux, c’est une joie extrême, évidemment, de revenir sur scène. Ça m’a manqué terriblement, j’espère que ça a manqué aux gens, je le pense parce qu’on me le dit souvent. On est tous les trois aux anges de pouvoir repartir sur les planches, en plus avec un petit bijou comme cela, c’est que du bonheur, franchement. Je connaissais Luq Hamett, le directeur du théâtre Edgar, avec qui j’avais travaillé il y a deux ans, qui est une personne que j’aime beaucoup. J’apprécie sa façon de travailler. C’est un projet que l’on avait déjà avant toute cette période donc, enfin…on l’a attendu, on l’a digéré, on l’a bien maturé et, maintenant, on se sent vraiment surexcités de le proposer au public.

Avec vos propres mots, pour ce que vous pouvez en dire, comment décririez-vous ce spectacle ?

C’est une comédie moderne, un peu un Vaudeville moderne, à trois personnages : le mari, la femme et la maitresse. La modernité est qu’il va y avoir un switch, elles vont vouloir échanger un peu les rôles de la maitresse et de la femme, ce qui ne va pas simplifier les choses pour le mari, évidemment, puisqu’il va falloir qu’il gère cela. Ça donne plein de situations assez cocasses. J’aime beaucoup, on peut montrer deux couleurs, la femme qui essaie de devenir une maitresse, la maitresse qui essaie de devenir une femme. Avec le mari qui essaie de se débattre entre tout ça, ce sont des situations qui me font beaucoup beaucoup rire et qui, j’espère, feront rire le public, évidemment.

 

 

Quelles sont, du coup, les principales caractéristiques de votre personnage ?

Je suis la femme, plutôt bien rangée, bien bourgeoise, bien classique, un peu endormie on va dire sur son couple. Evidemment, la maitresse est complètement différente. Au début, Marc Fayet avait écrit cette pièce pour deux femmes à peu près similaires, du même âge et, grâce à Capucine qui a été choisie pour interpréter la maitresse, il y a aussi cette différence de générations qui apporte pas mal. On en rit beaucoup, c’est un petit plus aussi, je trouve, qui s’est créé grâce à cette distribution.

Avez-vous des sources particulières d’inspiration pour votre personnage, aux deux facettes ?

Pas vraiment ! Je suis une femme mariée donc ça me parle quand même. Mais, non, j’ai vraiment lu la pièce et appris le texte vierge de tout apriori. Du coup, ça s’est surtout fait en répétant avec Alexandre et Capucine, on a alors pu créer les personnages. Je sais aussi que Luc aime bien que l’on apprenne le texte de façon plate pour mettre ensuite, ensemble, toute la couleur et tout le jeu que l’on a envie d’y ajouter, ainsi que les personnalités, les tics, les petits défauts, les petits caractères qui se dessinent.

Ces deux facettes du personnage vous permettent aussi, en tant que comédienne, une palette de jeu très large…

Carrément ! C’est ce qui m’a beaucoup plu dans le rôle de la femme en fait. Je me suis dit que c’est quand même génial, c’est une femme qui veut essayer d’être à l’inverse de ce qu’elle est. Chaque scène est différente à jouer, c’est un bonheur. En plus, il y a des extrêmes à interpréter, ce qui est chouette.

Luc a beaucoup de bonnes idées je trouve, il nous donne de belles indications. Même si c’est bien tranché, c’est quand même plein de nuances. On apporte aussi chaque jour, on trouve tout le temps des choses, on colore petit à petit, un peu plus à chaque fois. On a chacun notre univers avec notre personnage, c’est un bonheur à jouer, j’adore aller dans des choses que je n’ai jamais faites, même que mon personnage n’aurait jamais faites.

 

 

On est à quelques heures de la première. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

On est impatients, ça y est, on a bien cravachés quand même, on a envie maintenant de n’avoir que le plaisir d’être sur scène, d’avoir le public avec nous et leurs réactions. Cela va nous transcender aussi, forcément car c’est une comédie. Donc on attend surtout le public et sa réaction.

Luc a voulu faire une comédie, les gens vont revenir au théâtre, ils ont envie de s’amuser, ils ont envie de légèreté, ils ont envie de plaisir, de joie, de rires. Du coup, c’est vraiment ce que propose ce spectacle. Je pense que ça devrait le faireJ.

Vous retrouvez un lieu dans lequel vous aviez joué il y a deux ans environ et qui, en plus, entretemps, avait été refait.

C’est génial de retrouver toute l’équipe, le régisseur, le caissier, le directeur Luc et l’endroit. Dès que j’arrive, je m’y sens bien parce que je le connais. Je connais aussi ses petits défauts. On a beaucoup de changements de costumes, c’était déjà le cas sur ma dernière pièce, j’avais bien souffert de cela donc je connais les endroits où il ne faut pas aller. De manière générale, c’est quand même très agréable de retrouver un endroit que l’on connait et qui, en plus, a changé, effectivement, en bien. Avec de la clim et de beaux fauteuils…ça devrait être parfait maintenantJ.

Que peut-on vous souhaiter pour cette nouvelle aventure ?

Juste qu’on ait le public. C’est maintenant ce que l’on attend. On s’amuse sur scène et on veut amuser les gens. On attend qu’ils soient là et ça devrait être un bel échange. J’adore passer mes soirées au théâtre, c’est quand même un vrai bonheur. On joue jusqu’au 15 janvier, pour une centaine de dates et on a une tournée derrière. On s’entend tous très bien, on s’amuse, on se plait, on se respecte, c’est du pur bonheur.

En complément, quels sont vos autres projets artistiques du moment ?

Là, on a fait vraiment un mois de grosses répétitions intensives donc ça laisse peu de temps pour autre chose. Malgré tout, j’ai une lecture prochainement pour une autre pièce que j’aime aussi beaucoup, que l’on avait un peu commencée à travailler il y a quelques temps. C’est une chouette pièce, sur la création du personnage de Mickey, ça s’appelle « Walt et Lily », sur Walt Disney et sa femme Lily, que j’interpréterai. C’est une très très très jolie pièce, que j’aimerais beaucoup voir montée.

Merci, Emmanuelle, pour toutes vos réponses !

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article