Ici tout commence : Sidney Cadot-Sambosi évoque Louane, son personnage dans la série à succès de TF1 !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sidney,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

On peut vous retrouver depuis novembre dernier dans la série quotidienne à succès de TF1 « Ici tout commence », où vous y interprétez le rôle de Louane Rivière. On imagine sans doute le plaisir et la joie que ce doit être de faire partie de cette belle et grande famille artistique ?

Oui, oui, tout à fait ! C’est un vrai plaisir, dans un décor naturel, de faire toutes ces belles rencontres, de pouvoir travailler avec différentes équipes, techniques, artistiques. C’est très vivant, il y a beaucoup d’échanges, il y a beaucoup de transmission de connaissances, il y a beaucoup de bienveillance, c’est vraiment chouette. 

Cela ne gâche rien au plaisir, le cadre de tournage est plutôt très agréable….

Ah oui, c’est vraiment très agréable. On a l’impression d’un lieu de vacancesJ. On travaille dans des conditions très privilégiées, entourés de ce grand parc, du potager, où tout est naturel, où tout est fait dans le respect des lieux, des animaux aussi, des insectes. Pour l’anecdote, il y a même un petit hôtel à insectes. C’est chouette de faire vivre autrement ce monument classé, je pense que ce lieu a bien vécu, c’est cool de le réinvestir. 

Avec vos propres mots, comment présenteriez-vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Louane est une jeune fille, pas tout à fait femme qui a certaines valeurs et qui n’admet pas que l’on dépasse certaines limites. Je pense notamment à sa relation avec Teyssier, le directeur. Elle est à cheval. C’est un peu une rebelle, c’est un peu une « gilet jaune » dans l’école, elle a des principes, elle est un peu têtue. Et puis, elle est jeune, c’est une tête brulée. Elle représente la jeunesse qui a des idéaux un peu forts. La jeunesse qui sommeille en chacun de bois en somme.

Avez-vous ou avez-vous eu des sources particulières d’inspiration pour son interprétation ?

Pas spécialement. Je puise dans ce que je peux observer du quotidien. Dans des séries actuelles sur Netflix notamment. Je m’inspire de l’air de temps mais je n’ai pas de référence particulière, je suis fidèle aux directions des réalisateurs et réalisatrices, je fais confiance aux coachs, je fais aussi confiance à mes partenaires de jeu parce que c’est à plusieurs que l’on crée le jeu et que l’on façonne un personnage, en tissant des liens particuliers avec d’autres caractères.

A ce titre, le domaine de la cuisine vous est-il familier ? Aimez-vous bien, vous–même, vous mettre derrière les fourneaux ?

Oui, j’adore ! J’adore cuisiner à plusieurs surtout et puis j’aime mangerJ. C’est un plaisir, avec de bons produits, de belles personnes, un beau cadre, c’est toujours agréable de cuisiner

D’ailleurs, regardez-vous régulièrement les épisodes en access prime time pour voir le rendu final et ainsi capitaliser sur les points forts tout en notant des choses à améliorer ?

Oui, c’est nécessaire de se regarder, de regarder les autres aussi parce que c’est en appréciant le jeu des autres que l’on apprend aussi beaucoup sur le sien. Dans tous les cas, il faut voir le rendu, il faut avoir un œil sur ce que l’on fait pour toujours s’améliorer. J’ai tendance à plus regarder ce qui ne va pas que ce qui va, pour me concentrer sur l’amélioration du jeu, de l’écoute, de l’ancrage et voir aussi mes besoins. Je vois à l’écran quand j’étais fatiguée ou quand j’étais mal disposée, pour plein de raisons différentes. On le voit et on fait en sorte de trouver des solutions, de s’améliorer, de toujours trouver des objectifs pour être meilleur. 

Quel regard portez-vous sur tout ce qu’a vécu votre personnage, personnellement et professionnellement, pendant cette première année à l’institut Auguste Armand ?

Je pense que c’est une année scolaire comme une autre, les élèves évoluent tous. Louane a évolué en renforçant sa personnalité, en assumant ses décisions et choix, en ne faisant pas trop de concessions. Je pense que c’est une vraie rebelle, c’est soit blanc soit noir. Je pense qu’elle a appris aussi des bases en cuisine, même si elle a beaucoup échoué. Je pense aussi aux liens qu’elle a tissés avec les autres personnages, Elodie, Noémie surtout et avec sa sœur. Elle va faire ses armes, elle va voler de ses propres ailes et puis, qui sait, elle reviendra peut-être travailler à l’institut, forte d’une étoile, ou de deux, voire de trois. 

Quels principaux retours avez-vous pu avoir des nombreux et fidèles téléspectateurs du programme ?

Globalement, ce qui ressort, c’est qu’il y a beaucoup de personnes qui n’aiment pas trop le personnage de Louane. Sans doute parce que sa personnalité est assez entière. C’est du gros sel, soit on n’aime pas, soit on aime bien. Donc certains téléspectateurs sont irrités par le personnage mais il y en a d’autres qui l’aiment beaucoup, qui trouvent justement qu’elle s’affirme et que c’est bien d’avoir des forts caractères à l’écran. 

Sur la série, les retours sont très bons, l’audience apprécie, ils se prennent beaucoup au jeu. On apprécie les bons comme les « méchants » personnages parce qu’il faut plusieurs couleurs pour nourrir une intrigue et faire en sorte qu’elle soit intéressante, captivante. 

On le sait, le rythme de tournage sur une quotidienne est particulièrement intense. On peut penser que, au fur et à mesure de vos journées sur le plateau, vous appréhendez cela de mieux en mieux ?

Au fur et à mesure, on apprend à travailler vite et bien. C’est une bonne chose. On s’adapte rapidement. Cela nous apprend à être vifs et précis en réalité. 

Sans dévoiler de grand secret, cet été sera-t-il placé sous le signe notamment de la « street food » pour Louane ?

Ah, ça c’est un secretJ. Je ne sais pas si on peut parler de « street food » car on est quand même dans le milieu de la gastronomie. Je parlerais plutôt de restauration au format « cantine » mais haut de gamme. Et puis, c’est l’été, donc il faut faire des plats de saison, frais, que l’on peut manger dehors.

Par la suite, aimeriez-vous pouvoir défendre certains thèmes ou sujets plus particulièrement ?

Oui, par exemple, la justice sociale, l’éducation populaire ou l’écologie sous l’angle du rapport entre les différents ordres du vivant (animal, végétal, etc). On parle moins dans la série de certains végétaux ou de certains insectes…voilà, des choses comme cela…mais ça va arriver. 

En parallèle, quels sont vos autres projets et envies artistiques ?

Là, je travaille sur différents projets au théâtre et au cinéma mais je ne peux pas en dire davantage. 

Pour conclure, que peut-on vous souhaiter pour la suite de cette belle aventure qu’est « ITC » ?

D’améliorer mon jeu, de défendre des enjeux un peu plus variés, de performer dans des facettes du personnage dans lesquelles on ne me projetterait pas forcément au premier abord.

Merci, Sidney, pour toutes vos réponses 

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article