Plus Belle La Vie, album solo, tournages : David Ban évoque sa belle et riche actualité artistique !

Publié le par Julian STOCKY

@ Monsieur Roni

 

Bonjour David,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Ce lundi soir, vous avez effectué votre retour dans la série à succès de France 3 « Plus Belle La Vie », où vous y interprétez le rôle de Valentin. On imagine votre joie et votre plaisir d’avoir retrouvé l’équipe et les studios ?

Oui ! On a tendance à le dire facilement, c’est une vraie famille, il y a une très belle énergie positive, on est très bien accueillis. Que ce soient par les autres comédiens, les coachs, les techniciens ou les réalisateurs notamment. On est entourés d’une équipe pour être dans les meilleures conditions, c’est vraiment top ! Ma petite cerise sur le gâteau est que, à la base, mon rôle ne devait apparaitre que sur une première intrigue, en formant un duo avec le personnage de Laetitia Belesta, joué par Caroline Riou, dans une intrigue un peu à la « Pretty woman » où le riche milliardaire rencontre une femme de ménage, qui devient un peu Cendrillon. C’était une petite bouffée d’air pour le personnage de Laetitia qui a traversé beaucoup d’épreuves. Cela a fait rêver un peu les téléspectateurs qui, sur les réseaux, ont fait savoir leur plaisir de revoir Valentin Carrier. Avec beaucoup de bonheur, la production m’a rappelé et les auteurs ont décidé de le réintégrer dans les intrigues, c’est super !

On image que les retours très positifs et très nombreux du public ont dû vous faire chaud au cœur ?

C’est sûr que, quand on arrive sur une quotidienne comme cela, c’est un peu quitte ou double. Soit le personnage plait, soit il ne plait pas et on imagine bien la suite…Maintenant, ce personnage est tellement singulier, c’est un électron libre, il est particulier, même de par sa condition. C’est un riche milliardaire un peu aristo, avec une manière de parler un peu précieuse, il est vraiment très très singulier. Cela aurait pu ne pas plaire. Mais ce n’est pas du tout l’idée du riche qui peut prendre les gens de haut, il est hyper simple et, surtout, il est tombé très amoureux de Laetitia, c’est le conte de fée. Encore une fois, je pense que c’est cela qui a fait rêver. Par les temps qui courent, ça a fait du bien, ça a apporté du positif dans un contexte un peu morose.

 

@ Monsieur Roni

 

Sans dévoiler de grand secret, dans quel contexte revient votre personnage ?

La fin de la première intrigue marquait la fin de l’histoire d’amour entre Laetitia et Valentin. Elle avait déjà quelqu’un dans sa vie, Sébastien, sans que ça soit tout à fait confirmé, quelqu’un du même niveau social qu’elle. Laetitia l’avait choisi lui, plutôt que la richesse dans laquelle elle ne se sentait pas forcément à l’aise. Valentin avait alors décidé de s’éclipser.

Cette fois-ci, ils se retrouvent dans une maison domotique. Il s’avère que, justement, Laetitia et Sébastien ont été installés par la mairie de Marseille dans une maison domotique, suite à l’effondrement du gymnase, dans lequel elle avait perdu son mari. Leur maison est hyper moderne, complètement connectée, avec une voix, celle de l’intelligence artificielle. C’est d’ailleurs très drôle, cette voix est celle de l’actrice qui double Julia Roberts.

C’est assez cocasse. Laetitia comme Sébastien ne sont pas du tout habitués à toute cette modernité, ça crée des situations rocambolesques. En contrepartie d’être dans cette maison, ils doivent faire des visites à des investisseurs. En fait, il s’avère que l’un des promoteurs qui fait visiter est Valentin. Il est aussi un investisseur qui se lance dans différents secteurs et il s’intéresse notamment à la domotique. Il tombe nez-à-nez, par hasard, avec Laetitia, le jour où il vient faire visiter la maison. A partir de là, ça recrée une espèce de triangle amoureux entre Valentin, Laetitia et Sébastien. Mon personnage revient mettre le bazar dans l’histoire.

A l’image de ce que l’on a vu dès les premières scènes, on imagine que cette nouvelle intrigue sera marquée par un ton un peu léger, un peu décalé ?

On est clairement dans le registre de la comédie, comme on l’était déjà dans la première intrigue. Pour autant, il y a certes des touches de romance mais aussi de belles touches d’émotion. Il y aura de la jalousie entre ces deux coqs qui se retrouvent à convoiter la même femme. Laetitia ayant perdu son mari, elle est très très fragile par rapport à cela, tous ces sentiments l’a remuent aussi. Ce qui est assez drôle, c’est que tous les personnages se retrouvent dans cette situation presque malgré eux. Valentin, quand il vient faire visiter la maison, ne sait clairement pas qu’il va retrouver Laetitia. Elle ne sait pas du tout non plus qu’elle va retomber sur lui. Sébastien ne sait pas du tout non plus que Valentin va arriver et, à nouveau, semer la zizanie dans l’histoire. Il y a vraiment cette volonté d’être très léger. On peut penser que, dans la maison, les choses ne vont pas se passer comme ils le voudraient, avec tout le système connecté. Ce sera très drôle, en tout cas on a énormément ri à tourner certaines scènes et j’espère que le public prendra autant de plaisir.

 

@ Monsieur Roni

 

En parallèle, dans un autre registre, vous sortez fin avril votre album « 3,2,1,… ». Comment le présenteriez-vous ?

C’est mon deuxième album solo. Il a, je pense, muri. Le premier album était sorti en 2017 et j’ai écrit ces nouvelles chansons, entre temps, au fur et à mesure. « Encore plus fort », une première chanson, était déjà sortie et avait commencé à faire son petit chemin. Je travaille avec Pierre Baslé, en tant que réalisateur son. Je l’avais rencontré sur un des mes précédents spectacles. Par rapport au premier album, les sons sont beaucoup plus modernes. Mes textes sont toujours aussi sincères. Je pense à « Ce qu’on laissera », où je parle de l’inquiétude du temps qui passe et de ce qu’on laissera aux générations à venir. Il y a des chansons purement d’amour aussi. Certaines chansons, comme « Encore plus fort » sont hyper festives. Je m’adresse à toutes les générations et, surtout, je m’amuse aussi dans les styles. On a vraiment une même couleur au niveau des arrangements, il y a même des sons un peu électro mais il y a quand même toujours une base solide d’éléments organiques, comme des guitares ou des batteries.

Il y a 15 titres dont un titre piano voix car j’aime cette notion d’acoustique. J’y fais aussi un duo avec Emji, la gagnante de « La nouvelle star », qui avait travaillé avec moi sur « Les trois mousquetaires ». Elle a une voix incroyable, sur un de mes titres très rock. Il y a aussi un duo avec Sarah Caillibot, qui jouait ma femme dans « Bernadette de Lourdes ». Et la grosse surprise est que, de cette aventure de « Plus Belle La Vie » et de ce lien d’amitié que j’ai avec Caroline Riou, est née une invitation sur une des chansons. Elle n’est pas chanteuse mais je l’ai coachée sur « On se dit vous, on se dit tu ». Dont un clip sort mi-avril, tourné à Marseille. Cette chanson est une belle surprise que je vais faire découvrir aux fans prochainement. C’est assez drôle, j’avais écrit ce texte il y a quelques années, il y a plus de 10 ans même et il colle complètement à l’histoire de ces deux personnages dans la série. C’est une chanson un peu jouée, un peu théâtrale, c’est pour cela que c’était intéressant d’avoir une actrice qui soit en duo dessus.

Mon album "3,2,1..." sera disponible en physique en commande sur mon site officiel www.davidban.com puis par la suite sur toutes les plateformes de téléchargement.

 

 

Notons, entre autres, la chanson « Elle », sur les violences faites aux femmes, mais interprétée par un homme….

Oui, c’est vrai que c’est une chanson qui me tient à cœur. Dans un contexte où l’on parle beaucoup des violences faites aux femmes, je trouvais cela important de les dénoncer. Comme les violences en général. Mais c’est vrai que j’ai été interpellé aussi parce que j’ai rencontré, via des associations, des femmes qui sont passées par ce calvaire. Cela m’a donné envie d’en parler. On voit beaucoup de femmes chanter ce thème, je trouvais intéressant de donner un texte avec des mots d’homme pour montrer aussi que nous sommes touchés également.

Ce qui m’a vraiment d’autant plus touché, c’est que j’ai déjà eu beaucoup de messages, suite au clip sur internet, notamment de femmes passées par cette situation. Elles m’ont vraiment dit à quel point elles s’étaient reconnues dans cette chanson. J’ai voulu mettre l’accent sur le fait qu’une femme ne doit jamais oublier qu’elle est belle. C’est vrai que les hommes qui font subir ces violences ont tendance à vouloir rabaisser la condition des femmes pour qu’elles s’oublient complètement. Dans le refrain, je dis « elle oublie qu’elle est belle, elle oublie qu’elle est reine ». J’essaie de leur redonner cette place pour qu’elles se sentent simplement aimées.

En complément, quels sont vos autres projets du moment ?

J’ai tourné notamment dans « Clem », « Candice Renoir » et « Luther ». Dans celui-ci, je joue le rôle du commandant de la BRI. Actuellement, je tourne dans un gros film avec de grosses stars françaises que je ne peux malheureusement pas dévoiler, ça va arriver prochainement et j’aurai l’occasion d’en reparler.

Merci, David, pour toutes vos réponses !

Publié dans Musique, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article