Eurosport : Gaëlle Millon évoque les 1/16è de finale de la coupe de France de football à l'antenne ce week-end !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Gaëlle,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel entretien !

La coupe de France de football revient, pour un nouveau week-end, sur les antennes d’Eurosport, du 5 au 8 mars. On imagine, à titre plus personnel, votre joie de retrouver, une nouvelle fois, cette belle compétition ?

Effectivement, c’est un grand bonheur chaque année de retrouver la Coupe de France, de pouvoir la suivre, de pouvoir la commenter, de pouvoir la raconter. De pouvoir aussi faire partie de l’équipe Eurosport pour cette compétition depuis 5 ans maintenant. Avec tout ce qui s’est passé, clairement, j’ai eu très peur cet automne qu’il n’y ait pas de Coupe cette saison. C’est une édition un peu particulière car tous les clubs sont seulement tous réunis pour ces 1/16è de finale. On a souvent de très belles surprises en 1/32è. Elles n’ont pas pu avoir lieu. Mais ça va amener énormément de sel à ces 1/16è de finale donc c’est plutôt très chouette.

Ce sera sans doute là l’occasion de retrouver le parfum de la Coupe, comme on le connait depuis des années maintenant ?

Tout à fait ! La coupe de France, ce sont ces clubs amateurs dont il va falloir que l’on cherche sur la carte où ils se trouvent car il y en a quand même certains que l’on ne connait pas trop ! Evidemment, on n’aura pas les ambiances de d’habitude, il va manquer la proximité des supporters. Maintenant, encore une fois, je crois qu’il faut que l’on s’estime heureux qu’elle ait lieu, que les clubs de division inférieure soient là. On a hâte de retrouver cela.

L’absence de public mais aussi de prolongation en cas d’égalité à l’issue des 90 minutes du temps réglementaire peut-elle influer sur les rencontres, notamment dans celles opposant les « petits » à des clubs plus huppés ?

Avant, des joueurs pouvaient être galvanisés par leur public, un club pouvait, au bout d’un moment, peut-être déjouer un peu sur des pelouses pas toujours évidentes. C’est vrai que les prolongations, ces matchs à rallonge, ont fait l’histoire de la Coupe. Les changements de cette année vont-ils changer les résultats ? Franchement, je ne sais pas, on aura la réponse ce week-end. On verra si on a des matchs un peu surprenants ou des petits qui font tomber des gros. Restons dans le positif. Peut-être qu’on n’aura pas de gros exploit. Mais, en même temps, ça joue ! Alors soyons heureux.

La programmation s’annonce chargée et le rythme intense. Justement, pouvez-vous repréciser le dispositif d’Eurosport et vos interventions dans ce cadre ?

Le dispositif est assez classique, c’est un tour qui se joue sur quatre jours avec deux matchs dès vendredi, un gros programme samedi et dimanche, et un dernier match ainsi que le tirage des 8e lundi. La formule est assez classique, je serai aux commandes de « Jour de coupe » jusqu’au match en prime : avant, pendant et après les multiplexs. Je laisserai ensuite Louis-Pierre Frileux et « Soir de coupe » prendre la main. On aura une belle équipe de consultants, j’aurai la chance d’être accompagnée par François Clerc vendredi et dimanche. Je retrouverai aussi Lionel Charbonnier qui a fait son retour à Eurosport pour les 1/32è de finale. Je suis là pour accompagner les téléspectateurs et leur montrer tout ce qu’ils auraient pu rater.

 

 

A quelques jours de retrouver le plateau mais aussi la coupe, on vous imagine en pleine préparation ? Ce doit sans doute être un travail de fourmi, en lien avec le nombre de rencontres et la diversité des divisions représentées ?

Effectivement mais c’est ce qui est chouette dans cette compétition. Si je n’avais que des matchs de Ligue 1, je m’ennuierais ! La richesse de cette coupe est d’aller trouver l’histoire de ce petit club au fin fond de l’Alsace ou de la Lozère, qui arrive là on ne sait pas trop par quel miracle. Mais aussi de se rendre compte qu’on a dans un club un ancien entraineur de plus haut niveau, ou un joueur qui a un peu vieilli mais qui joue toujours, ou un buteur qui se révèle chaque année en coupe. Voilà, ce sont ces petites informations là que j’essaie d’aller chercher. Effectivement, c’est beaucoup de boulot en amont mais ça fait partie du métier, c’est la plus belle partie du job presque de s’approprier ces histoires-là et de pouvoir les raconter. Mes fiches pleines de couleurs et d’anecdotes seront prêtes vendredi.

 

 

Que représente, pour vous, cette compétition ? Quels principaux souvenirs en avez-vous ?

Je pense que celui qui m’a le plus marquée est la finale 2019, avec la victoire de Rennes, face au PSG, le grand favori. J’avais eu la chance d’être au stade de France. Je présentais  « Jour de coupe » pour la finale de la Gambardella et j’avais donc pu vivre ce match au bord de la pelouse. J’ai de très bons souvenirs de cette finale avec toutes les équipes d’Eurosport, je revois notamment Gérard Houiller. Il nous manque cette année à Eurosport.

En conclusion, que peut-on souhaiter aux équipes d’Eurosport pour ce week-end de quatre jours à l’antenne ?

De beaux matchs à suspense, avec de belles audiences pour la chaine. Et quelques surprises forcement !

Merci, Gaëlle, pour toutes vos réponses ! (RV Soir de Coupe vendredi 20h45 / Jour de Coupe samedi 14h / Dimanche 18h)

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article