Section de recherches : Stéphane Soo Mongo évoque la 14è saison de la série à succès de TF1, actuellement en diffusion !

Publié le par Julian STOCKY

Crédit photos: François Lefebvre / Auteurs Associés / TF1

 

Bonjour Stéphane,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

La saison 14 de « Section de recherches » est actuellement en diffusion chaque jeudi soir sur TF1. On imagine votre joie de voir que, une nouvelle fois, la fidélité des téléspectateurs ne se dément pas ?

C’est vrai que l’on a rarement été battu. Avec Félicité et Franck, ça fait 7 ans que l’on joue dans cette série, en fait depuis que le programme est arrivé sur Nice. A chaque diffusion, la série s’est retrouvée numéro 1, c’est plutôt réjouissant à chaque fois. On est surpris mais content aussi de savoir que la série remporte autant de succès après tant d’années de diffusion.

Justement, selon vous qui vivez cette aventure de l’intérieur, quelles sont les principales clés de ce succès ? Quels principaux retours avez-vous pu avoir des téléspectateurs ?

Je pense qu’il faut féliciter les auteurs, qui, je l’imagine, s’inspirent un peu de faits divers et de l’actualité, en complément de ce qui sort de leur imagination. Les intrigues sont bien ficelées, c’est un bon produit bien fait, je l’imagine. Le téléspectateur se met à la place de l’enquêteur et peut avoir de l’empathie pour les victimes et leurs familles. Cela fait aussi le succès de la série, elle ressemble à toutes les familles, les plus pauvres, les moyennes et les plus aisées de notre pays. Je pense que les gens s’y retrouvent, les personnages leur ressemblent aussi.

 

Crédit photos: François Lefebvre / Auteurs Associés / TF1

 

Vous faites partie de l’aventure depuis de nombreuses saisons maintenant, vous qui êtes arrivé en 2014. Quel regard portez-vous à présent sur Alexandre, votre personnage ?

Je suis très content déjà qu’il soit encore présent. On a de la chance, avec Félicité, d’être passés « entre les gouttes », on a vu beaucoup de nos collègues nouveaux repartir. Nous, c’est vrai que ça fait un moment que l’on est là. Pour mon personnage, j’aimerais bien qu’il évolue un peu, qu’il aille un peu en extérieur. C’est vrai que, là, il est beaucoup dans les bureaux. S’il y a une 15è saison, j’aimerais bien aller un peu plus en extérieur, si c’est possible. Mais c’est toujours plaisant de travailler en studio avec mes camarades.

Au fur et à mesure des saisons, avez-vous fait évoluer votre méthodologie de travail sur votre personnage et vos éventuelles sources d’inspiration ?

Honnêtement, pas vraiment. Souvent, le personnage d’Alex dit des choses très informatives en lien avec l’enquête. Il faut vraiment connaitre le texte au rasoir et être concerné par ce que l’on dit. Mais je n’ai pas vraiment de méthode. En tout cas, j’ai la même pour d’autres rôles. Peut-être aussi parce que mon personnage est un peu moins développé que les autres, il est un personnage de « passe plat » et de « faire valoir », il n’est pas le personnage principal de l’enquête, il est là pour apporter des éléments techniques et trouver des solutions.

Le début de cette saison a été marqué notamment par l’arrivée du personnage de Jeanne Lorieux. Sans dévoiler de grand secret, à quoi peut-on s’attendre pour les quatre derniers épisodes ?

Pour ça, je laisse les téléspectateurs découvrir…il y aura des surprises. Vous verrez, au dénouement, si dénouement il y a….

On peut penser qu’il vous tarde de retrouver toute l’équipe afin de pouvoir tourner la suite éventuelle des aventures de la SR ?

Ah oui, oui…Si la production va dans ce sens, vues les audiences plutôt satisfaisantes, je serais très heureux de retrouver mes camarades. On a hâte de se retrouver après cette terrible période. C’est vrai que les tournages peuvent encore avoir lieu, tout comme les répétitions de théâtre. On est impatients que cette chape de plomb s’arrête, que ce soit pour les artistes, les techniciens mais aussi les autres corps de métiers, en particulier les restaurateurs et les gens du monde hospitalier évidemment.

 

Crédit photos: François Lefebvre / Auteurs Associés / TF1

 

Après toutes ces années, ce doit sans doute être à chaque fois un plaisir de partager le plateau avec toute cette belle bande ?

Oui, c’est vrai que l’on est une espèce de petite famille, il y a une vraie petite ambiance. Franck et certains réalisateurs créent une ambiance de rigolade, c’est toujours un plaisir de se retrouver. C’est vrai qu’il y a vraiment une superbe ambiance. Je crois d’ailleurs qu’un bêtisier sera réservé aux téléspectateurs pour cette saison 14, tellement on s’est amusés. Si on ne reprend pas, c’est une ambiance qui me manquera beaucoup.

En parallèle, dans le contexte sanitaire du moment, quels sont vos éventuels autres projets artistiques actuels ?

J’ai eu la chance de pouvoir tourner dans le nouveau film de Fabrice Eboué, « Barbaque », où je fais un gendarme gourmand. J’ai joué avec « Les chiens de Navarre », pendant le premier couvre-feu, au théâtre des bouffes du Nord, une pièce qui s’appelle « La peste, c’est Camus mais la grippe est-ce Pagnol ?». Une espèce de performance sur une vraie fausse lecture improvisée, sur le contexte actuel et la pandémie. C’était un spectacle un peu surréaliste. Il y a eu la diffusion de « Fais pas ci, fais pas ça », spécial Noel, où je faisais un flic cette fois-ci. J’ai tourné aussi dans le film « Oranges sanguines » et dans la nouvelle saison de « Carrément craignos », de Jean-Pascal Zadi.

Merci, Stéphane, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article