Ici tout commence : Axelle Dodier évoque Kelly, son personnage dans la série à succès de TF1 !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Axelle,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

On peut vous retrouver, depuis quelques semaines, dans la nouvelle série à succès de TF1 « Ici tout commence ». On imagine la joie que cela a été, pour vous, de rejoindre cette belle et récente famille télévisuelle ?

C’est clair. En plus, ce qui est assez particulier, c’est que Florence Coste et moi avons été castées en même temps que les autres et qu’on a su en même temps que tout le monde que l’on était prises. Ce qui fait que l’on a dû attendre toutes les deux assez longtemps avant de venir sur le plateau. On était un peu nerveuses. On s’était contactées avant de rentrer sur la série car on s’était dits que, vue la relation que Laëticia et Kelly ont, ce serait bien de développer un lien et d’apprendre à se connaitre. Du coup, on s’était déjà parlé et c’est vrai que nous étions toutes les deux un peu stressées d’arriver dans une aventure où les liens peut-être s’étaient déjà formés. On avait peur de ne pas réussir à s’intégrer et, en fait, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé, les gens sont hyper bienveillants, on a été accueillies à bras ouverts, ils ont été d’une gentillesse folle. Vraiment, on s’est senties à la maison très très vite. On était prêtes à travailler rapidement et ça s’est fait dans la bonne humeur, avec surtout énormément de plaisir, nous qui attendions cela depuis tellement longtemps. On débordait d'impatience, donc ce n’était que du bonheur quand nous sommes arrivées sur le plateau de « Ici tout commence ».

Vous y interprétez le rôle de Kelly, présentée comme la sœur de Laetitia mais qui est en réalité sa fille. Avec vos propres mots, comment la présenteriez-vous ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Kelly est une jeune fille de 16 ans. Elle est très mature pour son âge, peut-être un peu trop parfois. C’est vrai qu’elle n’a pas la légèreté qu’une ado de 16 ans pourrait se permettre d'avoir. Mais je trouve que c’est ce qui la rend vraiment touchante. Des choses assez difficiles pèsent sur ses épaules et elle essaye de se construire tant bien que mal malgré cela. Finalement, entre la mère et la fille, c’est plus la fille qui est mature et c’est plus la fille qui surveille la mère, plutôt que l’inverse. Cette bascule-là dans la relation est hyper intéressante.

 

 

Kelly est une jeune fille qui est très sensible, très à l’écoute et, pour l’instant, son monde tourne autour de sa maman. Puisque, de ce que l’on a comme informations pour le moment, elles n’ont toujours été que toutes les deux, donc elles sont très liées, très soudées. Un lien hyper fort les unie, elles sont vraiment fusionnelles, c’est très touchant comme relation. Après, je n’ai pas trop envie d’en dire plus puisqu’il y a des choses vraiment fortes qui vont arriver dans les prochains épisodes, où Kelly, petit à petit, va commencer à s’épanouir, à se trouver en tant que jeune femme, jeune fille. Elle va doucement prendre son envol. L’histoire de Kelly est l’histoire de quelqu’un qui n’a pas trop confiance en elle, qui est assez renfermée, d’une jeune fille adolescente qui commence à devenir adulte. C’est vraiment un personnage en évolution.

Au moment de son interprétation, avez-vous ou avez-vous eu des sources particulières d’inspiration ?

Je suis plus âgée que Kelly dans la vraie vie mais, finalement, ce qu’elle vit, je l’ai vécu il n’y a pas longtemps et je le vis encore un peu. J’ai la vingtaine d’années, ce n’est pas forcément évident de se trouver en tant que femme, de trouver sa place dans le monde. Ce côté-là d’elle est très inspiré de moi et ça me touche beaucoup. Après, je m’inspire de moi quand j’étais plus jeune, des souvenirs que j’ai de moi quand j’avais 16 ans. C’est très spontané, je fais aussi mon petit mélange avec plein de choses que je vois dans la vie de tous les jours qui m’inspirent par rapport à mon vécu et à ce que je vis maintenant. J’en fais une petite tambouille et ça donne ce résultat.

D’ailleurs, même si ce n’est pas en lien direct avec votre personnage, l’univers culinaire vous est-il familier ?

J’adore manger☺,, j’adore ça, par contre j’avoue que je cuisine moins souvent. Mais c’est quelque chose que j’aime bien. Je ne suis pas du tout une pro de la cuisine, pas du tout du tout mais je suis hyper gourmande et je trouve que le repas est un moment très convivial et agréable. Donc, non, ça ne m’est pas familier mais disons que ça ne m’est pas étranger non plus.

 

 

Avant de rejoindre le plateau pour la première fois, vous êtes-vous (re)plongée dans les derniers épisodes en diffusion pour vous imprégner de l’atmosphère ? Ou, à l’inverse, avez-vous préféré garder une certaine fraicheur ?

Avec Florence, on recevait les scénarios en même temps que les autres comédiens qui tournaient. Donc, en fait, on a eu la chance de tout lire au fur et à mesure et de pouvoir suivre l’histoire. Après, c’est vrai que, oui, évidemment, avant de rentrer sur le plateau, j’ai voulu suivre les épisodes. Déjà pour apprendre à connaitre un petit peu les comédiens à travers l’écran, cela me permettait de voir leur façon de parler, leurs expressions et, du coup, d’être un peu moins intimidée quand j’arrivais sur le plateau. Surtout aussi parce que j’avais très très envie de voir ce que ça donnait, j’étais très curieuse et fière de faire partie de ce projet. Mais j’ai aussi essayé de me détacher de cela, sinon ça allait me mettre trop de pression et j’avais envie que ça reste aussi du plaisir et de la découverte. Du coup, j’ai regardé mais de loin, je ne me suis pas mise trop la pression, j’ai regardé comme une téléspectatrice, avec un œil extérieur sans y mettre trop d’importance.

On le sait, le rythme de tournage d’une quotidienne est particulièrement soutenu, avec un nombre important de minutes utiles à défendre au quotidien. Quelle est votre méthodologie de travail en ce sens ?

Pour l’instant, Florence est ma principale partenaire de travail, même si j’ai déjà travaillé avec d’autres comédiens, comme on le verra par la suite des épisodes. C’est vrai que, là-dessus, on se ressemble beaucoup, on est deux grandes travailleuses, deux bosseuses, on ne supporte pas d’arriver sur le plateau sans avoir bossé nos scènes avant. On est vraiment hyper rigoureuses quant à notre travail. Aussi, on travaille beaucoup en amont avec le coach d’ITC, Pascal Barraud, qui est un coach absolument fantastique avec lequel on adore s’exercer. C’est vrai que l’on aime beaucoup arriver bien préparées. Avec Florence, on aime arriver sur le plateau en ayant toutes nos bases, en ayant un squelette de travail, on aime bien savoir où on met les pieds en arrivant et être prêtes.

 

 

Après, bien évidemment que, petit à petit, plus le tournage avance, plus je suis à l’aise, forcément. Au début, on est toujours un peu stressée, un peu tendue, même si on a fait de gros débuts avec Florence puisque l’une des premières journées était remplie de 7 séquences. On est rentrées dans le bain d’un coup et, au final, c’était super, on avait pris énormément de plaisir, on était tellement contentes de ce que l’on avait fait que ça nous a détendues tout de suite. C’est sûr que plus le temps passe, plus je suis libérée et j’ose explorer. En tout cas, j’ai la chance d’être entourée d’une équipe hyper bienveillante, de partenaires hyper bienveillants et c’est ce qui fait aussi qu’il y a plein de choses qui se passent très bien concernant mon travail.

Même si ce n’est pas forcément toujours un exercice facile, avez-vous regardé vos premiers passages à l’antenne ? Comment les avez-vous appréhendés ?

Oui, c’est sûr ! Je sais bien qu’il y a tout un monde entre ce que l’on croit que l’on a fait et, au final, ce que l’on renvoie aux téléspectateurs. Il y a quand même quelque chose qui est différent. Du coup, c’est toujours amusant d’avoir vécu une situation puis de la voir. Ça permet d’être confrontée à ce que l’on fait de bien et, parfois, de se regarder d’un œil un peu plus critique, en se disant ce que l’on a mal fait. Je trouve que regarder ces scènes permet de se donner plein de pistes pour de futures choses à travailler, c'est un exercice assez particulier, puisque se regarder n'a rien d'évident ou de naturel, mais c'est un exercice hyper intéressant.

Quels principaux retours avez-vous pu avoir des fidèles téléspectateurs de la série ?

Je dois avouer que, là-dessus, je suis un peu une mauvaise élève, je me protège pas mal et j’avoue ne pas trop lire les commentaires sur internet. Après, j’ai reçu quelques messages, les gens étaient contents et avaient hâte d’en savoir plus. En fait, c’était vraiment ce que je voulais avec ces premières scènes, je voulais que nos personnages attirent la curiosité, je voulais que l’on ait envie d’en savoir plus sur notre histoire. Car il y a quand même de belles et grosses choses qui arrivent. Du coup, mon but était d’happer le téléspectateur, de l’emmener avec nous et qu’il ait envie de nous connaitre.

Je pense que, progressivement, les retours vont être de plus en plus nombreux. Là, pour le moment, on aperçoit Kelly un peu vaguement, on apprend à la connaitre doucement au travers de sa maman mais, petit à petit, on va plus apprendre à la connaitre elle car des choses vont lui arriver. J’ai hâte d’avoir les retours à ce moment-là.

Merci, Axelle, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article