Crimes parfaits : Sophie De La Rochefoucauld évoque la série à succès de France 3 !

Publié le par Julian STOCKY

Aurélien FAIDY - france.tvstudio - France Télévisions – 2020

 

Bonjour Sophie,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre site !

Ce mardi soir, nous pourrons vous retrouver dans les deux épisodes inédits de la série à succès de France 3 « Crimes parfaits ». Pour commencer, on imagine qu’avoir retrouvé l’équipe a été une joie pour vous ?

Je suis ravie de cette série ! Ce sont les épisodes 5 et 6, pour notre troisième petite saison. C’est vrai que j’adore cette série particulièrement parce que j’ai un personnage totalement atypique, que personne n’a jamais osé me proposer. Gracieuse est gothique, un peu étrange, elle n’aime pas les humains, elle n’aime que les morts. C’est un personnage haut en couleurs, très drôle et c’est vrai qu’avec Julie, on forme un couple un peu atypique à la télévision. Pour moi, c’est au-delà du plaisir du travail, du jeu et du plaisir de comédienne, c’est que, vraiment, je me régale à créer quelque chose qui est très loin de moi. Elle est misanthrope, moi qui adore les gens, l’humain, le monde et c’est vrai que ça a été pour moi un amusement total de créer ce personnage. J’espère que ça va durer parce que, vraiment, je m’amuse beaucoup.

Au cours de cette nouvelle soirée, dans quels cadres va-t-elle intervenir ? A quoi peut-on s’attendre, sans tout en dévoiler bien entendu ?

Il va y avoir des surprises. D’habitude, on ne voit Gracieuse que dans son labo et sur la scène de crime. Elle est toujours là au début d’un épisode, au travers d’une rencontre avec Louise, le personnage joué par Julie Ferrier. Elles sont, on peut le dire, comme chien et chat, après c’est un jeu entre elles. Elles sont souvent un peu à couteaux tirés car Gracieuse est exaspérée par l’humour un peu potache de Louise, alors qu’elle est très sérieuse, bien que très drôle en fait dans le fond. Cette fois-ci, elle va sortir du cadre habituel mais je ne voudrais pas en dire trop…elle va sortir de son labo et ça va être surprenant dans le deuxième épisode.

Au moment de retrouver le plateau et vos camarades, aimez-vous vous replonger dans les précédents épisodes ? Ou, à l’inverse, préférez-vous garder une certaine fraicheur ?

Je n’ai pas vraiment besoin de me replonger parce que je connais bien maintenant le personnage. Dans la première saison, le personnage de Gracieuse n’était pas très présent je dirais. Tout de suite, Marie-Anne Le Pezennec, notre scénariste, a voulu en faire un personnage un peu atypique et a regardé comment je me l’étais approprié. Je reconnais que c’est très agréable d’avoir une scénariste qui a adoré le rendu des deux premiers épisodes et qui, du coup, a eu envie d’en écrire plus. La chaine a donné son accord car ils ont adoré aussi la proposition que j’ai faite de pince-sans-rire. Je dirais que c’est plutôt Marie-Anne qui a écrit pour moi, en pensant au fait que c’est moi qui allais l’interpréter. Donc je n’ai pas eu vraiment besoin de me replonger, c’est plutôt une continuité.

 

Aurélien FAIDY - france.tvstudio - France Télévisions – 2020

 

En plus, le cadre de tournage à La Rochelle doit être particulièrement agréable, encore plus en septembre, au moment du tournage ?

Oh oui. De toute façon, c’est génial de quitter Paris pour aller tourner en extérieur. En plus, il y a souvent une ambiance que l’on n’a pas à Paris, où l’on rentre chez soi. Là, c’est vrai que Covid oblige, c’était moins festif que d’habitude mais il y a quand même une ambiance de troupe. On se retrouve pour la troisième saison, en plus, d’habitude, je ne joue qu’avec Julie et, là, j’ai eu des interactions avec Wendy et Juliette, ce qui était vraiment chouette aussi.

Et oui, on est au bord de la mer, La Rochelle est magnifique, ça participe au plaisir mais c’est surtout le plaisir du travail. Vous me diriez d’aller travailler n’importe où, de toute façon je suis contente d’exercer mon métier, où que ce soit, même à Paris, surtout par les temps qui courent. Se retrouver sur un tournage en ce moment est un bonheur.

Le succès de ce programme ne se dément pas. Même si ce n’est pas forcément évident à déterminer car il n’y a pas de recette magique, selon vous qui vivez cette aventure de l’intérieur, quelles principales raisons expliquent la fidélité des téléspectateurs ?

Je pense qu’ils s’attachent à nos personnages. Ce n’est pas la première fois que je fais un récurrent à la télé, j’en ai fait même des plus importants, je pense que le public s’attache à des personnages plus qu’à des histoires. Chacun a sa spécificité, en plus Julie a un humour décapant, elle apporte vraiment beaucoup d’humour, c’est un clown dans la vie et je pense qu’elle a beaucoup mis d’elle. Il y a aussi beaucoup de tendresse et de poésie dans nos personnages. C’est aussi ce qui fait la différence je pense.

On imagine, en tout cas, que vous avez hâte de découvrir le rendu final et les retours du public ?

J’ai hâte de voir, en plus j’ai connu David, notre réalisateur, lorsqu’il était assistant sur « Groupe Flag », un de mes premiers gros récurrents en télévision. On se connait bien, on avait 60 jours de tournage à l’époque. J’étais très heureuse de le retrouver derrière la caméra. J’espère en tout cas que le succès sera au rendez-vous, ce qui pourrait nous permettre de tourner la suite. J’aimerais beaucoup, évidemment.

Ce fut un plaisir, Sophie, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article