Koh Lanta : Lola revient sur son aventure et son élimination lors de l'orientation !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photos : Laurent Vu/ ALP /TF1

 

Bonjour Lola,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Vous avez été éliminée à l’orientation, la veille des poteaux, de cette saison de « Koh Lanta » dont la diffusion vient de s’achever. Racontez-nous ces un peu plus de cinq heures de fouilles et de recherches en pleine forêt.

Avec le recul, j’en garde toujours un mauvais souvenir, pour être honnête. L’orientation a été la pire des épreuves selon moi. Je n’en garde que du négatif, c’était vraiment vraiment difficile. Je me dis que j’aurais pu plus me battre c’est vrai mais, au moment où j’étais en train de le vivre, non, j’étais au bout du bout et je ne pouvais pas plus donner.

On était, à la fin, à trois à chercher la même chose, ça met une pression supplémentaire, on se dit qu’il n’y a qu’un poignard pour trois personnes. Après, j’étais vraiment décidée, je me disais que, si je ne le trouvais pas, peu importe, il fallait que quelqu’un le trouve très vite. Si ce n’était pas moi, ce n’était pas grave, tant que quelqu’un le trouvait.

Avec le recul, quel sentiment prédomine en vous : le fait d’avoir atteint la finale à cinq ? Ou le regret de ne pas être allée jusqu’au bout ?

Quand je suis rentrée de « Koh Lanta », j’étais vraiment satisfaite et fière. Je me disais que, même si je n’étais pas allée aux poteaux, j’avais fait un parcours remarquable et je ne pouvais qu’être contente de celui-ci. Mais là, avec le recul, quand on voit vraiment les épisodes, je me dis que c’est quand même dommage que je ne sois pas allée jusqu’aux poteaux. Mais je n’ai aucun regret, à refaire je referais exactement pareil. C’est vrai que, en regardant les images, je me dis « dommage ».

Quels resteront vos plus beaux souvenirs de cette formidable aventure aux Fidji ?

Mes plus beaux souvenirs resteront vraiment les relations humaines que j’ai pu créer là-bas. En fait, c’est inexplicable, on a tous vécu la même chose, c’était très dur mais, en même temps, très beau. On a créé des liens entre nous. C’est peut-être ce côté-là, ce côté humain, que je garderais de « Koh Lanta ».

A noter aussi une belle, grande et fidèle amitié avec votre camarade Angélique, à qui vous aviez même donné l’un de vos deux colliers d’immunité, pour qu’elle puisse se sauver.

Oui, c’est vrai que, dans le jeu, c’était mon amie et, à l’extérieur, c’est toujours mon amie et ça restera mon amie, en tout cas je l’espère.

 

Crédits photos : Laurent Vu/ ALP /TF1

 

Vous êtes l’aventurière ayant remporté le plus d’épreuves. Quels ont été vos petits secrets pour y parvenir ?

Je ne sais pas si j’ai un secret ou une astuce, après, je me donnais un maximum, je voulais vraiment gagner. Je partais sur les épreuves en me disant que j’allais remporter le jeu. Je pense que, dans « Koh Lanta », c’est vraiment le mental qui joue et aussi un peu de stratégie. J’ai gagné des épreuves également parce que j’ai réfléchi. Je pense que c’est l’alliance des deux qui a fait que j’ai gagné pas mal d’épreuves.

Au quotidien, sur le camp, quelle place pensez-vous avoir eue ?

Sur le camp, j’étais quand même la personne assez discrète. Je me souviens, on me disait que j’étais une bonne commerçante, je parlais quand il fallait parler. Oui, je pense que j’ai été discrète, sans déranger les gens mais j’aidais quand il le fallait. J’étais là, je me mettais en avant exactement quand il le fallait. Je pense que c’est ça ma place.

Qu’est-ce qui a été, pour vous, le plus compliqué à supporter ? A l’inverse, avez-vous été plus positivement surprise de votre capacité à réagir à certaines choses ?

Le plus compliqué pour moi a vraiment été le manque de nourriture. Après, dormir a été compliqué mais la nourriture a été le plus difficile, vraiment.

Avant d’aller à « Koh Lanta », je me disais que je n’arriverai pas à dormir par terre, à dormir sans couverture ni rien. Ça, j’ai été plutôt agréablement surprise parce que je dormais bien. Il y a des nuits où je rêvais même. Je pense que dormir par terre et dans le froid ne m’a pas autant dérangée que ce que je pensais avant.

Comment avez-vous vécu la diffusion des images chaque vendredi soir ? Ont-elles ravivé en vous certaines sensations et certains souvenirs de ce qui s’était passé quelques mois avant, à l’autre bout du monde ?

Totalement ! J’ai du mal à l’expliquer mais quand je le regardais à la télé, je ressentais le même stress que celui que j’avais aux épreuves. Je ressentais aussi la tension. C’est comme si on revivait une deuxième fois l’aventure, on est autant stressés en fait.

Pour terminer, comment s’est passé le retour à un quotidien plus traditionnel et plus classique ?

Le retour à la vie réelle, c’est vrai, a été assez compliqué. On rentre mais on ne peut en parler à personne. Garder le secret est quand même un poids. Après, au niveau de l’alimentation, pendant trois semaines, j’ai dû me réhabituer à manger comme je mangeais avant. Donc le retour n’a pas été très très simple mais on s’acclimate vite quand même. Il faut laisser un bon mois avant de retrouver vraiment nos sources et notre vie quotidienne.

Merci, Lola, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article