France Pierron évoque sa rentrée télévisuelle bien remplie !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour France,

Quel plaisir d’effectuer ce nouvel entretien avec vous !

Depuis peu, on peut vous retrouver dans « L’Equipe du Soir », en alternance avec Virginie Sainsily, notamment pour l’animation du JT Express. Quel regard portez-vous sur ces premières semaines ?

Un très très bon regard. Je suis absolument ravie de rejoindre cette fabuleuse équipe et cette émission historique de la chaine. Elle est le socle de la chaine, elle existe tous les soirs depuis quinze ans. Quand on m’a dit que j’allais les rejoindre, j’étais surexcitée. C’est aussi un nouveau rôle, c’est quand même une émission très masculine, même s’il y a Mélisande Gomez et Carine Galli, c’est majoritairement masculin.

C’est une émission de poids, avec uniquement des poids lourds, des plumes du journal et d’autres médias. C’était un challenge pas facile de réussir à s’imposer dans cette émission, je ne sais pas si j’ai réussi à le faire mais, en tout cas, j’ai réussi à apporter ma petite touche et à donner un peu de fraicheur, de féminité, de dynamisme. Pour apporter du peps entre deux débats, quand il y a besoin d’une petite respiration et voir ce qui se passe dans d’autres sports. C’était le but, apporter d’autres images, tellement il se passe de choses sur la planète sport on ne peut pas tout voir. Mon but est d’apporter un condensé de tout ce qui s’est passé ailleurs, sans gêner les débats, sans changer évidemment la nature profonde de l’émission mais c’est un petit plus que l’on a rajouté. On a vu que ça marchait bien pendant le confinement, on l’a personnalisé sur « L’Equipe du soir ».

Vous intervenez depuis un autre plateau que celui d’Olivier Ménard et de son équipe, principalement pour des raisons sanitaires. En quoi cela influe-t-il sur votre façon d’intervenir ?

Je suis beaucoup plus libre. Je suis tout le temps en rapport avec le chef d’édition, dans mon oreillette. Et avec les assistants qui sont trois étages plus haut, et avec la réalisation, et avec le son, ou la connexion tablette. Je suis vraiment une petite émission à part dans ma « news room », c’est comme cela que l’on appelle le plateau 2. Il faut que je puisse parler, me lever, aller voir un résultat, aller imprimer un document, être à l’affut sur la tablette. Si je suis en plateau, je ne peux pas faire tout cela. Je n’ai pas le droit de bouger, il faut que je sois souriante, je peux potentiellement passer à l’antenne, je suis donc beaucoup moins libre de mes mouvements. Là, en étant vraiment indépendante, c’est beaucoup mieux.

 

 

En amont de l’antenne, quelle est votre méthodologie de préparation ?

Ce n’est pas compliqué, lecture de « L’Equipe », lecture de toute la revue de presse multisport, ce n’est pas que du foot dans mon JT, au contraire je ne prends presque que le reste. Je sélectionne les infos, je suis en veille sur le fil infos du site du journal et sur les autres médias de sport, je rafraichis les pages tout le temps. Je regarde ce que nous envoient nos correspondants, je suis à l’affut d’une interview, d’un tweet, d’une page Instagram, il faut tout le temps être sur internet. Je suis aussi en ligne avec les correspondants ou envoyés spéciaux qui font des duplex, je cherche aussi la petite image que personne n’a vue. C’est du boulot, toute la journée.

Vous intervenez pour des pastilles courtes, il faut donc capter rapidement les téléspectateurs. Quelles sont les clés et astuces pour cela ?

Je parle fortJ. Non, c’est vrai, ce n’est pas forcément une qualité mais ça s’entend. Je suis une fille, comme on est peu en plateau ça s’entend aussi. J’ai un peu beaucoup d’énergie, c’est connu. Energie, enthousiasme, sourire, générosité, bonne humeur et une petite blague. Un ton léger, dynamique et drôle. Et je donne aussi des cadeaux….

En parallèle, le weekend, vous animez les Grands Live sur la chaine. Comment décririez-vous alors votre rôle ?

Ça n’a rien à voir. Dans ce rôle-là, je fais vraiment de l’animation alors que, dans le JT, c’est du journalisme pur et dur. Il faut que je puisse passer facilement du Moto GP au handball, en passant par le triathlon, le tout en cinq minutes. Il faut donner la petite info qui va bien et donner envie de rester avec la bonne image qui va plaire.

C’est très bien d’avoir ce grand plateau pour moi toute seule, je peux m’amuser, faire mon petit spectacle. C’est le show du sport en direct, je suis là pour l’accompagner.

 

 

Quel état d’esprit essayez-vous d’y amener ?

C’est ma personnalité, c’est un peu ce que je disais précédemment, bonne humeur, enthousiasme, sourire, légèreté.

Ces deux exercices sont donc, on peut le dire, très différents mais très complémentaires aussi ?

Bien sûr ! Après, je ne switche pas non plus totalement. Ça reste ma personnalité mais ce n’est pas le même exercice. C’est ce qui est bien, je fais différents métiers, d’animatrice et de journaliste. C’est chouette.

Enfin, vous présentez aussi les « Jeux insolites », en prime time sur la chaine. Encore un autre exercice pour vous ?

C’est super. Il y a déjà eu trois émissions. Il s’agit d’un tour du monde des pratiques sportives les plus loufoques. On rigole mais on ne se moque pas. On montre l’exploit sportif, même sur du « pizza free style ». Forcément, ça fait sourire mais on n’oublie pas que ça reste une performance, que ce sont des champions, qu’ils s’entrainent pendant des heures et qu’il y a des records du monde derrière. Au contraire, on essaie de les mettre en valeur.

On est super contents, ça marche super bien, on a une belle équipe. Ça marche aussi parce que l’on a des commentateurs assez incroyables, Yoann Riou, Florian Gazan, Fred Lecanu, ce sont de fortes personnalités. Un concours de pêche ou de hache avec eux, forcément, c’est bien plus dynamique qu’avec n’importe qui d’autre. On rigole, c’est vraiment hyper sympa, on apprend plein de choses sur les records du monde. C’est beaucoup de sourire, de bonne humeur, tout ce qui me plait !

 

 

En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour cette nouvelle saison ?

Un planning bien chargé, des émissions tous les jours…C’est ce que l’on peut me souhaiter de mieux. Comme ça, je peux m’amuser, je peux m’exprimer. Ça dépend beaucoup du calendrier sportif. Le Giro démarre, il va y avoir bientôt le biathlon. Je vais retrouver « La Station l’Equipe » cet hiver, c’est un peu le même principe que « Les Grands Live » mais uniquement avec des sports d’hiver. C’est un multiplexe avec toutes nos compétitions, c’est sympa, on est en lien avec les skieurs, les snowboardeurs. On aura la version estivale aussi, « L’Equipe Arena ». Voilà, plein de belles choses à venir…on espère aussi bientôt le retour du Ballon d’Or, l’année prochaine !

Merci, France, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article