Un Si Grand Soleil : Elsa Maure évoque son arrivée dans la série de France 2 !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Elsa,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Depuis quelques semaines, on peut vous retrouver dans la série à succès de France 2 « Un Si Grand Soleil ». A titre personnel, on peut imaginer le plaisir, la joie et peut-être aussi la fierté que cela représente d’intégrer cette belle famille ?

Oui, oui, oui. C’est une super équipe, vraiment. Que ce soient les comédiens, les techniciens, la production. Il y a vraiment une très très bonne audience. C’est d’ailleurs assez surprenant quand on arrive de voir à quel point tout le monde est vraiment content de travailler dans cette ambiance-là. Tout le monde est très bienveillant les uns envers les autres, c’est très agréable comme cadre de travail. Donc c’est très chouette, oui.

Comment présenteriez-vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Elle est une nouvelle journaliste, qui arrive dans la série. Il y en avait déjà une auparavant, qui était d’une ancienne école de journalisme on va dire, un peu plus fourbe dans la manière d’aborder son travail. Alors que ce personnage est de la nouvelle école de journalisme, c’est-à-dire vraiment frontal, qui n’a pas froid aux yeux, qui va farfouiller là où ça fait mal.

Concernant son interprétation, avez-vous ou avez-vous eu des sources particulières d’inspiration ?

Pas particulièrement, non. Je me laisse porter par l’écriture des scenarii et par aussi les indications des réalisateurs. Je me suis construit ce personnage mentalement et ça s’enrichit un peu plus à chaque fois que je reçois de nouvelles informations.

 

 

En amont de votre arrivée sur les plateaux, vous êtes-vous plongée ou replongée dans la diffusion des épisodes pour bien vous imprégner du contexte ?

Oui, tout à fait. C’est très important. Je regarde peu la télé, c’est un peu étrange pour mon métier. Donc, du coup, à partir du moment où j’ai su que j’étais prise pour ce rôle, je me suis mise à regarder cette série pour savoir dans quoi j’atterrissais.

On le sait, le rythme de tournage est soutenu, au travers du nombre de minutes utiles à produire chaque jour. Vos précédentes expériences, notamment « Plus Belle La Vie » sur France 3, vous ont-elles aidée à appréhender cette organisation ?

Oui, bien sûr, c’est une très bonne école, qui nous apprend à travailler dans l’urgence. De par mon parcours, j’ai souvent eu à travailler dans l’urgence, même au niveau du théâtre. J’étais pendant plusieurs années dans un café-théâtre, où les créations se faisaient très rapidement, en quinze jours à trois semaines. On continuait à créer et on affinait nos personnages sur scène, devant le public et avec lui. Ce travail dans l’urgence fait vraiment partie de mon parcours professionnel et, je le redis, c’est une très très bonne école.

Du coup, quelle est votre méthodologie de préparation en amont du plateau ?

Déjà, il y a un travail en amont sur le personnage, sur ce que l’on sait de lui. Souvent, l’écriture n’est pas forcément finie, on n’a pas tous les éléments de notre personnage, on doit établir une sorte de premier canevas avec les informations que l’on nous donne, pour dessiner les grands traits de notre personnage. Ensuite vient l’apprentissage du texte, qui se fait de manière assez plate, sans intention, comme on dit, pour pouvoir changer son interprétation plus facilement en fonction des directions des réalisateurs. Enfin, on essaie de trouver tous les enjeux, les sous enjeux de chaque phrase : que veut dire le personnage ? Qu’y a-t-il derrière chaque mot ? Afin de trouver les trajets émotionnels.

 

 

Pour la suite de ce personnage, quelles couleurs aimeriez-vous pouvoir lui donner ?

Je ne sais pas encore, on verra. C’est très frais, le personnage vient d’apparaitre. J’ai hâte de savoir aussi comment il va être développé. Pour l’instant, la couleur me plait bien, cette espèce de tête brulée qui rentre dedans et qui n’a peur de personne. Je trouve cela très chouette à jouer, j’espère que ça va continuer dans ce sens. Jusqu’à quel point ? Je ne sais pas, on verra selon l’imagination des auteurs.

En parallèle, vous l’avez dit, vous avez déjà eu de nombreuses expériences sur scène. Des projets sont-ils en développement dans ce sens ?

Je suis entre le Sud et Paris, au niveau de mon travail. Dans le Sud, j’ai une troupe de théâtre avec laquelle j’ai joué pendant huit ans, « La troupe du théâtre des 3 T », qui est le plus grand café-théâtre de France, situé à Toulouse. Que j’ai quittée pour monter à Paris et faire de l’audiovisuel. Mais je suis restée avec eux pour une comédie musicale, « Les Clotildes », que l’on a montée, avec mon metteur en scène et deux amies comédiennes très proches, à Avignon l’année dernière. Elle a eu un gros succès, je continue à jouer cette pièce qui ne cesse de remplir les salles. Le metteur en scène a d’ailleurs récemment écrit la suite.

Merci, Elsa, pour toutes vos réponses !

Publié dans Théâtre, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article