Ronde de nuit sur France 3 : Samir Boitard nous présente ce téléfilm et nous en dit plus sur son personnage!

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Samir,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

On peut vous retrouver ce samedi 26 septembre, sur France 3, en deuxième partie de soirée, dans « Ronde de nuit ». Comment présenteriez-vous ce programme ? Quel en est le pitch ? Quels thèmes y sont abordés ?

Les sujets abordés sont avant tout la famille, les non-dits, les secrets de famille, les retrouvailles. Mon personnage est un homme politique, qui va retrouver sa sœur, qui était flic à Paris et qui revient sur Marseille, la ville de ses origines, d’où mon personnage n’était jamais parti. Il y a la disparition du père, sur laquelle elle enquête et ça va se resserrer vers la famille.

C’est une histoire politique, familiale, confidentielle, à Marseille.

Sans tout en dévoiler, comment caractérisez-vous votre personnage ?

C’est quelqu’un qui veut réussir, qui a de l’ambition. Il va devoir cacher des choses, qui vont réapparaitre malgré lui. Donc c’est quelqu’un de complexe, hanté par son passé qui va ressurgir et sur lequel il ne pourra pas faire l’impasse.

Au moment de son interprétation, avez-vous eu des sources complémentaires d’inspiration à celles données dans le scénario ?

Non, non, j’ai surtout essayé de m’inspirer de mes ressentis privés. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient, malgré le fait que l’on évolue. Il y a toujours cette source-là. En fait, je crois que le point commun avec ce personnage est simple, c’est le fait de se raccrocher à l’enfance, de voir comment on a évolué, de voir où on en est arrivé, grâce ou à cause de l’enfance, comment on a géré les différentes épreuves jusqu’à l’âge adulte.

 

 

Les deux cases du samedi soir de France 3 cartonnent. Justement, vous qui avez vécu cette aventure de l’intérieur, qu’est-ce qui pourra plaire, selon vous, aux sans doute nombreux téléspectateurs de ce programme ?

Déjà, il y a la réalisation d’Isabelle Czajka, une femme avec une sensibilité particulière. Qui vient du cinéma et qui a une vision bien à elle de la réalisation et de la direction d’acteurs. Ensuite, c’est un sujet assez fort, autours de la famille. Et puis, c’est Marseille, qui est d’ailleurs ma ville d’origine, une ville que j’adore, pleine de soleil, dans tous les sens du terme, hyper complexe aussi, très cosmopolite. Ce sont aussi les destins différents des membres d’une même fratrie. Nous verrons comment chacun a fait sa vie avec un point de départ commun à tous.

A titre personnel, on peut donc imaginer le plaisir que ce fut pour vous de tourner sur Marseille ?

Oui, c’est toujours un plaisir de tourner dans le sud de la France, à Marseille et ses environs. Ça m’est très familier, je me sens chez moi quand je tourne là-bas. J’y ai mes références, je me sens à l’aise dans cette ville et ses alentours, c’est vrai que c’est toujours chouette et agréable d’y tourner.

Pour terminer, en parallèle de cette diffusion, quelles sont vos autres actualités du moment ?

Je viens de finir un film avec Julie De Bona, une amie avec laquelle j’avais tourné « Le secret d’Elise », d’Alexandre Laurent. On vient de faire un téléfilm pour M6, « Coma idyllique », une comédie romantique de Gabriel Julien-Laferrière. Ce sera un très beau film, j’en suis hyper fier, je me suis éclaté. J’ai été ravi de retrouver Julie, une super partenaire, de rencontrer ce réalisateur qui a été vraiment parfait, avec qui j’ai eu une très belle entente. Je suis heureux de défendre ce super projet, différent de ce que je fais habituellement. J’ai adoré interpréter ce personnage sensible, maladroit, qui se retrouve dans des situations burlesques.

Merci, Samir, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article