Koh Lanta : Adrien revient sur son élimination lors du dernier épisode!

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : Laurent Vu/ ALP /TF1

 

Bonjour Adrien,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Vous avez été éliminé vendredi dernier de l’actuelle saison de « Koh Lanta », en diffusion sur TF1. A titre personnel, comment avez-vous vécu la diffusion de ces images ? A-t-il été finalement compliqué de revivre votre départ ?

Ce fut très compliqué. J’ai attendu ce moment toute la semaine avec un petit peu d’inquiétude. Le fait de revoir son élimination est un peu comme se faire éliminer une deuxième fois en fait. Depuis le début de la saison, je regarde tous les épisodes soit en famille, soit entre amis et, là, j’ai préféré le regarder tout seul chez moi. Ça n’a pas été un super moment, après je reste quand même, on va dire, content de ma sortie donc ça a un peu atténué ma peine. Mais, voilà, ça n’a pas été mon épisode préféré.

Au moment de vous rendre au conseil, dans quel état d’esprit étiez-vous ? Vous sentiez-vous réellement en danger ?

J’y vais en me disant que j’ai fait le boulot, que j’ai fait le maximum de ce que je pouvais faire pour créer une alliance de cinq. Alors, je ne dirais pas que je suis confiant à 100% mais quand je vois mon nom qui apparait sur les bulletins, je reste quand même un peu surpris. D’ailleurs, je le dis, je ne m’y attendais pas. Je m’attendais à avoir quelques votes parce que je savais que j’avais un jeu à risque où je m’étais exposé, mais de voir que je n’ai pas du tout réussi à fédérer, que je n’ai vraiment qu’un allié avec moi, à savoir celui du début, Fabrice, je reste quand même assez surpris. Donc je me méfiais, on n’est jamais serein à 100% mais je ne m’attendais quand même pas à sortir si tôt.

En plus, votre défaite sur le jeu d’immunité ne se joue pas à grande chose, avec un fantastique retour dans les dernières minutes…

Oui, en plus…C’est ce qui est encore plus cruel. Finalement, peut-être qu’à cinq secondes près, je n’étais pas au conseil. Peut-être que ça m’aurait laissé justement ces 48 heures de plus pour fédérer autour de moi cette alliance. Dès fois, c’est ça « Koh Lanta », ça se joue à des détails, comme on dit dans le sport parfois. Voilà, ça s’est joué à quelques secondes…

On l’a vu vendredi dernier, les quatre équipes ont été regroupées sur deux camps, celui des rouges et celui des jaunes. Comment avez-vous réagi à cette annonce ? Etait-ce là une nouvelle opportunité pour vous ? Ou, à l’inverse, la crainte d’être remis en question ?

Ça a été un sentiment partagé. D’un côté, j’étais très très excité à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes, de se lancer dans une nouvelle phase de jeu. Avec ma façon de jouer, je me disais que j’allais avoir plein d’opportunités pour faire les choses, pour jouer le jeu. Et j’étais aussi content de retrouver Marie-France, une ancienne du Nord, une complice potentielle. Finalement, je me suis bien trompé sur elle, on a vu que, tout de suite, elle ne me faisait plus du tout confiance et qu’elle est allée répéter mes manigances aux verts, ce qui a précipité ma chute. Donc j’étais très content, très excité à l’idée de pouvoir jouer mais, avec le recul, en fait, ça n’a pas été une bonne chose du tout.

D’ailleurs, comment se sont passées les premières heures des rouges ?

Ce nouveau camp des rouges était l’ancien camp des violets, donc je le connaissais très bien, après dix jours sur cette plage. Il s’agissait surtout de faire les présentations avec les autres candidats, de leur faire la visite des lieux. Très rapidement, on l’a vu, j’ai commencé à me rapprocher de Marie-France et de certains autres personnes, pour les sonder un petit peu. C’est comme cela que je voyais l’aventure : je voulais, dès le début, m’assurer un petit noyau dur avec moi et ne pas attendre le dernier moment avant le conseil pour commencer à jouer. J’ai donc mis en place de suite les grandes manœuvres.

 

Crédits photo : Laurent Vu/ ALP /TF1

 

En amont, comment qualifieriez-vous votre place et votre rôle dans la tribu du Nord ?

On va dire que j’avais un rôle assez central au final, volontairement ou pas. Je n’avais pas voulu prendre trop le leadership de cette tribu, parce que ça ne me plaisait pas et que je n’étais pas venu pour ça. Oui, j’avais un rôle assez central, entre Fabrice, Lola et Angélique. Je m’étais la bonne ambiance, j’avais le rôle du mec sympa, tout simplement.

Plus globalement, quels resteront vos plus beaux souvenirs de « Koh Lanta » ?

Mon beau plus souvenir, tout simplement, est le moment où la partie commence. On est sur notre bateau, on arrive sur la plage, on découvre nos futurs coéquipiers. C’est vraiment alors le lancement du jeu, je me dis que ça fait plusieurs années que je rêve de faire « Koh Lanta ». Quand on voit Denis arriver sur la plage et qu’il nous explique le jeu, on se dit que l’on y est. J’ai vraiment ce sentiment de plénitude, d’avoir accompli quelque chose déjà d’énorme en étant ici. Je me mets dans une bulle, je suis vraiment sur mon nuage. Pendant toute mon aventure, j’ai eu ce sentiment de planer.

Avez-vous réussi à mieux appréhender certaines choses que ce que vous aviez pensé avant le début ? A l’inverse, avez-vous ressenti plus de difficultés sur d’autres points ?

Je n’ai rien trouvé de difficile ou de compliqué en fait. Que ce soient la faim, le froid, la fatigue, le manque des proches. J’étais tellement dans ma bulle, conditionné, que plus c’était dur, plus j’étais content. J’étais heureux d’être là, je n’ai rien trouvé de difficile, je m’étais préparé mentalement et physiquement, en prenant du poids avant de partir dans l’aventure pour avoir mes réserves. Donc je n’étais surpris de rien, si ce n’est des quatre équipes ou de la beauté des paysages. Mais rien concernant la difficulté de l’aventure. Je m’y attendais et ça m’a plu.

A ce stade-là du jeu, quels sont vos coups de cœur parmi les aventuriers encore en lice ?

Forcément, je vais ressortir Fabrice, le doyen du Nord, qui était mon complice tout au long de l’aventure. Même si, au final, il n’était pas très intéressé par les stratégies, il me faisait confiance et on a vraiment passé de supers moments. Je vais citer en fait mes coéquipiers du Nord, avec qui j’ai passé beaucoup de temps, à savoir Lola et Angélique également. Bien sûr qu’il y a eu des tensions et des manigances entre nous avant d’arriver au conseil mais, à côté de cela, on a partagé de supers moments, parfois difficiles. Il y a eu beaucoup de complicité entre nous. Pour ressortir une personne d’une autre équipe, je vais dire Bertrand-Kamal. Tout de suite on a vu, sur les jeux ou pendant les quelques jours sur notre camp rouge, que c’était une super belle personne.

Merci, Adrien, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article