Stana Roumillac évoque la mini série tournée en confinement, Nous Sommes En Guerre !

Publié le par Julian STOCKY

 

 

Bonjour Stana,

Quel plaisir d’effectuer cette nouvelle interview avec vous !

En cette période si spéciale du confinement, on peut actuellement vous retrouver dans une mini-série diffusée sur la chaine YouTube de "Fricero Films", « Nous Sommes En Guerre ». Très simplement, comment la présenteriez-vous ?

C'est une mini-série d'environ 4 minutes par épisode, qui est écrite, tournée et produite à 100% en confinement chaque semaine. Un défi artistique et technique chaque semaine pour donner vie à cette histoire ! Ça parle de ce que l’on vit actuellement, du confinement lié au Covid-19, l'histoire est ancrée dans la réalité. On part d'une jeune femme "Stella" qui ne croit pas au coronavirus, qui pense que c’est un complot, jusqu’à un bouleversement, qui va amener ce personnage à changer sa vision de la vie.

Quelles sont les principales caractéristiques de votre personnage "Stella" ? Comment le décrire ?

C’est quelqu’un qui, au départ, a une vision hermétique, elle est submergée sur les réseaux sociaux par la diversité des informations et par la désinformation. Elle a une vision très fermée du monde dans lequel elle vit. Il va lui arriver quelque chose dans la vie, qui va la pousser à une radicale conversion du cœur, une vision plus lumineuse, avec beaucoup d’espoir en l’humanité.

Avez-vous eu des sources particulières d’inspiration pour son interprétation ?

C’est une mini-série qui a pris naissance pendant le confinement avec le réalisateur Emmanuel Fricero et son ami le scénariste Loïc Landrau. Il n’y a pas eu d’idée avant, on est parti de quelque chose que l’on vit en ce moment pour créer. A deux vraiment sur place, confinés, avec le metteur en scène, qui fait quasiment 90% du travail technique, on est partis vraiment du cœur de ce que l’on vivait, d’un personnage qui peut exister. Il y a des "Stella" partout, d'ailleurs, le groupe Facebook qu’elle ouvre au premier épisode existe vraiment.

Le confinement impose une organisation technique et artistique particulière. Aussi, comment avez-vous procédé ? Des adaptations ont été, on l’imagine, nécessaires ?

On n’a pas d’équipe, donc pas de chef opérateur, pas de preneur de son etc etc ... on est tous seuls, il faut faire avec ce que l’on a. On est force de proposition chacun et on fait, avec notre savoir-faire. En même temps, on n’a pas de contraire horaires ou de planning de tournage à respecter par exemple, on s’adapte.

Comme Tarantino le dit « just do it », même si on se disait que ce serait compliqué au début, le fait de mettre un pied après l’autre, de sauter dedans, nous a aidés à créer. Les supers retours que l’on a résonnent en nous, nous motivent.

Selon vous, selon aussi les premiers retours que vous avez pu avoir, qu’est-ce qui plait aux internautes dans ce programme ?

Quand on lit les commentaires, ou les messages directs, Il y en a qui aiment le sujet, d'autres la qualité de l’image, la musique, la mise en scène ou l'interprétation. Chacun a une sensibilité et la décrit. On ressent en tout cas un véritable enthousiasme pour chaque épisode, toutes les semaines, de la part des spectateurs. Un grand merci à eux !

 

 

Trois épisodes sont déjà en ligne. Quelle suite est prévue ?

Un épisode sort chaque semaine, le samedi matin à 11h sur YouTube. Normalement, il y en aura six. Je touche du bois.

Une fois le confinement terminé, avez-vous l’envie d’adapter le contenu et/ou la forme de la mini-série pour prolonger l’aventure ?

Le principe de "Nous Sommes En Guerre" est d’être ancrée dans la réalité, dans ce que l’on vit. Pour l’instant, la fin de la mini-série n’est pas encore écrite, justement parce qu'on attend de voir l’évolution et le dénouement du confinement, pour s’adapter. On va suivre le personnage jusqu’au déconfinement. J'espère que la série aura elle aussi une belle histoire...

En parallèle, comment vivez-vous, en tant qu’artiste, cette période particulière du confinement ?

Je trouve que c’est plutôt le moment de se plonger à l’intérieur de soi, de se reconnecter. Je l’ai pris comme cela, comme le moment de se retrouver vraiment pour se dire ce que l’on veut dans la vie sur cette terre, parmi les autres. J’espère profondément qu’il y aura des changements, j’espère qu’il y aura une prise de conscience de la préciosité de la Vie et de son interaction directe avec son environnement. Comme le personnage de Stella, si chacun change, il peut y avoir un changement mondial. 

Quels sont ou seraient vos projets et envies artistiques à venir ?

J'aimerais vraiment pouvoir retrouver mes partenaires très rapidement sur le tournage de "Un Si Grand Soleil" sur France 2, j'ai aussi quelques projets de films dont certains avec le réalisateur Emmanuel Fricero. Mais je pense que tout le monde est encore un peu en attente, pour l’instant il n’y a pas de date précise. Je pense qu'on en saura un peu plus dans les prochaines semaines.

En conclusion, pour boucler la boucle, si ce n’est pas déjà fait, comment définitivement inciter les lecteurs à suivre la mini-série ?

Je reprendrais le message de la mini-série : Si nous changeons, le monde change.

Merci, Stana, pour cet échange très agréable !

 

Les premiers épisodes sont visibles sur les liens ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=4iLTrDxZUtQ

https://www.youtube.com/watch?v=hAdTYvMQYWk

https://www.youtube.com/watch?v=4bIMpA1S2G4

Vous pouvez retrouver aussi Stana sur son Instagram :

https://www.instagram.com/stanaroumillac/

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article