Koh Lanta : Teheiura évoque sa nouvelle élimination, cette fois-ci avec Charlotte, lors des destins liés !

Publié le par Julian STOCKY

Crédit photo : PH LE ROUX/ALP/TF1

 

Bonjour Teheiura,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel entretien !

Vendredi soir a été diffusée votre élimination dans cette saison de « Koh Lanta », à l’issu des destins liés où vous étiez en binôme avec Charlotte. Comment s’est passé le visionnage de ces images ? Ce n’était pas trop difficile de revivre ces émotions ?

Non, pas difficile mais on va dire que c’est comme si j’y étais encore, à ce conseil là. Je le vivais intensément. Je crois que c’est Charlotte qui expliquait cela dans son live avec Denis, elle a dit, vendredi, en s’adressant à elle-même « mais vas-y, sors, sors, sors ton collier ». Je n’étais pas loin, dans le même esprit. J’étais un peu comme ça aussi, à me demander quoi faire, sortir ou pas mon collier, mais en tant que spectateur.

Avec le recul, quel regard portez-vous sur ce qui s’est passé, notamment le fait que ni Charlotte ni vous n’ayez sorti un collier d’immunité ?

Sincèrement, sur le moment, il y a beaucoup de déception. J’en voulais aussi un peu Charlotte, sur le fait de ne pas m’avoir écouté, moi qui voulais absolument jouer le collier. En même temps, c’est vrai aussi que j’aurais pu jouer le mien et, malheureusement, je ne l’ai pas fait.

Au moment de rejoindre le conseil, on le voit sur les images, même si votre alliance semble en surnombre, vous avez quand même un doute et vous suggérez à plusieurs reprises à Charlotte d’utiliser le collier trouvé. Pourquoi ne pas avoir, dans ce cas, utilisé le vôtre ?

Dans un premier temps, quand Denis demande qui a un collier et veut le jouer, là je m’attendais quand même à ce qu’elle le joue. Car, même si Régis parlait de voter Eric, il fallait le jouer. J’étais prêt à la bousculer pour qu’elle sorte son collier. Quand j’ai constaté qu’elle ne le jouait pas, j’ai eu un blocage, vraiment. Je n’ai pas plus d’explication que cela, j’étais tellement focalisé sur ce collier de binôme que j’avais oublié que je pouvais nous sauver à ce moment-là.

Au fur et à mesure du dépouillement, quelles sensations et quels sentiments avez-vous connus ?

Dès le premier vote contre Charlotte, j’avais tout de suite compris. Même si j’espérais, avant de venir, que le fait que Régis dise à Charlotte qu’il allait, comme nous, voter Eric nous donne la majorité. Du coup, forcément, je m’attendais à cette majorité mais, finalement, ça n’a pas été le cas. J’étais déjà sûr que c’était fini quand j’ai vu le premier prénom de Charlotte….

Lors de l’annonce par Denis d’un deuxième vote, vous saviez donc déjà que vos minutes dans l’aventure étaient comptées ?

Ah oui, c’était fait d’avance. On était quatre seuls à avoir votés contre Eric au premier tour, je ne vois pas pourquoi on serait six au deuxième tour. Donc c’était compliqué.

La différence de voix est notamment liée au choix de Régis, vous l’avez dit. Comprenez-vous sa décision ?

Je ne suis pas étonné parce que c’est un jaune qui veut éliminer une rouge comme Charlotte et, par la même occasion, moi, un élément fort sur les épreuves et, on va même dire, aimé par le jury final. Donc ça faisait partie de sa stratégie de faire miroiter Charlotte sur un autre vote. Finalement, il a fait basculer le vote.

Cette élimination devait être d’autant plus frustrante que, sur l’épreuve précédente de confort, comme le dit Denis à deux reprises, votre binôme a fait une véritable démonstration ?

On était un super binôme, avec Charlotte, vraiment complémentaire dans les épreuves. Avec son côté calme qui m’a beaucoup aidé dans l’épreuve de confort et même sur l’immunité. On a juste manqué d’un passage de la corde, ce qui nous a fait louper le totem qui nous protégeait.

Ce confort était, en tout cas, l’un des supers conforts que l’on peut espérer dans une telle aventure. Avec la difficulté que l’on connait sur le campement, une petite parenthèse douillée fait du bien. Le matelas est un luxe à « Koh Lanta ». Sans oublier le frigo garni, que j’ai pu cuisiner. En dehors de mon métier, j’adore cuisiner. Donc, là, cuisiner sur une ile perdue, dans une aventure telle que « Koh Lanta,  est inespéré. C’était un grand grand moment de régal.

A la fin, on vous voit donner votre collier à Claude. Est-ce là le choix du cœur ?

Oui, de cœur et de stratégie en même temps. Je souhaite vraiment qu’il aille le plus loin possible. Je me souviens bien encore, quand on était chez les rouges, que l’on était mal barrés. Du coup, on s’est soutenus tant bien que mal pour aller le plus loin possible. Là, j’ai la possibilité de l’aider, de lui donner un petit coup de pousse, notamment pour rester au moins trois jours de plus. C’est aussi, oui, un cadeau de cœur.

Le challenge du nombre de victoires individuelles était un plus pour nous deux. On ne s’y attendait même pas, je ne savais pas s’il serait ou non dans cette saison. Même au début, on n’y pensait pas, c’est Denis qui nous l’a rappelé. Forcément, il nous a lancés dans ce challenge. Oui, il est à une victoire de me rattraper et, là, il a plus de chances que moi. Pour me rattraper et peut-être me dépasser car il reste quand même quatre à cinq épreuves.

Il ne reste plus que huit aventuriers en course. Quel est votre pronostic ?

Forcément, je souhaiterais que Claude soit finaliste, sinon je ne lui aurais pas légué mon collier. S’il y a un trio de héros sur les poteaux, forcément ce serait le top pour nous. Mais, attention, il y a quand même pas mal de bonnes personnes, de bons aventuriers, qui restent parmi les nouveaux. Comme Naoil par exemple, qui a beaucoup de potentiel.

Merci, Teheiura, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article