Koh Lanta : Charlotte revient sur son élimination lors des destins liés!

Publié le par Julian STOCKY

Crédit photo : PH LE ROUX/ALP/TF1

 

Bonjour Charlotte,

Merci de répondre à quelques questions pour notre site !

On l’a vu vendredi soir, vous avez été éliminée lors des destins liés, de cette nouvelle saison de « Koh Lanta », actuellement en diffusion. A titre personnel, comment avez-vous vécu la diffusion de ces images ?

Ça ravive vraiment toutes les émotions que l’on ressent à ce moment-là. C’est tellement un épisode où il se passe énormément de choses, c’est un ascenseur émotionnel. Jusqu’à la fin, j’étais là à me dire « mais je vais le sortir ce collier, je vais le sortir ». Je connais la finalité bien évidemment mais il y avait tellement de suspense, ça a été hyper bien fait, que je me suis demandée comment, à ce moment-là, j’ai pu ne pas le sortir.

A froid, quel regard portez-vous sur ce qui s’est passé ? Notamment le fait de ne pas avoir sorti votre collier d’immunité.

C’est dommage parce que l’on aurait vraiment pu faire quelque chose de plus incroyable niveau stratégie. On est passé à côté de quelque chose.

On le voit tout au long de l’épisode, vous aviez quand même des petits doutes sur l’issue du conseil. Teheiura aussi vous avait sensibilisée sur ce point. Pourquoi avez-vous finalement choisi de prendre ce risque ?

Parce que, dans tous mes calculs que j’avais pu faire en prenant en compte certaines trahisons, je n’avais jamais envisagé celle de Moussa envers Teheiura. Encore la veille, Moussa me rassurait en disant qu’il ne pourrait jamais toucher à Teheiura. Donc j’étais sûre de moi, oui ça allait être serré mais on passait à ce moment-là. J’étais sûre de moi, vraiment.

Au moment de l’annonce par Denis d’un deuxième vote, saviez-vous déjà que la fin était proche pour vous ?

Bien sûr ! Au moment où les gens vont voter, je sais déjà que c’est terminé. Parce qu’il n’y a plus le vote noir de Teheiura et parce qu’Eric n’a plus son vote suite à sa dernière place.

Quelle a été votre réaction à l’annonce par Teheiura qu’il possédait, lui aussi, un collier ? Si vous l’aviez su, auriez-vous agi autrement ?

Si je l’avais su, évidemment que ça aurait tout changé. On aurait joué différemment et on se serait assurés ce conseil et le prochain conseil. Comme moi j’avais voulu le faire avec mon collier, en lui disant « on passe et ce collier là, au prochain conseil, je te le donne parce que les filles jaunes veulent voter pour moi, car tu es en danger en gagnant tous les conforts ». On aurait fait un retournement de situation en cassant justement ce noyau des jaunes. Donc, oui, ça aurait tout changé et, à la fois, à ce moment-là aussi, je déculpabilise et je me dis « bon, ce n’est pas que de ma faute ».

Ce départ est d’autant plus dommageable que, quelques temps avant, sur l’épreuve d’immunité, votre binôme réalisait une très belle prestation.

Oui, on était vraiment à rien de gagner cette immunité. On avait prouvé, sur l’épreuve de confort, que l’on pouvait être un super binôme et faire de belles prouesses. Franchement, c’est fâcheux quand on sait que l’on perd à 20 secondes.

Justement, sur cette épreuve de confort, Denis le dit très justement à 2 reprises, vous faites une véritable démonstration. Comment se sont passées ces quelques heures isolées, dans une maison, en guise de récompense ?

C’est vraiment un aparté dans l’aventure, en fait on déconnecte du jeu, là on apprécie le moment, on apprend à se connaitre, on discute, on rigole. Même si on pense toujours un peu au jeu et à la stratégie parce que l’on a cet indice sur le collier donc on met un peu le nez dedans. Mais on déconnecte, on apprécie vraiment là où l’on est, on se dit que l’on est aux Fidji, sur une plage, dans une maison de pêcheurs, … enfin c’est incroyable.

 

Crédit photo : PH LE ROUX/ALP/TF1

 

Plus généralement, quels resteront vos plus beaux souvenirs de cette aventure ?

Alors, il y en a beaucoup mais mon plus beau souvenir est vraiment quand je découvre ma lettre, de mes proches, avec tout le soutien qu’ils m’envoient. A ce moment-là de l’aventure, c’était vraiment important, on était à plus de deux semaines, à peu près à 16 ou 17 jours je ne sais plus, et ça fait vraiment du bien d’avoir des nouvelles de sa famille à ce moment-là.

Le fait d’avoir côtoyé des héros était-il, à vos yeux, un plus ? Ou, à l’inverse, cela a-t-il quelque peu orienté votre quotidien, quitte à perdre un peu la saveur de l’innocence ?

C’est totalement ça. On a non seulement perdu l’innocence de la découverte mais, aussi, on est face à des héros qui ont déjà vécu des aventures ensemble, qui sont amis dans la vie, donc qui se connaissent très bien. Nous, nous sommes là avec des gens que l’on ne connait pas, à qui on doit faire confiance, dont on doit se méfier en même temps. Alors que, eux, au final, avaient quand même ce noyau très dur et c’est d’ailleurs pour cela que l’on avait voulu casser ça dès le début chez les rouges en éliminant Teheiura.

Sur place, qu’est-ce qui a été le plus difficile pour vous ?

Sur place, vraiment, c’était pour moi les nuits sous la pluie. C’est long, c’est dur, il fait très froid, c’est horrible, vraiment, notre corps souffre réellement à ce moment-là.

A l’inverse, certaines choses ont-elles finalement été moins compliquées que ce que vous auriez pu penser ?

Je pensais vraiment ressentir la faim. Dans mon quotidien, quand j’ai faim, je vais avoir un peu la tête qui tourne, je ne suis pas bien. Et, en fait, pas du tout, là-bas je me sentais vraiment bien. Je pense que j’étais tellement conditionnée à cette aventure, à ressentir cette douleur de faim que, en fait, non. Bon, à trois semaines d’aventure, un peu plus forcément mais c’était plus les gouts, la gourmandise, le chocolat, les choses comme cela, pas la faim en elle-même.

Ces semaines d’aventures aux Fidji vous ont-elles quelque peu changée ?

Oui, forcément, une aventure comme cela laisse des marques, des traces. Oui, ça m’a changé, j’essaie vraiment plus d’apprécier les moments, de consommer mieux, de dépenser moins pour des futilités, de me poser vraiment la question du besoin réel. Quand on est là-bas, on arrive à vivre avec tellement rien qu’on se dit que, dans notre quotidien, on a trop, beaucoup trop. Donc, voilà, plein de petites choses comme ça au quotidien qui nous font réfléchir.

On le voit à la fin de l’épisode, vous décidez de garder pour vous le collier non joué. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Tout simplement, tout le monde m’a trahie donc je n’allais pas le donner à des personnes qui m’ont trahie, c’était trop facile.

En conclusion, quel est votre pronostic pour la suite de l’aventure ?

Du coup, je suis un peu déçue, je vois le jeu trop facile, d’ailleurs c’est pour cela aussi que je donne mon vote noir à Jessica, en lui disant d’essayer de s’en sortir car son groupe est en minorité. On voit un noyau dur des jaunes en majorité et on se dit qu’en fait, la suite est toute tracée. Voilà, c’est ce que je pense vraiment à ce moment-là.

Ce fut un plaisir, Charlotte, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article