Charlotte Adrien évoque son processus de création et nous parle de sa vision du monde d'après !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Charlotte,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Vous êtes une artiste aux multiples cordes artistiques, citons notamment la comédie et le chant. Qu’est-ce qui vous plait dans votre quotidien artistique ?

J'aime bien la possibilité de passer d'une discipline à l'autre justement. Je ne sais pas à l'avance comment je vais exprimer ce que j'ai à dire, la forme que ça va prendre. Cela dit, je constate à postériori que j'ai tendance à exprimer certaines parties de moi dans la musique, des parties que je n'utilise pas forcément à l'écran ou au théâtre...

En tous cas, le fait de passer d’une discipline à l’autre, et bien....euh... je crois que je suis constituée comme ça en fait ! Je ne sais pas « faire autrement » ! Ma formation est multiple, j’étais au conservatoire de Théâtre de Marseille, et en même temps, en fac de sport. Et puis un jour, pour rassembler les disciplines corporelles et les « disciplines poétiques », je suis partie faire une formation Russe à Minsk, en Biélorussie. Il y avait autant de théâtre que de musique, d’escrime ou d’acrobatie. On faisait tout. J’étais comme un poisson dans l’eau ! Le fait que tout soit possible tout le temps je trouve ça super... 

 

Retrouvez-vous, ponctuellement, certaines complémentarités entre ces différents domaines ? Ou les considérez-vous comme des métiers différents ?

C’est une bonne question. Un peu des deux... en fait plus le temps avance, plus je me rends compte que tout ça est plus poreux que ce que je croyais au départ. En France en tous cas, car en Russie ils mélangent tout ! Mais ici, il faut déguiser les techniques pour que personne ne s'aperçoive de rien !!! Rester malins… ! Dans une pièce de théâtre que j’ai jouée l’été dernier, à des moments, j’utilisais une technique « de tournage », à d’autres moments j’utilisais une technique de clown, et à d’autres j’utilisais uniquement le rapport au texte, à sa matière, je revenais à la comédienne de théâtre au sens pur.... 

En ce moment je suis en train d’écrire un clip pour mon groupe de musique, « CARDINALE », que l’on va réaliser à la sortie du confinement. Et au fond, c’est pareil, je me rends compte que j’utilise un savoir-faire d’actrice mais il y a sans doute un peu de folie que je puise dans l'univers très poétique du clown, et je fais cela au service de la musique que j’écris. Tout ça est perméable en fait... J’adore l’idée que la poésie prenne pleins de formes différentes… !

 

 

 

Etes-vous davantage encore attirée par l’un d’eux en particulier ? Ou, à l’inverse, est-ce justement l’ensemble, le tout, qui vous ravit ?

Ça dépend des périodes de ma vie... Mais s’il y a quelque chose qui prédomine, c’est probablement mon rapport à la musique. Ça me permet d’écrire mes textes, de les interpréter et de composer les mélodies. C’est très complet. J’ai de l'espace pour créer un univers qui m'appartient, de l'espace pour l’interprétation, un rapport à la poésie, et à la composition.

Cela dit, j’adore pouvoir arriver en répétition, ou sur un tournage et être juste au service de ce que le réalisateur ou le metteur en scène veulent. Ça me repose quelque part ! C’est très agréable !

 

Vous évoquiez les compositions, au sens large du terme, que vous pouvez être amenée à réaliser. Avez-vous des sources particulières d’inspiration à ce moment-là ?

Ah oui, oh là là. Quand j’étais petite, j'ai la chance que mes parents aient mis de la super musique ! J'ai beaucoup entendu Gershwin, dès que je suis née, et pendant toute mon enfance, ça forge un esprit musical Gershwin ! Il mélange le classique, le jazz et la musique moderne. Du coup, ça enlève beaucoup de limites dès le départ ! Mes parents mettaient aussi du Nougaro, du Gainsbourg, qui ont un rapport très prégnant au texte, avec une vraie qualité musicale. On écoutait aussi Renaud, qui était transgressif, provocateur, avec beaucoup d’humour. Et il a de jolies mélodies. Donc des sources comme ça assez lointaines. En ce qui concerne des influences plus directes, j'ai été beaucoup inspirée par des artistes comme Emilie Simon, -M-, les Doors, BRNS, Keren Ann, Miss Li...

Etrangement, les gens qui écoutent « CARDINALE » m'ont souvent dit qu’ils entendaient des influences de Feu ! Chatterton et de Baschung. Alors que, bien que ce soit de très grands artistes, j'ai relativement peu écouté. Je pense que les gens entendent ça parce que CARDINALE déploie un rapport poétique à la langue et à l’interprétation. Comme en plus les musiciens jouent assez rock... On m’a dit aussi qu'on ressemblait un peu à Fauve mais version Meuf ! Peut-être parce qu’il y a un rapport à la parole chantée-parlée...

Sinon, j’ai tellement écouté Vanessa Paradis !!!! mais ça ne ressemble pas du tout à ce qu'on fait !!! 

 

 

 

Avez-vous des méthodologies particulières de préparation, avant de monter sur scène ou de rentrer sur le plateau ?

J’ai l’obligation de beaucoup me chauffer les cordes vocales parce qu’elles ont été un peu fragilisées. Mais au final c'est plutôt un atout, car ça oblige à se centrer et ce n’est pas plus mal ! Je fais toujours une petite demi-heure de technique pure de chant, même parfois avant d’aller tourner. En déplacement, n'importe où, je me lève une heure avant pour faire un échauffement de chant, c’est devenu un rituel qui me permet de me centrer, d’être complètement là.

D’ailleurs, c’est drôle, à Minsk, notre professeur de théâtre nous avait demandé d’échauffer nos voix, même pour des rôles muets, nous expliquant que, pour être complètement là, complètement présent, il fallait que l’on soit échauffé même vocalement. En fait, maintenant je comprends pourquoi. La voix fait vibrer le corps et, du coup, je pense que ça réveille quelque chose d’un peu profond.

 

Comment vivez-vous, en tant qu’artiste, cette période si particulière du confinement ? Parvenez-vous tout de même à maintenir, en partie au moins, une activité artistique ?

Cette période est étrangement intéressante... Evidemment, elle a suspendu toute la diffusion des projets qu'on a. En revanche, ça a permis d’aborder les choses autrement. Tout d’un coup, on a eu du temps... ce qui n’arrive jamais. On est tous dans une course absolument effrénée depuis des années, ça ne va qu’en s’accélérant, et là, on a eu du temps. (Enfin, je me dois de préciser, « certains » ont eu du temps... Car on n'a pas tous eu les mêmes conditions de confinement, le nombre d'enfants jouent beaucoup sur le rapport au temps !)

Donc notre rapport au temps pour certains s'est détendu... Et la créativité a pu reprendre sa forme originelle : je veux dire qu’on pouvait expérimenter cet état d'être « traversés par » quelque chose... ne pas forcer la chose à advenir parce qu'on est pressés...

Cela dit, on est aussi évidemment très poreux à l'actualité, ce qui ne permet pas toujours de s'abandonner... Il y a beaucoup d’enjeux en ce moment. Notamment sur le monde d’après. La culture risque de ne pas reprendre aussi vite que les autres secteurs. Que va-t-on faire de ce temps-là ? Va-t-on l’utiliser pour créer le monde d’après ? Comment on y réfléchit ? Comment on utilise ce temps-là pour construire quelque chose de nouveau, puisque le monde anormal dans lequel nous étions n’était plus vivable. Avec des camarades du même métier et aussi d’autres métiers, on prend du temps pour réfléchir à l’après. En regardant comment le gouvernement est en train de gérer cette crise… Comment nos esprits vont réinventer, renverser les imaginaires pour aller inventer un autre monde que celui que l’on nous a proposé jusque-là. Et ça, je crois, que c’est de notre responsabilité. 

 

Plus généralement, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

Nous devions sortir le premier EP de « CARDINALE » en avril. Et là nous sommes en train de réorganiser une tournée qui a été en partie annulée. On a beaucoup d’inconnues quant aux dates de reprises, ce qui ne nous empêche pas de continuer à travailler sur des morceaux, des clips et de nouveaux arrangements !

Et puis, j’avais des tournages en prévision, qui vont sans doute être décalés au mois de juillet. Des projets de théâtre sont en place pour 2021. J’aimerais surtout que tous ces projets se fassent dans le nouveau monde, c'est ça l’essentiel !

Merci, Charlotte, pour toutes vos réponses !

Publié dans Théâtre, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article