Koh Lanta : Sam revient sur son élimination par l'équipe réunifiée !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : Ph. Le Roux/ALP/TF1

 

Bonjour Sam,

Quel plaisir d’effectuer cette interview avec vous !

Vendredi dernier a été le théâtre de votre élimination par l’équipe réunifiée, lors d’un nouveau conseil de la saison de « Koh Lanta », actuellement diffusée sur TF1. A titre personnel, comment avez-vous vécu la diffusion de ces images ? Vous ont-elles replongé aux Fidji ?

Oui, oui, oui, absolument. En fait, ce n’est pas tant mon élimination qui m’a fait replonger dans le jeu, c’était vraiment l’épreuve que je perds. Parce que c’est ce qui m’est resté un peu en travers de la gorge. Je savais que, en perdant, je partais. Mon aventure s’est vraiment jouée sur cette épreuve. Après, c’est tout à fait normal d’éliminer des gens, c’est la dure loi de « Koh Lanta » j’ai envie de dire. Mais, vraiment, ce qui m’a fait replonger, c’est l’épreuve d’immunité où je glisse.

Plusieurs mois après, avez-vous digéré votre départ ?

Le départ est totalement digéré, je n’en veux à absolument aucun aventurier, encore une fois c’est le jeu. Mais ce qui n’est pas digéré, j’insiste, c’est vraiment la défaite à cette épreuve. Ma stratégie était vraiment d’aller le plus loin possible avec les totems, puisque, en n’étant pas fort socialement ni stratégiquement, c’était très compliqué pour moi de monter une alliance. Ma seule solution était donc de gagner les totems. La frustration est plutôt de ce côté.

Selon vous, quelles sont les principales raisons de votre élimination ? Etiez-vous trop fort pour la majorité des autres aventuriers ?

Je n’aime pas utiliser le mot « trop fort » parce qu’il ne faut pas oublier que Claude et Teheiura sont bien meilleurs que moi. Mais j’ai envie plutôt de dire « dangereux », c’est plutôt le mot que j’aimerais utiliser. Dangereux peut-être pour les autres. Après, il y a aussi eu le côté social qui ne m’a pas aidé. D’ailleurs, on me l’a reproché dès le premier jour de l’aventure. Et puis, il y avait aussi le fait que je veuille continuer l’aventure uniquement au mérite, uniquement avec Claude et Teheiura.

A froid, si c’était à refaire, changeriez-vous certaines choses de votre parcours ? Avez-vous des regrets en particulier ?

Je changerais peut-être le social et ma relation avec les autres. Pour plus m’ouvrir, plus m’intéresser aux autres et moins faire les choses dans mon coin. C’est vraiment cela que, peut-être, je changerais.

Diriez-vous que cette aventure vous a changé ? Avez-vous eu l’impression de grandir un peu plus encore ?

Avant de faire « Koh Lanta » et après avoir fait « Koh Lanta », je suis toujours resté le même. Mais c’est vrai que cette aventure m’a fait prendre conscience qu’il faut plus s’ouvrir aux autres, plus s’intéresser aux gens. Même dans la vie de tous les jours, il faut toujours essayer d’être beaucoup plus sociable et de créer des liens. Pour que l’aventure soit encore plus riche et plus jolie en la vivant. Donc je ne dirais pas « grandi » mais « appris », plutôt.

Plus généralement, quels resteront vos plus beaux souvenirs de cette aventure ?

Le plus beau souvenir restera, je pense, le premier jour, sur le bateau, lors du naufrage. C’est vraiment là où l’aventure commence, c’est très marquant. Le gros souvenir, en général, est vraiment le troisième jour, où les cinq héros débarquent avec nous sur la plage et où j’ai compris qu’ils feraient l’aventure en même temps que nous.

 

Crédits photo : Ph. Le Roux/ALP/TF1

 

On l’a vu, vous avez particulièrement apprécié la compagnie des héros. Que vous ont-ils apporté ?

Le premier des héros était Moussa, il avait rejoint notre équipe et il m’a appris sur le social. Il m’a beaucoup aidé et protégé, je pense que, sinon, je serais probablement sorti au deuxième épisode. Ensuite, j’ai eu la chance de vivre un bout d’aventure avec Sarah, qui m’a appris beaucoup de choses en survie, plein d’astuces. C’est vraiment une très belle personne. Ensuite, j’ai connu Teheiura, lui, pareil, c’était la survie et le partage autours du feu. On a vraiment vécu de super moments. J’ai connu un peu moins Jessica mais beaucoup Claude. Dans les épreuves, on a pu vivre de super moments, notamment avec le paresseux et l’épreuve des flèches, où on a pu se mesurer les uns aux autres, c’était vraiment exceptionnel.

Je n’oublie pas non plus ce très beau souvenir avec Teheiura, sur un marché local, où je me suis clairement ouvert à lui. Je savais que je pouvais lui faire confiance, c’est quelqu’un de très gentil, qui est un peu comme moi, il n’est pas fait pour la stratégie. On a pris une bouffée d’air frais, on pouvait être entre nous, qui partageons un peu les mêmes valeurs et la même vision de l’aventure. C’est vrai que ça a créé une belle osmose et un super moment.

Précédemment, quelle était votre place, sur le camp de l’équipe jaune ?

J’avais un peu, c’est vrai, le rôle du solitaire, que je m’étais un peu fait moi-même. Mais je pense que j’étais aussi un peu, j’ai envie de dire, là pour voter avec eux après la réunification. Donc c’est pour ça aussi, je pense, que l’on m’a un peu gardé. Ils se sont dits que ça ferait toujours un vote en plus pour pouvoir éliminer tous les rouges. Mais, avec moi, c’était vraiment au mérite…

Avant la réunification, j’ai vraiment essayé de tout faire pour eux, que ce soit sur le camp ou sur les épreuves. J’ai essayé de toujours les mettre dans un confort optimal sur le camp, je ne vais pas le cacher, je suis vraiment transparent avec cela, j’ai toujours essayé de les aider, eux ont peut-être vu cela comme de l’arrogance parfois, je crois qu’ils ne m’avaient tout simplement pas compris à ce moment-là.

Vous avez enchainé les très belles performances sur les épreuves, en plus d’une participation particulièrement active sur le camp. D’où vous viennent ces capacités et ce savoir ? D’une préparation particulière pour cette formidable aventure qui vous faisait rêver depuis plusieurs années ?

Exactement ! Je rajouterais même que c’est le fait d’avoir visionné « Koh Lanta » depuis tout petit. Ca fait déjà une grosse préparation mentale puisque, chaque année, j’appréciais un candidat ou une candidate qui se démarquait toujours des autres. Et puis j’avais envie de faire pareil. J’ai aussi eu, bien sûr, une grande préparation physique. Forcément, sur, par exemple, l’épreuve du paresseux, où je suis avec Claude et Teheiura, je me dis à ce moment-là que je ne peux pas lâcher avant eux puisque j’ai envie d’être comme eux. Donc c’est quelque part eux aussi qui me font gagner involontairement.

Un sac est-il déjà prêt pour repartir à l’aventure si l’opportunité se présentait à nouveau ?

Déjà prêt, non. Je vais d’abord reprendre les études. Je ne sais pas de quoi sera fait demain mais, une fois les études reprises, je verrai les opportunités qui s’ouvrent à moi.

Avez-vous gardé contact avec certains de vos camarades d’aventure ?

Oui, mais vraiment très très peu. De temps en temps, ça arrive que l’on s’appelle pour prendre des nouvelles. Je pense que c’est important. Mais vraiment pas tous.

A ce stade-là du jeu, qui sont vos favoris pour la suite ?

C’était un peu ma crainte à ce moment-là, j’espérais que Claude et Teheiura aillent le plus loin possible et qu’ils ne se fassent pas, justement, embobiner dans cette stratégie d’éliminer les plus forts. C’est vrai que je termine en disant espérer que ce sera le ou la meilleur(e) qui accompagnera Claude et Teheiura sur les poteaux. Parce que c’était ma vision du jeu, tout simplement. Je ne voulais pas qu’une personne qui était venue s’en trop savoir pourquoi dans l’aventure finisse par dépasser Claude et Teheiura, c’est surtout cela que je redoutais.

Merci, Sam, pour toutes vos réponses !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article