Koh Lanta : Ahmad se remémore son parcours aux Fidji !

Publié le par Julian STOCKY

@PH LE ROUX/ALP/TF1

 

Bonjour Ahmad,

Merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à quelques questions.

Vendredi dernier a été le théâtre de votre élimination par la tribu réunifiée, dans la saison de « Koh Lanta » actuellement diffusée sur TF1. Comment avez-vous vécu la diffusion des images ? Ont-elles ravivé en vous certains souvenirs ?

Chacun des épisodes, et pas forcément uniquement le dernier, ravive des souvenirs. Parce que l’on a beau avoir vécu l’aventure, on a beau tous savoir ce qui s’est passé, forcément, il y a des choses que l’on avait oubliées et il y a des choses que l’on découvre en regardant les images. Donc ça ravive des souvenirs et ça nous remet un peu dedans. Cet épisode pas plus pas moins que les autres. Je n’étais pas spécialement surpris, les souvenirs sont réapparus, il y a certaines choses dont je me rappelais très bien, il y a d’autres choses que j’avais un peu oubliées et qui sont revenues assez rapidement une fois que les images ont été diffusées. Mais, non, je ne l’ai pas mal vécu, pas du tout. Il n’y a pas eu de découverte particulière ou de ressenti particulier.  

Plusieurs mois après, quel regard portez-vous sur votre départ ? L’avez-vous digéré ?

Bien sûr ! Le soir même, je l’avais digéré. Je m’étais conditionné en sachant que je pouvais être éliminé à n’importe quel instant et de n’importe quelle manière. Une fois que ça arrive, je me dis que, voilà, ça devait arriver, de toute façon. Donc je l’ai très rapidement digéré, instantanément même. Je n’ai aucun soucis avec cela, c’est un jeu, je connaissais les règles avant de partir et ça serait hypocrite de ma part d’être mauvais joueur, mauvais perdant ou d’en vouloir à des gens qui m’ont éliminé, conformément aux règles du jeu.  

Sur place, dans quel état d’esprit étiez-vous au moment de rejoindre le conseil ? Sentiez-vous déjà le vent tourner ?

A tous les conseils, du premier jusqu’au dernier, j’étais toujours sur mes gardes. Même quand j’avais le contrôle, même quand j’étais en position en force, je restais sur mes gardes. Je connais trop bien ce jeu pour prendre la confiance. Même si je contrôlais tout jusqu’aux ambassadeurs, je suis toujours resté sur mes gardes et je faisais très attention à ne jamais prendre la confiance parce que c’est ce qui a couté la place de certaines personnes par le passé. Donc je faisais toujours attention. Sur ce conseil, un peu plus encore que sur les autres, oui effectivement. Je n’étais pas rassuré, j’étais sur mes gardes, il y avait une probabilité que je parte mais je ne pensais pas partir, non.

Selon vous, quelles sont les principales raisons de votre élimination ?

Mon niveau d’exposition dans l’aventure. Je m’explique, j’ai rapidement été désigné comme le stratège, le cerveau, celui qui tirait les ficelles chez les rouges. Cette image-là s’est amplifiée au fur et à mesure des jours. Au début, il y a eu ma noyade dans l’eau qui m’a exposé, ensuite il y a eu le fait que je ne parte pas, puis le fait qu’on élimine Teheiura mais que je sois désigné comme celui qui l’avait éliminé. Ensuite, il y a eu son retour dans l’équipe adverse, où forcément il a remis la cible sur moi. S’en est suivie l’élimination de Delphine, qui a multiplié par dix ce niveau d’exposition. Donc, en fait, c’étaient mon niveau d’exposition et l’image que j’avais, à savoir le stratège assumé qui tire les ficelles chez les rouges. C’est ce qui m’a couté ma place en réalité. Réellement, les jaunes craignaient que je puisse retourner toute la tribu au bout d’un certain temps et, forcément, ils craignaient aussi de ne pas pouvoir se fier à moi. Et ils avaient raison au final parce que, là, je me faisais tout petit, j’attendais mon heure, mais le jour où j’allais être en position de force, clairement, j’allais essayer de retourner les choses en ma faveur, en trouvant des alliés, en trouvant des failles et en les exploitant. Je suis convaincu que avec, allez, un jour de plus, je serais arrivé à mes fins. Donc, voilà, c’est ce qui m’a couté ma place, je le sais.

Après, eux ont dit que c’était à cause de mes stratégies mais ont aussi prétexté des choses qui étaient un peu plus visibles. Notamment le fait que j’ai changé mon vote à la dernière minute lors de l’élimination de Pholien. Ce changement de vote n’avait absolument aucune conséquence, je ne m’étais pas du tout engagé, ni même je n’avais promis aux jaunes de mettre tel ou tel nom, vu que je n’étais pas dans leur conversation, ni dans leurs tractations. Je ne savais pas réellement ce qu’ils allaient faire. Donc j’ai changé un vote inutile, Charlotte, en vote utile, Eric, pour me protéger en cas de collier de Pholien. Et ils ont prétexté cela, ont sauté sur l’occasion pour dire que j’étais trop dangereux. Ils voyaient des dangers là où il n’y en avait pas. Je souffrais de cette image-là qu’il avait de moi.

Comprenez-vous que le pacte passé lors des ambassadeurs n’ait finalement pas été respecté par vos camarades ?

Je ne l’ai pas compris parce que ça n’avait aucun sens pour moi. J’ai eu beau expliquer une fois, deux fois, dix fois, à Moussa et Claude que ce changement de vote n’était pas du tout pour les contrarier. Que, moi, depuis les ambassadeurs, mon but était de me faire petit et de suivre les règles. On le voit dans les épisodes, je ne joue pas un double jeu. Je l’ai dit, mon but est de suivre Claude et Moussa, les leaders, de les écouter, de me faire petit, de ne pas créer la polémique. Donc je ne vois absolument pas l’intérêt, pour moi, à ce moment-là, de m’attirer le moindre problème. Je comprends qu’ils voulaient me sortir car ils avaient « peur » de moi et des stratagèmes que je pouvais mettre en place. Mais ce que je n’ai pas compris, c’est le prétexte qu’ils ont utilisé pour annuler ce pacte-là. Après, je l’accepte, c’est le jeu, c’est comme ça, dans « Koh Lanta », beaucoup de gens utilisent des prétextes pour éliminer les uns ou les autres. Dès fois, c’est parce que la personne est simplement trop forte ou qu’on ne l’aime pas. Sur « Koh Lanta », très souvent, on utilise des prétextes pour sortir les gens, on ne donne pas la vraie raison.

 

@PH LE ROUX/ALP/TF1

 

D’ailleurs, comment aviez-vous vécu ce moment si particulier des ambassadeurs ?

C’est vrai que c’était un deux contre deux sur le papier mais, en arrivant, on a vite vu que c’était un trois contre un. Avec, dans les trois, deux héros. Clairement, je ne partais pas en position de force, je n’avais pas d’argument. J’avais deux personnes de ma tribu qui, officiellement, avaient dit qu’elles allaient basculer de l’autre côté. Donc j’étais complètement désarmé, sans corde à mon arc. C’était compliqué. Je m’en doutais avant d’arriver, j’en ai eu la confirmation à mon arrivée. J’étais déjà convaincu avant même de commencer que je n’avais aucun intérêt à aller à la boule, que, de toute façon, je n’avais plus la majorité et qu’on allait se faire éliminer les uns après les autres. Donc tout ce qui m’intéressait à ce moment-là était d’avoir le meilleur arrangement possible avec les jaunes. Ce que Moussa m’a proposé spontanément, à savoir être le dernier des rouges et que j’ai accepté.

Après, j’ai quand même essayé de défendre les rouges, j’ai quand même joué le jeu, mais je n’avais pas d’espoir de réussir.

Sur le camp réunifié, une fois l’annonce faite du départ de Delphine, comment se sont passés les jours suivants ? Aviez-vous réussi à vous faire une place dans cette tribu blanche ?

Au moment de l’élimination de Delphine, c’est vrai qu’elle est partie en ayant des mots quand même assez durs. Et, forcément, qui sont restés dans la tête des jaunes. Même si ces derniers ont fait la part des choses et ont compris qu’il y avait beaucoup d’incohérence dans les propos de Delphine, forcément ça reste dans la tête et, forcément, ils allaient se méfier.

Ils m’ont accepté très rapidement, je me suis très bien entendu avec les jaunes mais je pense qu’ils avaient cette crainte-là, du fait des mots très durs et nombreux de Delphine. Ils avaient peut-être cette appréhension, cette petite crainte et c’est pour cela que, je pense, ils ont sur-interprété mon changement de vote. Ils avaient des aprioris sur lesquels ils sont restés. Par contre, j’insiste, ils m’ont bien intégré, je me suis très bien entendu avec eux aussi, je n’étais pas du tout isolé comme ont pu le dire certains, j’étais intégré dans la tribu, il n’y avait pas de problème particulier non plus. Juste au lendemain du changement de vote, j’étais un tout petit peu isolé, mais ça n’a pas duré longtemps et je ne l’ai pas mal vécu du tout.

A l’inverse, quel était votre « rôle » sur l’ile des rouges ?

Dans la tribu des rouges, j’ai vraiment rapidement pris le contrôle, dans le sens où j’avais de fortes affinités avec Charlotte, avec Pholien, avec Delphine et je faisais le lien entre tous. Oui, oui, j’étais au centre un peu de la tribu. Je discutais bien avec chacun d’entre eux, je les avais tous cernés. J’avais une relation avec chacun d’entre eux, sincère d’ailleurs, et, du coup, j’avais une très bonne place, ce qui m’a permis de contrôler la tribu du début jusqu’aux ambassadeurs. J’avais mon alliance avec les filles, j’avais mon alliance avec les hommes, on avançait avec ce groupe de cinq et j’étais au centre de ce dernier. J’avançais, je menais ma petite barque, j’étais tranquille.

Globalement, si c’était à refaire, changeriez-vous certaines choses sur votre parcours ?

Bien sûr parce que mes choix m’ont amené à ma sortie au septième épisode. Donc c’est qu’il y avait un problème quelque part. Je n’ai pas de regret. Au moment où j’ai pris mes décisions, je pensais faire les bons choix, je ne regrette pas. Avec les informations qui étaient les miennes à chacune de mes prises de position, je pense que c’étaient les bons choix. Maintenant, avec le recul, clairement ce n’étaient pas les bons choix parce que ça m’a amené à ma perte. Donc, oui, je changerais des choses et j’essayerais d’autres choses. Mais, même si j’avais changé certaines choses, peut-être que ça m’aurait amené à être éliminé au même moment, peut-être avant, peut-être après, on n’en sait rien. Bref, j’essayerais autre chose, oui, vu que ça ne m’a pas permis de gagner.

Plus généralement, quels principaux souvenirs resteront gravés en vous concernant cette belle aventure ?

J’ai plusieurs bons souvenirs. Le fait déjà d’arriver aux iles Fidji, à l’autre bout du monde, coupé de tout, avec de très très beaux paysages, est un très bon souvenir. Mine de rien, il y a quand même eu des moments de partage où je me suis confié et où on s’est confiés les uns aux autres, le soir, quand on n’arrivait pas à dormir. J’ai eu des souvenirs avec Teheiura et Claude où, un jour, alors que je les suivais un peu pour voir s’ils n’allaient pas choper un collier d’immunité, nous sommes montés super haut sur une colline, où il y avait une vue magnifique. Je me rappellerai toujours de ce moment, il n’a pas été diffusé mais ce fut un moment marquant pour moi. Où j’ai contemplé les paysages à ce moment-là, vraiment. Voilà, j’ai beaucoup aimé ces instants de partage et ces moments de contemplation qui resteront gravés en moi.

Gardez-vous des contacts réguliers avec certains de vos camarades d’aventure ?

Je suis en contact tous les jours avec un noyau dur, Claude, Moussa, Teheiura, Inès, Charlotte, Benoit. Ce sont des gens avec lesquels je parle à peu près tous les jours. Je m’entends très bien avec eux, je m’entends bien avec les autres aussi. La seule personne qui, pour l’instant, n’a pas voulu reprendre contact avec moi est Delphine. Et encore une fois, comme je l’ai dit à plusieurs reprises, je respecte son choix. J’ai fait le premier pas, j’ai fait ce que j’avais à faire, maintenant la balle est dans son camp.

Votre sac est-il déjà prêt pour une nouvelle édition, si la production venait à vous le proposer ?

Non, honnêtement, pour l’instant, il n’y a pas de sac prêt. Il n’y a pas vraiment de projection, c’est beaucoup trop tôt je pense pour se projeter, on est en pleine diffusion, l’aventure vient juste de se terminer. On verra mais, pour l’instant, il n’y a rien de concret.

En conclusion, au moment de quitter l’aventure, comment voyez-vous la suite du jeu ?

Clairement, la menace pour moi venait des héros. Teheiura, Claude, Moussa sont favoris et c’est une des raisons pour lesquelles je voulais les sortir. Ils sont quand même forts dans les épreuves, forts pour savoir mener leur barque, ils ont l’expérience et, pour moi, ils ont une place de favoris. J’ai voulu les éliminer, ça n’a pas abouti, on ne m’a pas vraiment suivi et, même quand on m’a suivi, on a regretté par la suite. Maintenant, on verra s’ils vont au bout et on verra si j’avais raison.

Ce fut un plaisir, Ahmad, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article