Koh Lanta : Claudia se remémore son aventure aux Fidji !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Claudia,

Merci de nous accorder un peu de votre temps.

On a pu voir, lors du premier épisode de cette nouvelle saison de « Koh Lanta », que vous avez malheureusement dû abandonner, pour raisons médicales, dès le deuxième jour. Déjà, très simplement, comment avez-vous vécu la diffusion des images ?

Forcément, c’est toujours un moment un peu émouvant. Parce que ça reste un échec personnel pour moi. J’ai énormément aimé participer à cette aventure et j’aurais adoré que ça aille le plus loin possible pour moi. J’avais imaginé tous les scénarios, de remporter la victoire, peut-être de me faire éliminer par mes camarades mais certainement pas celui-ci. Bien sûr, ce fut un peu émouvant de revoir ces images-là mais elles étaient très plaisantes quand même car c’est une aventure exceptionnelle. Même si je n’ai fait que deux jours, j’ai pu en avoir un aperçu.

C’est une belle aventure que j’aurais aimé vivre plus en profondeur, malheureusement elle s’est arrêtée pour moi très brusquement et très rapidement.

Sur place, quels sentiments ont prédominé au moment de l’annonce de Denis de votre abandon? La déception on imagine ?

Je suis quelqu’un de très fière, donc, sur le moment, j’ai essayé de retenir un peu mes larmes et de ne pas m’effondrer devant mes camarades. J’ai essayé de garder un peu de dignité, même si, intérieurement, je me suis écroulée parce que c’est un échec personnel.

Ce n’est pas un échec en soi, j’y ai participé à cette aventure, j’ai été sélectionnée parmi les milliers de personnes qui candidatent et j’ai réussi à arriver jusque là-bas. Personnellement, ce n’était pas mon premier voyage, j’ai toujours eu une date de début et une date de fin. En l’occurrence, j’espérais que cette dernière soit le plus tard possible et pas aussi tôt, et encore moins pour ces raisons-là.

Quelques mois après, avez-vous pu digérer ce départ précipité ?

Digérer, oui, je suis passée à autre chose. Bien sûr, il reste un sentiment d’amertume et d’inachevé que j’espère pouvoir combler dans une prochaine aventure, si j’en ai l’occasion. Donc, oui, ça reste là, maintenant c’est digéré mais il y aura toujours ce petit vide que j’espère remplir avec une prochaine aventure. J’ai toujours un pied en France, un pied à l’extérieur, donc je compte bien repartir de plus belle. Si ce n’est pas avec « Koh Lanta », ce sera moi seule dans mes voyages, comme je l’ai toujours fait. Je pense repartir prochainement donc ça me permettra d’un peu compenser.

Les premières heures de l’aventure ont été riches en émotion pour tous les candidats. Quels principaux souvenirs en gardez-vous ?

Des belles rencontres, de tous les candidats en général. Notamment sur le bateau, où on a tous fait connaissance les uns avec les autres. On était des aventuriers dans la même mouvance, avec les mêmes objectifs et dans le même bateau, au sens propre comme au sens figuré. Du coup, cela nous a permis tous de créer une certaine cohésion dès le départ. C’est pour cela que je n’ai pas du tout appréhendé mon équipe par la suite et que je me suis très bien entendue d’ailleurs avec mes camarades. Notamment avec Joseph ou encore Folien, avec qui j’avais plus d’affinités sur l’ile.

 

 

Quel regard portez-vous sur les premiers moments passés sur le camp rouge ?

Au niveau de l’équipe rouge, je trouve que nous étions très polyvalents. Nous avions plein de profils très différents, très éclectiques. Le stratège qui était plutôt Ahmad, de gros physiques comme Folien et Joseph, aussi des femmes de caractère comme Delphine et Charlotte. On était vraiment une équipe très diversifiée, on arrivait à avoir de la cohésion tous ensemble et à faire un joli melting-pot. Il y avait ainsi plein de personnes aux traits de caractères différents et aux qualités différentes, humainement et physiquement. Donc c’était une belle équipe.

Après, j’avais plus d’affinités avec certains, comme Joseph et Folien. Le premier pour son côté un peu baroudeur et le deuxième pour son côté très solaire. Je n’ai pas forcément eu le temps de découvrir tout le monde en deux jours, je n’ai pas eu le temps d’approfondir avec chacun.

Les images vous ont montrée plutôt à l’aise dans la vie de camp. On image que votre personnalité et vos nombreux voyages n’y sont pas étrangers ?

Tout à fait. Je suis partie, à mes 18 ans, traverser les Indes en solitaire pendant pratiquement 4 mois. Donc j’ai l’habitude de me retrouver dans des situations qui me sortent de ma zone de confort, plutôt périlleuses quelques fois, voire dangereuses. Je m’adapte facilement et je suis très intuitive, donc c’est vrai que c’est moi qui ai engendré le dialogue pour créer une bonne base à la cabane. Après, on en a tous discuté pour pouvoir la peaufiner et pour que chacun apporte sa pierre à l’édifice. Mais, oui, j’ai eu tendance à prendre en main les choses rapidement et à aller vers les autres facilement, de par les rencontres que j’ai l’habitude de faire quand je voyage.

Justement, est-ce que ce sont ces voyages-ci et ces rencontres-là, que vous venez d’évoquer, qui vous ont poussée à candidater ?

Oui parce que j’ai voyagé pendant deux ans, avant, par la suite, de reprendre mes études supérieures. En me disant que toutes les bonnes choses ont une fin et qu’il serait peut-être temps de retourner sur les bancs de l’école avant que je n’ai trop de retard. Ca faisait un an que j’étais en études supérieures et c’est vrai que, quand on prend gout aux voyages, c’est un peu comme une drogue. Je ne bois pas, je ne fume pas, il faut bien que j’ai des travers et les voyages en font partis. Donc j’avais décidé de repartir.

En voyant l’appel à candidatures pour « Koh Lanta », je m’étais dit « pourquoi pas moi ? ». J’ai bien fait parce que j’ai été prise et je ne regrette pas, même maintenant avec ce qui s’est passé. Je me dis que ce n’est que partie remise, que ce n’était peut-être pas mon moment. Je prends les choses avec beaucoup de philosophie. Je suis partie pour mieux revenir.

Même si c’est sans doute encore tôt pour le dire, voyez-vous certaines personnalités ressortir davantage et montrer leurs capacités à aller loin dans le jeu ?

Dans mon équipe, je n’ai malheureusement pas pu connaitre Marie sur le tournage. Pour ceux qui étaient avec moi, Folien ressortait énormément. J’adorais Joseph mais c’est quelqu’un à qui il faut du temps pour qu’on l’apprivoise. Je pense qu’il ne l’a pas forcément eu sur « Koh Lanta », bien que ce soit une très belle personne. Folien a des qualités physiques et humaines, tout en allant beaucoup plus facilement vers les autres. C’est quelqu’un de bien, profondément, et ça se ressent.

Dans l’équipe jaune, la personne qui, selon moi, ressortait le plus était Naoil, une femme très forte et déterminée. On avait vu tout de suite, dès le bateau, qu’elle était droite dans ses bottes.

Ce fut un plaisir, Claudia, d’échanger avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article