Viktor Vincent évoque sa belle et riche actualité !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Viktor,

 

Quelle joie d'effectuer cet entretien avec vous  !

 

Vous avez récemment enregistré deux nouveaux numéros de «  Diversion  » pour TF1, l'émission animée par Arthur. Quelles sont les nouveautés que l'on pourra y retrouver  ?

 

Déjà, on a gardé ce qui fonctionne. Nous sommes une équipe, nous nous entendons vraiment bien, c'est quand même assez rare et c'est bien de le dire. Je connaissais déjà tout le monde avant. Il y a une très bonne énergie, on s'amuse beaucoup. Avec la production aussi, qui n'aime pas trop connaître les rouages de certaines choses, qui préfère se laisser bluffer sur le moment.  C'est plutôt intéressant, il y a un vrai respect de tous les secrets. Arthur aime vraiment la magie, il apprécie se faire bluffer, il adore ne rien savoir de ce qui va se passer pour vivre la soirée.

 

Nous prenons beaucoup de plaisir à être là, nous sommes ensemble, nous vivons donc les choses ensemble et c'est très agréable de ne pas les vivre tout seul.

 

Concernant le spectacle, on essaie évidemment d'aller toujours plus loin, c'est la demande et on se pousse tous dans notre spécialité. Il y a une émulation entre nous, on s'amuse, c'est bienveillant et très agréable.

 

C'est aussi l'occasion de vous retrouver en groupe et de travailler en collégialité.

 

Exactement. Nous avons fait trois numéros ensemble et j'ai eu la chance d'en faire un en plus avec Antonio et Enzo, ce qui était très agréable aussi. Les trois collégiaux étaient bien différents, l'un autours d'un numéro de bonneteau, un autre autours d'un voyage de billets de banque et un dernier que Luc avait proposé au Québec et que nous avons partagé.

 

J'aime cela, ça me permet de toucher à des choses que je ne fais absolument pas d'habitude. Comme la grande illusion par exemple. Il y a des choses que je ne sais pas faire et il y en a même d'autres dont je ne veux pas connaître le secret. C'est vraiment amusant et agréable. Pour moi, cette émission est une grande respiration.

 

Combien de numéros individuels allez vous proposer  ?

 

Il y en aura deux dans la première émission et trois dans la suivante. Il y a des choses que j'ai réadaptées de mon ancien spectacle, «  Les liens invisibles  », qui ne se joue plus. Des parties me touchaient beaucoup et j'ai voulu les reforger pour l'émission. Il y a aussi des nouveautés.

 

Arthur nous donne l'occasion de faire plein de choses, il nous invite régulièrement, aussi dans «  Vendredi, tout est permis  ». Il faut donc toujours trouver des nouveautés et c'est vraiment plaisant d'être poussé à chaque fois. Je m'amuse beaucoup.

 

Ce qui est intéressant, ce ne sont pas uniquement les expériences en elles-mêmes, c'est aussi la façon dont les invités les vivent. J'en ai faite une avec Lara Fabian qui a vraiment été très touchée, ce qui m'a fait plaisir. On vit les effets à travers leurs yeux donc ce sont aussi les invités qui sont importants. Ils ne sont au courant de rien, il y a donc une grande spontanéité et ils nous font confiance. Ça dure après l'enregistrement aussi d'ailleurs. Ils viennent nous voir, on refait deux ou trois effets, tout se passe super bien, tout est très sain et enfantin.

 

En parallèle, vous serez sur scène, à partir du 5 octobre, au théâtre de la Tour Eiffel, avec votre nouveau spectacle, «  Mental circus  ». Comment en parler simplement  ?

 

Je suis très heureux de cela. Je m'amuse beaucoup et j'ai vraiment hâte de le partager. Il y aura beaucoup de choses très personnelles. Pour vous en dire un peu plus, ça ne se passe pas dans un cirque. J'imagine un cirque qui aurait pu exister si on avait réuni toutes les personnes qui faisant des choses absolument incroyables avec leur esprit. Il y a une époque justement incroyable, dans les années 20, à New-York qui s'y prête. Ça s'est passé aussi ailleurs, évidemment mais j'ai décidé de prendre cet angle d'attaque parce que c'est une ville que j'aime bien et une époque que j'adore.

 

Il y aura plusieurs événements qui feront que le public s'intéressera à ces choses là et que, sur les murs de la ville, fleuriront des affiches magnifiques, qui proposeront des performances de l'esprit. J'ai retrouvé quelques affiches, nous en avons recréées d'autres à partir d'artistes existants et de quelques photos que nous pouvions avoir. Pour redonner une image d'un passé, d'une époque qui a existé, où des gens se sont amusés dans des salles de spectacle, ont applaudi des choses incroyables. Tout cela a laissé des traces et nous allons justement parler de ces dernières.

 

 

Avec, toujours, cette interaction très forte avec le public  ?

 

Oui, toujours. Les spectateurs vont participer, évidemment, vont monter sur scène, s'ils en ont envie, bien entendu. Mais ça se passe toujours bien car je reçois le public sur scène comme je reçois les gens chez moi. J'ai le souhait qu'ils passent un bon moment et qu'ils en gardent un agréable souvenir.

 

Je vais leur raconter des histoires aussi, on va également s'amuser de projections, d'effets spéciaux. Je suis très heureux en tout cas de retrouver le public, après la tournée des «  Liens invisibles  ». C'est toujours incroyable de pouvoir partager avec autant de gens ce que l'on a voulu dire. C'est génial. J'espère que ça fonctionnera, rien n'est jamais gagné, je croise vraiment les doigts.

 

En complément, au mois d'octobre, sortira chez Larousse un Escape game. Que dire sur cet autre projet  ?

 

C'est un grand amusement, un cadeau, c'est quelque chose pour se divertir et pour plaisanter. Je le livre comme cela et il va vivre sa vie toute seule. C'est donc différent d'un spectacle. Je me suis bien amusé à le faire.

 

Cet espace game que vous pourrez faire chez vous va s'appeler «  Mental circus  » aussi. Parce que l'idée est de s'amuser sur l'univers du cirque, que j'aime beaucoup. Même si cela n'a rien à voir avec le spectacle. Il va falloir s'échapper d'un cirque infernal et résoudre quelques énigmes. L'idée était de faire un jeu auquel on peut rejouer, que l'on peut faire chez soi, par exemple pour une soirée entre amis.

 

Je me suis fait aider pour bien maîtriser les codes. L'univers est très amical, très sympathique, avec du mystère, avec des effets que l'on se fait à soi-même. C'est joli et très abordable. Je vois cela comme un cadeau que l'on peut se faire et un cadeau que je fais aux gens. C'est une façon pour moi de faire vivre les choses en dehors des salles de spectacle et des émissions, c'est rigolo.

 

Merci Viktor pour toutes vos réponses  !

Publié dans Théâtre, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article