Adeline Proust évoque son parcours et ses projets artistiques !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Adeline,

 

C'est une joie d'effectuer cette interview avec vous.

 

 

Vous êtes une jeune artiste avec déjà des premières expériences, devant et derrière la caméra. Si l'on prend un peu de recul, qu'est-ce qui vous plaît dans votre quotidien artistique ?

 

J'ai voulu être actrice car je voulais avoir plusieurs vies dans une seule, et j’adore m’amuser, comprendre la complexité de chaque personne, et chercher à identifier les sources de nos émotions, réinventer le quotidien. Tout cela me pousse chaque jour à avancer , et me lever pour vivre ma passion.

 

Et puis, j’ai horreur de la routine, c'est quelque chose qui me fait peur, c'est carrément une phobie, même si j’avoue adorer manger un bon carré de chocolat devant un bon film.

 

Après, c’est vrai que c'est un milieu, il ne faut pas se le cacher, très compliqué. Ce challenge, ce défi de ne pas savoir, mon besoin de rencontrer des gens, de ressentir sont autant de paramètres qui me passionnent dans ce métier, et je ne parlerais pas de métier, mais de véritable passion.

 

Parmi vos différentes casquettes artistiques, un domaine vous attire-t-il plus que les autres ?

 

Il n'y a pas réellement de domaine qui m'attire plus. C'est vrai que, au début, j'étais arrivée, comme bon nombre, en voulant faire actrice, être devant la caméra. Et puis, je souhaitais m'orienter vers le cinéma, j'étais véritablement dans cette optique-là.

 

Finalement, je me suis rendue compte que j'aime tout autant le théâtre, voire plus, et que j'aime tout autant être derrière la caméra, en aidant les comédiens, et en participant à la mise en scène. Finalement, c’est le domaine artistique, le cinéma en soi qui m’attire clairement.

 

 

De façon ponctuelle, retrouvez-vous des complémentarités entre ces différents domaines ? L'un vous aide-t-il pour les autres ?

 

Totalement ! Pour moi, les meilleurs réalisateurs sont ceux qui ont été, avant, acteurs. C'est vrai que j'ai fait beaucoup de tournages où ce n'était pas le cas. Je pense que, le cas échéant, le réalisateur ne peut pas comprendre pleinement les réalités ni les difficultés du métier, ou alors cela ne sera pas le même ressenti que quelqu’un qui a déjà vécu la même situation.

 

Mais je pense que c’est notre degré à vouloir aller au bout des choses, et notre capacité à être à l’écoute qui nous amènent à être soit un bon réalisateur ou bien un bon acteur, metteur en scène.

 

Une de vos expériences vous a-t-elle plus marquée que les autres ?

 

Oui, je pense à un réalisateur avec qui j’ai eu la chance de travailler : Emmanuel Hamon, avec qui j'avais eu, dès la première rencontre, un très bon feeling. Il m'avait proposé d'écrire ensemble un court métrage sur un thème de mon choix. 

 

Je suis très touchée par la violence faite envers les femmes, ce qui fut la base de notre réflexion. Nous avions alors écrit « Une tous les trois jours », un huit clos de quelques minutes.

 

Le tournage était très intense, sur trois à quatre jours, nous étions enfermés dans une maison et nous n'étions que deux acteurs, et bien évidement l’équipe technique. Psychologiquement, ce fut très compliqué, car cela m’a demandé beaucoup d'énergie personnelle, et un recul sur ce que je pouvais ressentir à certains moments du tournage, mais j’ai envie de dire que c’est cela aussi qui m’attire.

 

 

Pour la suite de votre parcours, aimeriez-vous aborder d'autres thèmes ou d'autres sujets ?

 

Alors là, c’est une question à plusieurs réponses, il y a tellement de thèmes que je souhaiterais aborder, notamment les droits des femmes, la violence faite aux femmes, mais aussi l'anorexie.

 

Je trouve que le rôle d'un acteur est, certes, de divertir mais aussi de faire passer un message. J'aimerais avoir la chance de jouer des rôles à « messages », dans des domaines qui touchent tout le monde, même tabous, mais avec un réel but, une réelle portée.

 

J’adore, personnellement, sortir du cinéma et ne plus avoir les mots, être bouleversée.

 

Plus généralement, quels sont vos projets en cours ?

 

Je suis actuellement en préparation d'une pièce de théâtre, mais je n’en dis pas plus. A côté de cela, j'adore écrire, je viens de finir mon long métrage, que j’ai écris avec une personne très proche, et qui, comme moi, demeure très sensible à certains domaines. Mais nous gardons secret ce projet, qui, espérons, verra le jour. En quelques mots, c’est véritablement le reflet du milieu du cinéma que nous avons souhaité aborder et les difficultés rencontrées pour tous les jeunes acteurs.

 

J'écris aussi des courts métrages, toujours en abordant des causes qui me touchent et qui reflètent notre société. Enfin, je travaille aussi avec Oscar Sisto pour un spectacle, entouré de tous les autres élèves (avec lesquels je suis le restant de l'année). Et souvent, j’interviens pour de la mise en scène sur quelques projets au théâtre, j’adore la mise en scène.

 

 

Pour terminer, que peut on vous souhaiter pour la suite de votre parcours ?

 

Tellement de choses ! Cela fait maintenant trois ans que je suis sur Paris, cela peut paraître peu mais, à l'échelle d'un métier d’acteur, et surtout d’actrice, c'est énorme. Je suis encore très jeune, j'aimerais passer le concours du conservatoire. J'aimerais aussi avoir un véritable rôle au cinéma et faire plein de projets intéressants, avec des gens qui le sont tout autant, comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire à de nombreuses reprises.

 

 

Merci Adeline pour cet agréable échange !

Publié dans Théâtre, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article