Alexis Massoutier revient sur son parcours et évoque ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

Crédit photo : Elio Photographe #enricomariaantonio

 

Bonjour Alexis,

 

Quel plaisir d'effectuer cet entretien en votre compagnie  !

 

Vous êtes un jeune artiste aux multiples cordes. Après dix années de théâtre, on peut aussi vous retrouver à l'image depuis un an et demi maintenant. De façon générale, si l'on prend un peu de recul sur tout cela, qu'est-ce qui vous plaît dans votre quotidien artistique  ?

 

J'aime pouvoir interpréter un rôle, me mettre dans la peau d'un personnage, m'approprier un texte et des mots. Dans mon dernier tournage, pour TMC, je me disais que j'étais vraiment interne en médecine. J'aime ce changement de facette.

 

Nous l'avons dit, vous avez commencé par le théâtre avant de vous tourner vers l'image. Vos expériences sur les planches vous servent-elles devant une caméra  ? Ou s'agit-il vraiment de deux métiers bien distincts  ?

 

J'ai le sentiment que je dois me réinventer. J'ai commencé le théâtre au lycée, cela a été vraiment un coup de cœur énorme, j'ai adoré en faire. Je me suis donné à fond, avec passion. J'ai fait partie de compagnies de théâtre, nous avons monté des pièces pour des festivals.

 

Après, je me suis lancé en tant que comédien sur les plateaux. J'ai eu un autre coup de cœur car c'est réellement un travail différent. L'approche n'est pas la même.

 

A titre plus personnel, un de ces domaines vous attire-t-il plus que l'autre  ? Ou les deux vous plaisent-ils autant  ?

 

J'avoue que je suis de plus en plus attiré par l'audiovisuel et les plateaux télé. J'ai fait énormément de théâtre, j'aime toujours cela mais je le mets un peu de côté en ce moment. Je cherche actuellement à m'approprier les codes de l'image, au delà du spectacle vivant.

 

Crédit photo : Elio Photographe #enricomariaantonio

 

Avez-vous en amont du tournage une méthodologie de préparation particulière  ?

 

J'aime travailler en amont, c'est peut-être lié au théâtre. J'ai besoin, une semaine avant, d'apprendre le texte et de m'approprier le personnage. Dans les sitcoms, ce n'est pas toujours évident mais j'essaie de le faire.

 

Justement, on sait que les sitcoms ne permettent pas forcément d'avoir un réel background autours du personnage. Du coup, vous inventez-vous une histoire ?

 

Totalement  ! Je m'invente un univers par rapport à mon personnage, je me projette, je suis ce personnage. C'est vraiment très important pour le vivre d'avoir cet imaginaire en moi.

 

Je m'inspire des gens proches autours de moi et je me renseigne aussi sur internet.

 

Parmi vos expériences, l'une d'entre elles vous aurait-elle encore plus marqué que les autres  ?

 

Je pense à deux tournages que j'ai pu faire. «  Les Mystères de l'Amour  » pour TMC  m'ont permis de me rendre compte que ça va vite, en deux heures une scène est faite. A l'inverse, sur un précédent film, nous avions mis trois jours pour une seule séquence. C'est vraiment le grand écart, j'ai donc été surpris de voir que le cinéma et la télévision sont deux mondes différents.

 

Pour la suite, quels sont vos projets et vos envies artistiques  ?

 

J'ai pu jouer dans «  Robin des Bois 2018  », un film américain qui sortira le 28 novembre en France. Je suis silhouette, je joue un méchant Cardinal. Ce fut une drôle de proposition, la production cherchait quelqu'un de très grand qui était près à se raser le crâne et les sourcils. Pour justement insister sur le côté méchant du personnage.

 

J'ai accepté la proposition, d'autant plus que nous avons tourné dans les studios de Luc Besson. Ce fut une expérience géniale. Nous étions entourés de cent figurants, j'arrive, on casse le bal, Robin des Bois surgit mais on va lui faire comprendre qu'il doit repartir.

 

Le côté sitcoms m'attire énormément. J'ai grandi avec celles d'AB, j'ai toujours rêvé d'en faire partie. J'ai déjà eu la chance de jouer deux fois pour TMC, ce fut un grand plaisir. J'ai pu m'approprier mon rôle de médecin. Ce rythme certain m'attire. Cet univers me fascine et j'aimerais poursuivre l'aventure. Je travaille en tout cas dans ce sens. C'est ma motivation première.

 

Sans être fan, j'ai une sorte de fascination qui me donne envie de tenter l'aventure. Enchaîner les scènes en apprenant le texte juste avant serait l'occasion d'approfondir mes compétences d'acteur.

 

Crédit photo : Elio Photographe #enricomariaantonio

 

En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre parcours  ?

 

Que du positif, que des bonnes choses. Je trouve que ce que j'ai pu faire est déjà énorme. Je ne vais rien lâcher, j'ai besoin d'ondes positives.

 

Merci, Alexis, pour votre disponibilité  !

Publié dans Théâtre, Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article