Léa Malassenet nous parle de sa nouvelle pièce de théâtre, actuellement à l'affiche !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Léa,

C'est toujours une joie de vous retrouver pour un nouvel entretien.

1/ Vous êtes de retour sur scène, pour neuf représentations, au théâtre Clavel de la pièce «C'est un songe d'une nuit d'été». En introduction, comment décrire ce spectacle ?

C'est un spectacle plein de féeries, de rêves, de magie. Il nous raconte les amours pas tout à fait réciproques de deux jeunes couples. En parallèle, sur la même île, vous suivrez les espiègleries magiques d’Obéron, roi des elfes, et de Titania, sa femme. Enfin, pendant cette même nuit, vous assisterez à une mise en scène très spéciale pour les noces d’Hippolyte et Thésée.

2/ Qui êtes-vous sur scène ? Quel personnage défendez-vous ?

Dans « C’est un songe d’une nuit d’été », je deviens Héléne, une jeune femme follement amoureuse de Démétrius, un très beau jeune homme, destiné à épouser Hermia, selon le roi Egée, père de celle-ci. Démétrius aime Hermia mais elle aime Lysandre. C’est donc le temps d’une nuit que vous assisterez une course amoureuse entre ces quatre personnages et de gros retournements de situations sont à prévoir…

3/ Cette pièce est une adaptation de l’oeuvre de Shakespeare. Face à cela, comment avez-vous adapté votre interprétation ?

C'est une adaptation écrite par Stéphane Botti. Il a raccourci la pièce et certaines tournures de phrases et expressions ont été simplifiées pour une meilleure compréhension du texte. Cela le rend plus léger. En revanche, le sens est exactement le même, mon interprétation aurait été la même avec l’oeuvre intacte de Shakespeare.

Nous avons, avec le metteur en scène Christophe Botti et son assistante Françoise Levesque, laissé le texte nous emmener vers une Hélène fougueuse, passionnée mais avant tout amoureuse. C’est une fille nature, fragile, un peu délurée aussi. Elle aime passionnément et se laisse conduire par ses sentiments. Elle est amoureuse de Démétrius et elle le veut, point.

De plus, cette adaptation se passe sur une île polynésienne. Le décor et les costumes (de Julien O) ainsi que les lumières (de Nicolas Laprun) vous transportent dans un univers très loin de la salle de théâtre.

4/ Vous évoquiez les deux histoires dans l'histoire. Un regroupement et une jonction sont-ils proposés à un moment donné ?

L’intrigue des amoureux et les artisans qui montent une pièce de théâtre sont deux histoires qui ne se touchent pas. Les deux intrigues se passent sur la même île mais dans deux endroits différents et ne se rencontrent pas. En revanche, la pièce de théâtre qui se monte a vocation à être jouée aux noces finales. C’est à ce moment que les personnages se croisent, seulement.

5/ Selon vous, qu'est-ce qui plaira aux spectateurs qui viendront voir cette pièce au théâtre Clavel ?

Pour ceux qui aiment rêver, c’est la pièce idéale. Du Shakespeare, léger, drôle, passionné, un dépaysement onirique. Et puis, j’ai des partenaires de scène aussi délurés que leur personnage et ça c’est un réel bonheur.

6/ Pour ces dernières dates, comment se sent la troupe ?

Nous sommes très heureux des 6 premières dates qui ont été jouées les weekends précédents. Nous nous amusons beaucoup avec cette pièce et ces 3 dernières dates concentrées sur ce week end vont être intenses, nous allons profiter à fond de la scène et nous amuser autant que les précédents dates.

7/ Cette pièce est l'une des quatre œuvres travaillées avec Christophe Botti, qui sont présentées entre fin mai et fin juin au théâtre Clavel. Un mot sur cette belle aventure en conclusion ?

Christophe organise tous les ans des « grands ateliers jeux ». Cette année, c’était avec deux groupes différents, comme en décembre 2016. Pendant un an, nous nous retrouvions un samedi sur deux pour répéter et mettre en scène cette pièce de Shakespeare.

Le deuxième groupe lui, met en scène trois pièces écrites par Christophe. La grande différence réside dans la mise en scène, qui est faite par d'anciens élèves avec toujours un regard de Christophe. Vous pourrez les voir dans « coeur’elleS » du 15 au 17 juin au théâtre Clavel, ou dans « Nuit de traverse » du 22 au 24 juin au théâtre Clavel. Il y avait aussi « Exil Exil », bon ok les dates sont déjà passées, mais qui sait, peut-être aurons nous la chance de la retrouver dans les prochains mois.

Merci Léa pour toutes vos réponses !

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article