Elodie Gossuin évoque sa nouvelle participation à Fort Boyard !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Elodie,

 
Merci de nous accorder un peu de votre temps.
 
Vous êtes la candidate qui a participé le plus de fois à "Fort Boyard", huit au total, en plus du rôle que vous avez eu il y a quelques années dans la cage. Quelles sont les raisons qui vous ont incitée à repartir à l’aventure cette année ?
 
Les raisons qui m’ont motivée la toute première fois. C’était en 2001! J’ai le même sentiment et la même émotion parce qu’à chaque fois j’ai l’impression d’avoir 10 ans et d’entrer dans le Fort avec des yeux d’enfant. J’y vais toujours en me disant que c’est un cadeau. Je sais que je vais être confrontée à mes peurs, qu’il va falloir me surpasser, qu’il ne faut pas avoir peur du ridicule ! Jouer à l’aventurier c’est aussi échouer… Il y a toujours la même motivation parce que mes enfants rêvent d’y aller. On rencontre ou redécouvre des gens grâce aux équipes. En fait, on oublie qu’on fait de la télé. 
 
Cette année vous représentez une association dans l’aventure. Un mot sur cette dernière peut-être ?
 
 
Il s’agit de l’association de Flora Coquerel, Kelina. Ça me motive de défendre en équipe l’association. Le projet est bien défini et le budget aussi. Elle est extrêmement investie et sincère, ce qui me laisse admirative. La magie de la télévision, c’est aussi de donner de la visibilité à des associations au service de causes qui ne sont pas suffisamment défendues. 
 
Pour revenir à l’aventure en elle-même, est-ce qu’il y a une épreuve qui vous attire en particulier, qui vous tient à coeur ? A l’inverse, qu’est-ce que vous craigniez le plus lorsque vous remettez les pieds sur le Fort ? 
 
Dans chaque épreuve il y a de la peur. C’est certain que j’adore retrouver les équipes de "Fort Boyard". Ce que je préfère, c’est le partage. Aller à la rencontre de Francis Lalanne, de Vincent Lagaf ou du Père Fouras ! Je suis un vrai gosse quand je suis dans le Fort. D’autant qu’il y a de nouveaux personnages. 
 

 

Il y a aussi les épreuves que mes enfants adorent. Quand je rentre à la maison, ils me voient comme une super-maman parce que j’ai fait "Fort Boyard" ! Pour le coup, l’épreuve qu’ils adorent en est une nouvelle : Rodéo Dino…
 
Une nouvelle épreuve que je redoute, que je n’ai jamais faite est le saut à l’élastique. Parce que j’ai eu des épreuves dans le vide et pour moi c’est extrêmement douloureux. Je crois que le saut est encore plus dur parce que c’est à nous de franchir le pas dans le vide. 
 
Selon vous quelles sont les clés d’un bon aventurier ? 
 
D’y aller avec ses peurs, mais en en ayant conscience et avec l’envie de les affronter. Il ne faut pas partir avec des acquis ou des certitudes, mais en ayant la capacité de se remettre en question.  
 
 
Finalement, ce qui fait la différence, c’est lorsque l’on arrive à faire naître un esprit de cohésion. Le support des autres ne donne pas droit à l’abandon. On ne peut pas refuser une épreuve. On ne peut pas se dire : « Je n’y arrive pas ». Ou « je lâche l’affaire ». La clé est qu’on peut échouer mais on n’abandonne pas. 
 
Est-ce que vous avez une préparation particulière en amont ? 
 
(Rires) Oui, il faudrait en avoir une ! J’aurais dû ! Idéalement, pour tous les candidats, il faut de la résistance, mais il y aussi des épreuves intellectuelles, il faut savoir prendre sur soi, respirer etc… on pourrait faire un peu de sophrologie et de yoga, se remettre à courir un peu… et puis on peut aller plus loin… on peut être amené à tester de nouveaux aliments, à nager en plein océan, à faire un peu d’apnée… 
 

 

Mais la plus grande des qualités est la force de caractère, davantage que la force physique. 
 
Est-ce que le fait que vous ayez participé à d’autres éditions vous a aidé cette année ? 
 
Non… Parce que la qualité de ce programme est de se renouveler sans cesse depuis presque 30 ans. On ne sait jamais ce qui nous attend. Comment se préparer à un Rodéo Dino, puis à être infestée de mygales, de scorpions, à se retrouver coincé dans un tuyau… C’est tellement varié ! 
 
Ce qui peut aider, c'est de bien connaître l’équipe, une équipe a de la bienveillance et nous fait avancer. 
 
Parmi tous vos passages, y a-t-il un moment, plus que les autres, que vous retenez ? 
 
Ma rencontre avec Olivier Minne. J’avais eu la chance de travailler avec lui auparavant sur "Pyramide". Il est humble et lucide, cultivé, intelligent. 
 
 
La première fois que je suis allée à Fort Boyard c’était en tant que Miss France. A chaque nouvelle participation, j’avais la sensation d’être la petite sœur de tout le monde. Aujourd’hui, j’y vais en tant que maman. Ce qui me marque le plus, c’est le regard de mes enfants. 
 
Grâce à "Fort Boyard", j’ai touché des mygales, des scorpions, des serpents, des rats etc… Et j’ai dépassé certaines de mes peurs, ce qui influe sur ma vie tous les jours. "Fort Boyard" est une vraie psychothérapie, s’il y a un endroit où on peut passer certains capsn c’est là. 
 
Que dire en conclusion pour inciter définitivement les internautes à regarder l’émission ? 
 
 
Ça fait partie des meilleurs moments de télé que je peux passer en famille, parce que regarder "Fort Boyard", c’est rigoler, avoir peur avec les gens, c’est familial, ça fait du bien, c’est fédérateur. Et nous avons la plus grandes des aventurières : Clémence qui a gagné "Koh Lanta". Elle a une force mentale incroyable ! 
 
Ce fut un plaisir, Elodie, d'échanger avec vous !
 

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article