Nous autres : Interview avec les quatre comédiens de cette belle pièce !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Marina, Angélique, Samuel et Aurélien,

Quelle joie de vous retrouver tous ensemble pour cette nouvelle interview.

 

1/ Vous serez, sur scène, vendredi 4 mai prochain, au théâtre de la commune à Aubervilliers, pour la version courte, en 45 minutes, de la pièce « Nous autres », écrite par Mélanie Belamy. A quelques jours seulement du jour J, comment vous sentez-vous ? Plutôt excités de faire découvrir ce spectacle au public ? Ou l'appréhension est-elle présente ?

Samuel : Je trouve que l'on est prêt, en tout cas je me sens prêt. Je ne suis ni impatient ni stressé. Généralement, à une semaine et demie, je suis stressé mais là ce n'est pas le cas. « Let it be ».

Angélique : De toute façon, une chose est sûre, la date arrive. On est, selon moi, sur la bonne voie, on a bien avancé, surtout en semaine de résidence. Il y a encore des choses à finaliser, ce qui est normal. De toute façon, un spectacle est toujours en évolution, même après les premières. Je suis excitée et impatiente que cela arrive, avec tout de même ce petit stress qui permet de donner le meilleur de soi par la suite.

Marina : Je suis très impatiente et très contente. Je pense que l'on est prêt, effectivement, que l'on va s'amuser, ce qui est bien le principal. Ça va aller vite, ça va finir vite aussi et on aura alors hâte de nouvelles dates.

Aurélien : Je suis stressé mais je pense qu'il est temps de la jouer. Nous la travaillons depuis longtemps, il faut y aller. C'est une création, on ne sait donc jamais vraiment ce que ça va donner. On l'a déjà jouée en sortie de résidence devant des copains, un public conquis, mais, cette fois-ci, nous serons dans une très belle salle, face à un public nombreux et inconnu. J’espère qu’on sera à la hauteur des espérances de notre metteure en scène.

Angélique : Elle a une vision long-terme pour ce projet,  qui lui tient à cœur.

Samuel : C'est vrai que, à bien y réfléchir, cela peut générer un peu de stress.

 

2/ Vous avez fait une semaine de résidence avec la pièce. En quoi cela vous a-t-il permis d'avancer sur ce projet ?

Angélique : C'était horrible, on a failli abandonner le projet (rires). Non, en vrai, c'était hyper productif et pertinent de le faire. On a vraiment avancé, travaillant chaque jour et longtemps dessus. En plus, nous vivions ensemble le soir, cela nous a permis, comme dans la pièce, de nous lier et de nous découvrir.

Marina : Cela nous a bien rapprochés.

Samuel : Ça s'est très bien passé. L'organisation de Mélanie était parfaite, elle a assuré. On s'est tous bien entendus pendant la résidence. L'essentiel de notre travail s'est effectivement fait à ce moment-là. Nous avons aussi concrétisé beaucoup de choses que nous nous étions dites chaque lundi en répétition. Cette semaine vaut six mois de boulot traditionnel.

Aurélien : On a posé beaucoup de pierres pendant les précédentes répétitions et la résidence a été un vrai coup d'accélérateur.

Angélique : La Fileuse est un lieu dingue, avec plein d'autres artistes. J'ai trouvé cela top.

 

3/ Pendant les derniers jours restants avant la date finale, qu'aimeriez-vous finaliser pour être définitivement prêts ?

Marina : Des petits éléments techniques doivent être ajustés, des petites choses doivent être précisées. Mais le gros est là, les émotions sont là, les personnages aussi. Ce sont vraiment ces derniers que nous avons beaucoup travaillés en résidence, il faut à présent que la structure se finalise pour être vraiment dans l’efficacité et le rythme.

Angélique : Toujours creuser et aller plus en profondeur aussi je pense.

Marina : C'est un travail qui n'arrêtera jamais, ce sera pour le 4, mais pour après aussi.

 

 

4/ Avec le recul de toutes ces répétitions, qu'est-ce qui va plaire, selon vous, le 4 mai, pendant ces 45 minutes de représentation ?

Samuel : Mélanie s'est livrée et a donné ce qu'elle avait à donner.

Marina : Je pense qu'elle a réussi à en faire une vraie trame et une vraie histoire. L'écriture est hyper diversifiée, il y a des monologues, des dialogues, des parties un peu chantées, d'autres dansées. C'est pluridisciplinaire, il y a plein de choses.

Angélique : On aborde des sujets qui nous tiennent à cœur, d'une manière accessible. On parle de ce que notre génération connaît.

Aurélien : Personnellement, quand je suis comédien, j'ai toujours du mal à avoir un œil extérieur sur un projet. N'ayant pas ce regard de jugement, je ne sais pas si ce que je fais est bien. Nous avons eu de très bons retours à La Fileuse, ça nous a fait plaisir, Mélanie est, je pense, contente du rendu. Le jour J, nous serons à 100%.

Samuel : Quand tu écris, tu te livres. Ce qui plaira, c'est le fond que Mélanie a mis dans sa pièce.

Angélique : Notre énergie plaira je l'espère. Le fait que nous ayons une bonne cohésion de groupe se verra sur scène, du moins nous ferons tout pour la communiquer.

 

5/ Pour terminer, au-delà de la date du 4 mai, aimeriez-vous prolonger l'aventure ?

Marina : Carrément ! Mélanie s'est beaucoup investie et, dès le départ, elle nous a dit que, au-delà de la première date, elle avait l'envie de l'emmener plus loin. Elle est déjà en train de chercher des théâtres, elle a rencontré beaucoup de monde et a mis beaucoup de moyens.

Angélique : Quand Mélanie m'a parlé de ce projet, j'ai eu envie de le porter avec elle sur le long terme. Donc oui, bien évidemment, je suis partante pour la suite.

Marina : Mélanie est vraiment dans cette dynamique de le professionnaliser pour l'emmener plus loin.

Aurélien : Elle a créé ce projet de A à Z, qui est pro et qui peut partir en tournée.

Angélique : Nous avons dû enlever plein de choses pour la version courte, que Mélanie aimerait bien redévelopper plus tard. Il y a donc toujours cette vision du plus long terme.

 

Merci à tous les quatre pour cet agréable échange !

 

Informations pratiques : 

4 mai 2018 à 15h20

Théâtre National de La Commune à Aubervilliers
2 rue Edouard Poisson 93300 Aubervilliers
Métro 7 arrêt Aubervilliers-Pantin 4 chemins
Entrée gratuite

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article