Chrystelle Gagey revient sur son parcours et évoque ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Chrystelle,

 

C'est une joie d'effectuer cette interview avec vous !

 

1/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes et aux nombreuses cordes artistiques. Qu'est-ce qui vous plaît tant dans votre quotidien artistique ?

 

Je pense déjà que, dans tout ce qui est artistique, existe un côté créatif et libre, qui m'a beaucoup attiré. Cette liberté de faire des choses me plaît, je peux aussi contribuer à des projets, en construire en équipe. Par exemple, parmi tout ce que je fais, il y a aussi l'aspect post production. J'aime bien le côté technique, j'aime construire, aider à l'aboutissement.  Quant à la comédie, j’adore interpréter quelqu'un que je ne suis pas et avoir cette chance de pouvoir vivre des choses que, potentiellement, je ne pourrais jamais connaître dans la vraie vie. C'est s'oublier soi-même quelque part, ce qui est très enrichissant et beau.

 

Pour revenir à la genèse de votre parcours, d'où vous est venue cette envie de faire ce et même ces métiers ?

 

Au tout début, je voulais plutôt m'orienter vers la comédie. Parce que j'adorerais cela et que j'en avais fait plus jeune. Mais mes parents ne voulaient pas que j'aille dans cette branche. Donc, du coup, j'ai quand même décidé de faire quelque chose d'artistique qui se rapproche du milieu du cinéma, en l’occurrence une école d'infographie 3D. J'ai appris le montage, la 3D, les effets spéciaux, le motion design et tout ce qui est retouches photos ainsi qu'infographie. De part ce fait, j'exerce encore un peu tout cela aujourd'hui, j'aime le faire mais je n'ai pas oublié la comédie. J'ai l'occasion de jouer actuellement et j'espère en avoir d'autres plus tard.

 

2/ Parmi ces différentes cordes artistiques que nous avons évoquées, l'un d'entre-elles vous attire-t-elle tout particulièrement ? Ou, à l'inverse, est-ce la complémentarité qui vous rend heureuse ?

 

Je dirais que ce serait plutôt la comédie. Depuis que je suis petite, c'est ce qui me fait vibrer. Mais j'aime quand même toucher à autre chose, comprendre, apprendre. Peut-être que faire d'autres activités différentes de la comédie me permet de trouver un équilibre. En tout cas, c'est la comédie qui me transcende le plus.

 

Retrouvez-vous, de temps en temps, des complémentarités et des liens entre ces différents domaines ?

 

Quelque part, ils sont liés. Par exemple, le montage me permet, quand je suis comédienne, de comprendre l'utilité de faire certains plans. J'ai un meilleur œil pour analyser le tournage. Au montage, je vais comprendre aussi l'intérêt de certains positionnements et de certains trucages. Tout cela me permet de comprendre beaucoup de choses malgré les différences qui peuvent exister entre les domaines.

 

3/ Retenez-vous davantage certaines expériences spontanément, qui vous auraient marquée plus que les autres ?

 

Récemment, j'ai écrit et auto-produit un court-métrage, dans lequel j'ai joué trois rôles. Je me suis également occupée de la post production. Du coup, cela a été, pour le moment, l'expérience la plus enrichissante. J'ai géré la grande majorité du concept, ce fut très intense, ça m'a bien marquée et j'en suis contente.

 

 

4/ Vous venez de commencer à en parler, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

 

En termes de comédie, un tournage est prévu prochainement sur Lyon. C'est un court-métrage dans lequel je jouerai un petit rôle, mais j'aurai la chance de côtoyer Sam Karmann et Catherine Salée. Je suis très contente car ces personnes ont un nom dans le milieu. D'autres projets vont venir sur un plus long terme, qui pourront être plus enrichissants et plus grands encore.

 

Sans oublier le court-métrage que j'ai évoqué. Je vais le terminer pour début mai, afin de le montrer à Cannes.

 

5/ Pour la suite, en termes d'envie, avez-vous le souhait de découvrir ou de redécouvrir certains domaines ?

 

Sur du très long terme, c'est d'ailleurs peut-être mon côté très indépendante qui explique cela, j'aimerais créer une boite de production. Lorsque j'aurais davantage de lignes sur mon Cv et des moyens pour m'accompagner. Parce que je trouve que le financement est ce qu'il y a de plus compliqué à obtenir pour développer des projets artistiques. Comme j’aime beaucoup aider les autres, ça me ferait plaisir de découvrir des talents et de participer financièrement à leur envol.

 

6/ En conclusion, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

Qu'encore plus de projets ambitieux se réalisent.

 

Merci Chrystelle pour cet agréable échange !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article