Sylvia Dierckx nous présente son actualité et évoque son parcours !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sylvia,

 

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

 

1/ On peut actuellement vous retrouver sur la scène de la Grande Comédie dans « Abracadabrunch », d'Alil Vardar. Comment décririez-vous cette pièce ?

 

C'est une comédie romantique. François Coulon a 45 ans, il est très égoïste, misogyne, grossier et centré sur lui. Une jeune femme, une extraterrestre, va débarquer dans sa vie pour essayer de le changer. Au départ, c'est assez tendu entre eux, elle va essayer de lui faire comprendre les choses et, au fur et à mesure, il va y avoir un petit jeu entre eux, une espèce d'histoire d'amour qui va naître.

 

Comme souvent, on y parle des relations hommes femmes mais aussi de la crise de l'homme de la quarantaine, se demandant si, finalement, on peut réellement changer un homme.

 

2/ Vous y interprétez le personne de « Elle ». Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 

Elle n'est pas humaine, elle ne connaît pas vraiment les sentiments humains, elle est en fait juste là en mission. Mais, progressivement, elle va commencer à éprouver des sentiments, à être touchée par la personne de François Coulon.

 

A la base, c'est quelqu'un de très rigide, qui vient faire sa mission et pas autre chose. Comme quoi, parfois, les aléas de la vie et les relations font que les sentiments commencent à changer. Elle va se transformer, va devenir humaine et va même donner une chance à François.

 

3/ Face à cette particularité de votre personnage, quelles sont vos astuces pour sa bonne et juste interprétation ?

 

Je l'ai abordé très spontanément, je me suis approprié ce personnage. Il me plaît bien. Elle vient, au départ, un peu comme une contrôleuse fiscale, très rigide et très dure. Le temps passant, elle commence à s'adoucir.

 

J'ai vite cerné le personnage. J'ai compris qu'Elle ne pouvait pas rester de marbre. Il y a des jeux de regards, des choses touchantes qui viennent de François Coulon, il reste malgré tout un être humain avec ses failles et ses sensibilités. On a toujours des raisons pour lesquelles on est dur à la base, je pense qu'Elle comprend petit à petit le personnage de François et en est touchée.

 

4/ Comment expliquez-vous le succès de cette pièce qui cartonne ?

 

Elle est très bien écrite, les gens se reconnaissent, je pense, dans certaines vannes comme on dit. Le public est marqué par les rapports hommes femmes.

 

La pièce est très bien jouée aussi, les comédiens sont très bien choisis. Alil interprète magnifiquement cette pièce qu'il a écrite. Les mots et la mise en scène y sont aussi pour beaucoup. Ce sont des choses assez simples et qui marchent. L'humour y est bien retranscrit, c'est joliment écrit.

 

C'est drôle et il y a, derrière, une jolie histoire d'amour, ce qui plaît généralement aux gens.

 

 

5/ Il s'agit là de votre première sur les planches. Vous avez aussi beaucoup d'expériences à l'image, au sens général. Qu'est-ce qui vous attire tant dans votre quotidien artistique ?

 

Je n'ai jamais l'impression de travailler. Pour moi, c'est un jeu, j'ai sans cesse le sentiment de m'amuser. Le partage avec les autres est agréable. J'aime ces métiers car on est toujours en famille, sur le même bateau, à vivre les même choses, à avoir les mêmes émotions.

 

C'est effectivement ma première expérience au théâtre. Cet art est très intéressant car il est sans filtre. Au cinéma et en télé, on est protégé, on peut se tromper, ce qui n'est pas le cas sur les planches. Avec ces dernières, il y a un réel rapport direct au public, on le ressent comme une énergie qu'on nous retranscrit directement. Je ne pensais pas que je prendrais autant de plaisir à faire du théâtre. En plus du retour direct, vibratoirement parlant, c'est extraordinaire je trouve.

 

Je tombe, en plus, sur une pièce drôle, légère, qui fait du bien aux gens. J'espère qu'il y aura d'autres projets.

 

6/ De façon générale, que vous apporte l'art ? Que vous permet-il ?

 

Aujourd'hui, à mon niveau, il est important de pouvoir faire passer des messages aux gens. Il faut absolument, quoiqu'il arrive, essayer de vivre de sa passion. Si chacun était plus à l'écoute de lui-même, centré sur ce qu'il est vraiment, je pense qu'il y aurait un peu plus de bonheur dans le monde.

 

Je ne peux pas l'expliquer mais, depuis toute petite, j'ai toujours vibré par et pour le spectacle, les planches et la comédie. Je trouve que la vie, en règle générale, est un jeu et je m'amuse beaucoup à faire ce métier. C'est au cinéma et au théâtre que je me sens la plus connectée avec qui je suis, sans mensonge.

 

Il me plaît d'aller à la rencontre des gens, pour partager le plus possible et faire passer des messages. J'aimerais pouvoir donner des clés au public, comme on continue de m'en donner régulièrement.

 

7/ En conclusion, quelles autres envies aimeriez-vous développer ?

 

Mes envies sont dans le cinéma, afin de voyager, de tourner des films et de rencontrer un maximum de gens. J'ai une forte amitié avec le Maroc, j'ai tourné l'année passée avec toute une équipe locale un film qui sortira prochainement dans ce beau pays. J'en ai un autre en projet pour le printemps.

 

Merci Sylvia pour votre disponibilité !

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article