Claire-Estelle Murphy nous présente Les Amants de Nohant, actuellement à l'affiche sur scène !

Publié le par Julian STOCKY

Crédits photo : @Damien Chanel

 

Bonjour Claire Estelle,

Quel plaisir de vous retrouver pour ce nouvel échange.

1/ Vous êtes actuellement à l'affiche, sur la scène du théâtre Le Ranelagh, de la pièce « Les Amants de Nohant ». Comment présenteriez-vous ce spectacle ?

C'est un spectacle musical écrit par Dominique Gaillard Kahn sur l'histoire d'amour entre George Sand et Frédéric Chopin. Une histoire qui a duré neuf ans. Le titre est lié au fait qu'ils ont passé beaucoup de temps dans le château de Nohant, qui était le domaine familial de George Sand tout au long de sa vie, là où elle écrivait. Claude Kahn, pianiste de grande renommée, interprète les oeuvres de Chopin au piano, et j’interprète Solange Sand, fille de George, qui raconte l'histoire amoureuse entre sa maman et Chopin, selon son point de vue. Il y a également des mélodies de Chopin qui sont interprétées en alternance par les chanteuses Anna Kasyan, Cécilia Norick ou Gersende Florenz.

 

Crédits photo : @Ben Dumas

 

Solange Sand avait des relations assez conflictuelles avec sa mère. Je suis en costume d'époque dans un décor qui l'est aussi. J’évoque bien sûr cette relation amoureuse mais aussi comment les morceaux de Chopin ont été composés. Pour vous donner un exemple, toute la famille, George Sand, Frédéric Chopin, Solange et son frère Maurice, est partie à Palma de Majorque pendant un hiver très dur, où ils ont passés de très mauvais moments. Partis pour soigner Chopin, leur séjour s'est mal passé, ce qui a amené Chopin à composer des œuvres très mélancoliques. Je raconte cela et Claude Kahn interprète les œuvres musicales.

2/ La pièce met en avant, vous l'avez dit, la relation amoureuse de Georges Sand et Frédéric Chopin. Ce contenu historique implique-t-il des adaptions artistiques particulières  ?

L'auteur, Dominique Gaillard-Kahn, a écrit ce texte dans une très belle langue, qui rappelle justement un peu celle de George Sand. Tout au long de la pièce, je lis également de vraies lettres écrites par l'un des deux amoureux ou par la famille du musicien. Ces correspondances sont en lien avec l'histoire, elles sont un peu le fil conducteur du spectacle.

 

Crédits photo : @Ben Dumas

 

Son succès ne se dément pas. Quelles en sont, selon vous, les principales raisons  ?

Nous sommes à l'affiche depuis un an et demi. Il y a, je pense, peu de pièces comme cela à l'affiche en ce moment, qui sont musicales et qui racontent en même temps une histoire. Le pianiste, Claude Kahn, est de renommée internationale, ce qui attire du monde. Ce n'est pas sous la forme d'un récital, ce format original plaît.

Le lieu est magnifique, ce théâtre tout en bois est classé monument historique. Cela colle très bien avec la pièce.

3/ Vous y interprétez Solange, la fille de Georges Sand. Vous êtes-vous inspirée par exemple de lectures pour votre jeu ?

J'ai beaucoup lu les œuvres de George Sand, j'ai pratiquement tous ses livres chez moi. J’ai lu beaucoup de biographies sur George Sand, mais également bien sûr "Histoire de ma vie", qui donne le point de vue personnel de George Sand. Je me suis inspirée aussi du livre de Gonzague Saint Bris, tout illustré par Philippe Lorin sur le domaine de Nohant. J'ai visionné beaucoup de documentaires et d'images. Je pense aussi au long-métrage de Zulawski, « La note bleue », un film assez fou sur Sand et Chopin, la première y étant interprétée par Sophie Marceau.

Tout cela m'a inspiré pour le personnage de Solange, qui s'est construit un peu au fur et à mesure. Le premier travail ayant bien sûr été le texte de Dominique Gaillard Kahn. Mais, c'est vrai, dès que je trouve un livre sur Georges Sand et sur la vie à Nohant, je continue à lire. Je m'en inspire, cela m'apporte des choses.

4/ La pièce alterne narrations et morceaux de musique. En tant que comédienne, comment vous adaptez-vous à cette originalité ?

Justement, nous nous sommes posés une question pendant longtemps. Claude Kahn interprète le personnage de Chopin, et on s'est demandé longtemps s'il fallait que je voie le musicien, que je joue avec lui ou si cela devait être simplement dans ma tête, comme un souvenir de Chopin.

 

Crédits photo : @Ben Dumas

 

Au final, je raconte l'histoire, en parlant parfois au public directement les yeux dans les yeux. et l’interprétation de Chopin est un souvenir.  Je suis donc assise sur scène, je me souviens de Chopin composant et jouant les morceaux à ce moment-là.

Il y a aussi quatre mélodies de Chopin, interprétées par des chanteuses en alternance, que j'ai déjà évoquées. Elles interprètent Pauline Viardot, une amie du couple, qui était souvent à Nohant pour chanter avec Chopin. C'est aussi un souvenir et une apparition, dans la tête de Solange.

5/ Le spectacle est à l'affiche jusque fin mars.  Quelle suite aimeriez-vous lui voir donner ?

Pour moi, plus le spectacle se joue, plus je suis heureuse. Nous avons des projets pour que la pièce continue au théâtre Le Ranelagh. Nous avons aussi fait, cette année, quelques dates de tournée. D'autres villes pour l'année prochaine sont espérées.

 

Crédits photo : @Ben Dumas

 

6/ Pour finir, comment inciter un peu plus encore les lecteurs à venir voir le spectacle ?

Je pense déjà que l'on apprend énormément de choses sur l'histoire entre Georges Sand et Chopin. Beaucoup de gens connaissant très bien Nohant viennent nous voir et nous disent que c'est incroyable, que l'on s'y croirait. Ils tombent vraiment amoureux de cette pièce. Tout comme d'autres qui sont amoureux du compositeur et qui découvrent plus l'histoire d'amour. Cela s'adresse donc à la fois aux mélomanes, aux amoureux de musique classique, de Chopin et aux amoureux de littérature, de Georges Sand.

 

Il y a aussi des moments très émouvants, l'écriture est sensible. Elle est juste, elle retranscrit énormément de choses, énormément d'émotions. C'est un beau tableau du château de Nohant.

Merci, Claire Estelle, pour votre disponibilité !

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article