Marina Gauthier évoque sa riche actualité théâtrale !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Marina,

Quel plaisir d'effectuer cette interview en votre compagnie !

1/ Vous êtes actuellement à l'affiche, en tournée, jusqu'à mai 2018 au moins, de la pièce « Tir au pigeon ». Quelle histoire y est racontée ? Quels thèmes y sont abordés ?

"Tir au pigeon" est une comédie romantique de Thom Trondel, qui est aussi mon partenaire sur scène. J'y interprète le rôle de Clara, jeune trentenaire à la tête d'une agence de rencontres un brin malhonnête. Un jour, elle tombe sur Luc, un client particulier.

Voyant en lui son plus beau coup d'escrorie, Clara va user de tous les moyens pour attraper son pigeon. Elle est loin d'imaginer ce qui l'attend...

Je suis très heureuse de faire partie de cette aventure, travailler aux côtés de Thom qui est déjà depuis quelques années dans l'humoristique et ma metteur en scène, Vanessa Fery, sait exactement comment sublimer nos personnages avec nos capacités de comédiens. Je suis ravie de travailler avec elle autours de ce projet.

2/ Comment présenter votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Clara est une séductrice, elle aime les belles choses. Elle est indépendante, sur d'elle et un tant soi peu matérialiste. Elle use constamment de son charme dans le but d'obtenir ce qu'elle désire. Mais derrière toute cette façade se cache un être terriblement seul et fragile.

3/ Selon vous, quelles sont les clés du succès de cette pièce ?

La complicité entre les partenaires de jeu. Nous sommes un duo et défendons ensemble deux personnages hauts en couleurs. Les comédies romantiques sont toujours très appréciées du grand public. Surtout quand l'on sait que le fantasme de cette nouvelle génération est de trouver l'amour...

4/ Quelle suite aimeriez-vous donner à ce spectacle ?

Thom vous le dirait mieux que moi, il a pas mal d'idées pour cette pièce. Pour l'instant, c'est de la faire connaître à travers les villes de France. Pourquoi pas par la suite s'installer sur Paris ?

Pour le petit Bonus, je travaille aussi avec Thom Trondel sur une autre pièce, « Mars et Vénus », où je reprends le rôle en alternance.

5/ En parallèle, vous êtes metteuse en scène d'une pièce qui se joue au Montmartre Galabru chaque mercredi soir, « La petite fille vêtue de rose ». Que dire sur ce spectacle ?

Tellement de choses... C'est une pièce sur laquelle je travaille avec Coralie Miguel, qui est mon binôme artistique depuis les bancs de l'école.

Cette pièce avait eu du succès au Festival de notre école et, il y a un an, nous avons décidé de la monter et la développer sur les planches parisiennes. J'y tiens énormément.

Nous essayons, avec Coralie, de traiter de sujets difficiles, d'apporter une note de cinéma dans le théâtre, c'est notre signature. Nous souhaitons amener le public sur des thèmes très profonds, leur donner l'envie de découvrir le théâtre différemment. En l’occurrence, la petite fille vêtue de rose désigne l'univers carcéral féminin. La réalité du quotidien des détenues fait parti des choses que l'on souhaite dénoncer.

J'ai la chance de travailler avec une équipe exceptionnelle, des comédiennes de talent qui nous suivent dans cette aventure depuis un an maintenant. Sevda Bozan dans le rôle de Gaëlle, Coralie Miguel l'auteur dans le rôle de Nevena, Thaïs Lamothe dans le rôle de la matonne Amanda. En alternance, nous retrouvons Roxane Turmel pour Nevena, Éléonore Hendriks et Lydie Rigaud dans le rôle de la matonne. C'est une équipe très girly !

6/ A titre plus personnel, quelles ont été vos principales sources d'inspiration pour la mise en scène ?

L'auteur m'a demandé de m'inspirer de l'atmosphère de « La ligne verte »  de Frank Darabont. Je l'ai beaucoup visionné. Ensuite, cela a été un travail très long avec les comédiennes, nous avons tout décortiqué, dans la corps, la voix, et les sens.

Nous avons dû tout décomposer pour s'adapter à la dissolution de l'être quand il est déshumanisé et privé de sa liberté. Nous avons faits des exercices qui les ont troublées, et désorientées de leurs sens, pour les ramener à quelque chose de très brut. Je les ai un peu secouées pendant les répétitions, c'était nécessaire, car il s'agit de rôles très difficiles et en même temps, j'étais aussi là pour les accompagner...

7/ Pour la suite de votre parcours, souhaitez-vous conserver cette double casquette artistique, de comédienne et de metteur en scène ?

Bien sûr ! Je suis également auteure. J'ai écrit la pièce « Mascarades », qui s'est jouée l'année dernière au Galabru, avec pour thème la solitude chez les personnes âgées. Encore un sujet drôle!

Plus tard, j'aimerais avoir la chance de continuer à travailler dans le théâtre. La direction d'acteurs, la mise en scène, l'envers du décor me passionnent beaucoup. Plus le temps passe, et plus je me rends compte que c'est à travers l'art vivant que se trouve mon épanouissement... 

Vous trouverez ci-dessous les deux liens de réservation :

http://http://www.billetreduc.com/181801/evtcrit.htm

http://www.billetreduc.com/194497/evt.htm

Merci Marina pour cet échange !

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article