Bénédicte Allard : parcours, passions, projets - elle aborde tous les sujets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Bénédicte,

Merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog. 

1/ Vous êtes une artiste aux expériences riches et variées. Notamment sur les planches, en télévision ou au cinéma. Qu’est-ce qui vous attire tant dans votre quotidien artistique ?

C’est justement cette pluridisciplinarité. Passer de l'un à l'autre me permet de rendre mon quotidien riche et varié. Il n'y a aucune routine sauf celle du changement ! Je suis une sorte de couteau suisse, je suis comédienne, je suis chanteuse dans un groupe de rock, je suis nageuse de natation synchronisée et je suis aussi auteure.

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différentes cordes artistiques ?

Toujours ! Par exemple, dans la comédie musicale, il faut être aussi bien comédienne que chanteuse ou encore bonne danseuse. Il y a des projets où, forcément, tout se rassemble. Sur d’autres, on est pris uniquement pour une compétence.

Cela donne une vraie force. On a, je pense, plus de facilités à incarner des personnages quand on est un artiste pluridisciplinaire.

3/ A titre personnel, un domaine plus que tous les autres vous attire-t-il tout particulièrement?

C’est très difficile de répondre. Je me sens profondément comédienne, j’ai envie de dire que je suis premièrement comédienne. C'est d'ailleurs toujours comme cela que je me présente.

Après, quand je donne un concert, je me sens pleinement chanteuse et, quand je nage, je me sens pleinement nageuse de natation synchronisée. Pas simple d’en mettre un en avant plus qu’un autre. C’est vraiment l’ensemble que j’aime, et c'est l'ensemble qui fait ce que je suis.

4/ Spontanément, retenez-vous une expérience plus que toutes les autres ?

Oui ! Ma première pièce de théâtre que j’ai jouée en Avignon en 2016. Nous jouions tous les jours, c’était très intense et ce fut une première pour moi d’avoir ce rythme si soutenu. Cela m’a beaucoup marqué.

 

Sur les planches justement, quels sentiments et quelles sensations prédominent en vous juste avant l’ouverture du rideau ?

C’est très étrange, oui il y a du stress mais l'expérience des compétitions de natation synchronisée que j’ai pu faire par le passé m'ont appris à travailler mon mental. Avant l’ouverture du rideau, je me mets dans une bulle. Je suis là sans être là, c’est une espèce de présence absence, je me connecte à mes sensations, à mon énergie, à ce que je vais devoir jouer et à mon personnage. Malgré le stress, il y a une grande sérénité. C’est un mélange, une dualité, une vraie ambivalence de détente et de stress. 

Dès que le rideau s’ouvre, il faut alors y aller, comme dans une arène où il est nécessaire d’avoir un mental de guerrier.

5/ Pour l’écriture, quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Spontanément je parlerais de Françoise Sagan. La plume de Justine Lévy me touche aussi énormément. Après, mes inspirations se trouvent également beaucoup dans la peinture et la musique.  Frida Kahlo, Klimt, Janis Joplin, Gainsbourg ou encore Barbara me nourrissent beaucoup.

Quand j’ai écrit ma pièce, je n’ai pas essayé de copier un style, ni de me conformer à l’idée que je me faisais de ce que la pièce devait être, je l’ai écrite comme je le sentais. J’ai essayé de faire du Bénédicte.

6/ De façon plus générale, quels sont vos actualités et projets du moment ?

J’en ai beaucoup ! J’ai écrit, je viens d’en parler, une pièce de théâtre sur Frida Kahlo. En fait, j’ai fait des études de Philosophie - Psychanalyse, j’ai soutenu un mémoire en 2014 intitulé "Frida Kahlo, Martyr enfanté par l'effondrement". J’avais la possibilité de faire une thèse mais j’ai fait d'autres choix. Ne voulant cependant pas laisser tomber Frida, j’ai décidé d’en faire une pièce de théâtre sur laquelle je suis actuellement en plein travail.

Vous pourrez aussi me retrouver dans le premier long-métrage de Yoann Jean-Charles, « Nuit de grève » avec François-Marie Nivon en rôle principal. C’est un film que je trouve très poétique, très beau, très esthétique aussi. Il sort le 20 décembre en salle, à Paris, au cinéma Saint-André des Arts. Il sera ensuite diffusé à l’Ile de la Réunion et nous espérons encore ailleurs.

Je travaille aussi avec un comédien sur l'élaboration d'un duo sous forme de série, qui sera diffusée sur le net. Ce projet est en train d’éclore et nous allons le tourner bientôt.

J'ai également co-écrit un court-métrage avec Claire Duchêne que nous tournerons courant 2018.

Côté natation synchronisée, j'ai rejoint la troupe de spectacles "Swim'Ladies" nouvellement créée et managée par Laetitia Branda qui est mon ancienne duettiste avec qui nous avons, entre autres, gagné le titre de Vice-Championne de France. Ce nouveau pôle de shows aquatiques se rattache à celui déjà existant, "Swim'Riviera", crée par Loïc Branda, ancien athlète de haut niveau membre de l’équipe de France de Natation en Eau libre.

 

 

J’ai l’envie de faire du cinéma, j’aime beaucoup l’image. J’adore certes le théâtre, je viens de là mais j’aime le jeu et la relation à la caméra. Je trouve que c’est quelque chose de très intime. Cela me fait vibrer.

7/ Pour finir, très simplement, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Il y a plein de belles choses qui m'arrivent en ce moment, je rencontre des personnes formidables, j'ai la chance d'être très bien entourée et épaulée par mes proches; alors, que ça continue ainsi !

Ce fut un plaisir, Bénédicte, d’échanger avec vous !

Tout pareil !

Publié dans Télévision, Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article