Sandrine Guisier revient sur son parcours et évoque ses projets !

Publié le par Julian STOCKY

 

Bonjour Sandrine,

 

Merci de nous accorder un peu de votre temps.

 

1/ Vous êtes une jeune artiste mais avec déjà des expériences variées et riches. Qu'est-ce qui vous attire tant dans votre métier ?

 

Je sais surtout que je ne saurais rien faire d'autre. Cela a toujours été une passion, j'ai essayé de faire autre chose mais je suis toujours revenue de moi même ou grâce à de formidables rencontres. Donc j'ai arrêté de me mentir, c'est ce qui m'attire vraiment.

 

J'aime ce métier pour les rencontres, les projets, les surprises, on ne sait jamais ce qui peut arriver, un coup de fil peut changer une journée, voir même une vie.

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Il y a toujours un lien. J'aime ce métier pour son côté collectif, l'esprit d'équipe. Les comédiens sans les équipes techniques, les scénaristes, réal, les prods, n'existent pas et inversement. Je trouve ça essentiel de ne jamais oublier que nous travaillons tous ensemble pour un projet et de respecter chacun dans son domaine.

 

3/ Spontanément, retenez-vous une expérience plus que toutes les autres ?

 

Venant de Normandie, mon premier tournage fut pour « Les démons de Jésus », j'étais encore une gamine. J'ai découvert l'envers du décor avec des acteurs comme Thierry Frémont, José Garcia, Patrick Bouchitey. Cela a été le début de ma vraie vie, c'était une évidence que je voulais en faire mon métier.

 

4/ Êtes vous davantage attirée par un domaine en particulier ? Ou est ce la diversité qui vous plaît ?

 

J'ai commencé à écrire et mettre en scène par passion mais aussi parce que je n'étais pas prête à l'époque à être comédienne. Maintenant, jouer est devenu vital ! Je fais tout pour jouer le plus possible.

 

5/ En écriture, quelles sont vos principales sources d'inspiration ?

 

Les gens. Mes amis, ma famille, les inconnus, les personnes que je croise. J'aime aussi avoir des co-auteurs, ça ouvre à d'autres visions de la vie, d’anecdotes...Ça permet d'échanger pour faire grandir l'idée.

 

J'ai eu aussi la chance aussi de partir plusieurs fois à l'autre bout du monde avec mon sac à dos ce fut une incroyable source d'inspiration. Cela ma ouvert à d'autres cultures, d'autres réalités et remis des choses en place, ça m'a aidé à prendre du recul.

 

6/ Face au rythme soutenu d'un plateau de tournage, quelle est votre méthodologie de préparation en amont ?

 

J'ai rencontré des coachs qui m'ont appris à me concentrer et à être précise. C'est devenu naturel maintenant. Quand j'ai une grosse journée de tournage, généralement je reste chez moi la veille. Je révise aussi mon texte parce que je suis un peu traqueuse et perfectionniste.

 

Une fois sur le plateau, je suis disponible, à 200% et dans l'écoute totale des partenaires, de l'équipe technique et du réalisateur. C'est aussi arrivé avec l'expérience et en me faisant confiance.

 

7/ Plus généralement, quels sont vos actualités et projets artistiques actuels ?

 

J'ai eu la chance, en septembre, de tourner dans plusieurs films avec des rôles très différents. J'ai fait une forme de grand écart artistique.

 

L'un était un film gore genre série Z. J'ai adoré tourner la dedans. C'est plein de clichées des années 90, vraiment kitsch et l'équipe, avec qui je travaille souvent, est très drôle et ils sont tous très talentueux. Ensuite, dans un drame, j'étais une femme perdue et très dure parce que son mari ne va pas bien. Ce fut intense et très beau à jouer. Et enfin, une comédie un peu à la « Bridget Jones ».

 

D'autres choses arrivent aussi pour la suite, en tant que comédienne.

 

8/ En conclusion, que peut on vous souhaiter pour la suite ?

 

De superbes rôles, consistants, de la comédie, du drame, bref de ne plus arrêter de jouer, avec de superbes équipes et de beaux sujets à défendre.

 

Ce fut un plaisir, Sandrine, de nous entretenir avec vous !

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article