Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Emilie Mazoyer évoque sa nouvelle émission musicale sur Europe 1 !

30 Septembre 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Radio

 

Bonjour Émilie,

 

Merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions pour notre blog !

 

 

1/ Vous êtes, depuis la rentrée, à l'antenne d'Europe 1, du lundi au jeudi, de 21h à 22h, en direct avec « Shuffle ». Quel est le principe de l'émission ? Quel en est le contenu ?

 

Quand j'ai trouvé le titre, j'ai réussi à vraiment cerner mon contexte. Je fais des émissions de musique depuis 15 ans donc je sais le genre de musiques que j'ai envie de passer, je sais à qui j'ai envie de parler. Mais il fallait définir comment articuler justement ces musiques.

 

Je me suis souvenue de l'ipod Shuffle, dans lequel on rentrait 100 à 200 titres qui étaient ensuite diffusés de manière aléatoire. J'ai trouvé sympa de proposer aux auditeurs des titres qu'ils aiment mais articulés bizarrement. La première chanson est basée sur mon humeur du jour ou sur l'actualité. Se suivent ensuite trois chansons en rapport les unes avec les autres. On part alors sur un album de la semaine, sur une chanson qui ne vient ni de France, ni d'Angleterre, ni des Etats Unis, on essaie de surprendre avec des musiques chiliennes, portugaises, roumaines. On finit par un slow.

 

Ces balises sont présentes chaque jour et, à l'intérieur, ça peut changer, je peux avoir envie de parler d'une chanson en particulier, d'un artiste. C'est quand même assez souple.

 

2/ Être à l'antenne en fin de journée implique-t-il une adaptation particulière, notamment en termes de rythme ou de  dynamique ?

 

J'avais fait l'été précédent une émission de rock avec Philippe Manœuvre en plein après-midi. A ce moment là, on ne peut pas tout diffuser. Donc, oui, on s'adapte en termes de programmation. Dans le cas de ma nouvelle émission, on gagne en liberté.

 

On sait aussi que, le soir, les gens écoutent un peu plus longtemps, on peut donc installer des choses un peu plus lentes, ce qui est très agréable aussi. Il y a moins d'enjeux d'audiences à 21h, on est plus libre.

 

La manière de parler aux gens le soir est bizarrement assez proche de celle du matin parce que, à priori, on est chez eux. En journée, on est dans la voiture ou sur le lieu de travail. Je me permets d'être un peu plus proche, d'être davantage notamment sur la confidence.

 

3/ Quelles petites touches personnelles essayez-vous d'apporter à l'émission ?

 

Je choisis tous les disques, je ne travaille pas avec un programmateur. Je suis plutôt dans la bonne humeur, dans le sourire, je suis assez marrante, ça s'entend dans l'émission.

 

Je ne mens pas à l'auditeur, je ne fais pas semblant. S'il y a un problème technique je le dis, si j'ai perdu le fil je le dis aussi. Je n'ai pas une voix spéciale pour la radio, je reste naturelle. C'est plus sympa et ça plaît aux auditeurs. Je suis là pour partager ce que j'aime. Pour faire passer aux gens un bon moment, il faut que, moi aussi, je passe un bon moment.

 

4/ Comment préparez-vous l'émission ? Comment se font les choix des thèmes et des thématiques ?

 

Tout à l'humeur, à l'impro, au dernier moment. Ce qui rend dingue les patrons. Je donne ma programmation à 20h 15. C'est une émission sur l'immédiateté, on ne peut pas prévoir à l'avance.

 

C'est au coup de cœur, à l'envie. Je n'ai pas vraiment de filtre non plus. Cela vient du fait que j'ai appris mon métier à Radio France, sur Le Mouv' notamment. La direction d'Europe 1 me permet, et j'en suis très heureuse, de garder ma liberté de ton. Sous réserve bien sûr que j'ai les arguments en face. J'en suis ravie.

 

5/ Plus généralement, pourquoi aimez-vous tant ce domaine si particulier de la radio ?

 

Ça doit remonter, je pense, à l'adolescence. J'ai commencé à écouter des émissions au tout début des années 90, notamment sur Skyrock puis Fun Radio. J'ai senti une passion, j'avais envie de faire partie de leur bande. On avait l'impression d'une famille qui écoute du rock toute la journée, je trouvais cela formidable.

 

J'adorais leur façon d'apporter de la chaleur et un peu de présence à mes jeunes oreilles. J'étais bien consciente que l'on ne se connaissait pas dans la vraie vie mais, pourtant, j'avais l'impression qu'ils me comprenaient, que nous avions des points communs. Cela m'a apporté beaucoup de bonheur et de réconfort d'écouter de la radio pendant mon adolescence.

 

De là m'est venue l'envie de faire la même chose. Pendant mon parcours scolaire, j'ai même pu partir aux Etats Unis, une vraie belle période pendant laquelle j'ai commencé mes premières chroniques sur la vie d'un campus américain.

 

6/ Un petit mot, pour finir, sur votre rubrique matinale aux côtés de Patrick Cohen ?

 

Quelle fierté ! Patrick m'avait rencontré sur Radio France et c'est une joie de le retrouver. Il y a deux formats, une chronique culturelle le vendredi à 7h 20, pendant trois minutes, où je présente un disque ou une interview.

 

Dans « Melting Pop », de 9h à 9h 30, j'interviens les lundis, mardis et vendredis. Je parle de projets un peu plus confidentiels ou de découvertes. C'est très excitant d'être à l'antenne le matin. Je suis fière aussi que Patrick ait eu envie de m'avoir à ses côtés, c'est comme un petit diplôme:))

 

 

Ce fut un plaisir, Émilie, d'échanger avec vous !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article