Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Ana Piévic évoque son actualité et ses projets artistiques !

21 Août 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Théâtre

 

Bonjour Ana,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Vous êtes actuellement sur la scène de la Gaïté Montparnasse dans la pièce «Ça coule de source». Quelle histoire y est racontée ?

 

Suite au décès de Charles Moreau, se retrouvent dans l'appartement de Charles, sa compagne juive avec laquelle il n'était pas marié, un blanc ayant vécu en Afrique et qui a l'accent togolais, un noir, une arabe, une asiatique, tous présentant un lien avec le propriétaire décédé. Prétexte pour rassembler différentes croyances et cultures au même endroit avec tous les clichés qui s'ensuivent sur chacune, à prendre au énième degré ;).

 

On y dénonce également une loi absolument injuste et incroyablement débile si je puis dire : lorsque vous quittez votre appartement pour un motif quelconque (vacances, etc...) et qu'à votre retour des squatteurs ont pris possession du lieu depuis plus de 48 heures, vous ne pouvez pas, au yeux de la loi, réintégrer votre propre appartement. Peut s'en suivre alors un combat judiciaire qui dure souvent des années.

 

2/ Comment présenteriez vous votre personnage ? Quelles sont ses principales caractéristiques  ?

 

C'est une fille plutôt gentille, qui sait ce qu'elle veut. Elle a arrêté ses études car elle avait besoin d'argent. Par "facilité", elle tient compagnie à des messieurs fortunés...

 

Elle est en quelque sorte une occasionnelle et elle l'était en l'occurrence pour Charles Moreau, la personne décédée.

 

N'ayant plus de ses nouvelles depuis quelques temps, elle se rend dans l'appartement pour savoir ce qu'il est devenu car elle a besoin d'aide pour payer sa chambre d'hôtel. Elle se présente alors comme sa nièce, comme ils avaient l'habitude de faire à chacune de leurs sorties.

 

Cette pièce comporte différents malentendus puisqu'un neveu ou une nièce héritier légitime de Charles est attendu.

 

3/ Selon vous, quelles sont les clés du succès de cette pièce ?

 

Les retours sont très positifs, un texte amusant, une très belle énergie entre les comédiens et dans la mise en scène qui est un peu loufoque.

 

4/ Plus généralement, quels sont vos autres projets et envies artistiques actuels ?

 

Je fais également du doublage, soit de la voice-over sur des documentaires, soit du doublage de téléfilms ou de séries. Pas encore de doublage cinéma mais j'espère que cela viendra un jour. C'est plus ou moins régulier.

 

Je prépare un spectacle qui me tient beaucoup à coeur. C'est un spectacle poétique et musical avec uniquement des chants étrangers traditionnels, notamment des pays de l'Est, et des poèmes en prose ou vers que j'ai écrits. Mon père est serbe, j'ai baigné dans cet univers-là et c'est une musique qui m'émeut vraiment. Cela raconte le voyage initiatique d'un tzigane à travers toutes sortes de rencontres. Tout le monde comprendra la signification des chansons car la traduction sera incluse, d'une façon ou d'une autre, dans la mise en scène. Il y aura deux musiciens sur scène, dont un multi instrumentiste. Egalement de la vidéo et des photos. J'ai écrit le déroulement et toute la mise en scène. Nous aimerions le jouer d'abord dans un lieu qui s'appelle «Les rendez-vous d'ailleurs», ce qui tombe très bien,  un cabaret qui comporte 40 à 50 places.

 

J'adorerais évidemment continuer le théâtre, j'aime le classique, il me plairait de rejouer par exemple un Marivaux. Ce genre de textes me touche particulièrement.

 

5/ Vous êtes une artiste aux multiples casquettes, comme nous avons pu le voir. Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Oui, cela aide beaucoup. Le théâtre m'aide pour le doublage et inversement. Le chant m'aide aussi pour le théâtre. Il y a une interaction.

 

Si l'on me demandait de choisir, j'aurais beaucoup de mal. J'adore le théâtre, trouver, retrouver l'énergie chaque soir, le contact avec le public, l'échange avec ses partenaires, avoir la possibilité de varier son jeu tout en restant dans le personnage. J'ai autant de plaisir à faire du doublage, même lorsqu'il s'agit de petites choses. Cela demande d'être efficace de suite et, en ambiance, on peut essayer différentes voix, c'est amusant. Je ne me considère pas comme chanteuse car je n'aime interpréter qu'une sorte de répertoire et je ne serais d'ailleurs pas capable de chanter de la variété, du rock, de la soul, du jazz ou de la pop ! J'ai eu l'occasion de faire du chant classique ou baroque, d'interpréter des chansons coquines de 1900, mais maintenant j'ai vraiment envie de me spécialiser dans les chants slaves.

 

6/ Pour terminer, que peut on vous souhaiter pour la suite ?

 

C'est un milieu, on le sait dès le départ, qui est très aléatoire. Bien sûr, on peut me souhaiter que je puisse continuer à vivre de mon métier, à travers des projet attirants et avec lesquels je puisse m'exprimer artistiquement. Monter un spectacle demande beaucoup de temps, de volonté, d'investissement physique, psychique ;) et financier, cela peut être frustrant sans les moyens et connexions nécessaires. J'espère toujours garder mon énergie et mon optimisme afin de braver les aléas du métier.

 

Merci Ana pour votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article