Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Camille Della Torre : parcours, passions, projets - elle nous dit tout ! (1/2)

5 Juillet 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

 

Bonjour Camille,

 

Quel plaisir de nous entretenir avec vous  !

 

1/ Jeune artiste, votre parcours est déjà riche, principalement devant la caméra mais aussi pour des clips. Comment vous est venue l'envie de faire ce métier ?

 

Depuis que je suis toute petite, une succession d’événements a tracé ma voix automatiquement vers ce métier. Contrairement aux autres petites filles de mon âge qui rêvaient d'autres métiers, je répondais déjà vouloir devenir comédienne. Même si je ne savais pas précisément en quoi cela consistait.

 

Je suis amoureuse de Molière depuis le CM2, où j'ai joué ma première scène de cet auteur. Cela m'avait marqué. Ma maman m'avait offert également un CD avec, en audio, l’œuvre de Molière et je l'ai tellement écouté que, sans les apprendre par cœur, je connaissais tous les textes. Je les ai d'ailleurs murmurés lors d'un spectacle auquel j'ai assisté. Même au Baccalauréat, je suis tombée sur le théâtre et j'ai étayé mes propos grâce à la première scène des "Fourberies de Scapin". Par la suite, je suis allée au conservatoire de Brive-la-gaillarde où j'ai fais la rencontre d'Anton Tchekov qui fut pour moi le véritable amour de ma vie (théâtrale bien sûr). 

 

Après deux écoles de théâtre Parisienne rempli de belle rencontre autant théâtrale qu'humaine, j'ai décidé cette année de me lancer pleinement dans ce métier. C'est comme cela que j'ai commencé à participer à des clips. Mon rêve prend forme. 

 

2/ Au quotidien, pourquoi prenez-vous tant de plaisir à l'exercer ?

 

C'est difficile à expliquer, c'est quelque chose qui est en moi depuis toujours, c'est un rêve de gosse. Je dirais que ce métier évite la monotonie, il y a souvent une bonne ambiance, on retrouve régulièrement des copains de tournage, on rencontre toujours de nouvelles personnes aussi enrichissantes les unes que les autres, c'est varié, on peut faire plein de métiers différents, même quand on n'a pas forcément le physique de l'emploi. 

 

Typiquement, dans le court-métrage où j'ai interprété une adolescente délinquante, j'ai été choisie aussi parce que je n'ai pas du tout le physique attendu. 

 

J'aime beaucoup être et incarner des personnages variés, leur donner vie pour les faire exister. C'est super excitant. Les horaires changent chaque jour et, c'est tout bête, mais j'apprécie, ce n'est pas routinier du tout. C'est un métier incertain, ce qui peut être inquiétant mais cela lui donne aussi un certain intérêt. 

 

J'apprécie aussi le fait de pouvoir m'oublier tout en restant moi, c'est en quelque sorte créer une histoire pour la rendre réelle. On oublie ses propres tracas et il en va de même pour le public qui regarde, au travers des émotions qu'il va ressentir. 

 

Travailler en équipe est très plaisant, l'ambiance est bien souvent géniale. Quand j'ai joué à l'Opéra ou même dans le cours métrage temps mort par exemple, j'ai vraiment retrouvé cet esprit de groupe et c'était juste magique. 

 

Je fais aussi de l'animation, une autre facette de mon métier. Le contact avec les gens me plaît, ce que je retrouve aussi dans le métier de comédien. 

 

3/ Êtes-vous davantage attirée par un domaine ? A l'inverse, quels autres axes aimeriez-vous découvrir ?

 

J'ai envie de dire oui et en même temps non. J'ai envie de toucher à tous les domaines, c'est notamment pour cela que j'ai participé à des clips. 

 

D'un autre côté, je suis fortement attirée par les rôles tragiques car beaucoup de choses s'y passent. J'ai le souvenir d'une scène de ce registre que j'avais jouée au cours Florent pendant laquelle j'avais pu exprimer des choses du quotidien que l'on ne voit pas forcément. C'est aussi une sorte de moralité à donner, qui nécessite beaucoup d'énergie mentale et physique. Justement, j'adore travailler avec mon corps. 

 

Il me plairait d'avoir un rôle récurrent dans une série pour qu'il puisse ensuite évoluer. Pourquoi pas un rôle tragique qui cache bien son jeu au début avant ensuite d'évoluer, avec toute la compréhension qui y est nécessaire. Pour que je puisse découvrir mon personnage, que je puisse l'aimer, sans le juger, il faudrait alors que je lui trouve des raisons à son comportement. Il ne faut pas s'arrêter au script mais imaginer tous ce qu'il y a derrière.

 

Comme je l'avais fait dans «  Temps mort  », où j'interprétais une fille dont la mère avait tué son père quand elle n'avait que six ans. Mais mon personnage ne savait pas que son père battait sa femme. Jouant une scène ayant lieu dix ans plus tard, il a fallu que je me créé tout un historique, basé sur plein de recherches. 

 

J'aimerais bien découvrir d'autres axes, notamment en faisant davantage de publicités. Il me plairait aussi d'être chargée de figurants, car j'aime bien gérer, organiser. C'est un aspect que je souhaiterais découvrir. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article