Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Olivia Lancelot évoque son parcours ainsi que ses projets artistiques !

16 Mai 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision

Bonjour Olivia,

 

Quel plaisir d'effectuer cette interview avec vous    !

 

1/ Vous êtes une artiste aux nombreuses expériences et aux multiples casquettes. Notamment sur scène, en télévision mais aussi au cinéma. Qu'est-ce qui vous plait tant dans l'exercice artistique ?

 

J'aime la diversité parce que au sein d'un même métier existent des métiers différents. On n'aborde pas la caméra comme on aborde le travail de scène, donc ce sont presque deux métiers différents même s'ils se rejoignent évidemment.

 

Le plaisir est, sur scène, dans ce rapport au public et dans cette adrénaline particulière que créée le spectacle vivant, qui est vraiment one shoot, sans filet, où l'on ne peut pas refaire les choses.   Et aussi dans la transmission car je joue souvent des spectacles que j'ai initiés, ce qui permet de faire passer des valeurs, de parler de choses qui me tiennent à coeur, de tenter de créer de l'émotion avec des sujets différents qui peuvent être la communication entre les êtres ou la solitude existentielle, ou bien encore l'écologie. Aussi l'adaptation, l'écriture, le fait d'être à la source des projets,  me rend très autonome dans ce métier.

 

Dans le travail de caméra, vous êtes dans le désir de l'autre. C’est une autre adrénaline  parce qu'il y a, sur un plateau, une énergie particulière, tout le monde est rassemblé autour d'une chose commune à faire. J'aime me sentir vivre un peu plus fort, ce métier c’est une recherche d’intensité, de passion qui fait que l'on se mobilise d'une façon particulière. On est toujours dans un défi  : celui de devoir donner une authenticité et en même temps le meilleur de soi-même. On n'est pas dans sa vie ordinaire,  mais on se projette dans celle de quelqu'un d'autre.

 

2/ Retrouvez-vous certaines complémentarités entre ces différents domaines ?

 

Le fil conducteur de tout cela est vraiment l'humain. C'est très reposant de devoir s'oublier soi-même, pour changer de peau, d’évaporer sa vie. Je n'ai jamais aimé la routine, ni la quotidienneté. En revanche j’aime l'éphémère et l’intensité qu’il procure.

 

3/ Juste avant de rentrer, quels sentiments et quelles sensations prédominent en vous ?

 

Je n'ai jamais perdu le tract. Louis Jouvet disait à un jeune comédien qui ne l'avait jamais   : «   ne vous inquiétez pas, ça viendra avec le talent   ». Des gens se sont déplacés, nous somme là pour essayer de les capter, ce n'est jamais gagné. On sait très bien qu'une salle est faite de gens qui sont venus là parce qu'ils en ont fait le choix, d'autres parce qu'ils ont accompagné, et d'autres encore qui ne savent pas trop pourquoi et qui ont été invités.

 

Il s'agit toujours d'essayer vraiment de toucher le cœur de chaque personne. Donc oui, j'ai le tract face à cette responsabilité dans laquelle on s'engage vis à vis d'un public.

 

4/ Face au rythme soutenu d'un plateau de tournage, quelle est votre méthodologie de travail en amont ?

 

L'un de mes professeurs de théâtre disait qu'il faut arriver « au travail qui efface le travail ». Pour retrouver ce naturel de la vie, il faut vraiment ne plus avoir à penser au texte. Donc déjà il faut l'avoir suffisamment travaillé. Cela apporte beaucoup de liberté.

 

En fonction des personnages, il peut être intéressant d'observer les gens, de regarder comment ils marchent, de se poser des questions, de se demander comment ils vivent. Ces interrogations doivent ensuite être oubliées une fois sur le plateau car il ne faut pas rendre les choses intellectuelles. Ce questionnement me plaît, tout comme le fait d'écouter de la musique, ce qui me met dans un état de réceptivité. Car, finalement, le jeu se fait rarement tout seul et beaucoup dans l’écoute de l’autre.

 

5/ Quels souvenirs retenez-vous spontanément de votre riche parcours ? Une expérience vous a-t-elle davantage marquée ?

 

Plusieurs choses m'ont marqué, souvent au travers des rencontres avec d'autres acteurs. Puisque on n'a pas tellement le temps de répéter ensemble, donc on se découvre vraiment sur le plateau. Ces rencontre sont fortes car elles sont faites à travers le jeu dans cet instant T.

 

Une de mes dernières expériences m'a marqué car je n'avais pas connaissance de ce que je devais tourner avant d'arriver sur le plateau. Je savais simplement qui j'étais, quelle était la situation et avec qui j'allais jouer. Mais sans savoir ce que j'allais dire, ni faire, ni interpréter. Cette mise en abîme était particulière mais très intéressante. Cela s'est bien passé et a créé un moment de jeu encore plus intense. On est presque évidemment dans l'improvisation.

 

6/ Plus généralement, quels sont vos projets et envies artistiques actuels ?

 

Actuellement, je réfléchis à l'adaptation d'un roman que j'ai beaucoup aimé, que j'ai précédemment adapté en lecture simple pour la scène, mais qui est déjà en train de s'orienter vers une vraie pièce de théâtre. Peut-être irons nous encore plus loin car je trouve l'intrigue intéressante, elle pourrait être proposée à la télévision.

 

7/ Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

 

De continuer à faire ce métier qui n'est pas un métier mais une passion. Je me réjouis régulièrement de l'avoir choisi, pour la liberté de vie qu'il procure. Même si, évidemment, il y a des écueils et que ce n'est jamais facile. Quand on est une femme, il y a  déjà moins de rôles et de plus ils se raréfient encore quand on vieillit. Alors la liberté, la survie c’est d’être  à la source des projets.

 

Ce fut un joie, Olivia, de nous entretenir avec vous    !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article