Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le médias blog de Julian

Cédric Burgle : parcours, projets, envies - il évoque tous les sujets !

21 Février 2017 , Rédigé par Julian STOCKY Publié dans #Télévision, #Théâtre

Bonjour Cédric,

Quel plaisir de nous entretenir avec vous !

1/ Vous êtes un artiste aux multiples casquettes, comme en témoignent vos expériences notamment sur la scène théâtrale, en publicité, en plateau mais aussi dans la musique. Qu’est-ce qui vous plait tant dans l’exercice artistique ?

J’aime jouer. Quand je suis sur une scène de théâtre, sur un plateau de tournage ou avec un instrument de musique ou encore en chantant, c’est un moment où j’ai le droit de tout dire et de tout faire. On ne jugera jamais mon état, mon attitude car c’est celle du personnage, elle correspond à ce qu’il vit. Dans les films, on gagne au loto, on se marie cinq fois, on divorce, on est un voyou, on est un voleur, un flic, on traverse beaucoup d’émotions. Sur une heure et demie de film, on a le temps souvent de traverser un très large morceau de vie de plusieurs personnages.

C’est cette liberté-là de pouvoir incarner, de pouvoir être quelqu’un d’autre qui me plait. Dans la vie, on ne peut pas faire cela. C’est une passion pour moi d’être sur scène ou sur un tournage.

 En même temps, c’est aussi une course de concentration, comme un pilote de Formule 1. On doit être concentré du début à la fin, sans aucune relâche. Le texte doit faire parti de nous, quand on dit un mot l’on doit donner l’impression de le dire pour la première fois, qu’il est spontané, qu’on vient de l’inventer.

La partie de recherche et de création me plait aussi, elle va dès fois hyper loin. A force de travail, en passant par des choses artificielles ou d’autres déjà ressenties, on construit petit à petit le personnage pour arriver à la fin à quelque chose qui parait naturel.

Pour toutes ces raisons, je ne changerai pour rien au monde de métier.

2/ Quelles complémentarités retrouvez-vous entre ces différents domaines ?

Je pense que tous les arts se complètent. Parce que la musique donne le rythme, que la comédie nécessite du rythme. La musique donne des émotions, la comédie en nécessite et en donne. Ce sont des vases communicants, la musique, le théâtre, l’art du corps, la danse, le chant sont liés. Il s’agit d’une alchimie sensible.

J’ai commencé par la musique, j’étais saxophoniste d’orchestres puis saxophoniste chanteur d’orchestres de variétés. Après, j’ai accompagné un peu des artistes, avant que l’on me propose de jouer dans une pièce de théâtre. J’ai trouvé cela super, j’ai alors décidé de prendre des cours. La comédie a pris ensuite petit à petit le pas sur la musique. Même si je continue à en faire par passion et parfois aussi professionnellement.

3/ Juste avant de rentrer sur scène, quelles sensation prédominent en vous ?

C’est plutôt de l’excitation. Je n’ai jamais vraiment eu le trac, j’ai peur de mal faire, de décevoir surtout. Il y a beaucoup d’adrénaline, mais une fois le rideau ouvert et la pièce commencée, tout cela disparait.

Je suis dedans, je me donne à fond. Je suis donc généralement excité mais serein.

4/ Face au rythme soutenu d’un plateau de tournage ou au lancement d’une pièce, quelle est votre préparation en amont ?

Je suis quelqu’un de besogneux. Je travaille beaucoup, je prépare énormément. Au théâtre, la possibilité ne nous est pas toujours donnée mais quand elle l’est, la période des répétitions est formidable.

Je travaille énormément le texte pour qu’il fasse complètement parti de moi. Il faut que je sois capable de le dire en faisant du jogging, la vaisselle, des pompes, du sport ou toute autre chose, en étant perturbé. J’adore apprendre mes textes dans le métro ou en marchant dans la rue.

J’analyse beaucoup aussi les situations, le parcours émotionnel du personnage et ce qu’il vit. Je recréé totalement la vie de ce dernier, ce qu’il a fait juste avant la scène, son métier, ce qu’il a mangé, sa douleur éventuelle. De très nombreux paramètres rentrent en compte.

Au théâtre, avant la représentation, je prends une heure pour un petit travail physique, des étirements, de la respiration pour être bien relâché et pouvoir être dans le corps du personnage. Afin d’incarner complètement l’émotion et qu’elle puisse transparaitre même sur la peau.

C’est pareil à l’écran, même si c’est un petit peu plus compliqué car on reçoit souvent les textes tardivement en télévision. Il faut se préparer pour avoir plusieurs propositions à faire au réalisateur, de manière à ne pas perdre de temps sur le plateau et à rester très concentré. Ce qui est capital c’est l’immédiateté .En ayant le rôle en nous, on peut faire face à toutes les situations.

Lorsque l’on filme un comédien qui est dans le corps, avant même qu’il ne parle, sur sa peau se voit ce qui se passe.

5/ Plus généralement, quel sont vos projets et envies artistiques actuels ?

Je vais faire un film avec les membres de ma compagnie de théâtre. Nous allons commencer par faire un court métrage. J’ai fait appel à un scénariste, en lui demandant d’écrire un film avec un casting imposé. Ce qui est un exercice difficile. Cinq personnages seront concernés et j’espère tourner cela d’ici trois mois.

6/ Pour conclure, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Que le cinéma fasse un tout petit peu plus appel à moi. J’aimerais bien défendre des rôles de personnages qui sortent de l’ordinaire, qui soient singuliers.

Pour compléter, j’adorerais que le cinéma mettent en avant d’autres comédiens. Parce que nous avons tendance à voir toujours les mêmes acteurs. Il y a, je pense, vraiment de la place pour tout le monde.

Merci Cédric pour votre disponibilité !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article